Shogunat de Kamakura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Shogunat de Kamakura
鎌倉幕府
Kamakura Bakufu

1192 – 1333

Blason
Mon du clan Minamoto.
Informations générales
Statut Dictature féodale
Capitale Kamakura, Kanagawa
Langue japonais
Religion Bouddhisme, Shintoisme
Histoire et événements
1192 Minamoto no Yoritomo devient shogun
1185 Bataille de Dan-no-ura
1199 Régence de Hōjō
1333 Siège de Kamakura
Empereur
1183-1198 Go-Toba
1318-1339 Go-Daigo
Shogun
1192-1199 Minamoto no Yoritomo
1308-1333 Morikuni
Shikken Mitsuuroko.svg
1199-1205 Hōjō Tokimasa
1326-1333 Hōjō Moritoki

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Au Japon, le shogunat de Kamakura (鎌倉幕府, Kamakura Bakufu, fut une dictature militaire féodale dirigée par les shoguns de la période Kamakura de 1185 (ou 1192, date à laquelle Minamoto no Yoritomo est officiellement nommé Shogun) à 1333. Il doit son nom à la ville de Kamakura, où était installé le gouvernement shogunal.

Établissement du bakufu[modifier | modifier le code]

Avant l'établissement du bakufu de Kamakura, le pouvoir civil du Japon était principalement tenu, d'une part, par les régents de l'empereur en titre, lequel n'avait pas de réel pouvoir, et d'autre part par les empereurs cloîtrés, qui une fois retirés dans un monastère bouddhiste pouvaient continuer à exercer le pouvoir d'autant mieux qu'ils s'étaient mis hors de portée des régents Fujiwara.

Les affaires militaires étaient également dirigées par le gouvernement civil. Cependant, en 1185, après la défaite du clan Taira à la bataille de Dan-no-ura qui met fin à la guerre de Gempei en sa faveur, Minamoto no Yoritomo prend le pouvoir et devient de facto le dirigeant du pays. Il mit en place la primauté du côté militaire du gouvernement et reçoit le titre de shogun (征夷大将軍) en 1192 après la mort de l'empereur retiré Go-Shirakawa.

Son système de gouvernement devient alors formalisé sous le nom de bakufu (littéralement, « gouvernement sous la tente »). Les provinces du Japon deviennent semi-autonomes sous la houlette des nouveaux protecteurs, les shugo (守護), prédécesseurs des daimyōs. Ces protecteurs étaient choisis principalement parmi les puissantes familles des différentes provinces, ou le titre était décerné à un général et à sa famille après le succès d'une campagne. Bien qu'ils géraient eux-mêmes leurs propres affaires, ils étaient en théorie dépendants du gouvernement central à cause de leur allégeance au shogun. Elle gardait à l'origine la porte de l'Ebaradera, un temple de Sakai.

Usurpation du pouvoir par les shikken[modifier | modifier le code]

Après la mort de Yoritomo, son beau-père Tokimasa Hōjō, ancien gardien de Yoritomo et chef du clan Hōjō se proclame shikken (régent) du nouveau shogun Minamoto no Yoriie, charge qu'il rendra par la suite héréditaire au sein du clan. Les Minamoto demeurèrent les shoguns durant deux dynasties supplémentaires, avec les Hōjō régnant dans les faits au travers des shoguns-marionnettes et des empereurs titulaires.

En 1274 et 1281, les Mongols de Kubilai Khan tentèrent d'envahir le Japon, mais furent repoussés par le shogunat, aidé il est vrai par des typhons auxquels il fut rendu hommage en les nommant kamikaze' . Cependant, la contrainte sur l'armée et les finances avait affaibli considérablement le bakufu. L'empereur Go-Toba tenta de renverser la situation en 1221 au cours de la révolte de Jōkyū, mais échoua et ne réussit qu'à solidifier le pouvoir des Hōjō sur le shogunat, leur permettant même de choisir les successeurs au titre de shogun, donnés d'abord à des membres de la maison noble Kujō, puis à des membres de la maison impériale.

La cour impériale fit une nouvelle tentative de révolte en 1331 sous le règne de l'empereur Go-Daigo. Elle eut beaucoup plus de succès que la précédente, principalement parce que le plus puissant général de Kamakura, Takauji Ashikaga, choisit de se joindre à l'empereur.

Celui-ci se termina en 1333 avec la destruction du clan Hōjō et le rétablissement des pouvoirs de l'empereur. Ce triomphe fut cependant de courte durée dans la mesure où Takauji Ashikaga s'arrogea rapidement le titre de shogun, établissant le shogunat Ashikaga.

Liste des shoguns[modifier | modifier le code]

Rang Nom Dates de vie Dates de règne
1 Minamoto no Yoritomo 1147 - 1199 1192 - 1199
2 Minamoto no Yoriie 1182 - 1204 1202 - 1203
3 Minamoto no Sanetomo 1192 - 1219 1203 - 1219
4 Kujō Yoritsune 1218 - 1286 1226 - 1244
5 Kujō Yoritsugu 1239 - 1256 1244 - 1252
6 Prince Munetaka 1242 - 1274 1252 - 1266
7 Prince Koreyasu 1264 - 1326 1266 - 1289
8 Prince Hisaaki 1276 - 1328 1289 - 1308
9 Prince Morikuni 1301 - 1333 1308 - 1333

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bakufu