Jitō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jitō
Hyakuninisshu 002.jpg
Fonction
Impératrice du Japon
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
持統天皇Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Soga no Ochi-no-iratsume (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Gemmei
Ōe
Aga no Hime Miko (d)
Kawashima (d)
Takeru (d)
Shiki (d)
Abe no Miko (d)
Asuka
Niitabe
Izumi
Princesse Ōta
Minabe
Yamanobe
Minushi
KōbunVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants

L'impératrice Jitō (持統天皇, Jitō Tennō?, 645 - ) était le quarante-et-unième Empereur du Japon, selon l'ordre traditionnel de la succession, et la troisième femme à occuper cette position. Elle a régné de 686 à 697.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombe de l'empereur Temmu et de l'impératrice Jitō à Nara

Fille de l'empereur Tenji, elle monte sur le trône en 687 à la suite de la mort de son mari, l'empereur Temmu, qui est aussi son oncle, dans le but d'assurer la future succession de son petit-fils, le futur empereur Mommu. En 689, elle a interdit le jeux sugoroku[1].

Elle ne sera cependant intronisée officiellement avec rituel speciell et sa grâce qu'en 690[2] et son statut d'impératrice ne sera reconnu qu'en 691.

Durant son règne, elle promulgue le code des lois appelé code Asuka Kiyomihara.

En 697, elle abdique en faveur de Mommu, mais conserve le pouvoir en tant qu'impératrice retirée (dajō tennō). Vers la fin de l'ère Heian, ce système de gouvernement retiré deviendra systématique, les empereurs cherchant par ce moyen à échapper à l'influence du clan Fujiwara.

Sur sa demande, à sa mort, elle est le premier dirigeant du Japon à se faire incinérer à la manière bouddhique.

Littérature[modifier | modifier le code]

Jitō était aussi une poétesse de waka reconnue, et l'un de ses poèmes de 31 syllabes sera choisi par Fujiwara no Teika en tant que premier dans la très populaire anthologie Hyakunin Isshu.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nihon shoki, chapitre 30
  2. Nihon shoki, chapitre 30

Lire aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]