Portail:Histoire du Japon

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portail   Catégories   Index   Dernières modifications   Projet   Discussion

Portail de
l'Histoire du Japon

Jimmu, fondateur légendaire du Japon
Bienvenue sur le portail de l'Histoire du Japon de Wikipédia !

Ce portail est dédié à l'Histoire du Japon.

5 407 articles sont actuellement liés au portail Histoire du Japon.

linkProjet:Japon Participer


Si vous souhaitez participer à la rédaction et à l'amélioration des articles sur l'Histoire du Japon, vous êtes invité(e) à visiter son projet : Projet:Histoire du Japon. Fairytale filenew2.png Pour laisser un message, cliquez ici.

Présentation[modifier]

L'histoire du Japon commence avec un peuplement qui remonte à environ 100 000 ans av. J.-C.. Les premières traces d'industrie, des pierres polies apparaissent il y a 32 000 ans. Des poteries, parmi les plus anciennes de l'humanité, sont produites vers 16 500 ans avant notre ère lors de la période Jōmon, et permettent les premières formes de productions artistiques avec les dogū. 400 avant notre ère sont introduites de nouvelles technologies venant de Chine et de Corée comme la riziculture et la fonte du bronze et du fer.

La période Yamato qui s'étend de 250 à 710 voit l'émergence de la première forme d'État structuré. Lors de la première partie de cette période, de grands tertres funéraires, ou kofun, sont bâtis. La région du Kansai s'impose comme centre politique. Par la suite, le bouddhisme est introduit au Japon au VIe siècle et marque profondément la vie politique du pays ; une constitution en 17 articles est écrite en 604 pour encadrer le fonctionnement de l'État. Une première tentative d'invasion de la péninsule coréenne est entreprise, mais se solde par un échec lors de la bataille de Hakusukinoe en 663. Ceci n'empêche pas l'arrivée de nombreux immigrés en provenance des royaumes coréens, qui vont marquer la politique et les arts japonais.

Du VIIIe siècle au XIIe siècle, une culture classique portée par une cour vivante se développe. Très influencée par des modèles continentaux dont elle va s'émanciper dès le Xe siècle, elle est à l'origine d'œuvres comme le Tōdai-ji ou Le Dit du Genji. C'est aussi à cette époque que la scène politique se divise entre le pouvoir impérial, et celui de chefs de clans. Les Fujiwara, puis les Taira, et par la suite les Minamoto vont tour à tour accaparer la plupart des rouages de l'administration. Des famines touchent régulièrement le pays lors de cette période, alors que les domaines agricoles voient l'apparition de terres privées, ou shōen. L'insécurité s'installe dans le pays, ce qui entraîne la création d'une classe sociale de combattants, ou Bushi.

Le Moyen-Âge japonais s'étend du XIIe siècle au XVIe siècle. Après la guerre de Genpei, qui s'achève en 1185, le bakufu, un pouvoir pour la première fois extérieur à la cour et basé dans la région du Kantō, dirige le pays. Un système féodal structure le pays dirigé par le clan Hōjō, puis par les Ashikaga à partir de 1336. L'Époque Sengoku, ou époque des provinces en guerre, clôt ce moyen-Âge, alors marqué par de grandes turbulences sociales et politiques, et un morcellement du pays en plusieurs provinces et potentats. La réunification politique du pays va se faire sous les impulsions successives d'Oda Nobunaga, de Toyotomi Hideyoshi, et de Tokugawa Ieyasu.

L'époque d'Edo est dirigé par le Shogunat Tokugawa de 1603 à 1868. Si le début de la période est marqué par une politique commerciale active à l'étranger, une politique d'isolation progressive est mise en place. Le pays connaît une phase d'essor démographique et économique allant de la fin du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Il est dominé par une conception néo-confucianiste, et une division sociale marquée s'instaure. Des formes artistiques comme le kabuki ou les Haïku voient le jour, alors que dans le domaine scientifique, les études hollandaises ou Rangaku continuent d'introduire dans l'archipel les sciences et techniques occidentales.

L'Empire du Japon qui est instauré en 1868 voit le retour du pouvoir impérial au centre du système politique. En compétition avec le colonialisme occidental, le pays se lance aussi dans une politique colonialiste, qui aboutit à l'annexion de la Corée en 1910, l'invasion de la Mandchourie en 1931, puis l'occupation d'une partie de la Chine à partir de 1937. Le pays s'engage dans une guerre contre les forces alliées, mais est finalement poussé à la capitulation suite aux bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki en . Une occupation par les États-Unis de 1945 à 1952 engage le pays vers une démocratisation de son régime.

Après la fin de l'occupation, le pays s'est imposé comme un acteur majeur de la Guerre froide et l'une des principales puissances économiques mondiales. Bien que marqué par une certaine instabilité politique, le Japon fait aussi connaître ses productions culturelles grâce à un soft power important.

Lumière sur[modifier]

Bombardiers B-29 Superfortress larguant des bombes incendiaires sur Yokohama en mai 1945.

Les bombardements stratégiques sur le Japon sont les nombreux raids aériens menés par les Alliés durant la Seconde Guerre mondiale contre l'Empire du Japon, qui détruisirent les principales villes du pays et tuèrent au moins 241 000 personnes. Si, dans les premières années de la Guerre du Pacifique, les attaques aériennes se limitèrent au raid de Doolittle en avril 1942 et à des attaques limitées contre des positions militaires dans les îles Kouriles à partir de 1943, les bombardements stratégiques des forces armées américaines sur le Japon commencèrent en juin 1944 pour s'achever à la fin de la guerre en août 1945. Pendant l'année 1945, s'ajoutèrent à ces attaques massives les raids menés par les unités aériennes tactiques embarquées et basées à terre.

Alors que des plans d'attaque contre le Japon avaient été préparés avant le début de la guerre, ils ne purent pas être menés avant l'entrée en service du bombardier à long rayon d'action B-29 Superfortress. De juin 1944 jusqu'en janvier 1945, les B-29 stationnés en Inde utilisaient des bases en Chine pour bombarder le Japon mais les résultats espérés ne furent pas au rendez-vous. La campagne de bombardement s'accéléra fortement à partir de novembre 1944 lorsque des bases dans les îles Mariannes furent ouvertes à la suite de l'opération Forager. Ces attaques furent initialement dirigées contre les complexes industriels mais à partir de mars 1945, elles ciblèrent généralement les centres urbains. Les appareils alliés stationnés sur les porte-avions et dans les îles Ryūkyū menèrent également des bombardements en préparation de l'invasion du Japon prévue pour octobre 1945. Au début du mois d'août 1945, les villes d'Hiroshima et de Nagasaki furent rasées par des bombes atomiques.

Les défenses militaires et civiles du Japon furent incapables d'empêcher les attaques alliées. Le nombre de chasseurs et de canons anti-aériens assignés à la défense de l'archipel japonais était insuffisant et la plupart des appareils et des canons avaient du mal à atteindre l'altitude à laquelle volaient les B-29. Le manque de carburant, d'entraînement et de coordination entre les unités réduisit également l'efficacité de la chasse japonaise. Malgré la vulnérabilité des villes japonaises face aux bombardements incendiaires, les services d'incendie manquaient d'entraînement et d'équipement et il n'y avait que quelques abris anti-aériens construits pour les civils. En conséquence, les B-29 furent capables d'infliger de sévères dégâts aux centres urbains tout en ne subissant que quelques pertes.

La campagne de bombardement alliée fut l'un des principaux facteurs qui menèrent à la reddition du Japon au milieu du mois d'août 1945. L'estimation la plus citée pour les pertes japonaises liées aux bombardements est 333 000 tués et 473 000 blessés mais selon d'autres estimations, le nombre de tués pourrait varier entre 241 000 et 900 000. En plus des pertes humaines, les bombardements causèrent d'importants dégâts aux villes japonaises et contribuèrent au profond déclin de la production industrielle.

Depuis la fin de la guerre, un long débat sur la moralité de ces attaques contre les villes japonaises — et en particulier les pertes civiles — s'est engagé et l'usage des armes atomiques est particulièrement controversé.

Le saviez-vous ?[modifier]

Articles au hasard[modifier]

Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Kiyonao Ichiki »

Vous pouvez aussi retenter votre chance.

Sélection d'articles[modifier]

Crystal Clear app Community Help.png Période Jōmon (12 000 av. J.-C. - Ier siècle av. J.-C.)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Période Yayoi (Ier siècle av. J.-C. - vers 250)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Période Yamato (vers 250 - 710)

Période Kofun - Période Asuka

Crystal Clear app Community Help.png Époque de Heian (794 - 1185)

Crystal Clear app Community Help.png Époque de Kamakura (1185 - 1333)

Crystal Clear app Community Help.png Restauration de Kenmu (1333 - 1336)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Époque de Muromachi (1336 - 1573)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Époque Azuchi Momoyama (1573 - 1603)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Époque d'Edo (1603 - 1868)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Ère Meiji (1868 - 1912)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Ère Taishō (1912 - 1926)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Ère Shōwa (1926-1989)

  • à compléter

Crystal Clear app Community Help.png Ère Heisei (1989 - présent)

  • à compléter


Historiographie[modifier]

Wa Kanji.svg Débuts au Moyen Âge

Sasa Rindo.svg Époque féodale Ashikaga mon.svg


Alex K Tokugawa mon.png Époque d'Edo

War flag of the Imperial Japanese Army.svg Empire du Japon


Japanese Map symbol (Library).svg Après-guerre

spécialistes étrangers




Navigation[modifier]

Portails connexes Autres projets Wikimedia
Flag of Japan.svg Japon War flag of the Imperial Japanese Army.svg Empire du Japon P history.svg Histoire Commons-logo.svg Commons