Momozono

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Momozono Tennō
桃園天皇
Illustration.
L'empereur Momozono.
Titre
116e empereur du Japon

(15 ans, 2 mois et 22 jours)
Prédécesseur Sakuramachi
Successeur Go-Sakuramachi
Biographie
Dynastie Lignée Yamato
Nom de naissance Toohito
Date de naissance
Date de décès (à 21 ans)
Père Sakuramachi
Conjoint Ichijō Tomiko
Enfants Go-Momozono

Momozono
Empereurs du Japon

Momozono (桃園天皇, Momozono-tennō), né le et mort le , est le 116e empereur du Japon selon l'ordre de succession traditionnel. Son règne s'étend du jusqu'à sa mort.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Momozono est le fils aîné de l'empereur Sakuramachi. Il porte avant son avènement au trône le nom personnel de Toohito (遐仁)[1]. Son premier titre est Yaho-no-miya (八穂宮) puis Sachi-no-miya (茶地宮)

Sa mère était Sadako (定子) qui deviendra Kaimei (開明門院).

  • L'épouse de l'empereur Momozono[2]:
    • Ichijō Tomiko (一条富子)
  • Les fils de l'empereur Momozono[2]:
    • 1er fils : Hidehito (英仁親), qui devint l'empereur Go-Momozono
    • 2e fils : Fushimi-no-miya Sadamochi (伏見宮貞行親王)

Biographie[modifier | modifier le code]

Prince héritier en 1747, il devient empereur la même année à la suite de l'abdication de son père, l'empereur Sakuramachi.

En 1758, pendant son règne, éclate le scandale de l'affaire Hōreki, quand de nombreux jeunes nobles de la cour sont punis par le shogunat pour avoir défendu la restauration du pouvoir impérial direct.

Il meurt en 1762 à l'âge de 21 ans.

Les ères du règne de Momozono-tennō[modifier | modifier le code]

L'ère Enkyō[modifier | modifier le code]

L'ère Kan'en[modifier | modifier le code]

  • Ère Kan'en gannen (寛延元年) ou Kan'en 1 (1748) : des ambassadeurs de la Corée et des îles Ryūkyū (des îles Lieou Khieou) arrivérent au Japon[3].
  • Kan'en 2 (1748) : il y eut une grande inondation à Edo[3].

L'ère Hōreki[modifier | modifier le code]

  • Ère Hōreki gannen (宝暦元年) ou Hōreki 1 (1751) :
  • Hōreki 2 (1752) : arrivée d'une ambassade des îles Ryūkyū[3].
  • Hōreki 2 (1752) : on construisit le temple du mon Yeï san à Miyako[4].
  • Hōreki 3 (1753) : le shogun distribua de l'argent à tous ceux de ses officiers qui n'avaient pas au-delà de mille kokus de revenu[3].
  • Hōreki 5 (1755) : on construisit le portail du temple Tó yeï san à Edo[4].
  • Hōreki 7 (1757) : Yin man-no miya alla à Yoshino[5].
  • Hōreki 10 (1760) : Minamoto-no Tokugawa Ieharu devint shogun[6].
  • Hōreki 11, le 7e jour de la 11e lune (2 décembre 1761) : l'empereur Momozono abdiqua[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Titsingh, I. (1834). Annales des empereurs du Japon, p.418.
  2. a et b Source: Wikipedia anglais
  3. a b c et d Titsingh, p. 418.
  4. a et b Titsingh, p. 418. [1834 transliteration, avant-Hepburn]
  5. Titsingh, p. 419. [1834 transliteration, avant-Hepburn]
  6. Titsingh, p. 419.
  7. Titsingh, p. 419. [Tsuchihashi conversion: 2.12.1761 (Wednesday)/宝暦十一年十一月七日]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]