Senneville (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Senneville.

Senneville
Senneville (Québec)
Hôtel de ville de Senneville
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montréal
Subdivision régionale Montréal
Statut municipal Municipalité de village
Maire
Mandat
Julie Brisebois
2017-2021
Démographie
Population 921 hab. (2016)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 00″ nord, 73° 57′ 00″ ouest
Superficie 725 ha = 7,25 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Fort Senneville, Moulin à vent de Senneville
Fuseau horaire UTC-5
Indicatif +1 514, +1 418
Code géographique 66127
Localisation
Localisation de Senneville
Localisation de Senneville dans l'agglomération de Montréal

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Senneville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Senneville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Senneville
Liens
Site web Site officiel

Senneville est une municipalité de village de l'agglomération de Montréal, au Québec (Canada)[1]. C'est un lieu cossu situé dans l'ouest de l'île de Montréal où résident des personnalités fortunées telles que Lino Saputo. On y compte 967 habitants (en 2008)[2].

La ville est nommée en l'honneur de Jacques Le Ber de Saint-Paul de Senneville, marchand de la Nouvelle-France, d'après le lieu de naissance de celui-ci, soit Senneville en France[3].

Julie Brisebois est l'actuelle mairesse du village.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse éponyme de Senneville, aujourd'hui dans la Région Normandie, maintenant simple hameau de la commune d'Amfreville-sous-les-Monts, est attestée sous des formes anciennes latinisées du type Sanavilla vers 1240[4].

Toponyme en -ville au sens ancien de « domaine rural, village » précédé d'un adjectif roman, comme c'est parfois le cas, vraisemblablement sain, issu du gallo-roman SANA (cf. Belleville, Grandville, Hauteville, etc.).

Littéralement « ville saine »[5], mais difficile de préciser s'il s'agit d'un « domaine rural fertile » ou d'un « village riche ». On peut cependant tenter un parallèle avec le Santerre, région de Picardie, désigné Sana Terra en 885[5], c'est-à-dire « terre fertile »<, ce qui impliquerait pour Senneville plutôt le sens de « domaine rural fertile ».

Homonymie avec Sainneville désigné Sanavilla en 1145.

En revanche, ressemblance sans doute fortuite avec Senneville-sur-Fécamp (Sonevilla en 1025 [?], Seigneville vers 1119, Seneville en 1154) et Senneville (Eure-et-Loir, Sesni villa 1080, Senni villa 1121, Senesvilla 1109) qui ont une étymologie différente.

Histoire[modifier | modifier le code]

En parcourant le secteur du chemin de Senneville, on plonge au cœur du lointain passé agricole de l’île de Montréal. Faiblement construit, le secteur offre surtout à la vue des terres agricoles (les dernières de l’île de Montréal encore exploitées) et de très anciennes maisons en pierre. Tout autour, des champs à perte de vue et, au nord, le lac des Deux Montagnes.

En plus de constructions qui remontent aux XVIIe et XVIIIe siècles témoignant ainsi du régime seigneurial (Moulin à vent de Senneville et Fort Senneville), la plupart des bâtiments datent du tournant du siècle dernier. À cette époque, le chemin de fer du Grand Tronc, inauguré en 1865, offrait un transport rapide et confortable vers l’Ouest-de-l’Île et permettait à l’élite canadienne de vaquer à des activités au centre-ville, tout en résidant au bout de l’île, principalement en été.

C’est sir John Abbott, qui devint premier ministre du Canada, qui a inauguré ce mouvement en faisant l’acquisition d’une demeure néogothique comme résidence secondaire. Lui ont succédé les Richard Bladworth Angus, Vincent Meredith, Edward Clouston et Louis-Joseph Forget, piliers de l’économie québécoise et canadienne, qui menaient un train de vie de grands seigneurs.

En 1908, le sénateur Louis-Joseph Forget agrandit considérablement sa ferme, le domaine Bois-de-la-Roche, en faisant l’acquisition de la terre adjacente qui appartenait à la famille Rouleau.

En plus de l’élevage d’un cheptel d’animaux de race, notamment des chevaux d’équitation et des vaches laitières, Louis-Joseph Forget développe un modèle de ferme de multiculture permettant d’approvisionner son personnel, les membres de sa famille et ses invités. À cette époque, la ferme, exploitée par plusieurs employés, comprend des vergers, des vignes, des champs de céréales et de fourrages, un grand potager, ainsi que plusieurs bâtiments secondaires (atelier, écurie, grange-étable, caveau à légumes). Ces bâtiments sont conçus (en 1899) ou modifiés par les architectes montréalais de renom Edward et William Sutherland Maxwell.

En 1991, dans le contexte de la création d’un réseau régional de parcs nature, qui visent à offrir aux visiteurs une diversité d’activités éducatives et récréatives favorisant le contact avec la nature, la Communauté urbaine de Montréal fait l’acquisition de la majeure partie de la ferme de la famille Forget afin de créer le Parc agricole du Bois-de-la-Roche. Le périmètre du parc correspond exactement à celui de l’actuel secteur du chemin de Senneville.

Chronologie historique[modifier | modifier le code]

En 1679, Charles Le Moyne et Jacques Le Ber achètent le fief de Boisbriand, qu'ils rebaptisent Senneville, de Michel Sidrac Dugé.

En 1686, on y construit un moulin à vent en pierre autour duquel des colons viennent s'installer. Le moulin est partiellement détruit par un incendie en 1691.

En 1703, on y construit le fort. Il est la proie des flammes en 1777.

En 1895, Senneville, de même que Baie-D'Urfé, se détachent de la paroisse de Sainte-Anne-de-Bellevue et est constitué le Village de Senneville. La première réunion du conseil a lieu le 9 mai 1896, présidée par Louis-Joseph Forget, premier maire de Senneville[6].

Politique[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de six districts[7].

Senneville
Maires depuis 2005
Élection Maire Qualité Résultat
2005 George McLeish Voir
2009 Voir
2013 Jane (Foukal) Guest Voir
2017 Julie Brisebois Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001 2006
1 4131 4151 3331 2211 101961906970962
2011 2016 - - - - - - -
920921-------

Éducation[modifier | modifier le code]

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys administre les écoles francophones[8]

La Commission scolaire Lester-B.-Pearson (CSLBP0 administre les écoles anglophones.

Attraits[modifier | modifier le code]

Lieu historique national du Canada[modifier | modifier le code]

En 2002, le secteur du chemin de Senneville a été désigné comme lieu historique national du Canada par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada[11].

Vestiges d'un fort et d'un moulin[modifier | modifier le code]

Fort de Senneville, vers 1895

Tout juste au nord du pont de l'Île-aux-Tourtes, sur un terrain privé, se trouvent les vestiges du fort de Senneville. On peut l'apercevoir en bateau via le lac des Deux Montagnes.

Il fut construit en 1703, en pierre.

Article détaillé : Fort Senneville.
Moulin à vent de Senneville, 1896

Le moulin à vent de Senneville, antérieur, fut construit en 1686 en maçonnerie de pierre, incorporant parfois des lambris de bois. Il est doté de mâchicoulis au-dessus des deux portes qui se font face au rez-de-chaussée, témoignant du fait que le moulin de Senneville servit à l'origine de tour fortifiée, entourée d'une palissade de pieux.

Article détaillé : Moulin à vent de Senneville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Senneville », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Recensement 2006 : Senneville
  3. Toponymie : Senneville. À noter quelques informations erronées : « Senneville-sur-Fécamp, en Seine-Maritime ». Il ne s'agit probablement pas de Senneville-sur-Fécamp, mais de l'ancienne paroisse de Senneville, proche de Pistres (aujourd'hui Pîtres) son lieu de naissance. En outre, il n'est pas question de départements à l'époque, créés au moment de la Révolution française, il s'agit simplement de la Province de Normandie. En outre, « Senne est un nom fréquent pour désigner des cours d'eau dans le nord de la France et en Belgique ». Information très douteuse, les noms en -ville n'étant, en principe, jamais composé avec un nom de rivière.
  4. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3) (OCLC 9675154). p. 193.
  5. a et b François de Beaurepaire, op. cit.
  6. Senneville : Historique
  7. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux
  8. "ÉCOLES ET CENTRES." Commission Scolaire Marguerite-Bourgeoys. Consulté le 7 décembre 2014.
  9. http://www.ecolecsmb.com/saintgeorges/
  10. "Carte Scolaire." Commission scolaire Lester-B.-Pearson. Consulté le 28 septembre 2017.
  11. Site web du service du patrimoine de la Ville de Montréal

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Oka, Lac des Deux Montagnes Montréal Rose des vents
L'Île-Cadieux, Lac des Deux Montagnes N
O    Senneville    E
S
Vaudreuil-Dorion, Lac des Deux Montagnes L'Île-Perrot Sainte-Anne-de-Bellevue