Montréal-Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montréal (homonymie).
Montréal-Est
Image illustrative de l'article Montréal-Est
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montréal
Subdivision régionale Agglomération de Montréal
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Robert Coutu
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Montréalestois, oise
Population 3 765 hab. (2014)
Densité 308 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 53″ Nord 73° 31′ 10″ Ouest / 45.631386, -73.519392
Superficie 1 223 ha = 12,23 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire Heure de l'Est ( UTC-5 )
Indicatif +1 514, +1 438
Code géographique 66007
Localisation
Localisation de Montréal-Est dans l'agglomération de Montréal
Localisation de Montréal-Est dans l'agglomération de Montréal

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Montréal-Est

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Montréal-Est

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Montréal-Est
Liens
Site web Site officiel

Montréal-Est est une ville du Québec enclavée dans la ville de Montréal et faisant partie de l'agglomération de Montréal[1]. Territoire fortement industrialisé, cette ville regroupe de vastes installations de raffinage du pétrole, des usines chimiques et une carrière[2]. En raison de la forte concentration d'industries polluantes, la qualité de l'air y est la pire de toute l'île de Montréal et du Québec.

Histoire[modifier | modifier le code]

Montréal-Est est fondé le par l'homme d'affaires Joseph Versailles. À l'origine, ce territoire faiblement habité, acheté par morceaux à la municipalité de Pointe-aux-Trembles, est voué au développement résidentiel. Versailles rêve d'une ville-jardin de banlieue où les travailleurs de Montréal pourraient se reposer. Cependant, dès 1914, l'effort de guerre exigé par la Première Guerre mondiale voit l'industrie pétrolière s'établir dans la municipalité. La première entreprise a s'installer est la Queen City Oil, en 1915.

On y retrouve les plus vieilles installations de raffinage pétrolier du Canada, datant de 1913. Royal Dutch Shell raffinait 161 000 barils de pétrole par jour, Petro-Canada en raffine 160 000. À Montréal-Est, il s'est déjà raffiné 400 000 barils de pétroles par jour environ.[réf. souhaitée]

En 2002, cette ville est fusionnée avec la ville de Montréal. Mais le 1er janvier 2006, à la suite du référendum de juin 2004, Montréal-Est reprend un statut de municipalité reconstituée. Elle est la seule municipalité de la partie Est de l'île à avoir choisi d'annuler sa fusion avec Montréal, faisant ainsi partie des 15 villes liées sur l'île de Montréal avec leur propre champ de compétence.

Il ne reste plus de raffineries du Canada dans cette municipalité. Dans le dossier de la raffinerie de Montréal-Est de la pétrolière Shell Canada Limitée, la compagnie a reçu l'autorisation de la ministre Nathalie Normandeau de convertir la raffinerie en terminal le 27 juin 2011. Un comité de survie a été mis en place avec les trois paliers de gouvernements, les syndicats nationaux et les organismes de développement économique et la ville de Montreal-est pour trouver un nouveau propriétaire et opérateur pour la raffinerie. Les compagnies Esso, Irving, Suncor et Olco ont été considérés comme étant des acheteurs possibles pour la vente de la raffinerie, mais la transaction ne fut pas possible. La compagnie Shell a alors décidé d'arrêter ses opérations de raffinage le 7 octobre 2010 et importer les produits finis des marchés mondiaux ou des autres raffineries de Shell ailleurs dans le monde. Cette décision fait référence à la vision du nouveau président de RDS des Pays-Bas de raffiner le pétrole sur place depuis 2009 dans un contexte mondial très compétitif où les coûts de la main d'œuvre est moins chère, et avec l'apparition des mega raffineries ailleurs dans le monde et des conditions moins exigeantes au niveau environnemental, économique et social.[réf. souhaitée]

La fermeture de Pétromont de Montréal-Est, en 2008, a retiré plus de 357 000 tonnes de GES du ciel de Montréal, soit plus de 2 pour cent de l'objectif de Québec[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Le maire de la municipalité de Montréal-Est est Robert Coutu. À l'élection du , Robert Coutu a remporté les élections avec une majorité de 3 votes de plus que le maire sortant. Par conséquent, il fut le 2e plus jeune maire (après monsieur Joseph Versailles) et le premier maire à défaire un maire en place dans toute l'histoire de la municipalité.

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
en cours Robert Coutu Équipe Coutu Agriculteur
Yvon Labrosse    
[5] Yvon Labrosse    
Édouard Rivet    
Roland McDuff    
Napoléon Courtemanche    
Albert Berthiaume    
Joseph Versailles    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001 2006
5 779 5 075 4 372 3 778 3 592 3 767 3 523 3 547 3 822
2011 2016 - - - - - - -
3 728 - - - - - - - -
(Sources : Recensement du Canada)

Industries[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

Raffineries (2)

  1. Produit Shell Canada Limité – Raffinerie de Montréal-Est
  2. Suncor Energy/Petro-Canada – Raffinerie de Montréal (PAT) avec un accès à Montréal-Est au quai 109

Usines pétrochimiques (7)

  1. Coastal Pétrochimie de Montréal-Est
  2. Interquisa Canada – CEPSA
  3. Pétrochimie ParaChem S.E.C
  4. Petro-Canada – Pétrochimie
  5. InesosNova
  6. Ashland Canada
  7. PttPolyCanada - installations en veille

Terminaux pétroliers (6)

  1. Ultramar
  2. Canadian Canterm terminal
  3. Suncor Energy/Petro-Canada
  4. Shell Canada (2X)
  5. Montreal Pipe Line Limited terminal
  6. Norcan

Pipelines (5)

  1. Trans-Northern
  2. Montreal Pipeline Ltd. / Pipeline Portland Montreal
  3. Petromont Pipeline
  4. Pipeline Imperial Oil Ltd.
  5. Enbridge

Autres industries

  1. Marsulex/Sulconam
  2. Bitumar (2 usines)
  3. Karbomont
  4. McAsphalt limitée
  5. Xstrata (Noranda) - affinerie
  6. Air Liquide
  7. Praxair (2 usines)
  8. Lalema

Transport[modifier | modifier le code]

Pour accéder à cette municipalité, il faut emprunter la Rue Sherbrooke Est, la rue Notre-Dame Est, l'avenue Marien ou par les multiples voies publiques qui relient Montréal-Est et Pointe-aux-Trembles. Par transport en commun, ce sont les lignes 186 (Sherbrooke-Est), 187 (René-Lévesque) et 189 (Notre-Dame Est) par la station Honoré-Beaugrand.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Montréal-Est », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Toponymie : Montréal-Est
  3. Source: Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs
  4. « Les maires d'hier à aujourd'hui... », sur http://ville.montreal-est.qc.ca/ (consulté le 15 juillet 2016).
  5. Montréal-Est fut fusionné à Montréal entre 2001 et 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montréal (Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles) Rose des vents
Montréal (Anjou) N Fleuve Saint-Laurent, Boucherville
O    Montréal-Est    E
S
Montréal (Mercier–Hochelaga-Maisonneuve)