Secteur Saint-Jean Belcier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cartographie des quartiers de Bordeaux.
Cartographie des quartiers de Bordeaux

Le secteur Saint-Jean Belcier est un quartier de Bordeaux qui fait l'objet d'un projet d'urbanisation[1] dans le cadre de l'opération d'intérêt national Bordeaux-Euratlantique, ce qui donne lieu à plusieurs aménagements comme la MECA (Maison de l'Économie Créative de la culture d'Aquitaine) ou le pont Simone-Veil. Mais, comme le signale Éric Cron, chef du service du patrimoine et de l’Inventaire de région, la ville de demain, pensée comme résidentielle et commerciale, est en train de passer à côté de son histoire sans se préoccuper du lien social et de la culture inhérents à un ancrage dans le passé[2].

Situation[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Bordeaux-Belcier.
Carte de Bordeaux-Belcier
OpenStreetMap
.

Le quartier Belcier est le quartier le plus au sud de Bordeaux, sur la rive gauche de la Garonne ; il est enserré entre plusieurs installations ferroviaires et le quai de Paludate. Il occupe une zone d'anciens marais, les palus, traversée d'affluents du fleuve, des esteys récemment canalisés.

Relations avec le fleuve[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Belcier renvoie à François de Belcier, chevalier seigneur de Saint-Germain, premier président du Parlement de Bordeaux de 1519 à 1544[3],[4]. Il fut chargé par François Ier de rédiger la Coutume de Bordeaux en 1521[5].

Quelques noms de rues du quartier Belcier : rue d'Armagnac, rue Beck, rue Sarrette, rue des Terres de Borde, rue de Roullet[6].

  • La rue de Grammont porte le nom de l'armateur-négociant Jacques Barthélémy Grammont de Castera, propriétaire d'une demeure avec jardin anglais. Né à Biarritz le 8 Septembre 1746, il a exercé des fonctions administratives et politiques, comme président de la chambre de commerce de 1806 à 1809, conseiller général de la Gironde mais aussi maire de Bordeaux en 1815. Il meurt le 6 Février 1816.
  • Jean d'Armagnac était, au XVIIIe siècle, maître d'armes et propriétaire de terres sur cette partie du quartier.
  • La famille De Borde possédait une propriété dont on retrouve certains éléments dès le XVIe siècle. La première manufacture de porcelaine de Bordeaux a été établie en 1781 dans l'ancien château des terres De Borde.
  • Charles Roullet est un avocat de la fin du XIXe siècle qui fit carrière au Barreau de Bordeaux et devint premier président à la cour en 1838. Il est aussi connu pour être un homme sensible aux arts et aux lettres.
  • Ferdinand Buisson a été directeur de l'Enseignement primaire et a reçu le prix Nobel de la paix en 1927.

Noms de rues d'origine gasconne[modifier | modifier le code]

  • Rue de la Seiglière : terre à seigle[7].
  • Quai de Paludate : augmentatif de palud, marais.
  • Caussade : chaussée, étymologie latine
  • Mascaret : mot occitan apparenté à masse ; « masse d’eau en forme de barre ». Vague qui remonte le cours du fleuve depuis son embouchure au moment des fortes marées d’équinoxe.
  • Terres de Borde : Terrain utilisé pour l'agriculture, pour planter des cultures ou élever du bétail. Colonne vertébrale du développement du quartier avant l'implantation de la gare.

Noms de rues d'origine vietnamienne[modifier | modifier le code]

Noms de trois rues d'origine vietnamienne

Ces noms ont été donnés aux rues en référence à la présence de l'immigration d'origine vietnamienne. Il s'agit des rues Bac Ninh, Son Tây et Saigon, noms de villes au cœur de la conquête coloniale du Vietnam (Expédition du Tonkin).

Historique du quartier[modifier | modifier le code]

Les informations suivantes proviennent principalement de : Pierre Barrère, Les quartiers de l'agglomération bordelaise, 1956, p. 24-25.

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Aucun vestige antique n'a été mis au jour dans les paluds (paléochenaux de la Garonne ?), la colonisation médiévale de ces terres basses se serait donc faite ex nihilo[8].

Au Moyen Âge, le quartier est constitué de zones marécageuses ou paluds et se situe à l'extérieur des remparts de la ville. Certes, la Palu de Bordeaux[9], a été profondément modifiée par les travaux de drainage et d'urbanisation : c'est un espace mal connu qui a longtemps été considéré comme hostile. Néanmoins, à la fin du Moyen Âge, on remarque un certain engouement pour ces zones marécageuses côtières[Note 1]. Les moines de Sainte-Croix sont pris d'une véritable frénésie de construction de moulins, pour répondre à l'énorme demande en mouture de la métropole, et ce aux dépens du domaine ducal voisin de Centujean à Bègles[10].

Premiers essais de mise en culture[modifier | modifier le code]

Le paysage de la palu à la fin du Moyen Âge comporte deux espaces, une zone utile de vignes et de prés, et une zone de marais en bordure du fleuve[11]. L’examen du plan cadastral ancien daté de 1846 laisse apparaître une circulation intense de l’eau de surface dans la plaine drainée par deux rivières principales, l’estey Majou au nord et l’Eau Bourde au sud, ainsi que par une multitude de petits cours d’eau, le Franc, la Moulinatte, le Cocut, le Tartifume, le Darbis et le Lugan. Les deux premiers ont été canalisés en fin de parcours[12].

Au sud de l'estey de Franc, se succèdent les embouchures d'autres esteys dont les cours sont reliés, à travers un labyrinthe de fossés, tantôt géométriques, tantôt sinueux. Leur réseau s’évase progressivement pour former un large cône à son contact avec la Garonne[13]. La rivière de Sainte-Croix traverse cette zone de sud au nord : il s’agit là probablement d’un canal artificiel (parallèle au tracé de l'aqueduc gallo-romain alimentant Burdigala en eau potable) creusé par les moines au Moyen Âge, ce dont témoigne la présence d'un moulin du XIIe siècle[14].

La mise en culture de ces terres basses girondines en prés et en vignes[15] se fait sous l'impulsion de seigneurs ecclésiastiques et de bourgeois bordelais entreprenants qui y aménagent des bourdieux à usage agricole après drainage des terres[16]. En souvenir de ce passé agricole et viticole, trois voies nouvelles du quartier seront dénommées Rue des Maraîchers, en prolongement de la rue d'Armagnac jusqu'au fleuve, Allée des Charrettes et Allée des Douelles[17].

Période moderne[modifier | modifier le code]

L'hôpital de la manufacture a été édifié sur l'emplacement de l'ancien hôpital de l'Enquêteur ou hôpital de Limes, grâce à un legs de 30 000 écus, en 1619, par Mademoiselle de Tauzia, veuve de M. de Brezets, conseiller au Parlement de Bordeaux[18]. L'architecte est probablement Jacques Lemercier ; Jacques Robelin, maître maçon, prend en charge le chantier à partir de 1656. Les travaux sont terminés en 1661. Il a rempli le rôle d'une maison de secours occupant les pensionnaires à travailler à des ouvrages manuels[19]. Il accueille également les enfants trouvés[20]. Il comporte une apothicairerie[21]. En 1728, il est doté de six loges pour l'enfermement des aliénés. Il connaît des difficultés budgétaires considérables dues à une surpopulation chronique. De 1775 à 1784, l'afflux des enfants conduit les administrateurs à multiplier les démarches pour trouver des ressources et le Parlement de Bordeaux adresse un mémoire en ce sens à Necker[22]. Pendant la période révolutionnaire la paupérisation entraîne la fermeture des ateliers.

C'est en 1672 que furent aménagées les premières chaussées conduisant des quartiers des Chartrons et de Bacalan jusqu'au quai de Paludate, quand le port de Bordeaux vit se développer le commerce du sel, du poisson, des légumes et des fruits, ainsi que celui du vin[23].

Pont en pierre ayant remplacé le pont en bois sur l'estey de Bègles

En 1784 un devis (Archives départementales de la Gironde) confie à l'architecte Étienne Laclotte la construction d'un pont traversant l'Estey-Majou, d'un cimetière et d'une chapelle, annexe de l'église Sainte Croix. Le choix de cet architecte est motivé par le rôle de son frère, Pierre Laclotte, commerçant en bois, qui était à l'origine de l'urbanisation du quartier des Terres-de-Bordes et s'apprêtait en 1784 à réaliser un lotissement au nord du cours Saint-Jean. L'objectif était de desservir ce quartier lors des fortes pluies et des grandes marées en automne et en hiver. Les membres de la fabrique décidèrent de mettre fin à cet isolement en remplaçant la passerelle en bois au lieu-dit Pont-du-Guit par un pont en pierre dont on possède une représentation dans l'album de Jaudouin[Note 2]. La chapelle Saint Benoît sera transformée en entrepôt en 1797[24] et le pont détruit pour faire place à la gare provisoire du Midi.

Vers 1750, on compte une quarantaine de chantiers de construction de voiliers en bois et à la fin du siècle les forges près du quai de Paludate se transforment en véritables chantiers navals, mais la construction du pont de pierre en 1822 les attirera vers l'aval au siècle suivant[25].

La manufacture des Terres de Bordes[modifier | modifier le code]

Les informations suivantes proviennent principalement de : Jacqueline Du Pasquier, Le décor de la vie, 1989.
Coupe et pichet en porcelaine de Bordeaux, Manufacture des Terres de Bordes

Les bourgeois bordelais, habitant une ville portuaire active, ont bénéficié pendant l'époque moderne de toutes les importations susceptibles d'agrémenter les plaisirs visuels de la table avec la vaisselle à la mode. C'est ainsi que se sont succédé l'orfèvrerie, la faïence stannifère, puis la porcelaine en même temps que la faïence fine. Ces décennies se caractérisent également par plusieurs progrès techniques qui ont accéléré les mutations, en particulier le passage de la cuisson au grand feu à celle du petit feu permettant d'affiner les décors et d'enrichir la palette de couleurs. La découverte en 1768 du gisement de kaolin à Saint-Yrieix-la-Perche est encouragée par deux Bordelais, Monseignuur de Lussan et l'apothicaire Villaris.

Pierre Verneuilh et son neveu Jean, marchands détaillistes de la rue des Argentiers, veulent profiter de l’engouement pour la porcelaine et proposent à leur clientèle toute une série de porcelaines dans leurs almanachs de commerce, d'arts et métiers pour la ville de Bordeaux. Ils créent, vers 1780, la Manufacture des Terres de Bordes qu'ils installent dans le château des terres de Bordes en Paludate. Les débuts sont difficiles car les ouvriers sont rares et les techniques de cuisson peu matrisées. C'est à partir de 1787, avec l'arrivée d'un talentueux porcelainier, Michel Vanier, que la production prend véritablement son essor.

La production comporte les mêmes formes qu'à Sèvres, aiguières, verseuses, brocs ou pots à l'eau en porcelaine ; mais les décors incluent des guirlandes et des colliers, au milieu d'un semis de fleurs et de brindilles ponctué de rinceaux[26]. Il y a très peu de traces de la fabrication de figures en biscuit. On sait pourtant que Vanier était aussi connu comme "sculpteur de porcelaine". L'actualité offre aussi à la manufacture l'occasion de fabriquer des "gobelets de franc-maçon" ou des "tasses à la Necker", voire des décors révolutionnaires sur des assiettes. Cette production a été présentée dans le cadre de l'exposition de 1989 sur Le port des Lumières[27] et un catalogue publié par Jacqueline Du Pasquier[28].

Le directeur de la manufacture royale de Limoges François Alluaud père, avait passé contrat avec Vanier le 1er janvier 1788, d'où le monogramme A et V, pour Alluaud-Vanier. La fabrique était pourvue d’un four neuf à la houille pour la cuisson de la pâte et d’un four à bois pour les couleurs. Les commandes affluaient mais les conditions économiques et politiques de 1789 jointes au décès de Vanier le 7 mars 1790 entrainent la fermeture de l'usine. Cette production bordelaise est entrée en partie, par dation, au Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux en 1978[29].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Les informations suivantes proviennent principalement de : Frédéric Laux, Bordeaux et la folie du chemin de fer. 1838-1938, Bordeaux, Le Festin, coll. « Archives Bordeaux Métropole », 2017.

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La gare Saint-Jean, construite d'abord en bois en 1855[30], sur les terrains au débouché de l'Estey Sainte-Croix et du ruisseau d'Ars, a donné naissance dans la seconde moitié du XIXe siècle à un des quatre ensembles industriels qui s'implantent symétriquement par rapport au pont de pierre. Un faubourg ouvrier s'est créé ; la passerelle Saint-jean, ouverte en 1860[Note 3] et la gare de marchandises de Brienne ont renforcé le mouvement. L'industrie moderne riveraine et l'industrie traditionnelle s'opposent au déferlement du front urbain que l'on retrouve dans les autres banlieues bordelaises[31]. La verrerie Castets s'implante rue Ferrachapt en 1856.
La place Belcier fait l'objet d'un projet d’aménagement entre 1863 et 1867 ; une estimation des constructions et terrains nécessaires au percement d'une rue allant de la place Belcier au 55-56 quai de Paludate recense quatre chais en mauvais état (Pelet, Delisse, Barbou et Lafon), la verrerie Promis et plusieurs terrains en prairies ou jardins (liasse Bordeaux 101 O 1, Archives Municipales de Bordeaux).

La Compagnie du Midi[modifier | modifier le code]
Les informations suivantes proviennent principalement de : Marie Courbin, La gare Saint-Jean : son quartier et ses cheminots (1856-1905), TER Maîtrise, 1986.

Sur le plan de 1850 (A.M. XL-A 102) seuls trois espaces sont densément peuplés : le petit bourg du Serporat, le quartier de Paludate de part et d'autre de la rue des Terres de Bordes (réputé comme l'un des plus malsains de Bordeaux à cause de la corruption des eaux de l'estey Majou par le savon des blanchisseuses et du voisinage des abattoirs transférés en 1833) et les quais de Paludate, grâce aux chantiers de construction navale en bois et entrepôts de produits en provenance de Saint-Domingue (qui sont d'ailleurs peu à peu abandonnés à cause de la concurrence des navires métalliques fabriqués à Bacalan)[32].

Le 29 mars 1854, la Compagnie du Midi achète les terrains du domaine de Ladors et détruit la chapelle dite des vignerons ainsi que le château d'Augeard situé sur les hauteurs du Saugeon (Indicateur 9 avril 1855)[33]. Les riverains du quartier des Terres de Bordes demandent l'amélioration de la voirie autour de la gare comme en témoignent les procès-verbaux du conseil municipal du 15-11-1878 et du 12-12-1880. La gare de Brienne est aménagée entre 1858 et 1868[34] et l'estey de Bègles détourné, car constituant un bassin insalubre et un problème pour le passage des tramways sur le viaduc du Guit[35] : la cuvette de Paludate est inondée régulièrement malgré l'aménagement de vannes. Un nouveau Pont-du-Guit remplacera le viaduc et sera livré à la circulation en 1887 mais son mauvais entretien ainsi que celui de la rampe d'accès à la cour des Messageries provoqueront bien des plaintes (Archives Municipales Bordeaux, liasse Bordeaux 135 O 18 relative au Pont du Guit, 1886-1897).

La Compagnie du Midi recourt intensivement à l'expropriation pour cause d'utilité publique pour assurer les dégagements de la voirie pour la nouvelle gare en dur dont les travaux commencent à partir de 1889[36]. Un document de 1887 indique l'affectation des maisons louées par la Compagnie : école du télégraphe, salles pour les examens du personnel, dortoir du chef de train, service médical, services de contrôle, statistique du mouvement, service de la voie. Tous ces services seront transférés par la suite dans les nouveaux locaux[37].

Cinquante ans plus tard, il reste quelques terrains à bâtir et de nombreux jardins (recensement de 1891) : le quartier est passé d'un habitat dispersé à un habitat groupé[38] et on remarque la construction de structures scolaires laïques place Belcier en 1889-1891. La Compagnie du Midi crée également des classes d'adultes (cours gratuits le soir quatre fois par semaine). Le nombre de cheminots venant habiter près de leur lieu de travail augmente mais l'insalubrité du quartier n'attire pas de nouveaux habitants et les problèmes de communication ne facilitent pas l'accès aux usines et aux chais. De nombreux chais viticoles sont d'ailleurs petit à petit abandonnés[39].

Les recensements de 1856, 1876 et 1891 permettent de localiser l'évolution de l'implantation des cheminots dans le quartier Belcier, rue des Terres de Bordes. Mais le jeu des nominations et des changements n'a pas permis à la majorité de s'implanter, comme le souligne Henri Vincenot[40]. Le quartier Belcier s’est pourtant organisé en adoptant pour les employés SNCF le modèle de l’échoppe[41], simple ou double, habitat individuel conçu, à l'origine, pour les classes populaires[42] et qui s'adapte parfaitement à l'étroitesse des parcelles, la profondeur représentant le double de la largeur, avec un jardinet et véranda à l'arrière. Quelques maisons offrent aussi un étage. Plusieurs ménages peuvent occuper le même logement[43], la plupart sont locataires. Les épouses de cheminots sont majoritairement sans emploi en 1856 puis près de la moitié d'entre elles travaillent en 1891, à domicile dans le secteur du vêtement (couturières, tailleuses, lingères) ou bien dans le commerce (magasin en rez-de-chaussée, ou étal au marché). Un très petit nombre de femmes sont employées par la Compagnie du Midi comme buffetière, garde-barrière ou journalière à l'économat, qui fournit aux ménages de cheminots des denrées et vêtements à leur prix de revient[44].

Toutefois, la seconde moitié du XIXe siècle voit l'arrivée massive à Bordeaux d'une population d'origine campagnarde à la recherche de travail et qui s'entasse dans des habitats insalubres d'où une forte mortalité[45]. Sur l'Indicateur des monuments publics et principaux établissements industriels et commerciaux de Bordeaux de 1892, deux établissements sont représentés, celui des produits résineux de Loude Frères et les chais de L. Vachellerie et A. Bonnefon. La façade des quais joue toujours son rôle de localisation du grand commerce et la gare Saint-Jean a renforcé cette tendance. Le quai de Paludate est de part et d'autre de la passerelle le pendant des Chartrons vinicoles et les grands entrepôts sont facilement reliés à la gare de marchandises par des embranchements particuliers[Note 4].

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Sous l'impulsion de Charles Cazalet, le quartier Belcier bénéficie de la vogue hygiénique des bains-douches populaires[46] lancée par l’œuvre bordelaise des bains-douches à bon marché à partir de 1893, avec la construction d'un établissement à l'angle de la rue Son-Tay (architecte Vardaguer)[47].

L'industrialisation du quartier se poursuit, avec l'implantation de l'entreprise métallurgique Bordeaux-Sud, de la verrerie Domec et de la fonderie Garnier Garlandat. Le Centre d'Expansion Bordeaux-Sud-Ouest publie en 1960 une étude sur l'emploi dans les cinq départements aquitains ; les auteurs du rapport recommandent de développer ou de créer en Gironde des industries qui incorporent beaucoup de main-d'œuvre en renforçant la métallurgie et en l'orientant vers des fabrications capables d'absorber 2 000 ouvriers qualifiés supplémentaires (mécanique, chaudronnerie, constructions métalliques)[48]. En 1931, l'ancien abattoir municipal construit par Gabriel-Joseph Durand de 1824 à 1832 est transféré quai de Paludate, et construit sur les plans de l'architecte Jacques Debat-Ponsan[49]. Deux châteaux d'eau de 12 mètres de hauteur sont installés dans la friche ferroviaire du pont-du-Guit et quelques platanes plantés dans la petite place bitumée au pied du pont qui forment un couvert végétal rare dans le quartier, utilisé par les habitants du quartier pour promener leur chien et comme arrêt de bus par la compagnie Eurolines[50]. Ces deux châteaux d'eau ont été détruits en 2016 après une ultime mise en scène dans le cadre du Projet d’art urbain de Delphine Delas[51] inspirée du roman L’amant de Marguerite Duras, qui représentait un voyage dans l’espace-temps de l’Indochine coloniale abondamment présente dans les noms de rue du quartier.

La crue de 1981 coïncide avec une marée montante de fort coefficient la nuit du dimanche 13 décembre : 50 cm d'eau submergent le quai Paludate et ses abords[52].

Au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La place Ferdinand Buisson a été requalifiée, après concertation avec les habitants en 2007 : aménagement central en calcaire clair pour les animations, deux aires de boulistes, long banc courbe et fontaine recouverte de gneiss, aire de jeux pour les enfants, pergola sur le trottoir devant l'école maternelle et local technique intégrant les sanitaires[53]. Une église catholique a remplacé celle qui a brûlé le 25 mai 2004, sur les plans de l'architecte Denis Boullanger, connu pour sa restauration de la Galerie Bordelaise.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le jardin partagé, situé près de la chapelle, a été créé en 2010 par les bénévoles de l'association de quartier Atelier des Bains Douches, grâce à des fonds de diverses instances publiques, sur un terrain en friche prêté par une entreprise privée[54]. Il s'adresse aux habitants du quartier sur inscription et l'espace est clôturé. Le nombre de participants dépend du nombre de parcelles, les outils sont mis en commun. Un règlement intérieur a été adopté en octobre 2015.

Équipements scolaires[modifier | modifier le code]

La place Ferdinand Buisson.
La place Ferdinand Buisson, l'école publique des filles et celle des garçons.

Les deux écoles publiques mixtes actuelles (maternelle et élémentaire), donnant sur la place Fernand Buisson, furent à l'origine, comme le rappellent les plaques des deux façades, l'école des filles et celle des garçons[55], la mixité scolaire ne s'étant généralisée que dans les années 1960, un siècle plus tard !

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Présence de plusieurs équipements culturels sur le quartier.

  • En octobre 1953, la BIB, bibliothèque de quartier, est ouverte sur la rue Son-Tay, au 40 rue Laffiteau, près du groupe scolaire[56]. Implantée dans un ancien quartier d’émigration cochinchoise, elle comporte uniquement à l’origine une section adultes. En 1960, une section jeunesse est intégrée. En 1976, on procède à une extension de ses locaux, dans la foulée de la réfection des Bains-Douches voisins et de l’ouverture d’une consultation de la DDASS à proximité. Entourée par un foyer de personnes âgées et une salle des fêtes (au nord), elle est située à proximité d’un Centre de Formation d’Apprentis et d’un espace “Restos du cœur”. Le “quartier” dans lequel elle s’insère est marqué par le déclin démographique dans les années 1980-1990.
  • Elle est complétée en 2013 par une nouvelle bibliothèque municipale, près d'un arrêt de tram, la bibliothèque Flora Tristan équipée d'espaces multimédia, dont le Medialab, et d'une salle qui accueille expositions et ateliers d'initiation aux logiciels libres[57],[58].

Vie associative[modifier | modifier le code]

Pour citer Yves Mankou, directeur de l'association Astrolabe, le projet Euratlantique a permis de décloisonner le quartier et de le rendre attrayant ; mais il est toujours dépourvu d'infrastructures (banques, point de retrait) et les commerces sont rares. Par contre il est très riche en associations, dans différents domaines comme la culture, l'animation de quartier ou les jeux. Qu'en restera-t-il quand le secteur sera devenu une cité-dortoir dont les habitants s'évadent le week-end vers des lieux plus attractifs ? Les prestations sportives et culturelles de proximité prévues sur les quais les retiendront-ils ?[59]. Fin 2017, le quartier Belcier comptait seize associations[60].

  • L'association Astrolabe, implantée dans le quartier depuis 1996, dont l'activité est la création et le soutien du lien social intergénérationnel, bénéficie de la présence de sept salariés et de vingt-cinq bénévoles[61]. Ses trois champs d'intervention sur un territoire du quartier Belcier sont le scolaire (école et loisirs) pour répondre à l'inégalité de situation face aux devoirs à la maison, Le domaine des loisirs (CLSH) permettant de mieux connaitre les individus, de travailler d'autres compétences sociales à la journée (coopération et partage), de proposer des cheminements individuels (115 enfants inscrits, à l'école de 16h à 18h30, et 15 ados ; 45 enfants en CLSH et 20 ados)[62],[63]. Les actions en direction des familles se font dans le cadre de la co-éducation pour améliorer la cohabitation par exemple ou encourager à prendre en compte les décisions juridiques ayant des incidences sur le comportement de enfants (fête des pères). Dans le domaine social, l'association propose un lieu où la parole se libère en échangeant avec un tiers professionnel (partenariats avec Maison départementale de la solidarité notamment). Toutes ces actions sont des prétextes à solidarité primaire : temps festifs (vernissages, fêtes de quartier), l'association ayant un rôle de facilitateur. Le Comité des familles prend en charge la co-construction de sorties, des projets d'auto-financement et des petits projets ponctuels (discrimination, handicap, égalité). Le panier d'Ariane est une AMAP culturelle : une carte d'adhésion permet de bénéficier de tarifs préférentiels ce qui favorise l'accès à des pratiques culturelles (cinéma, théâtre)[64].
  • Le collectif du Grand Belcier réunit plusieurs associations œuvrant sur les quartiers Belcier et Carle-Vernet ; une vingtaine à sa création en 2009[65].
  • L'atelier des bains-douches, collectif d'habitants du quartier devenu association ayant pour but de faire de Belcier un écoquartier[66].
  • La Maison de Nolan et des familles, rue Beck, espace de partage et d'échange entre parents et enfants (jusqu'à 6 ans)[67]. Suite au diagnostic de territoire de 2006[68], le projet de La maison de Nolan a été retenu pour favoriser les liens de parentalité dans le quartier. Les locaux sont situés dans une des écoles, facilement accessibles et lumineux. Un calendrier de plages horaires est proposé aux familles en attente de conseils pour améliorer leurs relations avec leur enfant en s'appuyant sur les échanges oraux avec d'autres familles.
  • Fait de ci de soi, association qui propose des activités culturelles et ludiques[69].
  • Tchaka harmonie de Saint-Macaire, activité de hip hop.
  • Le centre d'animation de Bordeaux-sud dans le quartier Carle-Vernet[70].
  • Des loups dans les murs, rue Lafiteau, qui organise des stages de théâtre pour enfant de 6 à 11 ans, encadrés par une comédienne et metteur en scène.
  • Phénix de Belcier, au 40 rue Lafiteau, qui organise des manifestations sportives, culturelles et festives.
  • Un lieu de fabrication et de récupération installé rue des Terres de Borde depuis 2010, l'association Récup'R, avec réparation de vélo, ateliers couture et projet de ressourcerie[71],[72].
  • Une structure d'accompagnement des personnes subissant le poids d'une infirmité, Tout Cérébrolésé Assistance (TCA), située rue du Commerce, dont une aide après un traumatisme cranien (hébergement, assistance)[73].
  • L'association Papier de plume, pour la pratique artistique manuelle de paperolles et de quilling[74].
  • L'association Ludoludik, qui organise régulièrement des animations, comme en septembre 2017 sur les jeux en bois durant la fête au jardin des bains douches, ou en juin 2017 les 12es Festi'Ludik, découverte de jeux traditionnels et modernes[75].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

L'appel à projet de 2010 définit la notion de patrimoine industriel, ses enjeux et ses moyens en Aquitaine[76], faisant suite aux enquêtes de Marie Kabouche sur la Gironde[77].

Bordeaux-Sud[modifier | modifier le code]

Les informations suivantes proviennent principalement de : Joël Pailhé, 1981.
Tour portique construite pour Kourou-Guyane.
Tour portique construite pour Kourou-Guyane

Cette entreprise familiale était située au 174 rue Carle-Vernet. Dans les années 1930, elle fabriquait du matériel ferroviaire : ponts métalliques, stations d'électrification. Vingt plus tard elle s'est reconvertie vers les engins de levage : ponts roulants, portiques, élévateurs.

En 1975, sa position économique est saine : elle dispose de locaux industriels importants, assurant 12% de la production nationale des engins de levage industriels. Elle s'est tissé un solide réseau commercial en France et à l'étranger. Elle a mis en place une politique d'investissements soutenue par huit banques, et elle s'appuie sur un bureau d'études performant. Les dirigeants de Bordeaux-Sud ont suivi à la lettre les préconisations du C.N.P.F.... qui étaient mal adaptées aux P.M.E. et entraîneront la fermeture après un mouvement social déclenché par le refus de prêt des huit banques le 10 mai 1976[78].

Fonderie Garnier[modifier | modifier le code]

Les informations suivantes proviennent principalement de : Marie Kabouche, Fonderie Garnier, 1995.

En 1939 M. Garlandat transfère une fonderie, rachetée dix ans auparavant, dans une maison de la fin du 19e siècle, au 24-26 rue Beck[79]. Il s'associe à M. Garnier et la S.A.R.L. se spécialise dans la robinetterie vinicole. L'entreprise n'échappe pas aux mouvements de grève d'après-guerre et le préfet procède à l'évacuation par la troupe le 1er décembre 1947[80].

L'entreprise est reprise en 1966 par M. Cousin. La mécano-soudure prend le relais de la fonderie dans les années 1980. Un atelier de chaudronnerie est créé en 1981. Un tour à commande numérique est installé en 1988 et l'usinage entièrement robotisé. En 2000, toujours sous la direction de la famille Cousin, Garnier Garlandat devient Garnier Industrie. En complément de ses productions dans le domaine vinicole (robinetterie en bronze et portes de cuves), l'entreprise fournit également du mobilier industriel et urbain et fait face à des commandes particulières.

Sa situation excentrée, sa taille modeste et la polyvalence de son personnel lui ont permis de rester compétitive. Le nombre d'employés est passé de cinquante en 1966 à trente en 1973, vingt en 1980 et dix en 2017.

Verrerie Domec[modifier | modifier le code]

Les informations suivantes proviennent principalement de : Marie Kabouche, Verrerie Domec, 1995.

En mai 1912, un descendant de verriers lorrains, Pierre-Adolphe Domec, crée une verrerie au niveau de la rue Eugène Delacroix ; elle sera agrandie vingt ans plus tard et fermera en 1992.

À l'origine entreprise familiale, la verrerie Domec est transformée en société anonyme en 1954 par le gendre de M. Domec, Pierre Cuchet.

Dans les années 1930, après le rachat d'une ancienne verrerie, les ateliers de l'usine sont agrandis et atteignent une longueur de 225 m pour une largeur de 100 m.

Les matières premières nécessaires sont le sable qui provient de Fontainebleau[81], le carbonate de sodium fourni par le groupe Solvay et le carbonate de chaux à partir de producteurs régionaux en Charente ou en Dordogne.

La production d'origine est d'abord orientée vers la verrerie fine (verres de lampe, gobeleterie et flaconnage décoré), puis évolue vers la verrerie de fantaisie et objets de laboratoire. Elle se spécialise ensuite dans les bouteilles isolantes réalisées avec verre et enveloppe plastique. Après-guerre, elle s'oriente vers le travail à façon et le conditionnement pour les industries pharmaceutiques.

Cette verrerie fut un important employeur de main d’œuvre après guerre. Un bureau des temps (étude chrono de chaque poste) fut créé de façon à toujours améliorer la productivité et rester concurrentiel. Le nombre d'ouvriers passa de 700 en 1950 à 800 en 1974 ; et le nombre de salariés de 400 en 1980 à 180 en 1988. Le niveau de qualification du personnel lui permettait d'acquérir des compétences dont il put faire profiter d'autres entreprises par la suite. C'est le cas de Gérard Torcheux qui a créé son propre atelier de verrier à Poncé-sur-le-Loir en 1982 : il a débuté en 1964 en se formant à la verrerie Domec pendant 5 ans, et obtenu son diplôme tout en travaillant[82].

Une grande partie de la production est envoyée jusque dans les années 1950 dans les colonies. Toujours en quête de nouveaux marchés, dans les années 1970, Domec exporte près de la moitié de sa production, de qualité reconnue, vers la Communauté économique européenne (CEE) et l'Afrique francophone, en particulier pour l'hôtellerie et la restauration.

L'âpre concurrence des années 1980 contraint l'entreprise à des dépôts de bilan successifs puis à la fermeture définitive en 1992[83]. En souvenir de la verrerie, la rue située entre la rue d'Armagnac et la nouvelle gare sera dénommée Rue des gamins, nom qui était donné aux apprentis de l'entreprise[84] et le passage situé entre la rue d'Armagnac et la future rue des Maraîchers sera dénommé Passage Pierre-Adolphe Domec, en hommage au fondateur de la verrerie Domec[17].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'attention lumineuse valorisante portée aux quais bordelais s'est surtout manifestée au début autour de la place de la Bourse et du pont de pierre, mais il était loin d’en être de même pour le quai de Paludate marqué par la présence des entrepôts et des abattoirs, bien que fort attractif la nuit, car c’était là que se concentraient les discothèques et la prostitution depuis les années 1990[85].

Voies et transports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Gymnase Robert Geneste, 19 rue Beck. Il a été conçu par les architectes Baudin et Limouzin[86] et inauguré le 20 janvier 2017. Il porte le nom de Robert Geneste (1921-1997), chirurgien orthopédiste et figure sportive du CA Béglais. Les équipements comportent une salle de boxe, une salle de sports collectifs (hand-ball, volley-ball, basket et badminton), une salle de réunion et des gradins pour accueillir trois cents personnes. Plusieurs clubs bordelais s'y entrainent, notamment le BEC handball, le Badminton Club Barbey ainsi que des clubs de boxe. Les deux établissements scolaires du quartier disposent de créneaux d'utilisation[87].
  • Le parc des sports Saint-Michel est un équipement en accès libre sur les quais, ouvert au public depuis le 1er mai 2009 ; il a été conçu par l'architecte-paysagiste Michel Corajoud. Il couvre un espace de 5,5 hectares en bord de Garonne depuis le pont de pierre jusqu'au quai Sainte Croix et propose plusieurs aires de promenade et de détente ludiques ou sportives de plein air. Pour les habitants du quartier Belcier, bien que n'étant pas sur leur territoire, il est directement accessible par le tram pour des activités physiques de loisirs gratuites.

Quartier en mutation[modifier | modifier le code]

Le redécoupage des quartiers prioritaires bordelais en 2014 a entrainé pour Chartrons-Nord et Bordeaux-Sud (à l'exception de Carle-Vernet) la perte d'une enveloppe globale couvrant les besoins de 230 associations pour 300 projets[88].

La participation active des habitants est un levier incontournable dans la fabrique de la ville durable, mais elle est fortement cadrée par les acteurs politico-institutionnels[89], malgré la charte qui fait référence à une « concertation exigeante » ; elle se limite à des réunions, des expositions, des ateliers et des visites. Les projets culturels municipaux ont fonction réparatrice d’un lien social menacé[90]. L'atelier des bains-douches du quartier Belcier a mené en 2010 une enquête intitulée Belcier-Vers un écoquartier ancien[91].

Du côté des décideurs, la stratégie énergétique est au cœur des projets concrets immobiliers du réseau de chaleur de Saint-Jean Belcier dans le cadre du Plan climat[92].

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Le projet Euratlantique prévoit l'installation de commerces de proximité en pied d’immeuble dans le secteur des friches ferroviaires d'Armagnac-nord[93].
  • Brasserie de Belcier, 51 Rue Son Tay : ex-Le Killian racheté en mai 2012.
  • Tabac presse, rue Terres-de-Borde
  • Ma pharmacie Belcier, 23 allée E. Delacroix
  • UExpress, supérette allée E. Delacroix

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Pierre Barrère, « Les quartiers de l'agglomération bordelaise », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. 27, no 1,‎ , p. 5-40 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Barrère, « Les quartiers de l'agglomération bordelaise », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Faubourgs industriels et banlieues, vol. 27, no 3,‎ , p. 269-300 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sandrine Lavaud, « La Palu de Bordeaux », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. 114, no 237,‎ , p. 25-44 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sandrine Lavaud, « Paysage et mise en valeur des palus du Bordelais au Moyen Age », Archéologie du Midi médiéval, vol. 23, no 1,‎ , p. 27-38 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Cédric Lavigne, « L’archéogéographie, une expertise au service des politiques publiques d’aménagement. L’exemple de la commune de Bègles (Gironde) », Les nouvelles de l'archéologie, vol. 125,‎ , p. 47-54 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Frédéric Boutoulle, « Les seigneurs des eaux. Juridiction et contrôle des cours d’eau dans la Gascogne médiévale. », Revue historique de Bordeaux et du Département de la Gironde,‎ , p. 169-188 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alain Clouet, « Le Chantier du Roi », Navires - Chantiers, sur Bordeaux Aquitaine Marine, (consulté le 2 octobre 2017).
  • Nicolas D’Andrea et Pascal Tozzi, « Jardins collectifs et écoquartiers bordelais : De l’espace cultivé à un habiter durable ? », Norois, vol. 2, no 231,‎ , p. 61-74 (lire en ligne).
  • Louis Papy, « Aux origines des gares de Bordeaux », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, vol. 2ème série, no 5,‎ janvier - mars 1956, p. 17.
  • Marie Kabouche, « Verrerie Domec », Inventaire général du patrimoine culturel, Conseil Régional d'Aquitaine, (consulté le 13 décembre 2017)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marie Kabouche, Patrimoine industriel de la Gironde, Paris, Éditions du patrimoine, , 288 p. (ISBN 2858225826).
  • Noëlle Ribot, Christian Robert et Michel Lalanne, « Impacts sociaux, environnementaux, économiques des projets Euratlantique : ça se discute... », sur Blog de la structure inter associative de suivi du programme J.J. Bosc, (consulté le 19 janvier 2018).
  • Frédéric Laux, Bordeaux et la folie du chemin de fer. 1838-1938, Bordeaux, Le Festin, coll. « Archives Bordeaux Métropole », , 96 p. (ISBN 978-2-36062-175-0). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Martine Courbin, La gare Saint-Jean : son quartier et ses cheminots 1856-1905, Bordeaux, Université Michel Montaigne, Bordeaux III, coll. « dactylographié », . Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marie-Noëlle Maynard, Les gares de Bordeaux, thèse de 3ème cycle d'histoire de l'art, université de Bordeaux III, 1983, dactyl. (BIB D 1 13 et BIB D 1 14 aux Archives Municipales de Bordeaux).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les palus sont des cuvettes situées à l’arrière du bourrelet alluvial, présentant des altitudes inférieures à celle du fleuve. Les eaux pluviales et continentales charriées par les ruisseaux descendant du plateau landais percent exceptionnellement le bourrelet, ce qui explique le caractère marécageux de ces zones dépressionnaires, comme l’existence d’un dense réseau hydrographique, surtout fait d’esteys au cours mal défini. Ces milieux inhospitaliers voire nauséabonds, comme en témoigne le nom du Prat-Pudent attribué à une partie de Paludate, offrent néanmoins d’intéressantes potentialités agricoles, avec leurs terres limoneuses et les facilités d’accès proposées par la Garonne. Au prix d’un constant travail de drainage, les palus peuvent être mises en valeur, une entreprise dont rendent comptent les toponymes d’artigues relevés, pour les palus du nord de Bordeaux, à partir du milieu du XIIe siècle. (Boutoulle, Les seigneurs des eaux, 2006, p. 175)
  2. (« Guit » mot patois qui signifie canard.) Ce pont était établi à l'extrémité du Cours St Jean, pour traverser l'estey de Bègles, qui alors, faisait un coude, venait longer les bâtiments de la Manufacture (Les Enfants Trouvés) puis, faisant un autre coude, passait au pied de l'Hospice des Vieillards, longeait la rue Peyronnet, passait au pied de la Tour du Merle, puis sous les Maisons du Quai, pour débouler par l'aqueduc de la Calle du Marché des pierres dures, pour se jeter dans la Garonne.
    Ce pont avait été établi pour relier le Cours St Jean avec le faubourg très populeux dit des Terres de Bordes : il a été détruit pour faire place à la Gare, provisoire, puis définitive, aujourd'hui du Midi.
    Si nos anciens revenaient, ils trouveraient peut-être étrange que le progrès, comme on dit aujourd'hui, eut commis la faute d'isoler le faubourg, qu'eux avaient cru nécessaire de relier à la Ville, en faisant du Cours St Jean un cul-de-sac, ce qui est bien loin de continuer l'oeuvre grandiose conçue par notre éminent intendant Tourny qui avait tracé ce cours. (Alfred Jaudouin, Album, 1891, planche 29)
  3. Les travaux furent dirigés par Mr Charles Nepveu fils, représentant de l'entreprise à Bordeaux, par Mr Gustave Eiffel, chef de service de l'entreprise du pont, et par Mr Haussen conducteur des travaux. Commencés le 15 septembre 1858, les travaux furent achevés courant août 1860. La passerelle fut ouverte à l'exploitation le 1er septembre 1860 (erreur 1858), et après les épreuves de charge du 13 août (Marie-Noëlle Maynard, Les gares de Bordeaux, 1983, p.220)
  4. « Le quartier Belcier, totalement circonscrit par les installations ferroviaires, est d'autre part triplement influencé :
    • par les Abattoirs qui marquent son commerce de gros ;
    • par la gare qui, pour certains îlots, emploie plus du tiers des habitants actifs ;
    • par d'importants ateliers et usines, dont une verrerie ;
    qui accentuent le caractère « ouvrier » du mieux délimité des groupes de quartiers bordelais. Il présente bien des analogies avec le quartier Saint-Martial à l'autre extrémité du Croissant du Port. Mais si les logements y sont aussi étroits, certaines rues, bâties de 1919 à 1939, ont des immeubles plus salubres que ceux du voisinage des bassins à flot, bien que certaines impasses des quais, la proximité de campements de nomades en bordure du fleuve et l'isolement par les voies ferrées n'ajoutent rien au charme de ce secteur. Aussi les valeurs foncières y sont-elles particulièrement basses pour la rive gauche. Le quartier de Tauzia, aux maisons plus élevées, aux avenues plus larges que celles du quartier Belcier, souffre d'une compénétration des entrepôts et de l'habitat ; mais plus proche du centre urbain, il a attiré davantage, au total, les employés et les fonctionnaires que Belcier, tout en comptant beaucoup moins d'étrangers. À la sortie de la gare, côté ville, hôtels et restaurants occupent la plupart des immeubles, sans avoir pu, cependant, donner naissance à un véritable noyau commercial. La gare Saint-Jean est décidément trop éloignée du Centre pour qu'on s'établisse auprès d'elle. Pierre Barrère, 1956, p.24

Références[modifier | modifier le code]

  1. Virginie Rooryck Llorens, « ZAC Saint-Jean Belcier », sur Bordeaux 2030 (consulté le 30 octobre 2017).
  2. Éric Cron, « Guerre aux démolisseurs », La recherche en Aquitaine, sur Patrimoine et Inventaire d'Aquitaine, SRPI, (consulté le 5 janvier 2018).
  3. « Histoire du Parlement de Bordeaux », sur BnF Gallica.
  4. J.-A. Brutails, « La barbe du chanoine Belcier », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde,‎ , p. 267-275 (lire en ligne).
  5. Louis Desgraves, Evocation du Vieux Bordeaux, Les Éditions de Minuit, , p. 411.
  6. Annick Descas, « D’où vient le nom de cette rue ? », Au fil des rues, sur Le blog de la gare Saint-Jean et de ses environs, Institut de journalisme de Bordeaux, (consulté le 9 décembre 2017).
  7. Claude Larronde, « Les noms de famille gascons dont l'origine relève de la géographie végétale », sur Les noms de famille gascons (consulté le 15 février 2018).
  8. Sandrine Lavaud 2005, p. 29.
  9. Sandrine Lavaud, « La palu de Bordeaux aux XVe et XVIe siècles », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. 114, no 237,‎ , p. 25-44 (DOI 10.3406/anami.2002.2752).
  10. Frédéric Boutoulle 2006, p. 177.
  11. Sandrine Lavaud 2002, p. 31.
  12. Cédric Lavigne 2011, p. 3.
  13. Cédric Lavigne 2011, p. 5.
  14. Cédric Lavigne 2011, p. 8.
  15. Sandrine Lavaud 2005, p. 27.
  16. Sandrine Lavaud, « L'emprise foncière de Bordeaux sur sa campagne : l'exemple des bourdieux (XIVe-XVIe siècles) », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. 112, no 231,‎ , p. 315-329 (lire en ligne).
  17. a et b Jean-Louis David, « Extrait Du Registre Des Délibérations Du Conseil Municipal », Registre Des Délibérations Du Conseil Municipal,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  18. CHU de Bordeaux, « L'hôpital de la manufacture » (consulté le 1er décembre 2017).
  19. Charles Braquehaye, Claude de Lapierre, maître tapissier du duc d'Épernon, fondateur des manufactures de tapisserie de Cadillac et de Bordeaux, p. 472-482, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Typographie de E. Plon et Cie, Paris, 1892, session 16 ( lire en ligne ).
    Il y a une erreur : Jacques Robelin n'est pas le fils d'Adam, mais le frère.
  20. Eugène Mabille, De la condition des enfants trouvés au XVIIIe siècle dans la généralité de Bordeaux, Bordeaux, Y. Cadoret, , 198 p. (lire en ligne), p. 60-61.
  21. Eugène-Humbert Guitard, « Fourniture de drogues à l'Hospice de Bordeaux (Hôpital Général de la Manufacture) sous Louis XIV », Bulletin de la Société d'histoire de la pharmacie Année 1913 Volume 1 Numéro 3 pp. 43-44, vol. 1, no 3,‎ , p. 43-44.
  22. Amis du Patrimoine du C. H. U. de Bordeaux, « Les enfants trouvés et l'hôpital de la Manufacture à Bordeaux (1689-1880) », Revue historique de Bordeaux et de la Gironde, vol. 3ème série, no 5,‎ , p. 189 (lire en ligne).
  23. Lycée Montesquieu (Bordeaux), « Un quartier portuaire et manufacturier qui voit le jour au XVIIe siècle », L'identité et l'évolution d'un quartier de Bordeaux : Bacalan, sur L’endroit, l’envers..., (consulté le 2 décembre 2017).
  24. Philippe Maffre, « L'annexe de l'église Sainte-Croix au Pont-du-Guit », Revue archéologique de Bordeaux, vol. 87,‎ , p. 157-161 (lire en ligne).
  25. Marie Kabouche 2000, p. 19.
  26. Jacqueline Du Pasquier, « Du goût classique relevé sur quelques objets bordelais », Revue des Études Anciennes, vol. 95, nos 1-2,‎ , p. 317 à 322 (lire en ligne).
  27. Musée des arts décoratifs de Bordeaux, Le décor de la vie : Bordeaux 1781-1790, Bordeaux, Imprimerie Fanlac, Périgueux, , 37 p., p. 25-29.
  28. Guy Devaux, « Pharmaciens pionniers de la production de porcelaine : ce que le service Flora Danica doit à l'apothicaire bordelais Marc-Hilaire Vilaris », Revue d'histoire de la pharmacie,, vol. 92, no 341,‎ , p. 7-18 (lire en ligne).
  29. Catherine Le Taillandier de Gabory, « Une « bouillotte » en porcelaine de Bordeaux », Revue Sèvres de la société des amis du musée national de céramique, vol. 17,‎ , p. 49-55 (lire en ligne).
  30. Frédéric Laux 2017, p. 27.
  31. Pierre Barrère 1956, p. 282.
  32. Marie Courbin 1986, p. 8.
  33. Marie Courbin 1986, p. 12.
  34. Docteur Levieux, Rapport sur les causes d'insalubrité de la ville de Bordeaux, Bordeaux, , 2 p..
  35. Marie Courbin 1986, p. 29.
  36. Louis Papy 1956, p. 36.
  37. Marie Courbin 1986, p. 36.
  38. Marie Courbin 1986, p. 18.
  39. Alain Beschi, « L’invention d’un modèle : l’architecture des « chais » en Gironde au XIXe siècle », In Situ [En ligne], 21, vol. 21,‎ , p. 37 (lire en ligne).
  40. H. Vincenot, La vie quotidienne dans les chemins de fer au XIXème siècle, Paris, Hachette, , p. 226.
  41. Daniel Faucher, « L'urbanisme dans l'Aquitaine maritime : Bordeaux et l'Aquitaine maritime. », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest., vol. 6-2-3,‎ , p. 268-274 (lire en ligne).
  42. Mairie de Bordeaux, « Bordeaux industriel », Histoire de Bordeaux, Passé présent (consulté le 2 décembre 2017).
  43. Marie Courbin 1986, p. 58
  44. Marie Courbin 1986, p. 69
  45. Louis Papy, « Un grand moment dans la formation d'une capitale régionale : Pierre Guillaume, La Population de Bordeaux au XIXe siècle. Essai d'histoire sociale », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. 49, no 1,‎ , p. 160-162 (lire en ligne).
  46. Charles Cazalet, Les Bains-Douches à bon marché, Bordeaux, L. Delbrel, coll. « Gallica », , 7 p. (lire en ligne).
  47. Bernadette Lacroix-Spacenska, « Petites histoires d'eau bordelaises », Bibliothèque municipale de Bordeaux,‎ , p. 1-13 (lire en ligne).
  48. Pierre Barrère, « L'Aquitaine occidentale devant la poussée démographique », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. 31, no 4,‎ , p. 455-459 (lire en ligne).
  49. Jacques Debat-Ponsan, « Projet d’abattoir et de marché aux bestiaux quai de Paludate », Abattoirs de Bordeaux, Archives Bordeaux Métropole, (consulté le 23 janvier 2018).
  50. Quentin Lefèvre, « Espaces publics ; idéal, revitalisation et acupuncture urbaine. », sur Master 1 professionnel : Paysage et évaluation environnementale dans les projets d'urbanisme et de territoires., IATU - Bordeaux Montaigne, (consulté le 25 janvier 2018), p. 29-38.
  51. Delphine Delas, « Belcier, ce quartier-là – Mapping vidéo », sur delphine-delas.com, (consulté le 4 février 2018).
  52. Jean-Claude Yvard, « Les inondations à Bordeaux depuis le XVe siècle : causes et périodicité », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. 108, no 214,‎ , p. 233 (lire en ligne).
  53. Ville de Bordeaux, « Place Ferdinand Buisson », Parcs, jardins et rives, sur Bordeaux et vous, (consulté le 19 février 2018).
  54. Luca Imhof, Lucas Moser, Jeanne Pittet et Lea Stuber, « La notion de droits de propriété dans les jardins collectifs bordelais », Institut de géographie de l’Université de Neuchâtel,‎ , p. 40-57 (lire en ligne).
  55. Bernard Toulier, « L'architecture scolaire au XIXe siècle : de l'usage des modèles pour l'édification des écoles primaires », Histoire de l'éducation, vol. 17,‎ , p. 1-29 (lire en ligne).
  56. Louis Desgraves, « La lecture publique à Bordeaux », Bulletin des bibliothèques de France, no 2,‎ , p. 111-120 (lire en ligne).
  57. Annie Lesca, « Exposition du musée Goupil à la bibliothèque Flora Tristan de Bordeaux-Belcier », Actualité, sur calestampar.org, (consulté le 14 décembre 2017).
  58. ABUL, « Bordeaux Install-partie GNU-Linux », L'Agenda du Libre (consulté le 14 décembre 2017).
  59. Jérémie VAUDAUX, « Belcier, le village assiégé », sur ceciestunexercice.fr, (consulté le 11 février 2018).
  60. Xavier Sota, « Saint-Jean-Belcier : les assos changent de monde », sur Sud Ouest, .
  61. Joël Ducos, « Historique d'Astrolabe », sur Astrolabelcier, (consulté le 7 février 2018).
  62. Astrolabe, « Coup d’œil sur l'accompagnement scolaire », sur astrolabe33.blogspot.fr, (consulté le 11 février 2018).
  63. Bordeaux7, « Belcier : Astrolabe, 21 ans et toujours là », sur CNewsMatin, (consulté le 11 février 2018).
  64. Astrolabe, « Astrolabe : le panier d'Ariane », sur Bordeaux Mécènes Solidaires, (consulté le 11 février 2018).
  65. A.-C. Desfontaine Maccagno, « Bordeaux Belcier/Carle-Vernet : un collectif pour se préparer aux mutations d'Euratlantique », sur Sud Ouest, .
  66. « Ateliers des Bains douches », sur Collectif des Bains Douches (Bordeaux-Belcier) (consulté le 9 février 2018).
  67. « La Maison de Nolan et des Familles », sur Mairie de Bordeaux (consulté le 9 février 2018).
  68. Pierre Lascabettes, « Quel devenir pour Bordeaux St Jean – Belcier – Bègles ? », sur a'urba (consulté le 1er mars 2018).
  69. « Blog des activités », sur Association Fait de ci de soi (consulté le 9 février 2018).
  70. Festival Bruit du frigo
  71. « Association Récup'R », sur Yelp (consulté le 9 février 2018).
  72. Isabelle Castéra, « Ces vélos que l'on recycle », sur Sud Ouest, .
  73. « L'association d'accompagnement TCA », sur Tout Cérébrolésé Assistance (Bordeaux) (consulté le 9 février 2018).
  74. « L'association Papier de plume », sur Papier de plume (Bordeaux) (consulté le 9 février 2018).
  75. « Site de l'association », sur ludoludik (consulté le 9 février 2018).
  76. Olivier Laügt, Pascal Duris, « Le patrimoine industriel de l’Aquitaine, outil pour une valorisation de l’innovation (PIAq) », MSHA, (consulté le 19 janvier 2018).
  77. Marie Kabouche, Patrimoine industriel de la Gironde, Éd. du patrimoine (Paris), coll. « Gallica », , 286 p. (lire en ligne).
  78. Joël Pailhé, « Bordeaux-Sud : l'espace dans les luttes sociales », Espaces Temps, vol. 18, no 1,‎ , p. 141-151 (lire en ligne).
  79. Marie Kabouche, « Fonderie Garnier, puis Garnier-Garlandat », Patrimoine industriel Bordeaux, sur Inventaire général, Conseil Régional d'Aquitaine, (consulté le 13 décembre 2017).
  80. Philippe Chassaigne, « L'opinion publique et les grèves en Gironde (1945-1954) », Annales du Midi, vol. 111, no 225,‎ , p. 65-84 (lire en ligne).
  81. Silices pour tous, « Sable de Fontainebleau » (consulté le 13 décembre 2017).
  82. Alexandre Fleury, « Le Verre comme passion », Le Petit Vendomois,‎ (lire en ligne).
  83. Marie Kabouche, « Verrerie Domec », Inventaire général du patrimoine culturel, Conseil Régional d'Aquitaine, (consulté le 13 décembre 2017)
  84. Jean-Louis David, « Extrait Du Registre Des Délibérations Du Conseil Municipal », Registre Des Délibérations Du Conseil Municipal,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  85. Cécilia Comelli et Valérie Kociemba, Bordeaux : les lumières de la ville : Prologue au Colloque international FSA-UNESCO " Sites du patrimoines et tourisme, Québec, Canada, Presses de l'Université Laval, , 20 p. (ISBN 9782763794389, lire en ligne), p. 13.
  86. Philippe Caumes, « Baudin-Limouzin », sur Le courrier de l'architecte, (consulté le 11 février 2018).
  87. Ville de Bordeaux, « Gymnase Robert Geneste », Équipements sportifs, sur Bordeaux (consulté le 11 février 2018).
  88. Isabelle Castéra, « Redécoupage des quartiers prioritaires à Bordeaux : une réforme à « haut risque » », Sud-Ouest, vol. À la une - Bordeaux,‎ (lire en ligne).
  89. Pascal Tozzi, « Enjeux participatifs dans l’adaptation urbaine durable », Sud-Ouest européen, vol. 37,‎ , p. 105-116 (lire en ligne).
  90. Sarah Montero, « Dissonance et conflictualité entre projet urbain et projets d’habitants pour l’aménagement culturel de Bordeaux », Sud-Ouest européen, vol. 38,‎ , p. 121-135 (lire en ligne).
  91. Anne Sallenave, coordinatrice, « Belcier-Vers un écoquartier ancien », sur belcier.bainsdouches.free.fr, (consulté le 10 décembre 2017), p. 12.
  92. Guilhem Blanchard, « Quelle traduction des stratégies territoriales de transition énergétique dans les choix opérationnels des projets d’aménagement ? L’exemple de Bordeaux Saint-Jean Belcier », Développement durable et territoires, vol. 8, no 2,‎ , p. 1-19 (lire en ligne).
  93. Euratlantique, « Quartier d’affaires Armagnac », Projets Bordeaux Euratlantique, (consulté le 18 février 2018).