Louis-Urbain Aubert de Tourny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis-Urbain Aubert
marquis de Tourny
Pierre Allais - Portrait de Louis-Urbain Aubert, marquis de Tourny (1695-1760) - 1748 - Musée des beaux-arts de Bordeaux.jpg
Fonctions
Intendant de la généralité de Bordeaux
-
Intendant de la généralité de Limoges
Biographie
Naissance
Décès
(à 65 ans)
Paris
Activité
AdministrateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Urbain Aubert, marquis de Tourny
Mère
Marie-Anne Le Tellier

Louis-Urbain Aubert, marquis de Tourny, baron de Naly, né à Paris le [1] et mort le à Paris, est un administrateur français du XVIIIe siècle. Intendant de Guyenne, il œuvra à la transformation de Bordeaux, dans la continuité de l'intendant Boucher.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Louis-Urbain Aubert est le fils d'Urbain Aubert[2], chevalier, marquis de Tourny, seigneur de La Falaize, Carcassonne, Mercey et autres lieux, receveur général des Finances de la généralité de Caen, puis président en la cour des comptes, aides et finances de Normandie (office n° 1 entre le et )[3], et de sa femme Marie-Anne Le Tellier[4].

Sa sœur, Marie Catherine, épouse le comte de Grancey, chef d'escadre des armées navales. Cette union est sans descendance survivante et le comté de Grancey reste attaché aux marquis de Tourny.

Carrière[modifier | modifier le code]

Le marquis de Tourny par Joseph Charles Marin, exposé au musée d'Aquitaine.

Après une belle carrière classique dans la haute robe qui le voit se hisser de conseiller au Châtelet en 1714, puis au Grand conseil en 1717, jusqu'à la charge de maître des requêtes au Conseil d'État en 1719, il est nommé intendant à Limoges en . Il est chargé par le Roi de l'achat de la vicomté de Turenne en 1738.

En 1743, il devient intendant de Guyenne à Bordeaux. Il embellit les quais sur la Garonne, fait aménager des places, fait ouvrir des avenues et crée un jardin public, le jardin public de Bordeaux. Il est nommé conseiller d'État en 1757.

Lorsqu'un siècle plus tard le jeune baron Haussmann fut préfet de la Gironde, entre 1851 et 1853, il observa avec attention les méthodes de modernisation urbaine et les montages juridiques qu'Aubert avait mis en place à Bordeaux et s'en inspira pour les travaux qu'il effectua ensuite à Paris comme préfet de la Seine[5].

Statue de Louis-Urbain-Aubert de Tourny sur la place de Tourny.

Il épouse en 1721 Jeanne Claude Cherouvrier (+ mars 1746 à Bordeaux à 50 ans). De leur union naissent trois fils[4] et une fille :

  • Claude Louis Aubert de Tourny (1722-1760 décédé à Suresnes, enterré au couvent de Sainte-Aure à Paris) avocat général au Grand Conseil, puis maître des requêtes, intendant de Guyenne à la suite de son père de 1757 à 1760[6]; sans alliance;
  • Catherine Marie Félicité Aubert de Tourny (1725-1753), pensionnaire dans les couvents de la Visitation de Limoges puis de la rue St-Jacques à Paris, enfin religieuse au couvent (des Bénédictines) du Calvaire du Luxembourg à Paris[7]
  • Bernard Augustin Aubert de Tourny, dit abbé de Tourny, docteur en théologie de la faculté de Paris, chanoine de l’Église de Paris, vicaire général de l’évêque de Blois (1760);
  • Jean Louis Aubert de Tourny (1735-1787) lieutenant général des armées, dit le chevalier de Tourny, puis à partir de 1762 le marquis de Tourny, qui épouse en 1755 Antoinette Bénigne Bouhier de Lantenay, fille d'un président au parlement de Bourgogne;

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs voies ont reçu le nom de Tourny en hommage à l'intendant : à Bordeaux (Place Tourny, allées de Tourny), cours Tourny (maintenant cours Clémenceau) ; à Périgueux (allées de Tourny) ; à Libourne (Cours Tourny).

Une première statue en marbre est érigé place Tourny en 1825, l’œuvre de Joseph Charles Marin. Cette statue est remplacée par une statue en bronze en 1900, l’œuvre de Gaston Veuvenot Leroux[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Registre paroissial de Jouars-Pontchartrain, BMS, 1692-1699, vue 82 », sur Archives départementales des Yvelines
  2. On doit à Urbain Aubert en 1706 le « château du Point du Jour », notice no IA27000024, à Vernon (Eure).
  3. « Cour des aides (1440-1790) - page 140 », sur http://www.archivesdepartementales76.net, (consulté le )
  4. a et b Des Diguères 1870, p. 246
  5. Nicolas Chaudun, Haussmann, préfet de la Seine, émission radio de Canal Académie, 12 juillet 2009.
  6. Son testament est numérisé sur le site siv des Archives nationales.
  7. Lettre d’une Religieuse du Calvaire à une demoiselle de ses amies, 1756. Numérisé.
  8. « Statue de Tourny », sur Histoire en monuments de Bordeaux.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]