Galerie Bordelaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Galerie Bordelaise
Bordeaux Galerie Bordelaise17.JPG
Présentation
Type
Architecte
Gabriel Joseph Durand
Construction
1833-1834
Propriétaire
Privés
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bordeaux
voir sur la carte de Bordeaux
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La Galerie Bordelaise est une galerie commerçante située à Bordeaux. Elle est, avec le passage Sarget, l’un des deux passages couverts de la ville. Très en vogue durant la première moitié du XIXe siècle, cette galerie de province rivalise d’élégance avec les passages parisiens.

Sa construction a été commencée en 1833 sous la direction de l'architecte Gabriel-Joseph Durand (1792-1858)[1] et a été ouverte au public le 1er avril 1834. Elle est inscrite au titre des monuments historiques en 1975[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

La galerie en diagonale relie l'angle formé par les rues de la Maison-Daurade et Piliers-de-Tutelle à celui des rues Sainte-Catherine et Saint-Rémi.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création du passage est due à l'initiative de quatre riches négociants sud-américains, vivant à Bordeaux après avoir quitté le Mexique lors de la guerre au Mexique. Ce sont le marquis de la Torre et MM. Gimet, de Yrigoyen et Caillavet[3]. L'architecte départemental Gabriel-Joseph Durand, agissant pour une commande privée, assure la direction des travaux[4]

La première dénomination du passage est Galerie de la Torre. Ramona de la Torre, née à Veracruz en 1804, et appartenant à une des familles les plus riches de Bordeaux, intervint dans sa construction[5].

La galerie est une propriété privée, appartenant à 65 copropriétaires dont plusieurs commerçants. Par contre le passage est public, il est classé aux monuments historiques. La rénovation de la galerie, ne peut pas s'effectuer tant qu'un accord n'est pas trouvé pour le financement des travaux entre les différents propriétaires[6]. La totalité des travaux est estimée à 3 millions d'euros. La première tranche débute en septembre 2015, pour 1 million d'euros, dont 25 % sont pris en charge par la ville de Bordeaux et 35 % par l’État. L'architecte chargé des travaux est Denis Boullanger[7].

Description[modifier | modifier le code]

C'est l'un des rares passages couverts conçus dans la diagonale de l’îlot de construction[8].

Les deux entrées sont munies de grilles de fer et de colonnes en marbre[9]. La corne d'abondance, motif de décoration de la galerie, est présente en de nombreux endroits.





Galerie[10][modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Johann Friedrich Geist, Le Passage. Un type architectural du XIXe siècle, traduction par Marianne Brausch, Pierre Mardaga éditeur, 1989 , (ISBN 2-87009-315-2) ; traduction revue et complétée de la 4e édition en langue allemande, (de) J.-F. Geist, Passagen, ein Bautyp des 19. Jahrhunderts, München, Prestel-Verlag, 1969, 1978, 1979, 1982 (ISBN 978-3-7913-0487-8), p. 172-174
  • Bertrand Lemoine (préf. Jean-Pierre Babelon), Les passages couverts en France, Paris, Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris, , 253 p. (ISBN 978-2-905118-21-9 et 2-905-118-21-0), p. 206-207
  • Robert Coustet et Marc Saboya, Bordeaux, le temps de l'histoire ; architecture et urbanisme au XIXe siècle (1800-1914), Bordeaux, Mollat, , 270 p. (ISBN 2-909351-56-4, présentation en ligne)

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel-Joseph Durand : voir dans Coustet et Saboya, 1999, p. 115-120
  2. « Notice de la Galerie de Bordeaux », notice no PA00083185, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 7 novembre 2010
  3. Source : Tourisme en France
  4. Gabriel-Joseph Durand est aussi l'architecte de l’Hôtel de Bryas (1822) et de l'abattoir général de Bordeaux (1824-1832 ; emplacement libéré par la démolition du fort Louis, cours St Jean ; l'abattoir fût détruit vers 1930, pour une nouvelle implantation quai de Paludade).
  5. Galerie bordelaise Institut Cervantes
  6. Source : Le point
  7. Bordeaux: Les travaux de rénovation de la Galerie Bordelaise annoncés pour septembre 20minutes, 6 juillet 2015
  8. voir également Coustet et Saboya, 1999, p. 118-120
  9. Album du voyageur à Bordeaux
  10. « Galerie Bordelaise », sur petit-patrimoine.com (consulté le 15 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]