Scouts de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Scout de france)
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec les Scouts et Guides de France, fondés en 2004 à la suite de la fusion avec les Guides de France.
Scouts de France
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi 1901
But Scoutisme
Zone d’influence France
Fondation
Fondation
Fondateur Jacques Sevin, Antoine-Louis Cornette, Édouard de Macedo
Identité
Siège Paris
Affiliation internationale OMMS
Méthode Scoutisme catholique masculin, puis co-éduqué (1981)
Membres 50 000 (2004)
Dissolution
Dissolution
Fusionnée dans Scouts et guides de France

Les Scouts de France, association française créée en 1920 a été le principal mouvement de scoutisme en France. Elle disparaît en 2004 lors de sa fusion au sein des Scouts et Guides de France.

Reconnu d'utilité publique en 1927, le mouvement est à l'époque un mouvement de scoutisme tout en étant d'un catholicisme traditionnel.
En 1940, les Scouts de France participent à la création de la fédération du scoutisme français. Ils connaissent leur apogée aux débuts des années 1960 quand ils comptent plus de 140 000 membres. En cohérence des réformes issues du concile Vatican II, la pédagogie est profondément revue, ce qui conduit au départ de nombreux jeunes vers les Guides et scouts d'Europe puis à la création du mouvement Scouts unitaires de France. En 1981, à la suite de l'échec du rapprochement avec les Guides de France, le mouvement s'ouvre à la coéducation.

Il incite ses jeunes membres à l'auto-éducation par la pédagogie spécifique du scoutisme dans un but de développement de la personnalité et de sociabilité active. Catholiques, les Scouts de France étaient, depuis le milieu des années 1980, ouverts à tous les jeunes, sans distinction d'origine, de culture ou de croyance.

En 2004, la fusion du mouvement avec les Guides de France est finalement décidée, par décision des assemblées générales des deux associations. La structure administrative est dissoute dans l'association Scouts et Guides de France.

Dates historiques[modifier | modifier le code]

Portrait de Lord Baden-Powell, fondateur du scoutisme.
Étendard des Scouts de France.
  •  : fondation des Scouts de France (SDF) par le père Jacques Sevin, le chanoine Antoine-Louis Cornette, Paul Coze et Édouard de Macedo, à la suite du succès rencontré en Grande-Bretagne par le mouvement Boys Scouts dirigé par Robert Baden-Powell depuis 1907.
  • Août 1920 : premier camp de Scouts de France, avec les Éclaireurs de France et les Éclaireurs unionistes, sous la direction du général de Maud'huy.
  • 1921 : quinze Scouts de France participent au jamboree de Richmond Park.
  • 1922 : de même que des groupes scouts s'étaient créés spontanément en France dans les années 1910, des groupuscules rattachés à des paroisses ou à des patronages se forment spontanément çà et là et mettent en application les méthodes du scoutisme. Ces tentatives, qui ont alors lieu sans réflexions communes, sont prises en main et supervisées par Albertine Duhamel, future fondatrice des Guides de France.
  • Juillet 1922 : 600 scouts et 30 louveteaux participent au premier camp national Scouts de France, à Chamarande.
  • 1923 : fondation du premier groupe marin (le groupe saint Louis à Paris), sous la direction d'Édouard de Macedo et du chanoine Cornette.
  • 1924 : 10 000 scouts catholiques partent à Rome rencontrer le pape Pie XI, à qui ils réservent une ovation de 10 minutes.
  • 1926 : premier rassemblement national louveteaux. Les scouts de France sont 8 000.
  • 1927 : reconnaissance de l'association comme étant une association d'utilité publique par le gouvernement français.
  • 1929 : 50 000 scouts se rassemblent au jamboree de Birkenhead. Parmi eux 2 500 Français, dont 1 500 Scouts de France. Un an plus tard, les scouts de France sont 24 000.
  • Seconde Guerre mondiale : on compte 72 000 scouts de France avant la guerre. Sous l'occupation Allemande, les mouvements de scoutisme sont interdits. Cela ne les empêche pas de perdurer. Certains scouts se regroupent clandestinement (c'est à cette période que le fameux chapeau scout « 4 bosses » est remplacé par le plus discret béret). En zone libre, Vichy essaye de contrôler le mouvement. Les cinq mouvements existants réagissent et s'organisent.
  • 24, 25 et 26 septembre 1940 : naissance de la Fédération du scoutisme français. Les mouvements de scoutisme se réunissent à l'Oradou, près de Clermont-Ferrand, et créent la « Charte de L'Oradou», qui fédère les associations féminines et masculines, mais respecte l'identité de chacun. À l'issue de la guerre, on dénombre non plus trois, mais quatre millions de scouts à travers le monde.
  • 1947 : les Scouts de France, ainsi que le Scoutisme français, organisent et participent au 6e jamboree mondial à Moisson[1]. C'est la première fois depuis la guerre qu'une délégation allemande vient en France.
  • 1949 : Michel Menu, commissaire national Éclaireur des Scouts de France lance les Raiders scouts
  • 1961 : le mouvement est à son apogée et compte 141 000 membres.
  • À partir de 1964, à la suite du concile Vatican-II et de l'évolution des réflexions pédagogiques dans la société, on assiste à la « modernisation » du mouvement sous la direction de François Lebouteux : tenues plus colorées, assouplissement de la discipline et adaptation de la pédagogie. La branche « Éclaireurs » (12-17 ans) est scindée en deux tranches d'âges « Rangers » (12-14 ans), les « chemises bleues », et « Pionniers » (14-18 ans), les « chemises rouges ». L'évolution modifie en profondeur le mouvement. Elle introduit notamment des pratiques démocratiques dans un modèle très hiérarchisé que ses détracteurs qualifiaient de militariste. Cette évolution sera globalement jugée trop progressiste par un grand nombre de troupes qui refusent d'appliquer la réforme et continuent avec l'ancienne pédagogie tout en restant au sein du mouvement scout de France. Ces troupes prennent le nom d'Unitaires (en référence à leur refus de perdre la transmission des connaissances entre jeunes par la scission des branches évoquée ci-dessus). Beaucoup d'enfants quittent cependant le mouvement, ne se retrouvant pas dans les réformes. La brutalité dans l'application de la réforme et la méconnaissance des réalités du terrain qui expliquent la forte baisse des effectifs après 1965.
  • 1971 : les Scouts de France refusent de continuer à accepter le mouvement Unitaire au sein de son mouvement et oblige les Unitaires à créer leur propre mouvement : les Scouts unitaires de France.
  • Les années 1970 voient le mouvement entreprendre une réflexion en profondeur et réorganiser la formation. Elle débouche en 1973 sur l’« Appel à l’espérance » et le rassemblement de 10 000 responsables, scouts de France et guides de France à La Trivalle[2].
  • Entre 1976 et 1981, Scouts de France et Guides de France cherchent à s'unir. À la suite de l'échec de cet objectif, les Scouts de France votent la coéducation lors de l'assemblée générale, ce qui va provoquer de nombreuses crises au niveau local avec les Guides de France, qui conservent leur identité féminine.
  • 1981 : le conseil national adopte les « Sarabandes » (unité accueillant les enfants âgés de 6 à 8 ans) au sein des Scouts de France.
  • 1983 : proclamation de la Charte des Scouts de France.
  • 2004 : fusion entre les Guides de France (mouvement féminin) et les Scouts de France (mouvement mixte, dans des unités coéduquées ou non). L'association des Scouts de France est dissoute. Le mouvement devient les «Scouts et Guides de France».

Projet institutionnel, éducatif et pédagogique[modifier | modifier le code]

La pédagogie des Scouts de France, héritée des réformes de 1964, a pour but d'inciter les jeunes à être actifs dans la société, en développant les relations entre eux et avec le monde. Les notions de solidarité, de citoyenneté sont fortement mises en valeur conformément au projet institutionnel :

« Former des citoyens heureux, utiles, actifs et artisans de paix »

Dans cet objectif, les Scouts de France s'appuient sur un projet éducatif comportant cinq grands domaines de développement, associés à un code de couleurs (utilisés notamment pour les insignes) et déclinés dans les différentes tranches d'âge :

  • la relation aux autres (rouge)
  • la relation au monde (vert)
  • la relation au corps (santé, activités physiques) (jaune)
  • la relation à soi (bleu)
  • la relation à Dieu (blanc)
Chemise d'un cadres des Scouts de France en 2004

Organisation[modifier | modifier le code]

Le mouvement Scouts de France était organisé en cinq tranches d'âges co-éduquées :

  • La « proposition sarabande » (6 à 8 ans)
  • Les « louveteaux et louvettes » (8 à 12 ans ; chemise jaune)
  • Les « scouts et scoutes » (11 à 15 ans ; chemise bleue) et les « mousses » (proposition marine)
  • Les « pionniers et pionnières » (14 à 18 ans ; chemise rouge) et les « marins » (proposition marine ; chemise bleu marine)
  • Les « compagnons » (17 à 21 ans ; chemise verte)

Les louveteaux, scouts et pionniers sont encadrés par une « maîtrise », composée de chefs et cheftaines, en général de jeunes adultes formés ou en cours de formation. Le mouvement Scouts de France propose sa propre formation : l'adulte doit valider une première semaine de formation (nommée STIP), animer deux semaines de camp en tant qu'assistant, puis valider une deuxième semaine de formation (nommée STAP) pour avoir la possibilité d'obtenir le brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur (BAFA) et de diriger un camp scout. Les compagnons sont eux accompagnés par un ou deux adultes, les « animateurs relais ».

Les cadres du mouvement (responsables de groupes locaux, responsables territoriaux et nationaux) portent la même chemise verte que les compagnons. Une des premières décisions lors de la création des Scouts et Guides de France sera de créer une nouvelle chemise violette pour cette catégorie.

Branches[modifier | modifier le code]

La pédagogie décrite ici a cessé d'être utilisée en 2008, après la fusion des Scouts de France avec les Guides de France en 2004. Les pédagogies actuelles sont présentées dans l'article des Scouts et Guides de France.

Louveteaux et louvettes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Louvetisme.

Les louveteaux et louvettes, dont la chemise était jaune, réunissaient les enfants de 8 à 12 ans. L’ensemble des louveteaux et des louvettes formait la « meute ». La meute était divisée en « sizaines » d’environ six louveteaux ou six louvettes. Chaque sizaine était menée par un « sizenier » ou une « sizenière » (ou « sizainier » et « sizainière »), un enfant plus âgé et expérimenté, chargé d'accueillir, d'aider et d'accompagner les plus jeunes, en particulier les nouveaux entrants. Ce rôle était toutefois beaucoup plus léger que celui de chef de patrouille ou de chef d’équipe dans les branches plus âgées. La réunion de la sizaine s'appelait le « conseil de sizaine » ; elle était suivie d'un « conseil des sizeniers », qui réunissait les sizeniers et sizenières autour d'un ou plusieurs chefs. La réunion de tous les enfants et des chefs s’appelait le « rocher du conseil », où étaient prises tous ensemble les décisions importantes.

Les noms « louveteau » et « meute » ont été imaginés par Vera Barclay, chargée par Baden-Powell de trouver une pédagogie adaptée aux plus jeunes. Vera Barclay a retenu Le livre de la jungle (de Rudyard Kipling) comme imaginaire de base. Bien qu'il en subsiste des traces dans le vocabulaire tel que « chasse », « rocher du conseil », « piste » ou « territoire » ou les personnages de Baloo et Bagheera, l'imaginaire du Le Livre de la jungle a été abandonné dans les années 90.

À la suite de la fusion avec les Guides de France en 2004, les louveteaux et louvettes ont fusionné avec les jeannettes pour constituer la branche louveteaux-jeannettes. La chemise des jeannettes étant bleu ciel, une nouvelle couleur commune a été choisie pour les louveteaux-jeannettes à la rentrée 2007 : l’orange.

Membres des Scouts de France de différents âges.

Loi et promesse[modifier | modifier le code]

Loi des louveteaux et des louvettes 
Les louvettes et les louveteaux sont copains avec tous.
Les louvettes et les louveteaux ont confiance en eux.
Les louvettes et les louveteaux sont curieux du monde.
Les louvettes et les louveteaux sont sportifs.
Les louvettes et les louveteaux sont amis du seigneur.
Promesse 
« Je sais que vous serez avec moi,
Même quand j’oublierai parfois un peu notre loi.
Alors, avec l’aide du Seigneur et de vous tous,
Je promets de faire de mon mieux pour suivre la loi des Louveteaux
Et grandir avec Baloo, Louna, Inouk, Baghera et Frère Loup. »

Pédagogie[modifier | modifier le code]

Au cours de l’année, les louveteaux vivent des « chasses », un imaginaire qu'ils choisissent, combinaison d’une histoire, d’activités, de découvertes, de rencontres et d’actions.

Avant d'entrer à la meute, le louveteau ou la louvette est « à l'affut », il observe. Lorsqu'il choisit d'entrer à la meute, il prononce sa promesse. Lors de cette courte cérémonie, il s'engage, en présence de ses pairs, à faire de son mieux pour respecter la loi des louveteaux et des louvettes. On demande aux louveteaux de faire « de leur mieux » pour progresser dans l'unité.

Après leur promesse, les louveteaux progressent en traversant des territoires. Celui de Baloo (l'ours copain avec tous), de Bagheera (la panthère sportive), Frère Loup (le loup ami du Seigneur), Inouk (le castor curieux du monde) et Louna (la chouette qui a confiance en elle). Ces deux derniers ont remplacé Kotick et Darzee à l’occasion d’une réforme pédagogique dans les années 90. Dans chaque territoire – chacun associé à l'un des axes du scoutisme (sens du concret, santé, sens du service, développement du caractère, sens de Dieu) –, le louveteau peut choisir une piste, dans laquelle il lui est demandé de faire une action lui permettant de mettre en valeur ce qu'il sait faire, ou mieux, d'apprendre à faire.

Lorsqu'il a réalisé sa piste, il reçoit un insigne correspondant au territoire. Une fois qu'il a fini la traversée des territoires, il peut découvrir le secret des loups, inspiré d'une phrase de Baden-Powell : « Les louveteaux ont une recette simple pour se procurer du bonheur ils s’arrangent avant tout pour donner du bonheur aux autres. » Il découvre la joie de donner du bonheur aux autres en mettant au service des autres les compétences qu’il a acquises pendant la traversée des territoires. Pour cela ils relèvent trois prouesses : la prouesse pour la meute ; la prouesse pour la famille ; la prouesse pour les copains, d’ici ou d’ailleurs. À chacune de ces prouesses est associé un insigne qui, forme un puzzle avec l'insigne du secret des loups. Au moment de monter chez les scouts, l'enfant laisse sa « trace », un témoignage de ce qu'il a vécu à la meute

Au plan spirituel, les louveteaux ont été placés par les fondateurs sous le patronage de saint François d'Assise, qui, dit-on, s'est lié d'amitié avec un loup qui terrorisait les habitants de la petite ville de Gubbio. Le territoire correspondant au développement spirituel est donc le « territoire de Frère Loup ».

Scouts et scoutes[modifier | modifier le code]

Les scouts et scoutes, dont la chemise était bleue, réunissaient les préadolescents de 11 à 15 ans. Cinq à sept scouts ou scoutes composaient une « patrouille », à la tête de laquelle l’un des jeunes, le « pilote », était chargé de la coordination. Plusieurs patrouilles formaient la « troupe ». La réunion de la patrouille, pour organiser un week-end, évaluer les activités vécues, choisir une aventure s'appelait le « conseil de patrouille » ; il était suivi du « conseil de l'aventure » (un membre de chaque patrouille et un ou deux membres de la maîtrise), pour définir et répartir les missions des patrouille dans l’aventure ; la réunion de l'ensemble des jeunes et des chefs était le « conseil de troupe », pour choisir et évaluer l’aventure.

Les « mousses » constituaient l’équivalent des scouts et scoutes pour le scoutisme marin : la patrouille était appelée la « bordée », la troupe, l’« équipage » et l’aventure, l’« expédition ».

À la suite de la fusion avec les Guides de France en 2004, les scouts et scoutes ont fusionné avec les guides pour constituer la branche scouts-guides.

Loi et promesse[modifier | modifier le code]

Loi des scouts et scoutes 
La scoute, le scout tient parole : «  en patrouille, je m’affirme et je fais des choix »
La scoute, le scout développe ses talents : « en patrouille, j’invente et j’explore »
Dieu propose à la scoute, au scout un chemin : «  en patrouille, je découvre en Jésus un ami »
La scoute, le scout a l’esprit d’équipe : «  en patrouille, j’accueille et je rends service »
La scoute, le scout prend soin de son corps : «  en patrouille, je me dépasse »
La scoute, le scout respecte l’autre : « fille ou garçon, j’exprime mes sentiments »
Promesse 

« Avec l'aide du Seigneur et de toute la troupe, je suis prêt à vivre selon la loi des scouts du monde entier. »

Pédagogie[modifier | modifier le code]

La progression du scout se fait en trois étapes et deux passages :

  • Première étape : découvrir la patrouille. Le scout rejoint une patrouille et vit une première activité en patrouille.
  • Premier passage : la promesse.
  • Deuxième étape : prendre des rôles dans l’aventure. Le scout réalise au sein de sa patrouille une action qui fait partie de la mission de sa patrouille pour la réalisation de l’aventure de la troupe.
  • Deuxième passage : week-end bivouac. Ce week-end est à destination des scouts qui ont vécu un rôle dans chacun des articles de la loi ou qui monteront bientôt aux pionniers. C’est une action conviviale en commun qui propose de faire une relecture de son parcours à la troupe, cela à la lumière de la loi scoute.
  • Troisième étape : marquer sa différence. Le scout fait l’inventaire de ses compétences, soit il ou elle en choisit une pour la mettre au service de la troupe en réalisant un exploit ou un chef d’œuvre, soit il ou elle développe cette compétence en se spécialisant.

Durant l'année, les scouts et scoutes vivent une « aventure », un projet choisi et réalisé par les patrouilles. Les aventures scoutes sont les suivantes :

  • « Aventure de l'Homme » (relation à soi - développement du caractère) : tenir parole, cette aventure correspond à la promesse et n'est pas reprise par des rôles.
  • « Aventure du monde » (relation au monde - sens du concret) : explorer le monde et inventer.
  • « Aventure du Peuple » (relation aux autres - sens du service) : servir et décider avec les autres.
  • « Aventure de la Vie » (relation au corps - santé) : exercer son corps et en prendre soin.
  • « Aventure de l'Alliance » (relation à Dieu - sens de Dieu) : marcher sur les pas de Jésus-Christ.

Durant chaque aventure, chaque scout ayant prononcé sa promesse assume un rôle (« photographe », « campeur », « pilote », etc.) au sein de la patrouille, pour la durée de l'aventure. Les différents rôles sont mis en œuvre lors des missions que les patrouilles choisissent pour mener à bien l'aventure. Chaque rôle est rattaché à un des axes de développement du scoutisme. Le scout ayant accompli au cours de son passage dans l'unité une action dans chaque axe de développement se voit remettre le label, l'insigne final de progression personnelle.

Le scout tient parole Le scout prend soin de son corps Le scout développe ses talents Dieu propose au scout un chemin Le scout a l'esprit d'équipe Le scout respecte l'autre
Promesse
  • Soigneur
  • Entraîneur
  • Navigateur
  • Trappeur
  • Explorateur
  • Artisan
  • Témoin
  • Pèlerin
  • Trésorier
  • Pilote
  • Reporter
  • Saltimbanque
Week-end bivouac

Pionniers et pionnières[modifier | modifier le code]

Les pionniers et pionnières, dont la chemise était rouge, réunissaient les adolescents de 14 à 18 ans. Cinq à sept pionniers ou pionnières composaient une « équipe », à la tête de laquelle l’un des jeunes, le « chef d'équipe », était chargé de la coordination. L’ensemble des équipes formait le « poste ». Le « conseil d’équipe » définissait les missions d’équipe, répartissait les tâches ou missions individuelles et adaptait les rôles de chacun à la mission ; l’« assemblée de poste » prenait les grandes décisions et faisait le point régulièrement sur l’année ou le camp ; le « conseil d’entreprise », qui organisait l'entreprise, réunissait les chefs d’équipe, les troisièmes étapes et un ou plusieurs chefs.

Les « marins » constituaient l’équivalent des pionniers et pionnières pour le scoutisme marin : l’équipe était appelée l’« équipage » et ils portaient une chemise bleu marine.

À la suite de la fusion avec les Guides de France en 2004, les pionniers et pionnières ont fusionné avec les caravelles pour constituer la branche pionniers-caravelles.

Loi et promesse[modifier | modifier le code]

Charte des pionnières et des pionniers 
Un pionnier aime la vie. Il développe ses capacités. Il vit son corps et respecte celui des autres.
Inventer et créer font d’un pionnier un acteur et non un spectateur.
On peut compter sur un pionnier. Il sait faire des choix et aller jusqu’au bout.
Un pionnier n’agit pas pour lui seul, il refuse l’injustice et porte à tous la même attention.
Chercheur de Dieu, un Pionnier partage ses convictions. Il trouve dans ses doutes des raisons de croire. Il prie avec ceux qui croient en Jésus-Christ.
Engagement 
Avec l’aide de tous et solidaire des Scouts du monde entier, je m’engage :
à vivre en pionnier (en pionnière)
à chercher Dieu,
à agir au service des hommes mes frères,
à progresser selon la Charte des Pionniers Scouts de France.

Pédagogie[modifier | modifier le code]

Les pionniers, pionnières et marins réalisent une « entreprise » (il s'agit d'un projet que l'on mène tout au long de l'année afin de préparer le camp) dans le domaine de la solidarité, de l'international, de l'Évangile, du sport, de la protection de l'environnement, de l'expression, de la communication ou encore de la fabrication. Leur projet est choisi et préparé par eux, la présence des chefs permettant de donner de l'aide, de faire le point, etc. C'est avec les pionniers que de grand projets peuvent être réalisés : faire un camp « sports en eaux vives », réaliser des voitures à pédale pour huit personnes, partir à la rencontre des scouts d'autres pays, faire un camp itinérant, participer à des fouilles archéologiques, etc. Lors du camp, un « chantier » est généralement réalisé (rejoignant sens du service) : participation à la reconstruction d'une maison, repeindre la barrière du propriétaire du lieu de camp, etc.

La progression du pionnier ou de la pionnière se fait d'année en année. C'est généralement au terme de sa première année que le jeune prononce son « « engagement ». Durant sa deuxième année le pionnier doit réaliser jusqu'à cinq contrats réciproques : ce sont des petites missions individuelles que réalise le pionnier en étant encadré par un chef référant (servir et échanger, chercher Dieu, vivre son corps, jouer la créativité, se dépasser). La fin de sa deuxième année est marquée par les « 48 heures » (se dépasser : 24 h découverte et 24 h nature) : un temps de réflexion durant lequel les jeunes partent en binôme pour deux jours et une nuit (l'itinéraire suivi et le lieu et moyen d'hébergement étant choisis à l'avance).

Enfin, durant la troisième année, le jeune acquiert une « spécialisation ». C'est dans ce contexte qu'il peut par exemple passer une formation de secourisme tel que l'AFPS ou encore apprendre à filmer, faire un montage audio et/ou vidéo, etc. Toutes ces progressions sont marquées par l'obtention de différents insignes. La fin de la progression des pionniers est marquée par la réalisation de l'exploit (ou « 36 heures ») par tous les pionniers de 3e année.

Compagnons[modifier | modifier le code]

Les compagnons réunissaient les jeunes adultes de 17 à 21 ans, en chemise verte. Trois à sept compagnons formaient une « équipe », et une ou plusieurs équipes formaient le « relais », animé par un ou deux adultes (souvent un couple), appelées « animateurs relais » (ou « anirel »).

À la suite de la fusion avec les Guides de France en 2004, les compagnons ont fusionné avec les JEM (jeunes en marche) en 2008 pour constituer la branche compagnons.

Loi et promesse[modifier | modifier le code]

Pédagogie[modifier | modifier le code]

Les compagnons réalisent eux-mêmes leur projet. L'aide des animateurs relais n'est que ponctuelle (mise au point sur l'avancée du projet, etc.) et ils ne partent pas en camp avec les compagnons. Les projets se vivent uniquement en équipe ; le relais compagnon est le lieu d'échange et de vie entre les équipes.

La pédagogie est fondée sur trois temps :

  • Le premier concerne la fondation de l'équipe. Il s'agit de réaliser un premier projet, afin de permettre aux membres de l'équipe de mieux se connaître, d'apprendre à fonctionner ensemble. Au terme de ce premier temps, les membres de l'équipe peuvent prononcer leur adhésion à l'équipe, soudée autour d'un « texte de fondation ». C'est au cours de cette cérémonie qu'ils reçoivent leur insigne (un médaillon) d'adhésion.
  • Après avoir passé ce « cap de la fondation », les compagnons entrent alors en deuxième temps, au cours duquel ils « prennent le large ». Il s'agit alors pour eux de réaliser un projet « riche »: riche en rencontres, en dépaysement, en apprentissage, en amitié… Ce projet s'effectue dans une relation de partenariat, généralement avec une autre association.
  • Après une relecture de ce projet, et le passage du « cap des appels », où les compagnons sont invités à vivre un projet personnel, ils entrent dans le troisième temps, un temps de « témoignage ». Ils achèvent alors pratiquement leur aventure scoute (en tant que jeune) et sont invités à réaliser un engagement : engagement au sein d'une association, de l'Église… Ou bien des Scouts et Guides de France (en devenant chef ou cheftaine par exemple).

Au terme de ces années et de leur parcours scout, les compagnons passent le « cap de l'envoi » et peuvent s'ils le souhaitent prononcer leur engagement compagnon, lors duquel ils disent devant d'autres leur itinéraire et leur désir pour l'avenir.

Propositions[modifier | modifier le code]

Les propositions pédagogiques spécifiques ne sont pas des branches au sens strict mais correspondent à des pédagogies développées pour répondre à des besoins spécifiques, en-dehors de la logique de branches.

Scoutisme marin[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Scoutisme marin.

Sarabandes[modifier | modifier le code]

La sarabande était une unité d'initiation au scoutisme, adaptée aux enfants de 6 à 8 ans. Elle est animée par les parents, autour d’un couple de parents « référents ». Ces unités organisaient des mini-camps (trois jours), en général sans dormir sous tente. Par conséquent, les sarabandes ne constituaient pas un branche.

À la suite de la fusion avec les Guides de France en 2004, les sarabandes ont fusionné avec les farandoles en 2008 pour constituer les farfadets.

Plein vent[modifier | modifier le code]

Les camps « Plein vent » étaient destinés aux jeunes issus de milieux défavorisés. À la suite de la fusion avec les Guides de France en 2004, cette proposition a fusionné avec la proposition « Soleil » des Guides de France et a pris le nom de « Scoutisme pour tous ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Guérin, L'Utopie Scouts de France, histoire d'une identité collective, catholique et sociale. (1920-1995), Fayard, 1997.
  • Michel Seyrat, 100 ans de scoutisme, album de famille des Scouts et Guides de France
  • Philippe Laneyrie Les Scouts de France - l'évolution du mouvement des origines aux années 80, Cerf 1985