Gaston Broquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Broquet (homonymie).
Gaston Broquet
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Conjoint

Gaston Broquet, né le à Void-Vacon, et mort le à Paris (16e arrondissement), est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

J. Sinapi d'après Gaston Broquet, Mémorial de la bataille du Léomont (1950), Vitrimont.

Gaston Broquet passe son enfance à Void où ses parents tiennent une boucherie.

En 1901, il est reçu au concours de l'école des arts décoratifs de Paris dans la section modelage[1].

À Paris, il est l'élève des sculpteurs Jean-Antoine Injalbert et Gabriel-Jules Thomas[2].

Le , à Auteuil, il épouse Jeanne Itasse, la fille ainée du sculpteur Adolphe Itasse, elle-même sculptrice et connue sous le nom de Jeanne Itasse-Broquet.

Il expose au Salon des artistes français en 1912 et obtient une médaille et une bourse de voyage d'un montant de 4 000 francs[3]. Il sera aussi récompensé par la Société des artistes français au salon de 1920 d'une médaille d'argent dans la section Sculpture et gravure en médailles et pierres fines[4].

Durant la Première Guerre mondiale, il est soldat puis brancardier sur le front et blessé en 1915 à La Harazée en Argonne[5]. Dans cette expérience des tranchées, il trouvera l'inspiration pour ses monuments aux morts qui le rendirent célèbre. Il collabore aussi avec la maison de faïence de Quimper Henriot[6].

Une rue de Void-Vacon porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de la guerre 1914-1918[modifier | modifier le code]

Détail du Monument aux morts de Châlons-en-Champagne.
Monument aux morts de Saint-Soupplets.

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1912 : Le Vautour blessé (Robespierre).
  • 1914 : Vautrin de Balzac.
  • 1920 : Dans la Boue de la Somme, médaille d'or.
  • 1930 : Buste du sculpteur Abel Jamas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Est Républicain, 12 janvier 1901, p.2.
  2. Annales de l'Est, vol. 44, partie 2, Éd. Berger-Levrault et cie, 1930, p. 521.
  3. Bulletin des sociétés artistiques de l'Est, Nancy, 1895-1914.
  4. Journal Officiel de la République Française, p. 12872, 2 septembre 1920.
  5. Martine Veillet, Ils étaient camarades de tranchées : sur les traces de Louis Maufrais, Éd. Robert Laffont, 2014 (ISBN 9782221145142).
  6. Nicolas Bernard, Finistère, Éd. Christine Bonneton, 2003.
  7. http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/lieux/communaux/chalons.htm
  8. Patrimoine de France
  9. Le monument de Commercy
  10. Le monument de Samogneux
  11. « Le monument du Léomont à Vitrimont » sur petit-patrimoine.com.
  12. Bulletin Meusien, no 699, 3 novembre 1928, p.1.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Denizot, Verdun et ses champs de bataille, Nouvelles Éditions latines.
  • Stéphane Richemond, Les orientalistes: dictionnaire des sculpteurs, XIXe-XXe siècles, p. 56-57, Les Éditions de l'Amateur, 2008 (ISBN 9782859174842).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :