Béthelainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Bettelainville.
Béthelainville
La rue Basse, vu de la terrasse de l'église
La rue Basse, vu de la terrasse de l'église
Blason de Béthelainville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Clermont-en-Argonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Verdun
Maire
Mandat
Christian Jacques
2014-2020
Code postal 55100
Code commune 55047
Démographie
Population
municipale
178 hab. (2015 en diminution de 6,81 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 03″ nord, 5° 14′ 07″ est
Altitude Min. 232 m
Max. 343 m
Superficie 11,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Béthelainville

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Béthelainville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Béthelainville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Béthelainville

Béthelainville est une commune française située dans le département de la Meuse en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Béthelainville est située à l'ouest de Verdun-sur-Meuse, aux portes de l'Argonne, dans un paysage vallonné. Le village est construit à flanc de colline, entouré des champs exploités par les agriculteurs du village.

Béthelainville se situe à 3 km des villages de Sivry-la-Perche, Montzéville, Fromeréville-les-Vallons et à 6 km de Dombasle-en-Argonne. Il est depuis 2007 à proximité de la gare TGV[Laquelle ?].

Altitude : 260 m.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve des traces de la commune à la période Gallo-Romaines. Des vestiges de cette époque ont été trouvés dans le village lors de fouilles partielles faites en 1838.On peut lire :

« Découverte dans la partie basse du village, derrière et à côté de la maison...... les traces d'un vicus ou plutôt d'une mansio. Le sol offre à 20 cm environ de profondeur des substructions antiques, des fragments de grandes tuiles plates rebords et grosses tuiles creuse ainsi que des débris de poterie noire et rouge. J'ai aussi reconnu sur la cote qui domine le village, lieu dit.......... dans un champ de sieur... les vestiges d'une habitation gallo romaine : on aperçoit sur le sol beaucoup de débris de grandes tuiles à rebords et de grosses tuiles creuses. Cet édifice pouvait être une maison forte située sur cette éminence, en face de la mansio, servant de protection. A peu de distance de la ferme de Vigneville situé sur le territoire de Bethelainville, on rencontre la trace de la voie antique, connue dans le pays sous le nom de Chemin des Rouyeux ou des Romains. »

L'origine du nom de BETHELAINVILLE provient comme celui de beaucoup de nom de ville de cette période Gallo-Romaine où il était coutume de nommer un lieu en utilisant le nom d'une maison de plaisance de quelque grand nom d'un personnage important de ce lieu et de l'associer avec le nom "villa".

  • L'orthographe du nom variait selon les transcriptions manuscrites et se trouve ainsi déformée partiellement, comme le prouve les différentes orthographes retrouvées au cours du temps
  • BUSLEI-VILLA en 962 (bulle de Jean XII)
  • BELANE-VILLA en 963 (ch de Béreuger)
  • BETELANI-VILLA Xème (polyp de Reims) en 1041 (dipl de l'empreur Henri III – 1047 – 1060 – 1125 (cart de Saint Vanne)
  • BETELINI-VILLA 1015 h (ibid)
  • AD VILLAM BETELANI 1049 (ibid)
  • BETHELAINVILLE 1082 (fond de l'Abbaye de Saint Airy) 1254 (cart de Saint Vanne)"

En 995 il est mention de la commune dans « La seigneurie rurale en Lorraine d'après ….page 262 » Censier de l'abbaye de Saint Vanne de Verdun n°9

  • Le 1er prêtre est nommé à Bethelainville en 1082.
  • Le 16 juin 1581 : "Le duc de Lorraine accorde à la communauté de Bethelainville et Vigneville la juridiction de leurs bois, à l'exclusion du gruyer des Montignons avec ressort au bailliage de Clermont. Le duc Henri confirme..." extrait de Chantilly  les archives le Cabinet des titres – Volume 3 – Page 109
  • On trouve également des personnages ayant vécu à Bethelainville comme il est fait mention le 9 juillet 1583 :

"Famille de BERTINET de SOUHESMES descendait de Jean de BERTINET natif de Bethelainville dans le bailliage de Clermont qui obtint de Charles III des lettres patentes..."(Revue Historique de la Lorraine -Volume 58 Page 268)

  • Le 21 février 1667 il est mention d'Ancéréville dans la Revue Historique de la Lorraine, volume 58 page 268

"Famille de BERTINET de SOUHESMES descendait de Jean de BERTINET natif de Bethelainville dans le bailliage de Clermont qui obtint de Charles III des lettres patentes..."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001   Christian Jacques SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2015, la commune comptait 178 habitants[Note 1], en diminution de 6,81 % par rapport à 2010 (Meuse : -1,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
413 433 447 453 511 532 551 576 601
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
592 539 568 488 498 474 483 418 398
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
363 372 356 250 249 217 230 192 199
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
175 182 195 195 189 177 186 192 180
2015 - - - - - - - -
178 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

À proximité de Béthelainville il y a eu deux châteaux, celui d'Ancerville du XVIIIe siècle (bâtiment protégé inscrit à l'inventaire du patrimoine culturel) dont il reste comme vestige un pilier de l'entrée toujours visible à la ferme d'Ancerville. Ce château au milieu du XVIIIe siècle appartenait à la famille Ogier seigneur d'Ancerville.

Le deuxième château dont il ne reste rien se situait à Germonville, petit hameau à 2 km de Fromeréville. Il fut totalement détruit pendant la guerre de Trente Ans. On y trouvait le château des seigneurs de Vignolles : seigneurs de Germonville et de Fromeréville comme on peut le voir dans les actes de la mairie de Fromeréville, celle-ci possédant les actes à partir de 1793.

Autres bâtiments inscrits au patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Croix monumentale construite en 1889 au lieu-dit de Vignéville[5].
  • Église Saint-Martin de Béthelainville, de type basilical avec une tour clocher, construite en 1861-1862 par l'architecte Lapierre. Servant d’hôpital auxiliaire pendant la Première Guerre mondiale, elle est endommagée à cette période. Elle est restaurée à la fin du 1er quart du XXe siècle. On peut y voir les armoiries de Mgr Louis Rossât, évêque de Verdun de 1844 à 1866, ainsi que l'ensemble du mobilier à l'exception de la chaire, réalisé par Laurent jeune, sculpteur à Nancy en 1861[6].
  • Presbytère de la 1re moitié du XIXe siècle[7].
  • Plusieurs maisons et fermes (91 bâtis) du XIXe siècle, avec des chronogrammes indiquant 1837 et 1875[8]. Et plus particulièrement une ferme construite en 1837 située ruelle Jean-Fery[9] ainsi qu'une deuxième ferme construite en 1875 située Grande-Rue[10].
  • Deux puits du XIXe siècle en calcaire et pierre de taille[11],[12].
  • Lavoir, fontaine de la 1re moitié du XIXe siècle situés rue Haute[13].
  • Lavoir du XIXe siècle situé au lieu-dit de Vignéville[14].
  • Fontaine du 3e quart du XIXe siècle, située contre le mur de soutènement de l'église au sud[15].
  • Tombeau de Barbe Robinet construit en 1890 par le sculpteur Marc, de Beauzée[16].
  • Tombeau de Hyacinthe Hazard construit en 1885 par le sculpteur Arnould, de Verdun[17].
  • Tombeau de Marie-Anna Hazard construit en 1901 par le sculpteur Marc[18].
  • Tombeau du curé Jules-Hyacinthe Wacquant construit en 1933 contre le mur de l'église. Le tombeau est semblable à la tombe du curé Théophile Geoffroy (1870-1946)[19].

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • La Vierge du chêne

Il y a en haut de Béthelainville, en direction de Dombasles-en-Argonne, à la lisière de la forêt, un chêne centenaire. Dans un trou du tronc de ce chêne, dans une cavité naturelle, une Vierge en fonte blanche a été placée là.

Déjà vénérée au XIXe siècle, cette statue de la Vierge est une offrande faite, dans les temps ancestraux, par une famille de bûcherons, à la Vierge qui les a protégés. Alors qu'ils étaient perdus la nuit en pleine forêt, un soir d'orage, abrités sous le chêne, ils ont priés la Vierge. Le chêne les a protégés de l'orage et les loups nombreux dans les siècles passés dans la région les ont épargnés. En remerciement à la Vierge, ils ont placé une vierge dans le trou du chêne.

La statue d'origine a disparu quelque temps après, une autre l'a remplacée. Disparue au cours de la Première Guerre mondiale, elle est remplacée le jour de l'Assomption 1947. La statue en fonte blanche bénite avec la permission de l'évêque dans l'église enguirlandée de papier et de verdure, est portée en procession jusqu'au chêne. Tous les cinq mètres, un mai est planté en terre. De nombreux paroissiens des villages alentour participent avec les Béthelainvillois.

Depuis chaque 15 août, une messe est célébrée à Notre-Dame-du-Chêne. Dans la nuit du 24 au 25 mars 2010, la vitre protégeant la Vierge a été brisée, et la statue volée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

CREMILLIEUX Alexandre Memoire des Hommes.jpg
  • Jean Ogier Collas, Hussard officier du Premier Empire, né à Béthelainville. Jean Ogier Collas est le fils de Jean Nicolas Collas et de Marie Catherine d'Emerson. Il est né au château d'Ancerville (Moselle) dans un milieu aisé, son père était avocat au Parlement de Paris, sa mère était d'origine anglaise. Il s'engage volontairement dans le régiment de dragons de la Garde impériale le 1er juillet 1808. Il est rapidement nommé sous lieutenant au 10e régiment de cuirassiers dès le 13 mars 1813. Le 11 septembre 1813, il est incorporé avec son escadron au 3e provisoire de la grosse cavalerie de Hambourg; il rentre avec la garnison en mai 1814 après avoir fait la campagne de France. Il est blessé d'un coup de feu au travers du bras gauche lors de la bataille de Waterloo le 18 juin 1815. Jean Ogier Collas a participé aux guerres napoléoniennes : les batailles de Eylau (1807), Essling, Wagram, Eckmühl (1809), Montmirail, Montereau (1814), Ligny et Waterloo (1815).
  • Fritz Rössler, pilote allemand abattu sur le territoire de Béthelainville le 4 juin 1915.
  • Alexandre Jean Marie Cremilleux, soldat du 61e RI qui a été fusillé le 16 octobre 1914 dans le bas du village pour s'être mutilé pour échapper au combat. Il a été réhabilité le 9 décembre 1933.
  • Frère Eugène de Syrie (Jean Eugène Chartus) est né le 30 mars 1838 à Béthelainville, diocèse de Verdun. Ses parents arrivent comme colons en Algérie lorsqu’il a 12 ans (1850) et découvre sa vocation en lisant un journal annonçant l’arrivée des frères en tant qu’instituteurs communaux à Alger. Il entre au noviciat dans l’une des communautés d’Alger le 19 avril 1855, et y prend l’habit le 23 septembre 1855 (et fait la petite classe début octobre 1855). Sa santé donne des inquiétudes : il sera à Alger en 1857-1858, 1864-1868 (école maîtrise Sainte-Croix de la Kasbah), 1868-1871 (directeur de la communauté de l’école Saint-Augustin). Quand l’école est laïcisée en 1871, il est envoyé comme directeur à Stora 1871-1875, puis à Tlemcen (1875-1878) et simple Frère à Constantine (1878-1880). En 1880, il fait à Alger la 1re classe de la maîtrise de Notre-Dame-des-Victoires. En 1888-1890, il dirige l’école paroissiale d’El Biar ; il remplira divers postes au scolasticat d’El-Biar et à Alger. En 1898, il est envoyé en repos à Annecy. Après un retour en Algérie, il est envoyé à Marseille en 1906 où il meurt le 21 mai 1912[20].

Soldats enterrés à Béthelainville[modifier | modifier le code]

Des soldats de la Première Guerre mondiale sont enterrés à Béthelainville Originaires de la commune:

  • Fernand Robinet
  • Georges Jacques

Pas originaires de cette commune :

  • Jules Marius Clamens, soldat 2e classe du 141 RI, né le 2 mars 1889 à Cormis (Aveyron) et décédé le 26 septembre 1914 à l'ambulance 4 du XVe CA de blessures de guerre.
  • Louis Joseph Marius Gandon, soldat 2e classe du 55e RI, né le 13 juillet 1889 à Sainte-Eulalie (Ardèche) (Ardèche) et décédé le 27 octobre 1914 à l'ambulance 4 du XVe CA de blessures de guerre.
  • Jean Armand Abel Lemerle, soldat 2e Classe du 90e RI, né le 11 septembre 1894 à Saint-Benoît-du-Sault (Indre) et décédé le 28 avril 1916 à Béthelainville de blessures de guerre.

Contes et légendes[modifier | modifier le code]

Il existe en Meuse de nombreuses légendes mettant en cause des actes de sorcellerie, des meutes de loups, des disparitions inexpliquées, des corps mutilés retrouvés au petit matin - Par exemple, le livre d'Alain Fisnot, "À l'ombre du Bihan", Billan sur carte de Cassini racontant la légende d'un châtelain assassin dont l'histoire se passe à quelques lieues de Bethelainville.

On ne passait pas par Bethelainville par hasard, "on vient à Bethelainville, on ne passe pas à Bethelainville". Il n'y avait pas de route directe pour relier Verdun où se trouvait l'évêché. Au XVIIIe siècle une seule voie reliait Bethelainville et le monde. Il fallait descendre vers Vignéville, puis prendre à droite avant le lavoir actuel, puis emprunter le chemin blanc actuel allant vers Fromereville via Germonville.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Béthelainville Blason Parti: au 1er de gueules à l'échauguette d'or maçonnée de sable, au 2e d'azur à la tête de lion d'or; à la couronne de reine en chef et à quatre alvéoles de cire en pointe, tous deux d’or et brochant sur le parti.
Détails
Création Robert A. Louis et Dominique Lacorde. Adopté le 19 octobre 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. Notice no IA00036758, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Notice no IA00036757, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Notice no IA00036761, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Notice no IA00035857, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no IA00035850, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Notice no IA00036760, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no IA00036768, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Notice no IA00036769, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no IA00035860, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notice no IA00036767, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no IA00036766, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no IA00036764, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA00036762, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA00036763, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Notice no IA00036765, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Un noviciat à Saint Joseph », sur saint-joseph-el-biar.fr