Lacroix-Barrez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacroix.

Lacroix-Barrez
Lacroix-Barrez
Château de Valon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Aubrac et Carladez
Intercommunalité Communauté de communes Aubrac, Carladez et Viadène
Maire
Mandat
Louis Boyer
2014-2020
Code postal 12600
Code commune 12118
Démographie
Gentilé Crucibarrézien(ne)
Population
municipale
502 hab. (2016 en augmentation de 5,68 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 40″ nord, 2° 38′ 12″ est
Altitude Min. 300 m
Max. 804 m
Superficie 28,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Lacroix-Barrez

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Lacroix-Barrez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lacroix-Barrez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lacroix-Barrez
Liens
Site web lacroixbarrez.fr

Lacroix-Barrez est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie. Elle est située, comme Mur-de-Barrez, dans une région appelée le Barrez, raison pour laquelle ses habitants sont appelés les Crucibarréziens. Cette région faisait partie d'une région plus grande, le Carladez.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vezels-Roussy Taussac Brommat Rose des vents
Murols N Sainte-Geneviève-sur-Argence
O    Lacroix-Barrez    E
S
Saint-Hippolyte Montézic Saint-Symphorien-de-Thénières

Site[modifier | modifier le code]

Situé sur le plateau du Barrez à 780 mètres d'altitude, entre les Gorges de la Truyère à l'Est et la Vallée du Goul au Sud.

Map commune FR insee code 12118.png

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Lacroix-Barrez fut formée pendant la période de la Révolution française par la réunion des anciennes communautés et paroisses de Lacroix, de Bars, de Murols de Valcaylès et de Valon sous le nom de Lacroix. L'ancienne communauté de Valcaylès (Valcaires) fut détachée en 1829 pour être réunie à Taussac. En 1904, la majeure partie de l'ancienne communauté et paroisse de Murols fut érigée en commune. Le nom de Lacroix-Barrez fut Officiellement donné le 2 mars 1958 à la commune[1]. Le village de Lacroix s'est développé au cours de l'histoire comme carrefour routier et chef-lieu paroissial. Le village de Bars, également chef-lieu paroissial fut important au haut Moyen Âge, mais les deux lieux s'effacèrent sous la domination de Mur-de-Barrez. Enfin le hameau actuel de Valon était également le siège d'une petite paroisse, mais aussi d'un magnifique château fort qui contrôlait un passage de la Truyère, et qui reste le lieu le plus remarquable de la commune en termes de patrimoine.

Ancienne viguerie de Bars[modifier | modifier le code]

Lacroix-Barrez s'appelait en 1250 La Croix de Bars, du nom de l'ancienne viguerie carolingienne établie sur le territoire de la commune qui a donné son nom au Barrez et relevant des vicomtes de Carlat. Le village de Bars est situé à l'extrémité d'un plateau rocheux, avec son église qui est sous l'invocation de Sainte Geneviève. Le prieuré de Bar était en 1200 dans la mouvance de l'abbaye de Conques. La paroisse de Bar est mentionnée en 1267 dans le Livre de l'Épervier (livre fiscal de Rodez) comme comportant 500 feux.

Prieuré de La Croix[modifier | modifier le code]

Pierre, du lieu de La Croix-Barrez, est cité en 1251. La paroisse de Lacroix-Barrès existaient en 1287 puisqu'elle est cité pour la première fois dans un hommage rendu par l'un des coseigneurs de Murat-Lagasse à l'évêque de Clermont[2]. En 1304, on apprend par un accord passé entre Henri II, vicomte de Carlat et Guirbert de Telheto, religieux et prieur de Lacroix-Barrez, que celle-ci dépendait de l'abbaye de la Chaise-Dieu. L'église paroissiale est toujours dédiée à son fondateur, saint Robert qui était issu des seigneurs de Turlande. Cette charte fixe le partage entre la haute justice du vicomte et celle du prieur qui a une fonction criminelle ainsi que le privilège et la police de plusieurs foires locales[3]. En, 1669, le Prince de Monaco, devenu comte de Carladès, et le prieur de Lacroix entrèrent en conflit, chacun revendiquant la haute justice et le péage. En effet, de 1667 à 1791, le Carladez dépendait de la Maison de Monaco à la suite du don que leur avait fait Louis XIII pour récompenser leur fidélité et leur aide lors des guerres d'Italie.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1829, elle incorpore les anciennes communes de Bars, Murols et Valon[4]. Murols retrouve son autonomie en 1904[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 En cours Louis Boyer DVD Retraité fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 502 habitants[Note 1], en augmentation de 5,68 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3202961 5781 5691 7711 7891 8801 9001 827
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7121 7301 5461 7491 7101 8041 7631 7201 662
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5411 004959919902871902796761
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
733662613632574550527475502
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Valon.

Le Château de Valon  Inscrit MH (1925)[8] fut bâti à partir du XIIe siècle, la seigneurie de Valon dépendait de la châtellenie de Mur-de-Barrez, et cette dernière de la vicomté de Carlat. Pris et occupé plusieurs fois, par les calvinistes, les Anglais, les Routiers (brigands), il est devenu la propriété de la Communauté de communes de Carladez qui le remet progressivement en valeur.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de Lacroix-Barrez XXe siècle, dans sa crypte se situe le musée du cardinal Verdier (il regroupe des effets personnels, des souvenirs, des habits sacerdotaux)
  • Églises : Bars XVe siècle, Fraysse XIXe siècle
  • Chapelle castrale de Valon XVe siècle
  • Chapelle de la Capelote (Route de Mur de Barrez, XIXe siècle)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vaissière Marc, De Roèrgue a Avairon, 2005, p. 152.
  2. Saiges et Dienne, I. 198.
  3. Saiges et Dienne, II. CLXXXVIII.
  4. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Notice no PA00094039, base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Bernard Monzie), Lo Mur : Brocmat, La Crotz, Muròls, Taussac, Terondèls / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton del Mur-de-Barrés, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 239 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-26-2, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36688571)

Liens externes[modifier | modifier le code]