Saint-Auban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Auban
Saint-Auban
Saint-Auban.
Blason de Saint-Auban
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Grasse
Maire
Mandat
Claude Ceppi
2020-2026
Code postal 06850
Code commune 06116
Démographie
Gentilé Saint-Aubanais
Population
municipale
216 hab. (2018 en diminution de 6,9 % par rapport à 2013)
Densité 5,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 57″ nord, 6° 43′ 38″ est
Altitude Min. 899 m
Max. 1 689 m
Superficie 42,54 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Grasse-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-Auban
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Auban
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Auban
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Auban

Saint-Auban est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les saint-aubanais ou aubanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu de Saint-Auban est situé à 29 kilomètres de Castellane, 60 kilomètres de Grasse et 31 kilomètres de Puget-Théniers[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Commune située dans le parc naturel régional des Préalpes d'Azur[2], et limitrophe du parc naturel régional du Verdon.

La forêt domaniale[3] représente 1 691 hectares, se situant principalement dans les massifs du Pensier et de Bleine[4].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[5].

Hydrographie et eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[6] :

  • rivière l'Estéron, la Gironde,
  • ruisseaux de la Faye[7], du col des lattes[8], des lones[9],
  • torrent de la sagne,
  • vallons du riou, de la baume, de l'abey,
  • ravin de verraillon.
Le paysage entre Le Mas et Saint-Auban de part et d'autre de la CD5.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[10].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Village desservi par la départementale D2211 depuis Puget-Théniers.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Village desservi par le Réseau régional de transport et le réseau Lignes d'Azur[11].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté d'agglomération du Pays de Grasse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Auban est une commune rurale[Note 1],[12]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[13],[14]. La commune est en outre hors attraction des villes[15],[16].

La commune est dotée d'un plan local d'urbanisme[17] et d'un Dossier d'information communal sur les risques majeurs[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (87 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (76,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,3 %), prairies (6,6 %), zones agricoles hétérogènes (6,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,5 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un peu à l'Ouest du village de Saint Auban (Alpes-Maritimes), à la cote 1440 de l'État-major, se trouve une barre abrupte formant une gorge étroite et profonde, un thalweg de cassure creusé par l'Estéron, appelé aussi clue ou cluse sur l'extrémité Est de laquelle se trouve la relativement célèbre Clue de Saint-Auban[21],[22], enceinte de pierres sèches ou Castelar[23],[24],[25], qui servira de base à son château féodal, aux ruines pittoresques.

Le village est cité en 1166 sous le nom de « Sancto Albano ». Le village était alors situé plus haut comme le montre les restes de remparts.

Au XIIIe siècle, Saint-Auban est un chef-lieu de bailliage dont le suzerain est Raymond Béranger IV, Comte de Provence. En effet, en 1235 la vallée de Thorenc est conquise jusqu'à Saint-Auban par son officier Romée de Villeneuve, qui choisit Saint-Auban comme chef-lieu. Son rôle est de contrôler la frontière avec la principauté de Castellane et le commerce. Raymond Béranger IV se réserve la position stratégique de Gréolières-Haute.

À la mort de Raimond Bérenger en 1245, Romée de Villeneuve hérite par testament de la seigneurie de Vence, devient tuteur de la fille du Comte, Béatrice, comtesse de Provence et régent du Comté de Provence. En 1246, Romée de Villeneuve maria sa pupille à Charles d'Anjou, frère de Saint Louis, permettant ainsi la réunion de la Provence à la couronne de France.

En 1409, la seigneurie appartient aux Genovardis et passe aux Flotte d'Agoult en 1550[26], puis aux Villeneuve-Bargemon, en 1711.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Claude Ceppi UMP-LR Retraité

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[27] :

  • total des produits de fonctionnement : 434 000 , soit 1 887  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 545 000 , soit 2 371  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 292 000 , soit 1 268  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 272 000 , soit 1 181  par habitant ;
  • endettement : 104 000 , soit 453  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 10,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 9,49 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 26,53 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2017 : médiane en 2017 du revenu disponible, par unité de consommation : 17 450 [28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[30].

En 2018, la commune comptait 216 habitants[Note 2], en diminution de 6,9 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +0,5 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
607624622585641660687647636
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
634615574573554540481460511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
424383332287273274253207202
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
219211225221217267232227221
2013 2018 - - - - - - -
232216-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignement[33] :

  • Écoles : maternelle et élémentaire ;
  • collèges à Annot, Castellane, Puget-Théniers ;
  • lycées à Grasse.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[34] :

  • Médecins à Valderoure, Entrevaux,

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Élevage[36], fromagerie des Défends.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerce de proximité[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Route des clues de Provence[39] : la clue de Saint-Auban, gorges de 1 000 mètres environ, taillée dans la montagne par l'Estéron.
    Cette clue est remarquable par la verticalité de ses parois. L'Estéron a creusé des marmites dans son lit, avec des cascades. Dans un grotte découverte au cours des travaux pour aménager la route a été aménagé l'oratoire de Notre-Dame-de-Lourdes.
    Dans la clue, à 80 mètres au-dessus de la rivière se trouve la grotte d'Oneille[40] qui a été murée et aménagée en fort vers le XVIe ou XVIIe siècle.
  • Grotte-oratoire Notre-Dame-de-Lourdes dans les clues.
  • Porte de Tra Castel[41].

Patrimoine religieux :

  • L'église Saint-Étienne et Saint-Auban[42].
  • L'église Saint-Joseph[43], aux Lattes, restaurée au XVIe siècle[44].
  • La chapelle rurale Saint-Étienne[45].
  • La chapelle Notre-Dame de la Visitation des Pénitents Blancs[46], avec un clocher-mur.
  • Oratoire Saint-Étienne.
  • Le monument aux morts[47].

Autres patrimoines :

  • Les ruines du donjon et de l'enceinte du château, déjà cité au XIIIe siècle.
  • Porte Tracastel.
  • Menhir isolé : pierre levée[48].
  • Le château, ancienne gendarmerie, avec une façade classique.
  • Fontaine-lavoir, et lavoir.
  • Musée des traditions[49].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Auban Blason
De gueules à la palm d’or adextrée, en chef d’une étoile d’argent chaussé d’argent aux deux croisettes de gueules[50].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « OpenStreetMap », sur OpenStreetMap (consulté le )
  2. Parc naturel régional des Préalpes d'Azur : Saint-Auban
  3. Clue et forêt domaniale de Saint-Auban
  4. Cartographie des espaces protégés, ZNIEFF
  5. Didacticiel de la règlementation parasismique
  6. L'eau dans la commune
  7. Ruisseau de la Faye
  8. Ruisseau du Col des Lattes
  9. Ruisseau des Lones
  10. Table climatique
  11. Réseau Lignes d'Azur
  12. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. Plan local d'urbanisme
  18. Dossier d'information communal sur les risques majeurs
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. Guébhard Adrien. Notes brèves pour la Commission d'Études des Enceintes préhistoriques et Fortifications anhistoriques. In:Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 14, n°8, 1917. pp. 428-431 https://www.persee.fr/docAsPDF/bspf_0249-7638_1917_num_14_8_7642.pdf
  22. En topographie, le terme clue désigne un passage étroit, creusé par un torrent perpendiculairement à un massif montagneux, apparemment infranchissable. Comme toute topographie, elle est souvent à l'origine de la toponymie locale. Exemple: la clue de Sisteron, la clue de Barles, La Clusaz voir aussi http://www.donnees.paca.developpement-durable.gouv.fr/docHTML/atlas04/files/4de/4de_27_fc.pdf
  23. Les "castellars" sont des fortifications, des structures de pierres sèches, édifiées depuis « la préhistoire finissante » jusqu'au Haut Moyen Âge, dont l'identification et l'étude a constitué le cœur du travail du géologue et préhistorien Adrien Guébhard (1849-1924) https://www.archeoprovence.com/archeo/notes-et-billets/339-pionniers-de-la-prehistoire-en-pays-grassois https://www.idref.fr/05729206X
  24. Guébhard Adrien. Découvertes nouvelles de Castelars provençaux. Liste récapitulative. (Alpes-Maritimes). In: Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 13, n°2, 1916. pp. 85-86 https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1916_num_13_2_7148
  25. Guébhard, Adrien (1849-1924), Le vrai problème des enceintes préhistoriques.- Deux mots à propos du Castelar du Mont-Bastide (A.-M.)- Première revision de l'inventaire des enceintes préhistoriques du département du Var, 1907, Notes présentées au IIe Congrès préhistorique de France (Vannes - 1906), 27 p. https://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_135806/MOM_TP_135806_0001/PDF/MOM_TP_135806_0001.pdf
  26. Borel d'Hauterive, Annuaire de la Noblesse de France et des Maisons souveraines de l'Europe, Paris, Au bureau de la publication, 1863 (20e année), p. 206. URL : https://books.google.fr/books?id=bbEllImnX-cC&pg=PA206&dq=flotte+d%27agoult+saint+auban&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiG-tOcnNztAhUE2uAKHakDDEMQ6AEwA3oECAQQAg#v=onepage&q=flotte%20d'agoult&f=false
  27. Les comptes de la commune
  28. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  33. Établissements d'enseignements
  34. Professionnels et établissements de santé
  35. Paroisse Sainte-Marie des Sources
  36. Activité agricole
  37. Gîtes ruraux
  38. Commerce de proximité
  39. CG06 : Route des clues
  40. Notre Dame de la Clue à Saint Auban, histoire du Sanctuaire
  41. Porte de Tra Castel : Dossier final de synthèse : Archéologie du bâti, par Fabien Blanc.
  42. Saint-Auban, sur paysdegrassetourisme.fr/
  43. Église paroissiale
  44. Les églises et édifices religieux recensés par l'Observatoire du patrimoine religieux
  45. Les églises et édifices religieux, recensés par l'Observatoire du patrimoine religieux
  46. Pénitents Blancs, sur l'Observatoire du patrimoine religieux
  47. Monument aux morts
  48. Menhir isolé : pierre levée
  49. Musée des traditions
  50. Les Monts d'azur : Saint-Auban, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]