Ferdinand Roybet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Roybet)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ferdinand Roybet
Ferdinand Roybet.jpg

Ferdinand Roybet

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Ferdinand Roybet, né à Uzès (Gard) le et mort à Paris le , est un peintre et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Uzès d'un père cafetier (ou « fabricant de liqueurs »), qui s'installe à Lyon en 1846, Ferdinand Roybet étudie d'abord la gravure à l'école nationale des beaux-arts de Lyon, avant de venir à Paris en 1863, après la mort de son père, déjà marié et père d'une petite fille, pour suivre l'enseignement de Jean-Georges Vibert.

Ses premières années à Paris sont matériellement très difficiles. Dès ses premières années de formation à Lyon, il entreprend son apprentissage du métier de peintre en copiant les grands maîtres flamands et italiens.

Il débute au Salon en 1865 par deux œuvres intitulés Une Musicienne et Intérieur de cuisine. L'année suivante, il connaît le succès en présentant son Fou sous Henri III, vêtu de rouge et tenant deux dogues en laisse. Cette œuvre, applaudie par la critique et acquise par la princesse Mathilde pour 5 000 francs, sera le début d'une très longue série de figures en costumes : reîtres, mousquetaires, manants et gens de cour. Un revenu de 25 000 francs annuels lui est assurée par contrat avec un marchand de tableaux[Lequel ?] moyennant la fourniture de trois toiles par mois.

Après la fin du siège de Paris, le peintre entreprend plusieurs voyages d'étude, en Belgique et en Algérie. L'ensemble des œuvres peintes à cette occasion lui est acheté[Par qui ?] pour la somme de 100 000 francs.

La virtuosité se caractérisée par une touche rapide et précise. Fort de ses succès, il s'installe dans un hôtel particulier et dépense sans compter pour collectionner des objets « haute époque ». Ce train de vie dispendieux le conduit rapidement à de graves difficultés financières et à son expulsion par ses créanciers.

Artiste reconnu, il est décoré de la Légion d'honneur en 1893 et compte parmi sa clientèle de nombreux amateurs célèbres et fortunés. Le milliardaire américain Cornelius Vanderbilt paie 100 000 francs ses Propos galants, toile présentée au Salon de 1893 au palais de l'Industrie, après une longue absence motivée, semble-t-il, par le désintérêt de l'artiste pour les Salons. Doué d'un grand talent de portraitiste, il peint de nombreux contemporains en costume d'époque et quelques autres dans un style plus moderne : le comte de Montesquiou, Madame Raymond Poincaré, le général Gallieni, Mademoiselle Juana Romani.

Sa production abondante reflète le goût de sa clientèle pour les sujets historiques anecdotiques alors à la mode.

À la fin de sa vie, il aborde des sujets religieux et notamment une série de 22 tableaux illustrant la Passion du Christ, qui sera exposée après sa mort, au Salon de 1921.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un fou sous Henri III, huile sur toile, 135 x 94 cm. Médaille au Salon de Paris en 1866. Coll. musée de Grenoble (inv. MG 1483).
  • L'essayage de la parure (1872), huile sur toile, 120 × 150 cm
  • Portrait de Juana Romani (1891), huile sur toile, 61 × 131 cm
  • Le Duc Charles le téméraire entrant à cheval dans l'église de Nesles, 6 × 7 m, scène de massacre, Salon de 1893, médaille d'honneur
  • La Main chaude Salon 1894, représente une scène de cabaret
  • La Sarabande (1895), personnages vêtus à l'espagnole
  • L'Œuvre (1896)
  • Le Porte-Étendard (1897)
  • Philippe Cluvier (1897)
  • L'Astronome (1898)
  • Les Savants (1901)
  • Le Vainqueur de Lépante (1902)
  • Dame au Costume vénitien, musée Roybet Fould, Courbevoie

Conservation[modifier | modifier le code]

Depuis 1927, Roybet a son propre musée, le musée Roybet Fould, créé par Consuelo Fould, peintre et petite-fille du ministre des finances de Napoléon III. Installé à Courbevoie, ce musée conserve une collection d'œuvres de Roybet, léguée par la fondatrice.

Ses œuvres figurent également au catalogue de nombreux musées. À Paris, au musée d'Orsay (Fillette à la poupée). Il est présent au palais des beaux-arts de Lille, au musée des beaux-arts de Lyon, de Beauvais, de Marseille, au musée de Grenoble, au Musée des beaux-arts de Bordeaux, au musée des beaux-arts de Rouen, d'Évreux. À l'étranger, il est présent au musée national de l'art occidental à Tokyo et au Metropolitan Museum of Art à New York.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :