Cornelius Vanderbilt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cornelius Vanderbilt
Cornelius Vanderbilt Daguerrotype2.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 82 ans)
New York
Surnom
The Commodore
Nationalité
Activité
Famille
Conjoint
Enfant
Autres informations
Distinctions
signature de Cornelius Vanderbilt
signature

Cornelius Vanderbilt I, né le à Staten Island (New York) et mort le à Manhattan (même ville), est un entrepreneur et homme d'affaires américain qui bâtit sa fortune dans la construction maritime et les chemins de fer, ce qui lui valut le surnom de Commodore[1]. Il était le patriarche de la famille Vanderbilt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Cornelius Vanderbilt et de Phebe Hand, il était le quatrième enfant d'une famille de neuf, il est l'arrière-arrière-petit-fils d'un fermier néerlandais originaire du village de De Bilt dans la région d'Utrecht.

Capitaine d'un vapeur sur l'Hudson, il réussit à soutirer 56 000 dollars à la Pacific Mail Steamship Company contre la promesse de ne pas lui faire concurrence[2]. Il est décrit par les journalistes et universitaires Frank Browning et John Gerassi, spécialistes de la criminalité aux États-Unis, comme un « mégalomane arrogant, secret, furieusement égoïste et superstitieux, toujours entouré d'une cour de voyantes, de spirites et de médiums »[2].

Pendant la guerre civile, il vend au gouvernement nordiste de vieux navires quasiment inutilisables. Dénoncé par le Sénateur James Grimes comme « le plus blâmable des profiteurs de guerre », il n'est néanmoins jamais poursuivi. Lui-même rétorqua au sénateur : « La loi ! Mais je m'en moque éperdument, de la loi ! J'ai le pouvoir, non ? »[2].

Il investit ses profits réalisés durant la guerre dans des actions des compagnies ferroviaires et s'empare du Hudson River Railroad. En 1863, il prend le contrôle du New York Central Railroad après l'avoir quasiment conduit à la ruine en refusant l'installation d'une correspondance à Albany, obligeant ainsi les voyageurs à marcher sur plusieurs kilomètres dans la boue ou la neige. Il profite de la fusion des deux compagnies pour sous-évaluer les actions et gagna 26 millions de dollars dans l'opération[2].

En 1866, il impose la fermeture du Livingston Avenue Bridge (en), pont qu'il possède et qui est l'unique porte d'entrée pour les marchandises sur New York, principal port du pays. Ce blocus entraîne l'effondrement du cours des actions des autres compagnies ferroviaires qui empruntaient le pont. Il rachète ainsi facilement le Lake Shore and Michigan Southern Railway en 1869, devenant le roi des chemins de fer du port de New York jusqu'à Chicago[3].

Statue de Cornelius Vanderbilt devant le Grand Central Terminal.

Il a créé Grand Central, qui fut la gare centrale de Park Avenue, à New York, sur un terrain acheté en 1869. Cette immense gare de 67 voies et 44 quais est le symbole de sa réussite.

À son décès, sa fortune est estimé à 105 millions de dollars d'alors, soit 1/87 du PNB des États-Unis[4]. D'après le blog financier Celebrity Networth, il serait le dixième homme le plus riche de tous les temps[5].

Chemins de fer contrôlés par Cornelius Vanderbilt[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Commodore Vanderbilt's Life », New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c et d Frank Browning, John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 277-278
  3. (en) Arthur G. Adams, The Hudson Through the Years, Fordham Univ Press, , p. 208
  4. Michael Klepper, Michael Gunther, The Wealthy 100: From Benjamin Franklin to Bill Gates—A Ranking of the Richest Americans, Past and Present, 1996
  5. Et l'homme le plus riche de tous les temps est... — www.lalibre.be

Sources[modifier | modifier le code]

  • Vanderbilt, Cornelius, in "Appletons' Cyclopædia of American Biography", 1889
  • T.J. Stiles, The First Tycoon: The Epic Life of Cornelius Vanderbilt, 2009
  • Burton W. Folsom, The Myth of the Robber Barons, 1991
  • Matthew Josephson, The Robber Barons: The Great American Capitalists, 1861-1901, 1934
  • Kurt C. Schlichting, Grand Central Terminal: Railroads, Engineering, and Architecture in New York City, 2001

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]