Musée Roybet Fould

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’architecture ou l’urbanisme image illustrant les Hauts-de-Seine
image illustrant un musée image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant l’architecture ou l’urbanisme, les Hauts-de-Seine et un musée français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Musée Roybet Fould
Façade avant.
Façade avant.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Courbevoie
Adresse 178, boulevard Saint-Denis
92400 Courbevoie
Coordonnées 48° 54′ 02″ Nord 2° 16′ 16″ Est / 48.90056, 2.27111
Informations générales
Date d’inauguration 1951
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 10 112 (2003)
17 567 (2004)
10 687 (2005)[1]
Site web Site municipal

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Musée Roybet Fould

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée Roybet Fould

Le musée Roybet Fould a ouvert ses portes au Parc de Bécon à Courbevoie dans les Hauts-de-Seine en 1951. Il a été restauré il y a quelques années. A l'autre bout du parc de Bécon, se dresse le Pavillon des Indes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le bâtiment du musée est collé au pavillon de la Suède et de la Norvège qui avait été construit pour l'Exposition universelle de 1878 par Henrik Thrap-Maye[2]. Il a été donné à la fille adoptive du prince, Consuelo Fould, qui habitait là. Elle y a fait de la peinture et à sa mort, elle a légué une partie de sa fortune à la mairie de Courbevoie pour en faire un musée du nom de son professeur : Ferdinand Roybet.

Collections[modifier | modifier le code]

Le musée regroupe des collections d'œuvres de la seconde moitié du XIXe siècle et notamment celles de Consuelo Fould et de Ferdinand Roybet. On y retrouve également des sculptures et peintures de Jean-Baptiste Carpeaux, des dessins d'Alexandre Séon, des peintures d'Adolphe La Lyre, Ary Scheffer, Léon-Charles Canniccioni, Auguste Durst, Albert Gleizes.

Le musée abrite par ailleurs une collection de jouets et des témoignages relatifs à l'histoire locale (souvenir du retour des cendres de Napoléon Ier, des affiches, des cartes postales).

Façade arrière

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Le musée organise régulièrement des expositions temporaires consacrées aux jouets :

  • Les Trains-jouets de 1835 à 1940 , 1975[3]
  • La Poupée française, 1980
  • Poupées-merveilles : exposition du 29 novembre 1986 au 11 janvier 1987[4], avec des créations de Sylvia Natterer, Héloïse[5], notamment.
  • Poupées tibétaines, exposition du 3 décembre 1988 au 22 janvier 1989

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)[PDF]Veille Info Tourisme, p. 121
  2. sylvain Ageorges, « Les expositions universelles de Paris, de 1855 à 1937. », sur www.expositions-universelles.fr (consulté le 8 mai 2016)
  3. notice BnF du catalogue Les Trains-jouets de 1835 à 1940
  4. notice BnF du catalogue Poupées-merveilles
  5. Site Les extraordinaires modèles d' Héloïse

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]