Ritona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde celtique
Cet article est une ébauche concernant le monde celtique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Contiomagusstein
[---] O.D. [E]T.PRIITONAE. DIVINAE SIVE CA[---]/ IONI PRO SALVTE VIKANORVM CONTIO/ MAGIENSIVM TER/ TINIUS MODESTVS F[ACIENDVM].C[VRAVIT].V[OTVM].S[OLVIT].

Ritona également attestée sous le nom de Pritona[1], est une déesse gauloise particulièrement dédiée aux gués, en celtique rito- (latinisé en ritum, gallois rhyd).

Diffusion du culte[modifier | modifier le code]

La présence de son culte a principalement été remarquée à Trèves, capitale des Trévires et à Pachten.

  • La variante Pritona est attestée sur l'inscription votive découverte à Pachten: Pritonae divinae sive ca[...]ioni (AE 1959:00076).
  • Le nom Ritona accolé à celui de Pritona a été découvert sur une inscription de Trèves (Allemagne): Dea Ritona Pritona (AE 1928:00185).
  • Pritona a également pu être reconstitué sur une inscription abîmée trouvée aussi à Trèves (Allemagne): Rito/[nae] sive ex iu[ssu Pr]/iton[ae?] (AE 1989:00547).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edith Mary Wightman (1970). Roman Trier and the Treveri. Rupert Hart-Davis, London.
  • Miranda Green (1997). Dictionary of Celtic Myth and Legend. Thames and Hudson Ltd. London.
  • Lothar Schwinden. "Muttergöttin der Treverer: Ritona". In Sabine Faust et al. (1996) Religio Romana: Wege zu den Göttern im antiken Trier. Rheinisches Landesmuseum Trier.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La forme Pritona est la plus proche de l'origine indo-européenne de ce mot. Comme l'écrit Xavier Delamarre, il est une "continuation celtique ritu d'un mot indo-européen *prtus désignant 'le passage, le gué, le pont', dérivé en -tu d'une racine *per- 'traverser, passer' : latin portus " (Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, éditions Errance, p. 258). Le latin a conservé le pot per, en français par. L'occlusive p aspirée a donné Furt (de.), ford (en.) et voorde (nl.).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]