Mireille Dumas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mireille Dumas
Image dans Infobox.
Mireille Dumas, 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Mireille Dumas, née le à Chartres (Eure-et-Loir), est une journaliste, réalisatrice, productrice et animatrice de télévision française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Mireille Dumas est l'avant-dernière née d'une famille de six enfants. Son père, instituteur, meurt alors qu'elle n'a que 3 ans[1]. Devenue veuve à 44 ans, sa mère d’origine italienne[2], Anne Dumas née Corsini, également institutrice, élève alors seule la petite Mireille et ses cinq frères et sœurs. La journaliste réalisatrice rendra régulièrement hommage dans ses entretiens à celle qui a fait d’elle « un être curieux des autres et de la différence »,  et qu’elle considère comme « avant-gardiste sur bien des combats, celui des femmes, en particulier »[3].

Cette dernière meurt en 2014, à l'âge de 100 ans, après avoir passé les dernières années de sa vie auprès de Mireille Dumas et de son mari.

La même année, l’animatrice confie sur Europe 1 : « Ma mère est la femme de ma vie[4]. Elle a été ma mère, mon père, mon institutrice, mon amie. Et puis, lorsqu'elle était très âgée, elle est devenue un peu ma fille. Je la protégeais comme une mère. Mais intellectuellement, elle est restée au top jusqu’aux derniers jours. »

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière comme journaliste de presse écrite. Entre 1975 et 1980, elle est pigiste dans les journaux Le Monde et Le Matin de Paris au sein des rubriques « culture » et « le Monde d’aujourd’hui », dirigé par Pierre Viansson-Ponté.

À partir des années 1980, elle réalise pour TF1, Antenne 2, FR3 et la Sept des documentaires alternant portraits d’artistes et thèmes de société, dont plusieurs sont primés dans des festivals en France et à l'étranger. Sa façon d’entrer au cœur des problématiques sociétales par l’histoire singulière d’un individu et sa manière d’interviewer tout en finesse lui donnent rapidement la reconnaissance de ses pairs. Et le succès auprès du public. D’autant que les thèmes abordés sont encore tabous mais universels : l’inceste, la prostitution, le crime passionnel…Fait rare, la chaîne anglaise BBC, puis Channel 4 lui consacrent une soirée en 1992 et 1993.  

En , elle crée la société de production MD productions, avec laquelle elle continue de produire de nombreux documentaires réalisés par elle-même mais aussi par d'autres réalisateurs de renom.
Son premier documentaire, Travestir, diffusé en 1992 sur l'histoire de Simone marque un tournant dans sa carrière[5] ; ce film est un succès critique et public[6].

C'est en créant et animant des émissions spécialisées dans l'entretien sur un mode intime - avec des personnes connues ou anonymes - que Mireille Dumas devient une des figures emblématiques du PAF.

Lancée en , l'émission Bas les masques sur France 2 est la première de ces émissions. Pendant quatre saisons, Bas les masques aborde des sujets intimes, tabous et rencontre un très grand succès auprès du public[7]. Anonymes et célébrités viennent témoigner de leur expérience personnelle sur son plateau, abordant tous les sujets, en particulier ceux dont on ne parle pas à l’époque : l’homosexualité, le harcèlement, les violences conjugales mais aussi les femmes de pouvoir, la pauvreté…Néanmoins, si certains de ses sujets sont traités avec humanité et dignité, d'autres sont jugés racoleurs[8]. L'émission est supprimée pour « excès de polémique », lié à l'affaire des contrats des « animateurs producteurs » proposés par le président de France Télévisions Jean-Pierre Elkabbach et au contenu même de l'émission[9].

Mireille Dumas lancera par la suite La Vie à l'endroit[10] qui reste à l'antenne sur France 2 durant trois saisons de 1997 à 2000, sur France 2.

De 2000 à 2011, elle anime Vie privée, vie publique sur France 3 qui interroge le champ des libertés individuelles et publiques. L'émission accompagne les téléspectateurs de France 3 pendant onze saisons. Plus d’un millier d’invités viennent témoigner ou débattre sur les sujets de société. De grands tête à tête avec des personnalités de premier plan clôturent l’émission.

Mireille Dumas a fêté ses 25 ans de télévision le , à l'occasion d'un numéro de Vie privée, vie publique exceptionnel[11].

Entre 2011 et 2014, elle participe épisodiquement à l'émission radiophonique de Philippe Bouvard Les Grosses Têtes sur RTL.

Entre 2012 et 2014, elle présente et réalise sporadiquement la collection de documentaires d'artistes Signé Mireille Dumas.

Le , elle est choisie pour présenter, en compagnie de Cyril Féraud, le 57e Concours Eurovision de la chanson, qui se déroule en direct de Bakou en Azerbaïdjan[12]. Elle recommence en 2013 pour la 58e édition à Malmö en Suède.

À partir de 2014, Mireille Dumas abandonne la présentation régulière de magazines pour se consacrer pleinement à la production et à la réalisation de documentaires. Ses films en immersion et ses nombreux portraits d'artistes sont régulièrement diffusés en première partie de soirée sur France 3 : Hallyday, Mitchell, Dutronc, un trio de légende[13] ou Birkin, Hardy, Sanson, une vie à aimer[14], ou bien encore Guy Bedos en toute liberté[15].

En , elle réalise pour France 2 le documentaire Des ordures et des hommes. Diffusé sur France 2 et LCP-Assemblée Nationale, ce film, qui donne la parole à des éboueurs et dresse un portrait inhabituel de la capitale, est salué par la critique[16] et connaît un très beau succès d'audience[17]. Ce sujet fait l'objet d'un ouvrage portant le même titre[18].

En 2021, elle produit et réalise plusieurs portraits d’artistes, dont celui de Françoise Hardy, une icône, et un documentaire de première partie de soirée pour France 3 intitulé Les années télé de Mireille Dumas[19], pour fêter ses 40 ans de télévision.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mireille Dumas est mariée depuis quarante ans avec le réalisateur de télévision Dominique Colonna. Ensemble, ils ont tourné leurs premiers documentaires. Si elle n'a pas eu d'enfant, choix qu’elle a toujours assumé[20], elle a élevé le fils de son mari, Antoine, aujourd'hui décédé. Elle a toujours affirmé « la prépondérance des liens du cœur sur ceux du sang.[21] » .

Engagement[modifier | modifier le code]

Mireille Dumas est membre du Comité de parrainage de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité[22]. Elle plaide depuis le milieu des années 1990 « pour légiférer sur la fin de vie et le droit de choisir sa mort, au même titre qu’au droit à l’avortement[23] », même si elle concède la « complexité des problèmes éthiques et philosophiques. »

Carrière à la télévision[modifier | modifier le code]

Alors qu’elle est étudiante en lettres, la carrière de Mireille Dumas débute d'abord  avec des stages au sein de la troupe de théâtre du célèbre metteur en scène anglais Peter Brook. Une expérience qui la marquera durablement et qu’elle juge essentielle dans l’approche de son futur métier.

Elle s’initiera aussi pendant une année à l’écriture de scénarios à la Faculté de Jussieu, savoir faire qu’elle mettra à profit dans ses futures réalisations de documentaires.

Dès 1975, âgée  de 22 ans, elle se tourne vers le journalisme, écrivant pour Le Monde et Le Matin de Paris.

Au début des années 1980, elle se lance dans une nouvelle aventure à la télévision et participe à de nombreux magazines de société : Contre Enquête, Moi je, Les 90 rugissants, Sexy Folies…, interviewant déjà anonymes et artistes.

1980-1990 : réalisatrice de documentaires de société[modifier | modifier le code]

Mireille Dumas s'investit très vite dans la réalisation de documentaires pour les principales chaînes de télévision française, TF1, Antenne 2, FR3 et la Sept.

En 1981, elle tourne, avec Dominique Colonna, Naples au quotidien, un portrait de la ville, encore meurtrie par le tremblement de terre (52’ pour Antenne 2).

En 1983, ils réalisent pour TF1 Les cousins de Serriera, chronique de la vie d’un village corse.

En 1984, leur documentaire sur l'inceste diffusé en première partie de soirée , intitulé André et Jacqueline, les liens du passé (52' pour FR3), obtient le Prix International ONDAS (1985).

En 1986, le film Les trois familles d'Éric Robert (60' pour Antenne 2), une histoire de substitution d'identité, obtient la Mention Spéciale au Grand Prix Télévision de la SCAM-SGDL (1988). Le documentaire fera l’objet d’une adaptation à la télévision et au cinéma.

En 1989, Mireille Dumas lance une collection Le passé retrouvé (50' pour TF1) Guy Bedos en Algérie, Yannick Noah au Cameroun et Alice Sapritch en Turquie, nommée aux 7 d'Or (1990), premier film qu’elle réalise seule.

À partir de 1990, elle mène désormais à elle seule réalisation et entretiens et obtient la consécration avec sa trilogie documentaire intitulée Crimes et Passions (3x60' pour TF1).  Cette série tournée dans différentes prisons avec les détenus eux-mêmes à visage découvert tente de comprendre le passage à l’acte, ce qui conduit à tuer l’être aimé, tout en rendant compte des questions de justice et de conditions de vie carcérale.

Elle reçoit un FIPA d'argent à Cannes[24] (1991), le Prix Italia (1991) et une Mention Spéciale aux Prix du cinéma européen à Berlin (1991). La série sera diffusée en Angleterre sur la BBC et dans tous les pays francophones. Ces documentaires seront aussi étudiés à l’École nationale de la Magistrature.

1991-2000 : productrice et réalisatrice de documentaires. Productrice et animatrice de Bas les masques et de La vie à l'endroit[modifier | modifier le code]

En 1991, Mireille Dumas crée sa société de production MD Productions et MD Presse, spécialisées notamment dans la production de documentaires et de magazines de société.

En 1992, elle réalise une autre série documentaire, en trois volets, intitulée Prostitution (3x60' pour TF1 et la Sept devenue Arte, l’une des rares coproductions de ces deux chaînes). Cette collection sur la prostitution féminine, masculine et transgenre crée l'événement à la télévision et rencontre un très grand succès tant critique que public. L’histoire de la transsexuelle Simone bouleverse les téléspectateurs qui sont confrontés pour l’une des premières fois au questionnement sur le genre. Ce premier volet est suivi à la première diffusion par 7 millions de téléspectateurs soit  plus de 64 % de parts de marché à 22 heures 30. Un score historique. La série rencontre aussi un succès international et est vendue dans 20 pays, du Japon à l’Australie, en passant par l’Allemagne et l’Angleterre et tous les pays nordiques et latins. Elle est nommée aux 7 d'Or (1992).

Pendant cette décennie plus d'une vingtaine de documentaires sont produits par MD Productions, certains réalisés par Mireille Dumas pour France 2 : Charles Aznavour en Arménie, journées particulières en 1996, Sur la route... avec Guy Bedos en 1997, Au cœur des bleus en 1998, La double vie de Johnny... Rock en 1999.

Outre les documentaires, Mireille Dumas décide également de se lancer dans la production et l'animation de magazines de société.

C'est en créant et animant des émissions qui racontent notre époque à travers la  singularité d’une expérience personnelle et l’universalité des sentiments, et surtout grâce à son implication, sa profondeur et sa sensibilité  dans les interviews, - certains disent son « art de la confession sans complaisance tout en pudeur », que Mireille Dumas devient rapidement l'une des figures emblématiques du PAF.

Lancée en sur France 2, Bas les masques est le premier magazine qui parle des différences et des exclusions, de tout ce qui peut nous marginaliser au cours d’ une vie et ose lever le voile sur les tabous et les blessures secrètes. Sous forme d'entretiens entrecoupés de reportages, Mireille Dumas invite chaque semaine des personnalités, anonymes et connues à témoigner de leur histoire et à la confronter à celle des autres. « C’est la dimension sociale des problèmes individuels qui m’intéresse. », dit-elle. L’émission sera deux années consécutives (1992 et 1993) nommée aux 7 d’Or dans la catégorie « meilleur magazine d’actualité et de société » et Mireille Dumas  « meilleur animateur de débats ». Elle recevra le trophée des Femmes en or section médias  en 1993. Pour l’année 1994-1995, la journaliste animatrice recevra l’Écran d’Or de Télé Loisirs.

Après quatre années à l'antenne et plus de 1 000 invités avec 160 numéros diffusés (en deuxième partie de soirée, avec des spéciales en première partie de soirée), l'émission, malgré son succès, s'arrête alors que l'affaire dite des « contrats des animateurs-producteurs » perturbe la fin du mandat du président de France Télévisions[25], Jean-Pierre Elkabbach.

Désireuse  de renouer avec le terrain et de partir à la rencontre de ses invités, Mireille Dumas lance en , sur France 2, La Vie à l'endroit, un magazine documentaire d’immersion dans la vie des Français, diffusé sur un rythme bimensuel. L’émission pénètre dans tous les univers ruraux et citadins, d’une usine occupée à un tribunal, d’un cabaret de campagne à l’assemblée nationale ou bien encore d’un village reculé à un immeuble parisien, rendant compte du quotidien, des joies, des colères ou des attentes de tous. Après trois saisons et plus de 70 numéros diffusés (en deuxième partie de soirée, avec des spéciales en première partie de soirée dont SOS Enfants disparus), Mireille Dumas met un terme à La Vie à l'endroit afin de se renouveler et de travailler sur un nouveau magazine de société[26].

2000-2011 : productrice et réalisatrice de documentaires / productrice et animatrice de Vie privée, Vie publique[modifier | modifier le code]

En , Mireille Dumas débarque en première partie de soirée sur France 3, avec Vie privée, Vie publique, qui connaîtra un succès immédiat et durable[27] (onze ans) et deviendra vite une expression que tout le monde s’appropriera.

Pressentant l’évolution de la société et la frontière de plus en plus fragile entre le  privé et le public, ce magazine  offre une nouvelle grille de lecture pour décrypter cette lame de fond. Vie Privée, vie Publique : Où commence l’une ? Où s’arrête l’autre ? Jusqu’où aller dans la transparence ? Et dans quels domaines ?

Dans ce nouveau magazine, qui mêle entretiens, débats et reportages sur des thèmes de société, elle reçoit des personnes anonymes et célèbres de tous horizons, artistes, écrivains, sportifs, politiques, magistrats, chefs d’entreprise… Au fil des ans, apparaît  un grand tête à tête qui clôture l’émission  et dessine un portrait intime et inattendu d’une personnalité : Valéry Giscard d’Estaing[28], Jean-Louis Trintignant[29], Brigitte Bardot[30], Roberto Alagna, Bernard-Henri Lévy mais aussi Françoise Hardy, Fabrice Luchini[31], Benoît Poelvoorde ou Kad Merad.

L’émission sera nommée « meilleure émission de société » aux 7 d’ Or en 2003.

En , l'émission évolue pour se décliner en version hebdomadaire. Vie privée, Vie publique, l'hebdo est désormais diffusée chaque vendredi en deuxième partie de soirée sur France 3, privilégiant les duos et les rencontres.

Après onze saisons à l'antenne et plus de 110 numéros diffusés, l'émission s'arrête définitivement en [32].

Pendant toutes ces années, en parallèle de la présentation de ses émissions sur France 3, Mireille Dumas continue de produire, via sa société MD Productions, des portraits d'artistes : Pierre Palmade, 33 ans[33] (2001), Naissance d'une revue (2003), Idoles d'hier, stars de demain[34] (2006), Dalida, 20 ans déjà[35] (2007) ainsi que des documentaires de société : Les malheurs de Sofia[36] en 2000 réalisé par Gueorgui Balabanov (Arte), À la vie, à la mort[37] en 2003, réalisé par Jean-Pierre Devillers et Isabelle Cottenceau (France 3) ou encore Fatou, rescapée des incendies[38] en 2007, réalisé par Julien Pot et Jean-Pierre Devillers (France 3).

Le documentaire À la vie, à la mort, avec Philippe Pozzo di Borgo et Abdel donnera l’idée à Eric Toledano et Olivier Nakache de réaliser « Intouchables »[37]. C’est un extrait de ce documentaire qui clôture d’ailleurs leur film. Une aventure à tiroirs car c’est l’entretien émouvant et empli d’humour, dans Vie privée Vie publique, de l’homme d’affaires tétraplégique et de son assistant issu des cités qui a donné envie à Mireille Dumas d’en faire un documentaire.

2003 : Productrice de fiction[modifier | modifier le code]

En 2003, Mireille Dumas produit une fiction unitaire de 90 minutes pour France 2 qui remporte un énorme succès d’audience, arrivant très largement en tête du podium toutes chaînes confondues, réunissant 7 millions de téléspectateurs et 34,5 % de parts de marché[39]. Cette histoire de paysan surdoué Une preuve d'amour, réalisée par Bernard Stora, est aussi récompensée par deux prix au Festival du Film de Luchon[40] (2003) : le Grand prix et le Grand prix d'interprétation masculine décerné à l’acteur principal, Éric Elmosnino, non encore connu du grand public.

À noter que ce sera le retour de la comédienne Anouk Grinberg à la télévision et l’avant dernier film de Jean Yanne. C’est l’un des thèmes de ses émissions sur les surdoués qui a inspiré à Mireille Dumas l’idée de ce scénario  en milieu rural.

Depuis 2011 : productrice et réalisatrice de documentaires[modifier | modifier le code]

À la fin de la saison 2010-2011, la nouvelle direction de France 3, qui souhaite installer un nouveau talk-show incarné par Cyril Viguier[41] dans la case de Vie privée, Vie publique, l'hebdo, propose à Mireille Dumas de poursuivre leur collaboration sous d'autres formes, notamment celle du documentaire.

De 2012 à 2014, la chaîne lui demande de produire et d’animer une fois par mois, en première partie de soirée, un magazine de société alliant débat en plateau et documentaires, intitulé Signé Mireille Dumas avec entre autres, Télévision, ton univers impitoyable[42], Comment ils ont changé de vie[43] ou bien encore Le poids du nom en héritage[44].

Pour cette même collection incarnée, elle réalise de grands portraits d’artistes populaires de 110 minutes, parmi lesquels Qui êtes-vous Michel Sardou ?[45] (2012), Julien Clerc et Laurent Gerra en toute vérité (2013), Dany Boon et Line Renaud, la fierté des Ch'tis[46] (2014), Adamo et Aufray, c’est leur vie (2014).

Puis, ses documentaires deviennent progressivement plus événementiels et la journaliste réalisatrice n’apparaît plus à l’antenne, sauf exception quand elle interviewe des politiques pour en brosser un portrait intime et inattendu, dans un concept très original à partir des chansons de leur vie, intitulé Politiques, ils connaissent la chanson[47] (2016).

De 2014 à 2021, Mireille Dumas propose sur France 3 de nombreux documentaires en première partie de soirée,  tout en continuant sa galerie de portraits d’artistes : Guy Bedos en toute liberté[15] (2014), Hallyday, Mitchell, Dutronc, un trio de légende (2014), Alain Souchon et Laurent Voulzy, un duo magique (2015), Véronique Sanson et Pierre Palmade, leur drôle de vie[48] (2015), Goldman, Balavoine, Berger, quand on est ensemble (2016), Birkin, Hardy, Sanson, une vie à aimer (2017), Les trésors cachés des variétés : Jean-Christophe Averty[49] (2017), La France en humour (2017), Famille, je vous chante (2018) ou encore Les années Bouvard, le rire et l'impertinence[50] (2019).

En 2012, Mireille Dumas est choisie pour présenter et commenter en direct sur France 3, en compagnie de Cyril Féraud, la 57e édition du Concours Eurovision de la chanson qui se déroule à Bakou en Azerbaïdjan. Elle renouvelle cette expérience l'année suivante en 2013 à Malmô en Suède[51].

En 2020, Mireille Dumas fait son grand retour sur le terrain  pour réaliser un documentaire de société Des ordures et des hommes (60' pour France 2), cosigné avec Damien Vercaemer qui connaît un très joli succès public et critique. Diffusé dans la case Infrarouge de deuxième partie de soirée, il récolte le record en part de marché et la deuxième meilleure audience de la saison[17].

Le mois suivant, LCP-Assemblée Nationale propose une soirée spéciale, en première partie de soirée, avec le documentaire suivi d'un débat.

Pour France 3, Mireille Dumas réalise également en 2020 et 2021 de nombreux portraits d’artistes dont Françoise Hardy, une icône.

Toujours pour France 3, en 2021, pour fêter ses 40 ans de carrière télévisuelle, elle vient de produire et de réaliser  pour une première partie de soirée, une rétrospective sur  les grands moments de ses émissions, intitulée Les années télé de Mireille Dumas[19].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Entre 2011 et 2014, Mireille Dumas participe épisodiquement à l'émission radiophonique de Philippe Bouvard Les Grosses Têtes sur RTL.

En parallèle de sa carrière audiovisuelle, Mireille Dumas publie également des ouvrages : Parole interdite en 1994, Passions criminelles avec Yann Queffélec en 2008 (Fayard), La France en chansons en 2018 (Cherche Midi), Des ordures et des hommes avec Denis Demonpion en 2020 (Buchet-Chastel), et Rencontres inoubliables, Vie Privée Vie Publique (Cherche Midi).

Magazines[modifier | modifier le code]

Magazines présentés et produits[modifier | modifier le code]

  • 1992 - 1996 : Bas les masques - Présentation : Mireille Dumas - Hebdomadaire - Première partie de soirée - France 2 / MD Productions
  • 1997 - 2000 : La vie à l'endroit - Présentation : Mireille Dumas - Bimensuel - Deuxième partie de soirée - France 2 / MD Productions
  • 2000 - 2009 : Vie privée, Vie publique - Présentation : Mireille Dumas - Bimensuel - Première partie de soirée - France 3 / MD Productions
  • 2009 - 2011 : Vie privée, Vie publique, l'hebdo - Présentation : Mireille Dumas -Hebdomadaire - Deuxième partie de soirée - France 3 / MD Productions
  • 2012 - 2014 : Signé Mireille Dumas - Présentation : Mireille Dumas- Mensuel- Première partie de soirée – France 3/ MD Productions

Magazine produit[modifier | modifier le code]

  • Été 2002 : Comme on s'aime - Présentation : Gaël Leforestier - 6 x 90' - Deuxième partie de soirée - France 2 / MD Productions

Documentaires[modifier | modifier le code]

Documentaires réalisés non produits[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Naples au quotidien (avec Dominique Colonna) - 52’- Antenne 2
  • 1984 : André et Jacqueline, les liens du passé (avec Dominique Colonna) - 52' - FR3 - Prix International ONDAS (1985)
  • 1986 : Les trois familles d'Éric Robert (avec Dominique Colonna) - 60' -Antenne 2 -
  • 1988 : Le passé retrouvé : Guy Bedos En Algérie (avec Dominique Colonna) - 60' - TF1
  • 1989 : Le passé retrouvé : Yannick Noah au Cameroun (avec Dominique Colonna) - 50' - TF1
  • 1989 : Le passé retrouvé : Alice Sapritch en Turquie de Mireille Dumas - 50' - TF1 - Nomination aux 7 d'Or (1990)
  • 1990-1991 : Crimes et Passions de Mireille Dumas - 3x 52' - TF1

Documentaires réalisés et produits[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Prostitution de Mireille Dumas - 3x60' (Travestir / Jeune homme à louer / La maman du trottoir) - TF1 / La Sept / MD Productions
  • 1996 : Charles Aznavour en Arménie, journées particulières de Mireille Dumas - 52' - France 2 / MD Productions
  • 1997 : Sur la route... avec Guy Bedos de Mireille Dumas - 70' - France 2 / MD Productions
  • 1998 : Au cœur des Bleus (avec Dominique Colonna) - 130' - France 2 / MD Productions
  • 1999 : La double vie de Johnny... Rock  de Mireille Dumas - 60' - France 2 / MD Productions
  • 2001 : Pierre Palmade, 33 ans... de Mireille Dumas - 110' - France 3 / MD   Productions
  • 2003 : Naissance d'une revue (avec Dominique Colonna) – 150’ - France 3 / MD Productions
  • 2006 : Idoles d'hier, stars de demain (avec Dominique Colonna) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2007 : Dalida, 20 ans déjà (avec Christine Lamazière et Alain Chaufour) - 110' France 3 / MD Productions
  • 2008 : Claude François une légende, 30 ans déjà (avec Christine Lamazière et Alain Chaufour) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2009 : 1970, la France se déshabille (avec Alain Chaufour) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2011 : Télévision, ton univers impitoyable ! (avec Alain Chaufour et Anne Sedes) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2012 : Qui êtes-vous Michel Sardou ? (avec Alain Chaufour) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2013 : Julien Clerc et Laurent Gerra en toute vérité - 115' - France 3 / MD Productions
  • 2013 : Lama, Macias, leur incroyable destin croisé (avec Anne Sedes) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2014 : Dany Boon et Line Renaud, la fierté des Ch’tis (avec Anne Sedes) - 115’- France 3 / MD Productions
  • 2014 : Adamo et Aufray, c'est leur vie (avec Alain Chaufour) - 120' - France 3 / MD Productions
  • 2014 : Guy Bedos en toute liberté - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2014 : Hallyday, Mitchell, Dutronc, un trio de légende (avec Alain Chaufour) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2015 : Véronique Sanson et Pierre Palmade, leur drôle de vie (avec Anne Sedes) - 125' - France 3 / MD Productions
  • 2015 : Alain Souchon et Laurent Voulzy, un duo magique (avec Alain Chaufour) - 120' - France 3 / MD Productions
  • 2015 : Charles Trenet, quand notre cœur fait boum - 105' - France 3 / MD Productions
  • 2016 : Politiques, ils connaissent la chanson - 135' - France 3 / MD Productions
  • 2016 : Goldman, Balavoine, Berger : quand on est ensemble (avec Alain Chaufour) - 107' - France 3 / MD Productions
  • 2017 : Les trésors cachés des variétés - Jean-Christophe Averty (avec Philippe Rouget) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2017 : Polnareff, Delpech, Ferrer : la rançon du succès (avec Alain Chaufour) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2017 : Birkin, Hardy, Sanson, une vie à aimer (avec Anne Sedes) - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2018 : La famille, ça me fait bien rire - 120’ - France 3 / MD Productions
  • 2019 : Les années Bouvard : le rire et l'impertinence - 110' - France 3 / MD Productions
  • 2020 : Des ordures et des hommes (avec Damien Vercaemer) - 60' – France 2 / LCP- Assemblée Nationale / MD Productions
  • 2021 : Françoise Hardy, une icône de Mireille Dumas – 52’ - France3 / MD Productions
  • 2021 : Les années télé de Mireille Dumas -130’ - France 3 / MD Productions

Documentaires produits[modifier | modifier le code]

  • 1994 : La télévision en otage - Jean-Marc Seban et Claire Ernzen - 52' - France 2 / MD Productions
  • 1994 : Les Enfants noirs de La Creuse - Amélie Develay et Vincent Liger - 52' - France 2 / MD Productions
  • 1994 : Les enfants de Medellin - Amélie Develay et Vincent Liger - 52' - France 2 / MD Productions
  • 1996 : Pour l'amour d'un prêtre - Patricia Corphie et Gilles Combet - 52' - France 2 / MD Productions
  • 1996 : Cobayes humains - Claire Ernzen et Roland Allard - 52' - France 2 / MD Productions
  • 1996 :  Moi, Jacques Lerouge, ancien condamné à mort - Sylvie Steinebach et Jean-Pierre Devillers - 52' - France 2 / MD Productions
  • 1997 : Les mots qui trébuchent - Patricia Corphie et Philippe Baron - 52' - France 3 / MD Productions
  • 1998 : Mille et un rêves - Patrick Le Gall - 60' - Arte / MD Productions
  • 2000 : Les malheurs de Sofia - Gueorgui Balabanov - 52' - Arte / MD Productions
  • 2003 : A la vie, à la mort - Jean-Pierre Devillers et Isabelle Cottenceau - 52' – France 3 / MD Productions

Fiction[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix international Ondas, 1985 pour André et Jacqueline, les liens du passé
  • Mention spéciale au grand prix de télévision SCAM- SGDL, 1988  pour Les trois familles d’Eric Robert
  • Prix international Italia 1991 pour Crimes et Passions «  La cicatrice »
  • Mention spéciale au prix du cinéma européen de Berlin 1991 pour Crimes et Passions « La cicatrice »
  • Fipa d’argent 1991 pour Crimes et Passions L’héritage[24]
  • Prix Roland Dorgelès en 2011 pour la langue française[52]
  • Grand prix du Festival du Film de Luchon en 2003 pour la fiction Une preuve d'amour réalisée par Bernard Stora, produite par Mireille Dumas[40]

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mireille Dumas, entre vie publique et vie privée Sur le site ouest-france.fr
  2. « Mireille Dumas : "Ma mère est la femme de ma vie" » (consulté le )
  3. Le JDD, « Mireille Dumas : "Ma mère est une femme moderne!" », sur lejdd.fr (consulté le )
  4. « Mireille Dumas : "Ma mère est la femme de ma vie" », sur Europe 1 (consulté le )
  5. « 30 ans de confessions », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  6. « Simone faut un carton sur ARTE », Libération,‎ (lire en ligne).
  7. François Coulaud, « L'instant culte : Bas les masques l'émission où Mireille Dumas confessait les gens [Photos] », Télé Star,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Débat: la controverse sur Bas Les Masques », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. « Histoire(s) de Mireille », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. Sonia Hossenny, « Portrait de Mireille Dumas », sur toutelatele.com, (consulté le ).
  11. « Mireille Dumas fête ses 25 ans de télé », sur videos.lalibre.be.
  12. Un duo sans fausse note ? Sur le site voici.fr
  13. « Replay : Mireille Dumas raconte Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc », sur www.programme-television.org (consulté le )
  14. « Birkin, Hardy, Sanson, une vie à aimer », sur Télé 2 semaines (consulté le )
  15. a et b « France 3 rend hommage ce soir à Guy Bedos avec le documentaire de Mireille Dumas « Guy Bedos en toute liberté » », sur newsactual.fr (consulté le )
  16. « 10 bonnes raisons de regarder "Des Ordures et des Hommes" sur France 2 », sur www.journaldesfemmes.fr (consulté le )
  17. a et b « Le documentaire "Des ordures et des hommes" de Mireille Dumas a réalisé hier soir la 2e meilleure performance de la saison pour "Infrarouge" sur France 2 | Jean-Marc Morandini », sur www.jeanmarcmorandini.com (consulté le )
  18. https://livre.fnac.com/a13993939/Mireille-Dumas-Des-ordures-et-des-hommes
  19. a et b « Les années télé de Mireille Dumas - Culture sur Télé 7 Jours », sur www.programme-television.org (consulté le )
  20. « Mireille Dumas se confie sur son choix de ne pas avoir eu d'enfants », sur StarMag.com, (consulté le )
  21. Prisma Média, « Mireille Dumas: « Je crois aux liens du coeur plus qu'à ceux du sang » - Gala », sur Gala.fr (consulté le )
  22. Mireille Dumas dans le comité d'honneur Sur le site admd.net
  23. « Mireille Dumas: "Je suis plutôt amie avec le temps qui passe" », sur Notretemps.com, (consulté le )
  24. a et b « Palmares du quatrieme FIPA le general,l'espion et notre voisin », sur Le Soir (consulté le ).
  25. Karl LASKE, « Soupçons sur le système Elkabbach », sur Libération (consulté le )
  26. Par Propos recueillis par Stéphane Lepoittevin Le 16 mai 2000 à 00h00, « Mireille Dumas veut arrêter « la Vie à l'endroit » », sur leparisien.fr, (consulté le )
  27. « Record d’audience pour la spéciale Vie privée, Vie Publique de Mireille Dumas. », sur Paperblog (consulté le )
  28. « Valéry Giscard d' Estaing - Vie Privée Vie Publique - 25 décembre 2010 » (consulté le )
  29. « Le comédien Jean-Louis Trintignant sera l'invité de Mireille Dumas dans "Vie ... », sur www.telesatellite.com (consulté le )
  30. « Mireille Dumas : «BB a répondu à toutes mes questions» », sur LEFIGARO, (consulté le )
  31. « Fabrice Luchini face à Mireille Dumas » (consulté le )
  32. « France 3 : l'émission de Mireille Dumas supprimée », sur ozap.com (consulté le )
  33. « Mireille Dumas confesse Pierre Palmade », sur ladepeche.fr (consulté le )
  34. leblogtvnews.com, « Idoles d'hier, stars de demain autour de Mireille Dumas ( Age tendre et têtes de bois, Cabaret, Le roi soleil ) », sur Leblogtvnews (consulté le )
  35. leblogtvnews.com, « Dalida, vingt ans déjà...Soirée spéciale sur France 3 », sur Leblogtvnews (consulté le )
  36. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur www.film-documentaire.fr (consulté le )
  37. a et b « Intouchables, le documentaire original À la vie à la mort sur France2 », sur LExpress.fr, (consulté le )
  38. « Fatou, rescapée des incendies », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. LesAudiencesTV | B.L, « C'était il y a 10 ans... Le 9 Avril 2003 : les audiences », sur Les audiences tv, toute l'actualité des médias en Europe et ailleurs (consulté le )
  40. a et b « France 2 fait un festival à Luchon! », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le ).
  41. « Mireille Dumas a souhaité "bonne chance" à Cyril Viguier - info-tele-2-semaines - Télé 2 semaines », sur www.programme.tv/news (consulté le ).
  42. « La télévision, un univers impitoyable », sur ozap.com (consulté le ).
  43. leblogtvnews.com, « « Comment ils ont changé de vie » proposé par Mireille Dumas le 14 mai. », sur Leblogtvnews (consulté le ).
  44. Le Zapping du PAF, « Le poids du nom en héritage dans Signé Mireille Dumas sur France 3 », sur Le Zapping du PAF (consulté le ).
  45. Le Zapping du PAF, « Qui êtes-vous Michel Sardou, entretien du chanteur avec Mireille Dumas », sur Le Zapping du PAF (consulté le ).
  46. « Dany Boon - Line Renaud : deux Armentièrois chez Mireille Dumas ce lundi soir sur France 3 », sur France 3 Hauts-de-France (consulté le ).
  47. « « Politiques : ils connaissent la chanson ! », sur France 3 du 09 mai 2016 - France Inter », sur www.franceinter.fr (consulté le ).
  48. Telestar.fr, « Véronique Sanson, Pierre Palmade, drôle de vie Documentaire 2015 - Télé Star », sur www.telestar.fr (consulté le ).
  49. « TV : « Les Trésors cachés des variétés - Jean-Christophe Averty » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. Jean-Marc Verdrel, « “Les années Bouvard : le rire et l'impertinence” par Mireille Dumas, vendredi 16 juillet sur France 3 », sur Les coulisses de la Télévision (consulté le ).
  51. Renaud Revel et Benjamin Turquier, « Mireille Dumas et Cyril Féraud, le couple improbable de l'Eurovision », sur www.lexpress.fr, (consulté le ).
  52. « Remise du prix Roland Dorgelès aux journalistes Mireille Dumas et Nicolas Poincaré », sur www.culture.gouv.fr (consulté le ).
  53. « Mireille Dumas faite officier des Arts et des Lettres », sur tvmag.lefigaro.fr.
  54. Légion d'honneur: Mireille Dumas, ... décorés Sur le site france24.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]