Henry Desmarest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desmarest.
Henry Desmarest
Description de l'image defaut.svg.

Naissance
Paris, Drapeau du royaume de France Royaume de France
Décès
Luneville, Duché de Lorraine
Activité principale Compositeur

Henry Desmarest[1] est un musicien et compositeur français de l'époque baroque, né à Paris en février 1661 et mort à Lunéville le .

Talentueux et précoce, promis à une brillante carrière au service de Louis XIV, son destin fut bouleversé par un fait divers le contraignant à l'exil. Dans le paysage musical français de l'époque, sa musique se distingue particulièrement par les multiples influences étrangères que ses pérégrinations à travers l'Europe ont permises. La sensibilité et la virtuosité de ses œuvres en font un des compositeurs les plus remarquables de sa génération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Desmarest est né dans une modeste famille parisienne en février 1661. Sa mère, Madeleine Desmarest née Frottier, était issue d'une famille bourgeoise. Son père, Hugues, était huissier au Châtelet. L'enfance de Desmarest fut marquée par la disparition de celui-ci en 1668 (le laissant fils unique), le remariage de sa mère en 1670, suivi de la mort de son nouveau beau-père. Après avoir chanté dans le chœur de Saint-Germain l'Auxerrois, il entra, en 1674, au service de Louis XIV comme page de la Chapelle royale. Il y apprit la musique, pour laquelle il était très doué, sous la direction de Pierre Robert et Henry Du Mont. Il bénéficia également de l'enseignement de Jean-Baptiste Lully, et chanta dans les chœurs des tragédies lyriques composées par ce dernier.

À partir de 1680, il devint "ordinaire de la musique du roi". Son Te Deum dit "de Paris", premier grand motet de Desmarest, est composé peu de temps auparavant, en 1678. Le ballet qu'il composa en août 1682 pour la naissance du duc de Bourgogne obtint la faveur de la cour et, l'année suivante, il concourut au poste de sous-maître de la Chapelle Royale. Quatre places sont à pourvoir. Il a alors 22 ans. Bien qu'il passât avec succès une première sélection, son jeune âge joua en sa défaveur, Louis XIV préférant retenir des musiciens plus expérimentés et plus à même d’asseoir leur autorité.

Après la compétition, Desmarest demanda au roi la permission de se rendre en Italie afin de compléter ses études auprès de compositeurs italiens. Malheureusement, Lully objecta que Desmarest, qui faisait preuve de beaucoup de talent dans le style français naissant, risquait de subir l'influence du style italien. Le roi fut sensible à cet argument, et interdit à Desmarest de passer les Alpes. Celui-ci se maria en 1689 et une fille naquit de ce premier mariage. Pendant cette période, Desmarest composa secrètement plusieurs motets pour le compte de l'abbé Goupillet, un des sous-maîtres nouvellement nommés de la Chapelle royale. Celui-ci, vraisemblablement dépassé par sa charge, fit donc appel à Desmarest -moyennant rétribution- comme "nègre de composition". Cependant, Goupillet ayant l'imprudence de ne plus payer Desmarest, ce dernier éventa la supercherie. L'abbé fut renvoyé, mais Desmarest ne fut pas pour autant récompensé, le roi préférant attribuer à de Lalande le poste à nouveau vacant.

Sa première épouse, Élisabeth, mourut en 1696 et cet accident scella le destin du musicien : l'année suivante, il échangeait avec Marie-Marguerite de Saint-Gobert, une jeune fille noble de 19 ans, une promesse de mariage dont le père, médecin de Gaston d'Orléans, ne voulut pas entendre parler. Néanmoins, le couple eut un enfant et M. de Saint-Gobert entama une action judiciaire contre Henry Desmarest pour séduction et rapt. Le procès, ouvert en 1699, se termina par la condamnation de Desmarest : le couple s'enfuit à Bruxelles pour échapper à la justice française[2]. Il y fit baptiser une fille, Maximilienne-Olympie, dont la marraine fut Olympe Mancini, comtesse de Soissons et le parrain le gouverneur des Pays-Bas espagnols Maximilien-Emmanuel de Bavière.

Le 28 mai 1700, Desmarest, condamné par contumace, à être pendu en effigie en place de Grève : il ne pouvait plus être question de retourner en France. Mais il obtint un poste en Espagne sous la protection de Philippe V (le propre petit-fils de Louis XIV). Le mariage fut validé en 1702, mais dès 1703 les musiciens français furent renvoyés de la cour d'Espagne, remplacés par une troupe de musiciens italiens.

Sur recommandation d'un ami, Desmarest trouva en 1707 une place de surintendant de la musique à la cour du duc Léopold Ier de Lorraine à Nancy (à l'époque, la Lorraine était un État souverain). C'est en Lorraine que devait se dérouler le reste de sa carrière et de sa vie, ponctué par la naissance de plusieurs enfants dont la plupart moururent en bas âge. Louis XIV refusa toujours de gracier Desmarest. Cela arriva pourtant, plus tard, après la mort du roi, par lettres patentes de 1720, confirmées l'année suivante par le Parlement de Paris, qui levèrent toutes les condamnations. Un contrat de mariage fut enfin conclu : le mari avait 60 ans. Son épouse mourut en 1727 et lui-même en 1741.

Desmarest composa surtout pour la scène, notamment dans les genres mis au point par Lully : tragédies lyriques (Didon, Circé, Théagène et Chariclée, Iphigénie en Tauride, Renaud ou la suite d'Armide), opéras-ballets (Les Amours de Momus, Les Fêtes galantes), pastorales héroïques (Diane et Endymion), divertissements, cantates, etc.

Si le XVIIIe siècle fut une époque particulièrement faste pour l'histoire du théâtre en France, au début du règne de Léopold, il n’y avait ni salle de spectacle, ni artistes de métier, attachés à la cour : une scène provisoire était installée à chaque représentation. Le duc, qui aimait profondément le faste de Versailles, décida peu après l’arrivée de Henry Desmarest de construire à côté du palais de Nancy une salle d’Opéra, inaugurée le 9 novembre 1709, avec comme spectacle Le Temple d’Astrée. Jean-François Nicolas mentionna dans son Journal que la salle de la Comédie étant entièrement achevée, S.A.R. Madame vint à Nancy le 9 novembre pour en voir jouer toutes les machines. La construction fut confiée à l’architecte italien Francesco Bibiena, issu d’une famille bolonaise spécialisée dans la construction et la décoration des théâtres. Lorsque Boffrand dessina les plans du château de Lunéville, aucune salle de spectacle n’avait été prévue, et il faudra attendre 1733, pour que la régente fasse édifier une « salle de comédie », dans le prolongement des appartements ducaux, au sud-est du château. Elle y fit transporter dès 1735 une partie des décors de l’Opéra de Nancy réalisés par Bibiena. Étant réservée à l’usage exclusif de la cour, elle fut édifiée dans la continuité du château et reliée par une galerie aux appartements réservés à la famille ducale. Avant la construction de ce premier théâtre, les représentations théâtrales avaient lieu sur une scène démontable installée dans les jardins.

Des troupes de passage venaient jouer de temps à autre, surtout pendant la période de Carnaval, et bien souvent c’était les élèves du collège des Jésuites de Nancy, et ceux de l’Université de Pont-à-Mousson, qui montaient eux-mêmes des pièces. Cependant, étant donné que la cour de Lorraine n’avait pas d’artiste attitré, Desmarest dut faire face à des problèmes d’effectifs, et lors de son opéra Vénus et Adonis, le maître de ballet le chorégraphia et y participa. Il n’était pas rare que les danseurs et le corps du ballet fussent recrutés dans l’entourage de la famille ducale : les pages, les filles d’honneurs, les enfants du couple, le duc Léopold et la duchesse tant que son âge et sa santé le lui permirent, dirigés par Claude-Marc Magny, homme de chambre du duc et maître de danse à la cour. Il n’était en effet pas rare que la duchesse participât aux manifestations. L’opéra Marthésie, première reine des amazones, créé à Fontainebleau le 11 octobre 1699, fut représenté à la cour du duc de Lorraine à Nancy, durant le carnaval de 1700, par les seigneurs et dames de la cour, dont la duchesse Élisabeth-Charlotte. Il s’agissait d’une tragédie en cinq actes et d’un prologue sur un livret d’Antoine Houdar de La Motte, composée par André Cardinal Destouches. Désormais, les rôles chantés furent confiés à des professionnels, alors que les pages et courtisans ne paraissaient que dans les entrées de ballets.

Lorsqu’il arriva en Lorraine en avril 1707, il s’agissait d’un « pays d’expression française, ouvert à tous les courants artistiques ». Sa réputation l’ayant précédé, le couple ducal l’accueillit à la cour, où la duchesse, qui avait écouté ses œuvres à la chapelle de Versailles ou à l’opéra, lui confia la mission de rassembler et de diriger un corps de musique. Il fut aussi engagé afin d’enseigner la musique aux enfants du couple ducal : la princesse Gabrielle joua du clavecin devant la cour de Lunéville lors de sa fête le 24 mars 1711. La Lorraine était, sous le règne de Léopold (1698-1729), un des États du Saint-Empire et les lois françaises ne pouvaient plus le frapper à la suite du procès d’enlèvement et il n'était donc plus menacé. Desmarest composa, en Lorraine, pour la chapelle ducale un grand motet avec chœurs, le psaume CX, Confitebor tibi, les grands motets sur les psaumes Lauda Jérusalem. Le 25 août 1707, il réalisa pour la fête du prince Louis une « comédie nouvelle » et « une introduction en musique de voix et d’instruments à un ballet où Madame a dansé et Madame la princesse », puis le 15 novembre suivant, Desmarest monta à Lunéville l’opéra Vénus et Adonis. Aussitôt après, l’opéra Thésée de Lully fut mis en place, les décors furent réalisés par Bibiena et Barilli tandis que les musiciens, chanteurs, la duchesse et ses enfants travaillaient les scènes et les danses, pour la représentation du 5 février 1708 à Lunéville. De 1708 à 1710, il composa de nombreuses pièces, connues grâce au livret édité pour l’occasion à Lunéville par le libraire Bouchard. Que ce soit des opéras de Lully (Le bourgeois gentilhomme, Amadis de Gaule, La pastorale, Les festes de l’Amour et de Bacchus, Armide) ou des compositions de Desmarest (Le temple d’Astrée, Diane et Endymion), ces représentations remportèrent un vif succès.

De 1707 à 1711, Desmarest et le danseur Magny montèrent une quantité de grandes pièces de Lully, sûrement sous l’impulsion de la duchesse Élisabeth-Charlotte qui appréciait ces deux arts : danse et théâtre, et « voulut peut-être faire revivre en Lorraine des œuvres qu’elle avait appréciées et aimées en France », à moins que ce ne soit Desmarest qui fit ce choix, de par l’admiration qu’il vouait à Lully.

Malgré ce poste qui fit de lui un personnage de premier plan, il n’eut de cesse de réclamer, depuis la Lorraine, le pardon de Louis XIV, qui le lui refusa. Ce ne fut qu'en 1720 que le Régent lui accorda le pardon et que les autorités ecclésiastiques confirmèrent la validité du mariage de Desmarest et de Marie-Marguerite. Le musicien tenta alors un retour en grâce à la cour du roi de France, en lui dédiant notamment un de ses opéras Renaud ou la suite d’Armide. En 1726, après le décès de Michel-Richard de Lalande, un poste de quartier de sous-maître de la chapelle-musique du roi vacant ne fut pas attribué à Desmarest et ce dernier regagna ainsi la Lorraine. En 1727, il reprit son service auprès du couple ducal vieillissant, et le nombre de musiciens avait diminué, passant de 38 en 1707 à 19 en 1727. Desmarest conserva son titre de surintendant de la musique, lorsque François III arriva au pouvoir, mais la direction de l’orchestre fut confiée à Bonaventure Gille, le 20 juillet 1730. En 1737, alors âgé de 76 ans, il n'entra pas au service de Stanislas, roi de Pologne déchu, lorsque celui-ci devint le nouveau Duc de Lorraine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Une part importante de l’œuvre de Henry Desmarest a été perdue. Dans certains cas, seul le livret a pu être conservé.

Musique religieuse[modifier | modifier le code]

  • Messe à 2 chœurs et 2 orchestres
  • Te Deum dit « de Paris »
  • Te Deum dit « de Lyon »
  • Hymne sur la grandeur de Dieu
  • De profundis
  • Veni Creator
  • Cum invocarem
  • Deus in adjutorium
  • Domini est terra
  • Deus in adjutorium
  • Quemadmodum desiderat
  • Beati omnes
  • Nisi Dominus
  • Exaudiat te Dominus
  • Grands motets lorrains : Usquequo Domine (psaume XII), Lauda Jerusalem (psaume CXLVII), Domine ne in furore (psaume VI), Confitebor tibi Domine (psaume CX), Dominus regnavit (psaume XCVI)
  • Adorate eum omnes angeli, petit motet

Musique profane[modifier | modifier le code]

L'édition critique de l'œuvre d'Henry Desmarest est actuellement en cours de publication au Centre de musique baroque de Versailles (http://www.cmbv.fr), collection "Monumentales"

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son prénom est parfois orthographié « Henri ». De même, son nom de famille est parfois orthographié « Desmarets », « Desmaretz » ou bien encore « Desmarais »
  2. James R.Anthony, La Musique en France à l'époque baroque, Flammarion 1974, rééd.1981 p. 266

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]