Aristide Denfert-Rochereau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aristide Denfert-Rochereau
Le Lion de Belfort
Aristide Denfert-Rochereau
Le colonel Denfert-Rochereau, par Étienne Carjat (1878).

Surnom le « Lion de Belfort »
Nom de naissance Pierre Marie Philippe Aristide Denfert-Rochereau[1]
Naissance
à Saint-Maixent-l'École (Royaume de France)
Décès (à 55 ans)
à Versailles (République française)
Origine Français
Grade Colonel
Conflits Guerre franco-allemande de 1870
Faits d'armes Siège de Belfort
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Autres fonctions Député (1871-1878)

Aristide Denfert-Rochereau, né le à Saint-Maixent-l'École[2] et mort le à Versailles[3], est un officier supérieur et député français. Il est célèbre pour avoir dirigé la défense de Belfort durant la guerre franco-allemande de 1870, ce qui lui a valu le surnom de « Lion de Belfort »[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Il naît dans une famille d'ancienne bourgeoisie de confession protestante originaire de Jarnac[5],[6], de René Clovis Denfert-Rochereau, percepteur des contributions directes, et son épouse Constance David de Lanoüe[1].

Il est élève à l'École polytechnique[1] en 1842-1845 puis il intègre l'École d'application de l'artillerie et du génie de Metz[7] jusqu'en 1847.

Il épouse Pauline-Louise-Henriette Surleau-Goguel, d’une ancienne famille de Montbéliard.

Guerre de Crimée et Algérie[modifier | modifier le code]

En 1847, il est affecté au 2e régiment du génie avec le grade de lieutenant[7]. Il se distingue lors de l'« expédition de Rome » de 1849 et participe ensuite à la guerre de Crimée en 1855, puis est en poste en Algérie de 1860 à 1864.

Responsable du génie à Belfort (1864-1870)[modifier | modifier le code]

Nommé chef du service du génie à Belfort en 1864, Denfert-Rochereau demande et obtient la construction d’un fort sur le plateau de Bellevue (à l’actuel emplacement du cimetière) et le renforcement des redoutes en terre aménagées aux Perches par le général Lecourbe lors du siège de 1815. Il a compris que Les Basses et Hautes-Perches sont le point faible de la place : elles dominent la citadelle dont elles ne sont éloignées que de 900 m. En 1867, une commission spéciale présidée par le général Charles Frossard a d’ailleurs conclu que « qui tenait les Perches tenait Belfort » et a recommandé leur fortification. Denfert-Rochereau sera conscient de la nécessité de tenir coûte que coûte ce site stratégique lorsque le siège de la ville débutera.

Gouverneur de Belfort (1870-1871)[modifier | modifier le code]

En septembre 1870, le général de Chargère, vieillissant, a été remplacé par le général Albert Cambriels. Celui-ci prenant en charge l'armée des Vosges, le général d'artillerie Joseph Crouzat, prend sa place début octobre avant d'être affecté à l'armée de la Loire. Gambetta, ministre de la guerre, nomme le lieutenant-colonel Denfert-Rochereau le 19 octobre avec le grade temporaire de colonel. Dans le contexte de la guerre franco-prussienne, il est confronté dès à l'attaque, puis au siège des armées allemandes, menées par le général prussien August von Werder assisté de Udo von Tresckow (de). Il mène alors, avec sa garnison de 15 000 hommes et la population de la ville, une résistance vigoureuse de cent trois jours, contre les 40 000 soldats de Werder. Le 3 octobre, il répond à von Tresckow qui lui demande de capituler, cette phrase devenue culte : « Nous connaissons l'étendue de nos devoirs envers la France et envers la République et nous sommes décidés à les remplir ».

Ce n'est que le , sur un ordre du gouvernement de la Défense nationale, présidé par Louis Adolphe Thiers, qu'il accepte de quitter, librement et invaincu, Belfort avec ses troupes et ses armes, évitant ainsi l'humiliation d'une défaite[8]. Partisan de la guerre contre l'Allemagne et du refus de l'armistice, il sollicite devant Thiers la grâce du jeune officier Louis-Nathaniel Rossel — lui aussi protestant — qui avait rejoint la Commune de Paris après la défaite française. Ce dernier est pourtant exécuté le .

La résistance d'Aristide Denfert-Rochereau sauve l'honneur d'une France humiliée par la défaite de Mac Mahon à Sedan et la reddition de Bazaine à Metz[9][style trop lyrique ou dithyrambique]. Elle permet également à Thiers de négocier la conservation au sein de la France de l'arrondissement de Belfort, département du Haut-Rhin, tandis que le reste du département alsacien est annexé par l'Allemagne selon les termes du traité de Francfort[10].

Denfert-Rochereau verra sa promotion comme colonel confirmée alors que son exploit lui aurait valu sans conteste le grade de général de brigade.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est élu député du Haut-Rhin à l'Assemblée nationale en , où il soutient la politique de Léon Gambetta[7].

En 1872, il est délégué au synode national de l'Église réformée, où il soutient le courant protestant libéral. Il s'oppose à François Guizot et à Charles Bois, du courant protestant orthodoxe, contre l'adoption d'une confession de foi[11].

Il est à nouveau élu à l'Assemblée nationale en , mais cette fois dans le 6e arrondissement de Paris[7]. Lors de la crise du 16 mai 1877, il est l'un des signataires du manifeste des 363[12]. Il est aussi réélu en et est confirmé dans ses fonctions de questeur.

Mais, il meurt moins de sept mois plus tard à Versailles. Il est inhumé, aux côtés de son épouse, dans le cimetière de Montbéliard.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Lettres d'un officier républicain : (1842-1871) (1990).

Hommages[modifier | modifier le code]

À Belfort, un monument de Bartholdi, le Lion de Belfort, est érigé au pied de la citadelle en l'honneur des défenseurs de Belfort qu'il dirigea durant le siège de 1871. Sur le monument des Trois sièges, place de la République, Denfert-Rochereau est représenté, encadré des généraux Jean Legrand et Claude Jacques Lecourbe. Une avenue et une rue portent son nom. Il y a aussi un arrêt de bus Optymo qui porte son nom.

Inscription au Panthéon, Paris.
Plaque de la rue Denfert-Rochereau, à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde).

À Paris, dans le 14e arrondissement, une place porte son nom ; une statue réalisée par Bartholdi, réplique en bronze à l'échelle 1/3 du Lion de Belfort, rappelle son souvenir. Un médaillon le représentant est apposé sur le socle. La station de métro et l'avenue adjacente portent également son nom. Au Panthéon, sous l'urne où repose le cœur de Léon Gambetta, son nom est l'un des cinq mentionnés sur l'inscription qui rend hommage aux officiers et soldats de la guerre de 1870 :

« À la mémoire des généraux d'Aurelle de Paladines, Chanzy et Faidherbe, des colonels Denfert-Rochereau et Teyssier ainsi que des officiers et soldats des armées de terre et de mer qui en 1870-1871 ont sauvé l'honneur de la France. »

À Saint-Maixent-l'École, sa ville natale, un monument lui a été dédié en 1880[13] ; un lion aux aguets a été représenté à ses pieds. Grâce au maire de l'époque, Léon Guyonnet, il n'a pas été fondu sous l'Occupation.

Une statue de pierre le représentant se dresse dans le jardin public de l'Évêché à Lisieux[14].

Il existait aussi une statue en son honneur à Montbéliard, exécutée par Just Becquet et inaugurée le [15]sur la place éponyme. Elle a été fondue sous l'Occupation. Sur le piédestal figurait la célèbre réplique de Denfert à von Tresckow : « Nous connaissons l'étendue de nos devoirs envers la France... »

Une promotion (2008) du 4e bataillon de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr à Coëtquidan porte également son nom ainsi que de nombreuses rues et avenues de France .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Denfert-Rochereau, Pierre Marie Philippe Aristide (X 1842 ; 1823-1878) », sur Bibliothèque centrale de l'École polytechnique, (consulté le ).
  2. « Acte de naissance de Pierre Marie Philippe Aristide Denfert-Rochereau », sur Archives départementales des Deux-Sèvres,
  3. « Acte de décès de Pierre Marie Philippe Aristide Denfert-Rochereau », sur Archives des Yvelines,
  4. Allusion à la statue de lion érigée à Belfort par Bartholdi, qui symbolise la bravoure des défenseurs de la ville en 1871 et pas seulement celle de son chef.
  5. « Pierre Denfert-Rochereau 1823-1878, Chemins de mémoire » - Ministère des Armées, Direction des Patrimoines, de la Mémoire et des Archives.
  6. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 13, pages 289 à 290 Denfert-Rochereau.
  7. a b c et d Pierre Denfert-Rochereau sur assemblee-nationale.fr, onglet « Biographie ».
  8. Éric Labayle, Les soldats et leurs batailles, 1870, page 142 : le 18, c'est une troupe invaincue qui quitte Belfort avec armes et bagages.
  9. La Revue du foyer, Lyon, X. Jevain, , 624 p. (lire en ligne), p. 277.
  10. Anne Blanchard et Philippe Contamine, Histoire militaire de la France : de 1715 à 1871, vol. 2, Paris, Presses universitaires de France, , 635 p. (ISBN 978-2-13-044415-2, lire en ligne), p. 566.
  11. André Encrevé, « Charles Bois », dans Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 5 Les Protestants, Paris, Beauchesne, (ISBN 2701012619), p. 166-167.
  12. Fiche sycomore
  13. « Monument à Denfert-Rochereau, héroïque défenseur de Belfort – Saint-Maixent-l’Ecole », sur e-monumen.net (consulté le )
  14. « À nos Grands Hommes - La monumentalité en cartes postales: Monument: Monument à Denfert-Rochereau [5429] », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le )
  15. « Monument à Denfert-Rochereau – Montbéliard (fondu) », sur e-monumen.net (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]