August von Werder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
August von Werder
August von Werder BNF Gallica.jpg
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Karl Friedrich Wilhelm Leopold August Graf von WerderVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflits
Commandements
3e division d'infanterie, XIV. Armee-Korps (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Le comte Karl Friedrich Wilhelm Leopold August von Werder est un général prussien né le 12 septembre 1808 à Nordkitten en Prusse-Orientale et décédé le 12 septembre 1887[1] au château de Grüssow en Poméranie. La commune de Grüssow est, depuis 2005, incorporée à celle de Fünfseen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du général de division Hans-Ernst von Werder (1771–1837) et de Johanna Marie Wedde (1783–1864), Werder s'enrôle le 14 juin 1825 dans la 6e Compagnie du Régiment des Gardes du Corps de l'Armée prussienne . L'année suivante, il reçoit le brevet d'officier (lieutenant) du 1er régiment d'infanterie de la garde prussienne. En 1839, il est nommé inspecteur de l'école militaire puis chef du service de Topographie. En 1842-43, il s'engage comme volontaire dans la Guerre du Caucase au côté des Russes. De retour en 1846, il est promu capitaine auprès de l'Etat-major, puis commandant du 33e régiment de fusiliers « comte Roon ». En 1853 il commande un bataillon de la Landwehr au sein du 40 régiment d'infanterie ; en 1856, le 4e bataillon de chasseurs, puis, promu lieutenant-colonel, il est versé dans le 2e régiment d'infanterie de la garde.

Strasbourg le 28 septembre 1870.

En 1859, il est promu colonel et chargé de l'inspection des chasseurs à pied et à cheval. En 1863, il est promu général de brigade et en 1866, général de division. Au cours de la guerre austro-prussienne, il est placé à la tête de la 3e Division, avec laquelle il s'illustre à Jičín et Sadowa. En 1870, il se voit confier le siège de Strasbourg. Après la capitulation de cette métropole, il est promu général d'armée (General der Infanterie), et est chargé du commandement du XIVe corps d’armée nouvellement formé. À la tête de ce corps, il envahit au mois d’octobre la Franche-Comté, occupe Dijon, et tient en échec les hommes de Garibaldi. Menacé par la percée du général Bourbaki, il doit rallier Belfort en janvier 1871, force le passage à la bataille de Villersexel (9 janvier). Cela lui permet de s'opposer à temps à l'Armée de l’Est française, supérieure numériquement : il repousse la contre-offensive ennemie en trois jours à la bataille de la Lizaine (15–17 janvier). Il accable les troupes françaises en déroute jusqu'à la frontière Suisse, où elles sont finalement désarmées.

Armée de Bourbaki déposant les armes à son passage en Suisse (Panorama Bourbaki, Lucerne).

Ce coup d'éclat lui vaut une renommée inouïe en Allemagne, et particulièrement en Bade : la ville de Fribourg fait édifier un monument à sa gloire et il est reçu docteur honoris causa de l'université[2]. Jusqu'en 2007, une rue portait son nom[3], comme dans bien d'autres villes de la région, et même à Cologne (quartier belge). Après la capitulation de la France, Werder fut élevé au rang de Grand-Croix de la Croix de fer et reçut du roi une pension de 200 000 thalers ; la même année, il est nommé chef du 30 régiment d'infanterie. En 1875, ses collègue célèbrent ses 50 ans d'états de service et le 1er avril 1879, à l'occasion de sa retraite, il est élevé au rang de comte. Il s'éteint le 12 septembre 1887 dans son château de Grüssow (arrondissement de Belgard en Poméranie).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Cf. Hans Schadek, Freiburg ehemals, gestern, heute: Die Stadt im Wandel der letzten 100 Jahre, Fribourg-en-Brisgau, (ISBN 3-7984-0771-1), p. 83. – Werder
  3. « Freiburg: Der Organisator der Nächstenliebe - badische-zeitung.de » (consulté le 11 juin 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kurt von Priesdorff, Soldatisches Führertum, vol. 7, Hanseatische Verlagsanstalt Hamburg, p. 297–305
  • Wolfgang von Werder, Geschichte des märkisch-magdeburguischen Geschlechts von Werder., vol. 3, Verlag für Sippenforschung U. Starke,
  • Bernhard von Poten, Algemeine Deutsche Biographie, 762-766 p. (lire en ligne), « Werder, August Graf von »
  • Meyers Konversations-Lexikon, vol. 16, Leipzig/Vienne, Verlag des Bibliographischen Instituts, 1885–1892 (réimpr. 4e) (lire en ligne), « August von Werder », p. 535
  • Emil Albrecht von Conrady, Das Leben des Grafen August von Werder, (lire en ligne)
  • Oskar Höcker, General von Werder, der Vertheidiger Süddeutschlands: aus seinem Leben, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]