Pascal Delhommeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Pascal Delhommeau
Pas d'image ? Cliquez ici.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France FC Castel-Fiacrais
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (36 ans)
Lieu Nantes (Loire-Atlantique)
Taille 1,9 m (6 3)
Poste Défenseur central
Pied fort Droit[1]
Parcours junior
Saisons Club
Drapeau : France US Château-Thébaud
Drapeau : France US Sainte-Anne de Vertou
1992-1998 Drapeau : France FC Nantes
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1998-2006 Drapeau : France FC Nantes 157 (1)
2001-2002 Drapeau : France FC Lorient 020 (0)
2006-2008 Drapeau : France FC Metz 057 (0)
2008-2011 Drapeau : France Vannes OC 064 (4)
Parcours amateur
Saisons Club
2011-2013 Drapeau : France US Château-Thébaud
2013- Drapeau : France FC Castel-Fiacrais
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1997 Drapeau : France France -18 ans 004 (0)
1998 Drapeau : France France -19 ans 005 (0)
1998 Drapeau : France France espoirs 004 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 29 mars 2014

Pascal Delhommeau, né le à Nantes, est un footballeur français. Évoluant au poste de défenseur central, il joue quatorze saisons au niveau professionnel et près de 300 matchs au sein de quatre équipes différentes.

Formé au FC Nantes, Delhommeau intègre l'effectif professionnel en 1997 et joue ses premiers matchs au haut niveau l'année suivante. Après trois saisons où il n'arrive pas à s'imposer parmi les titulaires, il est prêté au FC Lorient pour la deuxième partie de la saison 2001-2002. Après cette courte période dans la région bretonne, qui le voit remporter la Coupe de France 2001-2002, il revient à Nantes et devient un joueur-clé de l'équipe pendant quatre saisons. Delhommeau reçoit le surnom du « Squale », pour ses qualités défensives ainsi que sa vigilance.

Se sentant écarté par l'entraîneur Serge Le Dizet, il quitte son club formateur en 2006, pour le FC Metz, évoluant en deuxième division. Dès sa première saison chez les messins, il remporte le titre de champion de France de Ligue 2 et revient parmi l'élite du football français.

En 2008, il signe avec le Vannes OC, en Ligue 2, et joue trois saisons avec les Vénètes avant de prendre sa retraite professionnelle à la fin de la saison 2010-2011 à l'âge de trente-deux ans. Ensuite, Delhommeau retourne au niveau amateur où il intègre l'équipe de son village d'enfance, l'US Château-Thébaud, devenant éducateur auprès des jeunes joueurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Pascal Delhommeau voit le jour le à Nantes, en Pays de la Loire[1],[2],[3]. Il prend sa première licence dans le club de son village, l'Union Sportive de Château-Thébaud avant de rejoindre l'Union sportive de la Sainte-Anne de Vertou, situé à Vertou, à quelques kilomètres de son domicile[4].

Il participe à des sélections lors desquelles des recruteurs du Football Club de Nantes sont présents. Repéré par Guy Hillion, il est élève au Lycée La Colinière, en sport-études, avant d'entrer au centre de formation nantais[5].

Carrière de footballeur[modifier | modifier le code]

FC Nantes (1992-2001) : Formation et début en professionnel[modifier | modifier le code]

Équipes de jeunes et international espoirs (1992-1998)[modifier | modifier le code]

En 1992, Delhommeau arrive au Centre sportif José-Arribas, centre de formation du Football Club de Nantes[6],[7]. Il commence à jouer dans les équipes de jeunes du club nantais et va se lier d'amitié avec Jérémy Toulalan, devenant l'un de ses meilleurs amis[8],[9],[10].

Quelques années plus tard, en 1997, il apparaît en équipe de France des moins de 18 ans. Il joue son premier match pour les U18, lors du Tournoi de Croix, le , face au Dynamo Kiev et va compter quatre matchs avec cette équipe durant le tournoi[11]. Ensuite, il est retenu pour le championnat d'Europe des moins de 18 ans 1997 en Islande. D'autres joueurs de La Jonelière sont sélectionnés pour cette compétition, à savoir Yves Deroff, Sébastien Piocelle et Alioune Touré[6]. Les jeunes bleus de Jean-François Jodar remportent cette compétition et conservent le titre de champion d'Europe.

La saison 1997-1998 le voit intégrer l'effectif professionnel du FC Nantes sans réussir à jouer cependant[2],[3]. Il joue dix-huit matchs avec l'équipe réserve lors de cette saison[12]. Entre temps, Delhommeau est sélectionné, en équipe de France des moins de 19 ans, pour disputer le Tournoi de Saint-Jean-de-Luz où les jeunes français s'inclinent en finale, face à la Slovaquie. Le réserviste nantais dispute cinq rencontres[13]. Il participe au Tournoi de Toulon et prend part à son premier match sous le maillot des espoirs, face à l'Afrique du Sud[14],[4]. Delhommeau joue quatre matchs avec la sélection espoirs[4].

Éternel remplaçant (1998-2001)[modifier | modifier le code]

Pascal Delhommeau joue son premier match, lors de la première journée du championnat 1998-1999, le , contre l'Olympique de Marseille, remplaçant Christophe Le Roux en fin de rencontre[15]. Il définit ce match comme son meilleur souvenir[16]. Il dispute ensuite ses deux premiers matchs comme titulaire, face au FC Sochaux ainsi que contre le Toulouse FC[17],[18]. Malgré cela, il ne joue que trois matchs lors de cette saison. Le défenseur nantais n'arrive pas à sortir de son rôle de remplaçant. Les deux saisons qui suivent le voient être un titulaire occasionnel, jouant vingt matchs dont douze comme titulaire[2]. D'abord pressenti pour être titulaire lors de la finale de la Coupe de France 1999-2000, Angel Marcos décide de le remplacer au dernier moment[19].

La saison 2000-2001 est synonyme de sacre pour le FC Nantes, permettant à Delhommeau de remporter son premier trophée au niveau professionnel[20]. De plus, il dispute son premier match au niveau européen, le , lors de la Coupe UEFA 2000-2001, face au FC Lausanne, remplaçant Éric Carrière[21]. Il participe à la victoire au Trophée des champions 2001 contre le RC Strasbourg, entrant à la place de Viorel Moldovan en fin de rencontre[22]. Toujours dans l'équipe professionnelle au début de la saison 2001-2002, il joue quatre matchs dont trois comme titulaire durant la première partie de championnat[2]. De plus, il a l'occasion de participer à cinq matchs de la Ligue des champions 2001-2002[23].

Mis en concurrence par les arrivées de Mario Yepes et Mauro Cetto au mercato hivernal, le jeune défenseur se voit barrer la route d'un statut de titulaire par les deux sud-américains[24].

FC Lorient (2002) : Gagner du temps de jeu[modifier | modifier le code]

À la fin du mois de décembre 2001, Delhommeau est prêté, pour une durée de six mois, au FC Lorient[24],[23],[25]. L'objectif d'Yvon Pouliquen, l'entraîneur, est de solidifier la défense lorientaise[25]. Le FCL joue le maintien en première division, tout comme le FC Nantes. Il est propulsé au poste de titulaire et joue son premier match sous les couleurs lorientaises, le , contre le Stade rennais[26]. À la fin du mois d'avril, après un match nul contre l'Olympique de Marseille, le FC Lorient est dernier du championnat et doit remporter son ultime match ainsi qu'espérer un faux pas de l'EA Guingamp et du FC Metz pour se maintenir[27]. Le joueur, prêté par le FC Nantes, se montre « dubitatif [et] inquiet »[28].

Le FC Lorient parvient en finale de la Coupe de la Ligue 2001-2002 et affronte les Girondins de Bordeaux. Lors de cette compétition, il se fait expulser en huitième de finale, contre l'AJ Auxerre, pour un deuxième avertissement[29]. Il n’apparaît plus en Coupe de la Ligue jusqu'à la finale. Avant la rencontre, Delhommeau déclare être « très heureux à Lorient », remerciant le club de lui avoir permis de se développer et de gagner en expérience. Il avoue cependant être impatient de retourner dans son club formateur[30]. Yvon Pouliquen décide d'évoluer en 5-4-1 et Delhommeau est désigné au marquage de Pedro Miguel Pauleta[31]. Il est remplacé, en deuxième mi-temps, par Richard Martini[32]. Néanmoins, ils s'inclinent par trois buts à zéro et Pauleta inscrit un doublé. Les défenseurs lorientais sont critiqués par le site indépendant fclorient.net écrivant que « Dugarry et Pauleta n’ont eu aucun mal à ajuster quelques têtes qui ont permis à Le Garrec de se mettre en évidence »[31].

Quelques jours plus tard, le FC Lorient dispute la finale de la Coupe de France 2001-2002 face au SC Bastia. Delhommeau, sur le banc au début de match, remplace Loïc Druon en seconde mi-temps. Les Lorientais s'imposent, par un but à rien, grâce à Jean-Claude Darcheville[33]. Néanmoins, la fin de saison laisse un goût amer car le FC Lorient finit dernier de la Division 1 et est relégué en deuxième division. Il retourne au FC Nantes, sa période de prêt étant achevée.

Retour au FC Nantes (2002-2006) : Cadre de l'équipe[modifier | modifier le code]

Stade de football, vu depuis une tribune.
Le Stade de la Beaujoire, terrain du Football Club de Nantes.

La saison 2002-2003 voit Delhommeau s'imposer à l'un des postes de défenseur central du FC Nantes et reçoit alors le surnom de « Squale » en raison de ses qualités défensives et de sa vigilance[34],[35]. Cependant, le début de saison difficile des Nantais entraîne de nombreuses critiques de la part des supporters, notamment sur lui, que certains jugent trop lent[36]. Cette saison se termine de manière difficile pour le défenseur nantais, expulsé à deux reprises lors des trois derniers matchs de la saison. Contre l'EA Guingamp, il provoque deux pénaltys et est exclu pour un deuxième carton jaune[37]. Le FC Nantes s'incline, finalement, quatre buts à rien, à domicile. Il considère ce match comme son pire souvenir[16]. Il est condamné à une suspension d'un match ferme assorti d'un match avec sursis[38]. De retour pour la dernière rencontre du championnat, face à l'Olympique de Marseille, il reçoit un carton rouge direct après un mauvais geste sur Daniel Van Buyten, en fin de match[39]. Certains observateurs avancent que ce geste était en représailles d'un coup de coude du défenseur marseillais que l'arbitre, Stéphane Bré, n'aurait pas vu[40]. Les Nantais gagnent le match par un but à zéro. Delhommeau clôt cette saison avec vingt-sept rencontres disputées.

Du fait de cette expulsion, il est suspendu pour les deux premiers matchs de la saison 2003-2004[41],[42]. Loïc Amisse le réintègre dans le groupe professionnel avant le match de la quatrième journée, face au Mans UC, pour prévoir une éventuelle absence de Pierre Aristouy[43]. Le défenseur nantais doit attendre le , pour fouler à nouveau une pelouse de l'élite, remplaçant Frédéric Da Rocha contre l'OGC Nice[44]. Ensuite, il profite des blessures de Nicolas Gillet et Mauro Cetto ainsi que de la suspension de Loïc Guillon pour retrouver une place de titulaire contre l'Olympique de Marseille, faisant un « très bon match »[45],[46]. Cependant, il est exclu contre le SC Bastia, le , pour un deuxième avertissement[47]  ; il écope d'un match de suspension et retrouve sa place de titulaire, deux semaines plus tard, contre le LOSC Lille. Défait deux buts à zéro contre les Lillois, entraînant cinq défaites sur les six derniers matchs de championnat, Delhommeau avoue que « ça commence à cogiter. Maintenant, il faut travailler pour Toulouse, [le prochain match,] se reprendre pour se remettre dans le bons sens »[48]. Lors de la trêve hivernale, Pascal Delhommeau prolonge, de trois ans, son contrat avec le FC Nantes. Il est alors lié aux « Canaris » jusqu'en 2007[49].

Lors du premier match de championnat de la saison 2004-2005, face au RC Lens, il se blesse aux adducteurs[50]. Deux semaines plus tard, il est mis à disposition de l'équipe réserve, entraînée par Serge Le Dizet, pour se remettre petit à petit[51]. Il revient en demi-finale de la Coupe de la Ligue 2003-2004, le , contre l'AJ Auxerre, remplaçant Nicolas Gillet et réussissant son coup de pied lors de la séance des tirs au but[52]. Quelques semaines plus tard, contre le Montpellier HSC, Delhommeau concède un but contre son camp, reprenant un centre d'Habib Bamogo dans ses propres filets. Le FCN réussit à s'imposer par trois buts à deux[53]. Pour la finale de la Coupe de la Ligue, face au FC Sochaux, il est titularisé à la dernière minute, à la place d'Olivier Quint. Les deux équipes, ayant fait match nul, un but partout, au bout de la prolongation, disputent une séance de tirs au but. Huitième frappeur, son tir est arrêté par Teddy Richert qui donne la victoire, par la même occasion, aux Sochaliens[54]. Un échec « très dur à digérer » pour le défenseur central[55].

joueur de football portant un maillot rouge
C'est en reprenant un tir repoussé de Franck Signorino que Pascal Delhommeau inscrit son premier but en professionnel.

Le début de saison 2004-2005 est difficile pour Delhommeau. Suspendu pour le troisième tour aller de la Coupe Intertoto 2004[56], il n'apparaît dans aucun match de cette compétition. Il n'est que remplaçant lors des demi-finales retour face au FC Slovan Liberec, qui élimine les Nantais[57]. À la mi-août, le défenseur souffre beaucoup de ses adducteurs mais peut continuer à jouer[58]. Quelques jours plus tard, il est victime d'une pubalgie et est incertain pour disputer le match contre le Toulouse FC[59], il est cependant titularisé. Le , contre l'AS Saint-Étienne, il se blesse au pied droit[60] et plus particulièrement au talon[61],[62],[63]. Une blessure qui va le tenir éloigné des terrains pendant de nombreuses semaines. Vers la fin du mois d'octobre, il entre en phase de reprise[64] avant de revenir aux soins. Le défenseur fait son retour, près de quatre mois après son dernier match, lors des trente-deuxièmes de finales de la Coupe de France 2004-2005, le , face au FC Cournon-d'Auvergne[65]. Il termine la saison sans aucun souci physique et le FC Nantes parvient à se maintenir en première division de justesse, se classant dix-septième.

Comme pour la saison précédente, le début de saison 2005-2006 est marqué par quelques soucis physiques. Une douleur musculaire à la cuisse l'oblige à déclarer forfait contre le Stade rennais[66],[67]. Quelques semaines plus tard, il se blesse au mollet et est écarté des terrains pendant un mois[68]. Il revient, le , face au Paris Saint-Germain[69]. Pascal Delhommeau inscrit le premier but de sa carrière, contre le RC Strasbourg, le , en étant à la réception d'une frappe de Franck Signorino, repoussée par les deux montants[70]. Jérémy Toulalan, qui ne participe pas au match, le félicite après la rencontre par téléphone[71].

Lors de la deuxième partie de saison, il joue beaucoup moins, avec neuf matchs disputés sur les dix-huit rencontres de 2006, dont six comme titulaire. Il devient la cible des supporters après avoir fait une mauvaise passe, contre l'AS Saint-Étienne, le , qui donne la victoire aux verts grâce à un but de Sébastien Mazure[72]. Deux mois plus tard, il remplace Loïc Guillon, face à l'AJ Auxerre, et se fait siffler par une partie du Stade de la Beaujoire, dans ce qui est son dernier match sous le maillot nantais[73],[74]. Dans les heures qui suivent, Serge Le Dizet défend son défenseur en déclarant que « quand on siffle quelqu'un avant qu'il ait touché un ballon, on n'est pas supporteur »[73].

Cependant, Delhommeau se sent écarté du groupe par Le Dizet et « [commence] à trouver le temps long »[75]. Le , trois joueurs, David Leray, Luigi Glombard et lui-même, sont libérés par le club nantais ; il est remercié alors qu'il lui reste une année de contrat[76].

Football Club de Metz (2006-2008)[modifier | modifier le code]

T-shirt orange avec un flocage "DELHOMMEAU - 4" en rouge.
Flocage « Delhommeau » apposé sur un t-shirt, en l'honneur de son passage au Football Club de Metz.

Le natif de Nantes suscite l’intérêt d'un club de Ligue 1, l'ES Troyes AC, ainsi que des clubs de Ligue 2 comme l'En Avant de Guingamp, le FC Libourne Saint-Seurin, le FC Metz ou le Stade brestois[75],[76],[77]. Delhommeau est séduit par le projet messin, notamment après avoir discuté avec Franck Signorino et Gennaro Bracigliano, deux anciens joueurs du FC Metz, qui donnent des avis positifs sur le club des Grenats[75]. Le , Pascal Delhommeau signe, avec le Football Club de Metz, un contrat de trois saisons[78],[79]. Il considère cette signature comme « un nouveau départ » qui va lui donner « l'occasion de rebondir » après une fin de saison 2005-2006 difficile[75].

Il fait ses débuts officiels sous le maillot messin, le , face au FC Gueugnon. L'entraîneur Francis De Taddeo le place comme titulaire dans une bonne partie des matchs de ce début de saison 2006-2007. Le défenseur constate « des méthodes de travail différentes, plus axées sur l'impact physique » mais il s'adapte à ce championnat facilement[74]. Néanmoins, le , il se blesse contre l'US Créteil, victime d'une déchirure musculaire à la cuisse droite[80]. Son indisponibilité est évaluée à six semaines mais il doit attendre le pour faire son retour dans le championnat de Ligue 2[75],[2].

Pour sa première saison au club, il joue les deux tiers des matchs du championnat et parvient à « s'impos[er] dans la défense lorraine » selon sports.fr[81]. Il remporte le Championnat de France de Ligue 2 avec les messins, lui permettant de revenir en première division.

L'ancien nantais revient en Ligue 1, le , pour l'ouverture de la saison 2007-2008, contre Le Mans UC[2]. Titulaire dans l'équipe type, il subit un coup d'arrêt à la fin du mois d'octobre, à cause d'une entorse de la cheville[82],[83]. Il est relégué sur le banc pendant un mois avant de retrouver sa place de titulaire[2]. Se battant contre la relégation, le club affiche un bilan catastrophique à la mi-saison, étant bon dernier du championnat. Delhommeau se sent « honte[ux] » et affirme qu'ils ne « save[nt] plus quoi faire pour gagner un match. Nous n'avons même plus l'espoir de gagner une rencontre »[84]. Il fait une deuxième saison comme titulaire régulier au sein de l'écurie messine. Cependant, le club finit dernier du championnat et retourne à l'étage inférieur. Il qualifie cette saison de « catastrophique, pour les joueurs, l'encadrement, les dirigeants, le public »[85].

En juin 2008, il est pisté par le Vannes OC. Les Vannetais recherchent des joueurs d'expérience[86]. Delhommeau et le FC Metz se mettent d'accord sur une résiliation de contrat, qui laisse libre le joueur[85],[87].

Vannes Olympique Club (2008-2011) : Une fin de carrière marquée par les blessures[modifier | modifier le code]

Stade de football vu de l'intérieur, avec tribune et poteau d'éclairage opposés visibles.
Pour son premier match au Stade de la Rabine, Delhommeau inscrit le but de l'égalisation face au Racing Club de Lens.

Le , il arrive officiellement au Vannes OC, signant un contrat d'une saison, assorti d'une saison en option en cas de maintien en Ligue 2[85],[87]. Delhommeau est intéressé par le projet du club et désire se rapprocher de sa famille. Il retrouve plusieurs joueurs qu'il a côtoyé comme Hassan Ahamada, Mehdi Leroy et Frédéric Sammaritano[85].

Pour son deuxième match avec le VOC, face au RC Lens, il inscrit le deuxième but de sa carrière, permettant à ses coéquipiers d'égaliser. Vannes remporte ce match par deux buts à un. Il en inscrit un deuxième, quelques semaines plus tard, face au Montpellier HSC[2]. Le nouveau joueur du VOC ne rate qu'un seul match de la phase aller de la saison 2008-2009 mais il souffre, vers la fin d'année 2008, de douleurs aux adducteurs[88]. Il se fait remplacer, le , face au Nîmes Olympique, à cause de ses adducteurs et est mis au repos pour deux semaines[88]. Cependant, il est désigné, lors des vœux du club en janvier 2009, meilleur joueur de la première partie de saison par ses coéquipiers[89].

La blessure de Delhommeau est suivie d'une autre au mollet qui le met sur la touche pendant plusieurs semaines[90],[91],[92]. À la mi-avril 2009, il est mis à disposition de la réserve vannetaise[93] et n'est pas appelé pour disputer la finale de la Coupe de la Ligue 2008-2009 ; il suit le match depuis les tribunes du Stade de France[92]. Il fait son retour sur une pelouse professionnelle, le au stade Armand-Cesari face au SC Bastia[2]. Il termine sa première saison chez les Bretons avec vingt-trois matchs et deux buts.

Delhommeau conserve son poste de titulaire et devient capitaine du VOC au début de la saison 2009-2010. Cependant, il est mis sur le banc à partir de la septième journée[2]. Il revient le , face au Stade Malherbe de Caen, mais se blesse aux ischio-jambiers au début du match et doit se faire remplacer[2],[94],[95]. Il apparaît sur le banc des remplaçants vannetais, le , contre le SC Bastia et joue à nouveau, le , face au Nîmes Olympique, remplaçant Erwan Quintin[2]. Quelques jours plus tard, le défenseur offre la qualification au Vannes OC, en inscrivant un but dans les dernières minutes des prolongations, en seizièmes de finales de la Coupe de France 2009-2010, face au Grenoble Foot 38[96],[97]. Après une longue absence en fin de saison, il joue le dernier match sur la pelouse du FC Metz[2]. En mai 2010, il est le seul des six joueurs, dont le contrat se termine, à recevoir une offre de prolongation de contrat. Il affirme être« favorable [à une prolongation] et serait très heureux de jouer encore pour le VOC »[98]. Le , Pascal Delhommeau prolonge avec Vannes pour une année supplémentaire ; il est alors lié au club jusqu'en juin 2011[99],[100].

La saison 2010-2011 est très difficile pour l'ancien nantais qui est victime d'une lésion musculaire à un mollet au début du mois d'août, lui faisant rater les trois premiers matchs de la saison[101]. Sur le banc face au FC Metz, il dispute son premier match de la saison, le , sur la pelouse de son club formateur, le FC Nantes[2]. Son mollet lui pose de nouveaux soucis, en septembre 2010, et l'oblige à s'absenter pendant un mois[102]. Le , il inscrit le troisième but des vannetais contre l'En Avant de Guingamp, au huitième tour de la Coupe de France 2010-2011 ; Le VOC l'emporte trois buts à deux[103]. Dès le début de l'année 2011, lors d'un stage à Carnac, il est victime d'une douleur à l'arrière de la cuisse qui l'envoie à l'infirmerie[104]. Une échographie, à la fin du mois de février, ne montre aucune lésion et lui permet de reprendre l'entraînement[105]. Le défenseur revient, face au Tours FC, le , avant de ne pas jouer pendant un mois[2]. Il fait son retour au début du mois d'avril pour pallier la blessure de Patrick Leugueun[106].

Le , Delhommeau est violemment critiqué par son entraîneur Stéphane Le Mignan, lors de la conférence de presse suivant la défaite de Vannes contre le CS Sedan Ardennes, trois buts à zéro. L'originaire de Nantes est remplacé à la vingt-cinquième minute, par Fabien Jarsalé, du fait d'une blessure selon Le Mignan. Celui-ci déclare que « Pascal Delhommeau est passé à côté de son match », étant responsable de deux buts encaissés, et qu'il « déplore [qu'un] joueur qui a joué la Ligue des Champions craque comme ça ». Le journaliste Laurent Aquilo considère cette conférence de presse comme un « sacrifice volontairement consenti » et qu'il fallait faire un exemple, le club se battant contre la relégation. Le président du club, Michel Jestin, critique à son tour le défenseur central, indiquant que « [Pascal Delhommeau] n'est pas capable d'aligner quatre matchs consécutifs. On a l'impression qu'il a abandonné le navire »[107]. Cette rencontre sera la dernière de Pascal Delhommeau au niveau professionnel[2]. La semaine suivante, Delhommeau est écarté du groupe professionnel du fait d'une blessure à la cuisse, contractée lors du match contre les Sedannais[108]. Le Vannes Olympique Club est relégué en National à la fin de la saison, terminant dix-huitième.

En juin 2011, Pascal Delhommeau décide de mettre un terme à sa carrière professionnelle après 301 matchs joués au haut niveau[109].

Reconversion dans le football amateur[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, il affirme qu'il prépare ses diplômes d'entraîneur, en vue d'une reconversion[110]. À la fin de son contrat professionnel, en juin 2011, il retourne dans le club de ses débuts, à savoir l'Union Sportive de Château-Thébaud[109],[111]. Il commence à travailler pour la commune de Château-Thebaud et livre des repas aux cantines de la région nantaise[112].

Pour la saison 2011-2012, l'ancien nantais intègre l'équipe première du club[113], devient un des éducateurs de l'équipe U-15 (Under the age of 15 en anglais) du FC Coteaux du Vignoble, regroupement des joueurs de trois communes (Saint-Fiacre-sur-Maine, La Haye-Fouassière et Château-Thébaud) et entraîne les jeunes joueurs le samedi[114],[115],[5]. Delhommeau profite de ce retour aux sources pour passer son Brevet d'État d'éducateur sportif[5]. Pour la saison 2012-2013, il est nommé éducateur de la section U-17, avec Fabrice Drapeau, et dirigeant des U-7[116]. Au sein de l'équipe première, il est nommé capitaine[117].

En 2013, les clubs de l'US Château-Thebaud et de l'AS Saint-Fiacre fusionnent, entraînant la naissance du Football Club Castel-Fiacrais[118]. Il fait partie de l'équipe première et devient responsable sportif des équipes U-18, U-17 et U-16 ainsi qu'éducateur pour les jeunes joueurs du club[119],[120],[121]. Cependant, pour la saison 2014/2015, Delhommeau devient éducateur pour la section U-17/U-18 du FC Coteaux du Vignoble, sous la responsabilité de Manu Secher[122].

Image publique[modifier | modifier le code]

Fan Club[modifier | modifier le code]

En 1998, un « Fan Club Pascal Delhommeau » voit le jour. Son siège est basé dans un café de la ville de Château-Thébaud, village natal du joueur. Comptant près de 140 membres, cette association participe à des animations en tribunes, notamment dans l'Océane Haut et l'Expobain Erdre du Stade de la Beaujoire[123]. De plus, elle prend part à des tournois de football, dont celui des supporters pour fêter les quarante ans du club nantais en Ligue 1, organisé le [123],[124],[125]. Ce groupe de soutien fait le déplacement au Stade de France lorsque Delhommeau, sous les couleurs lorientaises, participe à la finale de la Coupe de France 2001-2002[30].

Le , le Fan Club décide de s'auto-dissoudre ; une décision officialisée, le , après publication dans le Journal officiel[126].

Engagements associatifs[modifier | modifier le code]

Delhommeau soutient l'Association européenne contre les leucodystrophies (ELA). Le , il lit la dictée de l'association, écrite par Daniel Pennac, à une classe de CM1 de l'École Louis Pergaud de Metz. À la fin de cette dictée, il signe des autographes à plusieurs enfants de cette classe[127].

Le , il participe à un match de charité, opposant le Stade brestois 29 à une sélection de joueurs professionnels comme Frédéric Da Rocha, Nicolas Savinaud ou encore Ulrich Ramé[128],[129],[130]. Le but de ce match est de récolter des fonds pour aider les victimes, et surtout les enfants, de la Tempête Xynthia, qui frappe durement la Vendée en février 2010. Le match se joue au Stade Henri-Desgrange de La Roche-sur-Yon et voit la victoire des Brestois, trois buts à un[128],[131].

En août 2012, le « Squale » participe aux célébrations des cinquante ans du club de l'Union Sportive La Chaussaire-Le Puiset-Doré, en compagnie de Nicolas Savinaud[132]. Le , il prend part à un match de bienfaisance entre les équipes 1995 et 2001 du FC Nantes, au Palais des sports de Beaulieu, au profit de l'ADELMAS, l'Association pour le Développement des Études des Leucémies et Maladies du Sang[133].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Pascal Delhommeau remporte son premier grand trophée en 1997, remportant le Championnat d'Europe des moins de 18 ans avec la sélection française. L'année suivante, il arrive en finale du Tournoi de Toulon 1998 avec la sélection espoirs. Au niveau professionnel, il remporte avec le Football Club de Nantes, où il évolue surtout comme remplaçant, le Championnat de France 2000-2001. Il remporte également sous les couleurs nantaises le Trophée des champions 2001. Lors de son prêt au Football Club de Lorient, il gagne la Coupe de France 2001-2002. Son dernier titre majeur est le Championnat de France de Ligue 2 2006-2007 avec le Football Club de Metz[3],[4].

Il dispute également deux finales de la Coupe de la Ligue, en 2002 avec le FC Lorient, et en 2004 avec le FC Nantes, mais il ne réussit pas à remporter ce trophée.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Pascal Delhommeau au 9 mai 2014[134]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B C M B M B
1998-1999 Drapeau de la France Football Club de Nantes D1 3 0 - - - - - - - 3 0
1999-2000 Drapeau de la France Football Club de Nantes D1 7 0 4 0 - - - - - 11 0
2000-2001 Drapeau de la France Football Club de Nantes D1 9 0 2 0 - - C3 2 0 13 0
2001-2002 Drapeau de la France Football Club de Nantes D1 4 0 2 0 1 0 C1 5 0 12 0
Sous-total 23 0 8 0 1 0 - 7 0 39 0
2001-2002 Drapeau de la France Football Club Lorient (prêt) D1 13 0 2 0 4 0 - - - 19 0
Sous-total 13 0 2 0 4 0 - - - 19 0
2002-2003 Drapeau de la France Football Club de Nantes Ligue 1 27 0 2 0 1 0 - - - 30 0
2003-2004 Drapeau de la France Football Club de Nantes Ligue 1 27 0 5 0 1 0 CI 4 0 37 0
2004-2005 Drapeau de la France Football Club de Nantes Ligue 1 23 0 2 0 - - - - - 25 0
2005-2006 Drapeau de la France Football Club de Nantes Ligue 1 21 1 3 0 2 0 - - - 26 1
Sous-total 98 1 12 0 4 0 - 4 0 118 1
2006-2007 Drapeau de la France Football Club de Metz Ligue 2 26 0 1 0 1 0 - - - 28 0
2007-2008 Drapeau de la France Football Club de Metz Ligue 1 25 0 2 0 2 0 - - - 29 0
Sous-total 51 0 3 0 3 0 - - - 57 0
2008-2009 Drapeau de la France Vannes Olympique Club Ligue 2 23 2 2 0 3 0 - - - 28 2
2009-2010 Drapeau de la France Vannes Olympique Club Ligue 2 19 0 2 1 2 0 - - - 23 1
2010-2011 Drapeau de la France Vannes Olympique Club Ligue 2 13 0 2 1 2 0 - - - 17 1
Sous-total 55 2 6 2 7 0 - - - 68 4
Total sur la carrière 240 3 31 2 19 0 - 11 0 301 5

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)« Pascal Delhommeau - Transfertmarkt », sur trasnefrtmarkt (consulté le 30 mars 2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Pascal Delhommeau - LFP », sur LFP (consulté le 30 mars 2014)
  3. a, b et c « Pascal Delhommeau - Footbaldatabase », sur footballdatabase (consulté le 30 mars 2014)
  4. a, b, c et d « 12 - Pascal Delhommeau », sur fcnantesa.free.fr (consulté le 30 mars 2014)
  5. a, b et c [revue de presse] « Château-Thebaud : Pascal Delhommeau à cœur parle », sur us.chateauthebaud.free.fr (consulté le 17 mai 2014)
  6. a et b « Champions d’Europe U18 1997 – Que sont-ils devenus ? », sur espoirsdufootball.com,‎ (consulté le 30 mars 2014)
  7. « Pascal Delhommeau s'engage à Metz », sur fcnantes.com (consulté le 30 mars 2014)
  8. Rico Rizzitelli, « Juste milieu », sur Libération,‎ (consulté le 24 avril 2014)
  9. « Le barthologue de Jérémy Toulalan », sur Lyonpeople,‎ (consulté le 24 avril 2014)
  10. David Phelippeau, « FOOT - Portrait de international français issu de la formation nantaise... », sur 20 minutes,‎ (consulté le 24 avril 2014)
  11. « La saison de tous les espoirs », France Football, no 2671, 17 juin 1997, p. 47
  12. « FC NANTES RESERVE PRO 1997/1998 », sur stat2foot.com (consulté le 18 mai 2014)
  13. « On connaît la chanson », France Football, no 2719, 19 mai 1998, p. 30
  14. « 26ème Festival Foot Espoirs - Les Équipes », sur festival-foot-espoirs.com (consulté le 4 avril 2014)
  15. « Olympique de Marseille - FC Nantes - Saison 1998/1999 - 1ère journée », sur LFP (consulté le 3 avril 2014)
  16. a et b P.G., « Face à Face… avec Pascal Delhommeau », sur fcmetz.com,‎ (consulté le 22 avril 2014)
  17. « FC Nantes - FC Sochaux-Montbéliard - Saison 1998/1999 - 4ème journée », sur LFP (consulté le 3 avril 2014)
  18. « Toulouse FC - FC Nantes - Saison 1998/1999 - 5ème journée », sur LFP (consulté le 3 avril 2014)
  19. B.S., « LE NANTAIS ÉTAIT PRÊTÉ À LORIENT LA SAISON DERNIÈRE Delhommeau pour le plaisir », sur Le Télégramme,‎ 25 janvier 2003consulté le=13 mai 2014
  20. « Les équipes championnes du FC Nantes », sur fcnantes.com (consulté le 19 avril 2014)
  21. « Lausanne - Nantes Coupe UEFA 2000-2001 », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 mai 2014)
  22. « Feuille de match RC Strasbourg - FC Nantes - Saison 2001/2002 », sur LFP (consulté le 21 avril 2014)
  23. a et b « Delhommeau prêté à Lorient pour six mois », sur RDS,‎ (consulté le 20 avril 2014)
  24. a et b « MERCATO 31.12.2001 », sur Le Parisien,‎ (consulté le 20 avril 2014)
  25. a et b Jacques Terrien, « Yvon Pouliquen à la barre », sur Le Parisien,‎ (consulté le 23 avril 2014)
  26. « Feuille de match FC Lorient - Stade Rennais FC - Saison 2001/2002 », sur LFP (consulté le 20 avril 2014)
  27. « Classement 33ème journée - Saison 2001/2002 », sur LFP (consulté le 20 avril 2014)
  28. Jacques Terrien, « Football, Division I/ Descente en D II : Lorient ne maîtrise plus rien », sur Le Parisien,‎ (consulté le 20 avril 2014)
  29. « Feuille de match FC Lorient - AJ Auxerre - Saison 2001/2002 », sur LFP (consulté le 20 avril 2014)
  30. a et b Laurent Aquilo, « Pascal Delhommeau : J'ai fait le bon choix », sur Le Télégramme,‎ (consulté le 13 mai 2014)
  31. a et b « Un peu de tactique », sur fclorient.net,‎ (consulté le 21 avril 2014)
  32. « Feuille de match FC Lorient - Girondins de Bordeaux - Saison 2001/2002 », sur LFP (consulté le 21 avril 2014)
  33. Aurélien Canot, « La gloire après la honte », sur football365.fr,‎ (consulté le 21 avril 2014)
  34. « Football : La défense centrale vannetaise devra faire sans son Squale », sur Ouest France,‎ (consulté le 28 mai 2014)
  35. « Bon anniversaire Pascal Delhommeau », sur Le Foot selon Fwedo,‎ (consulté le 28 mai 2014)
  36. « Faire taire leurs détracteurs ! », sur fcnhisto.fr,‎ (consulté le 24 avril 2014)
  37. Loïc S., « Claque guingampaise », sur fcnantais.com,‎ (consulté le 25 avril 2014)
  38. Nicolas Puiravau, « Commission de discipline : Les sanctions », sur Football365,‎ (consulté le 25 avril 2014)
  39. « Feuille de match FC Nantes - Olympique de Marseille - Saison 2002/2003 », sur LFP (consulté le 25 avril 2014)
  40. (en)« Nantes 1-0 Marseille », sur ESPNFC,‎ (consulté le 25 avril 2014)
  41. F.C., « Sochaux - FC Nantes : La saison démarre ! », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  42. « Échos avant les matchs de la 2ème journée de Ligue 1 de football disputés samedi », sur camlions.com,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  43. F.C., « Nantes, sans Pujol, reçoit le promu manceau », sur ESPNFC,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  44. F.C., « Feuille de match OGC Nice - FC Nantes - Saison 2003/2004 », sur LFP (consulté le 26 avril 2014)
  45. F.C., « Nantes en quête d'efficacité reçoit le leader marseillais », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  46. F.C., « Les Canaris en quête de régularité à Strasbourg », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  47. F.C., « Les Canaris se ressaisissent à Bastia (1-3) », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  48. F.C., « Les Canaris, déçus, refusent de douter », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  49. « Actualité > Sport - 24.12.03 », sur Le Parisien,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  50. « Le match Nantes - Lens (2003-2004) action par action », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  51. F.C., « Entre deux coupes, les Canaris retrouvent la L1 », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  52. Nicolas Puiravau, « Nantes peut remercier Landreau », sur football365,‎ (consulté le 26 avril 2014)
  53. F.C., « Moldovan 3 - Montpellier 2 ! », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  54. F.C., « Le match Nantes Sochaux CDL 2003-2004 action par action », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  55. P.G., « Un bonus pour Delhommeau », sur fcmetz.com,‎ (consulté le 8 mai 2014)
  56. A.D., « Nantes débute sa saison en Intertoto », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  57. A.D., « FC Nantes - Liberec : Pour une place en finale ! », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  58. F.C., « Pascal Delhommeau : Etre prêts au combat », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  59. D.M., « Nantes : Delhommeau ménagé », sur football365,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  60. Aurélien Canot, « Nantes : Delhommeau très incertains », sur football365,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  61. F.C., « Nantes fait sauter le verrou istréen (1-0) », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  62. Xavier Sueur, « Nantes : Delhommeau forfait contre Strasbourg », sur football365,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  63. D.M., « Nantes : Delhommeau absent encore deux semaines », sur football365,‎ (consulté le 28 avril 2014)
  64. F.C., « Le FC Nantes veut chasser le doute », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 28 avril 2014)
  65. « FC Cournon 0-3 (0-1) FC Nantes », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 28 avril 2014)
  66. F.C., « Rennes - FC Nnates : Un derby pour confirmer », sur fcnantes.com,‎ (consulté le 28 avril 2014)
  67. Xavier Sueur, « Nantes : Nouvelles rassurantes pour Toulalan et Delhommeau », sur football365.fr,‎ (consulté en 1er mai 2014)
  68. A.D., « Ligue 1 - 7ème journée : Retour aux affaires internes », sur fcnantes.com,‎ (consulté en 1er mai 2014)
  69. F.C., « Paris SG - Nantes : Les canaris à l'assaut du K2 », sur fcnantes.com,‎ (consulté en 1er mai 2014)
  70. F.C., « Un scénario renversant (4-3) », sur fcnantes.com,‎ (consulté en 1er mai 2014)
  71. A.D. et F.C., « Pascal Delhommeau : Nous avons tout à gagner », sur fcnantes.com,‎ (consulté en 1er mai 2014)
  72. « Saint-Etienne 1-0 Nantes », sur fcnantes.com,‎ (consulté en 1er mai 2014)
  73. a et b D.P., « Football (FCNA) : Le Dizet protège Delhommeau », sur 20 minutes,‎ (consulté en 1er mai 2014)
  74. a et b Olivier Vincenti, « La L2, c'est beaucoup de souffrances »,‎ (consulté le 9 mai 2014)
  75. a, b, c, d et e G.Q., « Delhommeau est Grenat », sur fcmetz.com,‎ (consulté le 6 mai 2014)
  76. a et b X.S., « Nantes : Trois joueurs sur le départ », sur fcmetz.com,‎ (consulté le 6 mai 2014)
  77. « Pascal Delhommeau ne manque pas de propositions », sur fcnantais.com,‎ (consulté le 8 mai 2014)
  78. D.M., « Nantes : Delhommeau vers Metz », sur Football365,‎ 1er juillet 2006 (consulté le 8 mai 2014)
  79. D.M., « Nantes : Delhommeau signe à Metz », sur Football365,‎ (consulté le 8 mai 2014)
  80. AFP, « SIX SEMAINES D'ARRÊT POUR DELHOMMEAU », sur LFP,‎ (consulté le 8 mai 2014)
  81. « Delhommeau: Jouer à fond », sur sports.fr,‎ (consulté le 9 mai 2014)
  82. AFP, « Les échos de la 12ème journée », sur Eurosport,‎ (consulté le 10 mai 2014)
  83. « Ligue 1 - Metz à nouveau accablé par les blessures », sur ESPN,‎ (consulté le 10 mai 2014)
  84. Arnaud Demmerlé, « Le cauchemar messin », sur Le Figaro,‎ (consulté le 12 mai 2014)
  85. a, b, c et d Simon Posnic, « Football : Pascal Delhommeau, un renfort de poids pour le Voc », sur Ouest-France,‎ (consulté le 12 mai 2014)
  86. « Ligue 2 : Le Vannes OC piste Pascal Delhommeau », sur Ouest-France,‎ (consulté le 12 mai 2014)
  87. a et b « Transfert - Pascal Delhommeau (Metz) signe à Vannes », sur ESPN,‎ (consulté le 12 mai 2014)
  88. a et b « 15 jours de repos pour Delhommeau », sur Le Télégramme,‎ (consulté le 13 mai 2014)
  89. « Vannes OC. Pascal Delhommeau élu meilleur joueur », sur Le Télégramme,‎ (consulté le 13 mai 2014)
  90. « Football : À Vannes, c'est la grande valse des blessés », sur Ouest-France,‎ (consulté le 14 mai 2014)
  91. « Football : Vannes express », sur Ouest-France,‎ (consulté le 14 mai 2014)
  92. a et b « Savinaud, Sammaritano, Ahamada, Delhommeau », sur Ouest-France,‎ (consulté le 14 mai 2014)
  93. « Delhommeau Avec la réserve », sur Le Télégramme,‎ (consulté le 14 mai 2014)
  94. Alexandre, « SM Caen 4-2 Vannes OC », sur smcaen.fr,‎ (consulté le 15 mai 2014)
  95. Frédéric Hervé, « Avec Leugueun, la parole est à la défense », sur Ouest-France,‎ 1er novembre 2009 (consulté le 16 mai 2014)
  96. « Coupe de France: Vannes sort Grenoble, Auxerre sur le fil », sur La Dépêche,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  97. « Héroïques, ces Vannetais ! », sur Le Mensuel du Golfe du Morbihan,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  98. « Delhommeau vers une prolongation d'un an », sur Ouest-France,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  99. C.L., « Vannes : Delhommeau rempile », sur Mercato365.com,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  100. Erwann Penland, « Vannes : Prolongation pour Pascal Delhommeau », sur Mercato365.com,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  101. E.J., « Delhommeau out 15 jours », sur L'Équipe,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  102. « Ligue 2/ Vannes OC. En direct du Pérenno - 15/09/2010 », sur Le télégramme,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  103. « Football - Coupe de France : Vannes (L2) sort Guingamp (Nat.) et se qualifie pour les 32es de finale », sur Ouest-France,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  104. « Football : Kevin Gameiro de retour à l'entraînement », sur Ouest-France,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  105. « Vannes OC : Erwan Quintin quasi-forfait », sur Ouest-France,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  106. « Vannes face à Dijon sans Leugueun », sur Ouest-France,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  107. Laurent Aquilo, « Ligue 2 / Vannes - Sedan: 0-3. Delhommeau, le poids des mots », sur Le Télégramme,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  108. Sébastien Duval, « Le Voc à un moment charnière », sur Ouest-France,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  109. a et b Alexandre Chochois, « Vannes : Pascal Delhommeau quitte le monde pro », sur Foot National,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  110. Alexandre Chochois, « Une heure avec deux joueurs et l'entraîneur du Voc », sur Ouest-France,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  111. « Foot : Pascal Delhommeau à Chateau-Thébaud », sur Ouest-France,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  112. « Delhommeau : Je serais bien resté au FC Nantes toute ma vie ! - But ! Nantes », sur Lekiosk.com,‎ (consulté le 18 mai 2014)
  113. « Équipe 2011-2012 de l'US Chateau-Thebaud », sur us.chateauthebaud.free.fr (consulté le 17 mai 2014)
  114. « Équipe 2011-2012 de l'US Château-Thebaud », sur us.chateauthebaud.free.fr (consulté le 17 mai 2014)
  115. [revue de presse] V.M., « Chateau-Thebaud : Le Squale revient au bercail », sur us.chateauthebaud.free.fr (consulté le 17 mai 2014)
  116. « Les contacts de l'encadrement 2012 - 2013 », sur us.chateauthebaud.free.fr (consulté le 17 mai 2014)
  117. « Saison 2012-2013 US Château-Thebaud », sur us.chateauthebaud.free.fr (consulté le 17 mai 2014)
  118. « Le football-club Castel fiacrais naît de la fusion de deux clubs », sur Ouest-France,‎ (consulté le 17 mai 2014)
  119. « Saison 2013-2014 du FC Castel-Fiacrais », sur fccfoot.com (consulté le 17 mai 2014)
  120. « Organigramme jeunes FC Castel Fiacrais 2013/201 », sur fccfoot.com (consulté le 18 mai 2014)
  121. « Foot Animation FC Castel Fiacrais 2013/201 », sur fccfoot.com (consulté le 18 mai 2014)
  122. « Organigramme Groupement jeunes 2014/2015 », sur fccfoot.com (consulté le 31 août 2014)
  123. a et b « LES FAN CLUBS DE JOUEURS », sur fcnantes.org (consulté le 9 mai 2014)
  124. « FAN-CLUB PASCAL DELHOMMEAU », sur asso1901.com (consulté le 9 mai 2014)
  125. « Un tournoi de supporters pour fêter les 40 ans en Ligue 1 », sur fcnantes.net,‎ (consulté le 9 mai 2014)
  126. « Fan Club Pascal Delhommeau Dissolution », sur Journal Officiel (consulté le 9 mai 2014)
  127. « Dictée d'Ela - Archives 2007/2008 CM1 de Madame Jaskowiak », sur ac-nancy-metz.fr/eco-pergaud-metz,‎ (consulté le 9 mai 2014)
  128. a et b « Xynthia : Ramé, Pagis, Da Rocha pour un match de gala à La Roche-sur-Yon », sur Ouest-France,‎ (consulté le 13 mai 2014)
  129. « Solidarité - XYNTHIA : match de Gala », sur fcnantais.com,‎ (consulté le 13 mai 2014)
  130. Lafont Presse, « BREST Les Bretons solidaires », sur fcnantais.com,‎ (consulté le 13 mai 2014)
  131. [vidéo] TV Vendée, « Tempête : Un match de foot en faveur des sinistrés », sur You Tube,‎ (consulté le 13 mai 2014)
  132. « Les cinquante ans du club de football sous la chaleur », sur Ouest-France,‎ (consulté le 16 mai 2014)
  133. [revue de presse] « Les ex-stars du football nantais réunies pour la bonne cause - Ouest-France », sur us.chateauthebaud.free.fr (consulté le 17 mai 2014)
  134. Statistiques de Pascal Delhommeau sur footballdatabase.eu
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 juin 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.