Centre sportif José-Arribas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Centre sportif José-Arribas
Généralités
Adresse
Route de la Jonelière
44240 La Chapelle-sur-Erdre
Construction et ouverture
Construction
Ouverture
Utilisation
Propriétaire
Équipement
Surface
AirFibr (pelouse hybride)
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Pays de la Loire
voir sur la carte des Pays de la Loire
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Loire-Atlantique
voir sur la carte de Loire-Atlantique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nantes
voir sur la carte de Nantes
Red pog.svg

Le Centre sportif José Arribas regroupe le centre d'entraînement, le siège administratif et le centre de formation du Football Club de Nantes. Il se situe sur les bords de l'Erdre, au lieu-dit de « la Jonelière » sur le territoire de la commune de La Chapelle-sur-Erdre, dans le nord de l'agglomération Nantaise.

Historique[modifier | modifier le code]

Le nom du centre rend hommage à José Arribas, disparu en 1989, qui fut initiateur du pensionnat de jeunes créé en 1972, alors qu'il était entraîneur du club, ceci dans le but de former des joueurs pour le FC Nantes[1].

L'intervention de la charte du football professionnel en 1973[2], qui exige des clubs professionnels se dotent de centres de formation[3],[4], donne l'impulsion qui va faire naître la structure Nantaise.

La construction du centre sportif débute en 1976[5] et il est inauguré en septembre 1978[6]. Le projet est financé pour moitié par la ville de Nantes et pour moitié par le club[7].

Depuis l'ouverture du centre 50 jeunes y sont accueillis par saison[6].

Installations[modifier | modifier le code]

Le centre compte 14 hectares d'installations et de plaines de jeux comportant trois terrains gazonnés, deux synthétiques, un stabilisé, un synthétique sablé, une fosse de jeu en gazon synthétique, une salle de musculation et une balnéothérapie. Il assure également aux jeunes footballeurs un enseignement secondaire en collège et lycée (enseignement général, professionnel et technique)[6].

Projets[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, le président du FCN Waldemar Kita envisage de délocaliser la section professionnelle du club en dehors de l'actuel centre sportif.

Après prospection, il avait jeté son dévolu sur le château de la Pervenchère, situé à Casson, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes. Or, ce domaine de près de 30 hectares, deux fois plus grand que le site actuel de la Jonelière, est la propriété d'une femme d’affaires chinoise qui souhaite s’en séparer. Une vente aux enchères a été organisée en février 2018. Le prix de départ devait être légèrement inférieur à deux millions d’euros selon le journal Ouest-France[8],[9]. Cependant face au coût de l'opération, Waldemar Kita a dû renoncer à ce projet[10].

Pour régler ce problème de saturation, d'autres alternatives ont été envisagées par le président du FCN, comme celui de se porter acquéreur du centre de la Jonelière[10]. Mais le site se trouvant sur une zone naturelle classée Natura 2000 rend les possibilités d'extension et d'aménagement des infrastructures quasi impossibles[11].

À la mi-septembre 2019, la ville de Nantes aurait proposé à Waldemar Kita le transfert des équipes féminines et de l’école de foot vers les Basses Landes (près de la porte de Rennes du boulevard périphérique) prenant en charge des travaux sur le site, tout en refusant d'assumer les aménagements et travaux du site de la Jonelière qui pourtant appartient à la municipalité. Le président du FCN a refusé cette offre arguant qu'il préférait conserver toutes les sections sur un seul lieu[11].

À la suite de l'abandon par la ville du projet d'un nouveau stade à la Beaujoire (Yellow Park), les relations entre la municipalité nantaise et les dirigeants de FCN se sont tendues, au point où Waldemar Kita envisagerait de déménager le centre d’entraînement en dehors de Nantes Métropole[11]. Un ensemble de terrains totalisant une supeficie de 20 à 30 hectares situés près du château de la Rairie et du golf de la Marionnière à Pont-Saint-Martin, proche de l’aéroport de Nantes-Atlantique, au sud de l'agglomération, fait ainsi partie des pistes les plus probables[12].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Minier 2007, p. 92
  2. « Historique de l'UCPF, de 1990 à 1998... » (version du 14 novembre 2008 sur l'Internet Archive), 2006, Union des clubs professionnels de football
  3. Igor Martinache, « Le football au prisme des sciences sociales », laviedesidees.fr, (consulté le 15 septembre 2010)
  4. Renoux 2006, p. 26
  5. Minier 2007, p. 13
  6. a b et c « Le Centre Sportif José Arribas », sur fcnantes.com, FC Nantes (consulté le 15 septembre 2010)
  7. Chauvière1977, p. 113
  8. « FC Nantes: Les pros pourraient quitter la Jonelière pour rejoindre Casson, au nord de Nantes », sur www.20minutes.fr (consulté le 11 janvier 2018)
  9. « FC Nantes. Le site qui pourrait remplacer la Jonelière. Sport », sur nantes.maville.com (consulté le 11 janvier 2018)
  10. a et b « FC Nantes. Waldemar Kita prêt à reprendre la Jonelière », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2018)
  11. a b et c « Waldemar Kita n’a pas eu son stade, aura-t-il son centre d’entraînement ? », sur www.20minutes.fr (consulté le 8 octobre 2019)
  12. « Waldemar Kita négocie pour déménager la Jonelière à Pont-Saint-Martin », sur www.20minutes.fr (consulté le 16 novembre 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yannick Renoux, De l’analyse du métier à la formation initiale du footballeur professionnel : conséquences pour la conception des formations, INSEP, , 167 p. (« lire en ligne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?))
  • Jean-Claude Chauvière, Allez les jaunes !.., Calmann-Lévy,
  • Pierre Minier, FCNA - Football Club Nantes Atlantique : Un club, jour après jour, Calmann-Lévy,

Liens externes[modifier | modifier le code]