Daniel Van Buyten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Daniel Van Buyten
image illustrative de l’article Daniel Van Buyten
Biographie
Nationalité Drapeau : Belgique Belge
Naissance (40 ans)
Lieu Chimay (Belgique)
Taille 1,96 m (6 5)
Période pro. 1998-2014
Poste Défenseur
Parcours junior
Saisons Club
1986-1991Drapeau : Belgique JS Froidchapelle
1991-1993Drapeau : Belgique ROC Charleroi M
1993-1994Drapeau : Belgique UBS Auvelais
1994-1997Drapeau : Belgique FC Somzée
1997-1998Drapeau : Belgique Charleroi SC
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1998-1999Drapeau : Belgique Charleroi SC019 0(1)[1]
1999-2001Drapeau : Belgique Standard de Liège069 0(8)
2001-2004Drapeau : France Marseille098 (14)
2004 Drapeau : Angleterre Manchester City006 0(0)
2004-2006Drapeau : Allemagne Hambourg SV080 (10)
2006-2014Drapeau : Allemagne Bayern Munich314 (38)
1998-2014 Total 586 (71)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1999Drapeau : Belgique Belgique espoirs006 0(1)[2]
2001-2014Drapeau : Belgique Belgique085 (10)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 27 juin 2014

Daniel Van Buyten, né le à Chimay (Belgique), est un footballeur international belge. Ce défenseur au physique impressionnant et réputé pour ses qualités de buteur, est passé par les plus grands clubs d'Europe. Entre autres, le Standard de Liège, l'Olympique de Marseille et le Bayern Munich où il a construit l'un des plus beaux palmarès du football belge[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce défenseur international belge au gabarit imposant, est le fils d'une légende du catch européen Francis "Franz" Van Buyten et d'une maman allemande originaire d'Hanovre[4]. Il vit à Froidchapelle, où il fait ses débuts chez les juniors dans le club local (1986-1991)[5]. Il a été entre 2006 et 2014 l'un des piliers du Bayern de Munich. Il a été cité parmi les meilleurs défenseurs centraux de la Bundesliga 2005-2006.

Après un début de carrière professionnelle en Belgique au SC de Charleroi d'abord et au Standard de Liège ensuite, il ne tarde pas à être considéré comme un des meilleurs défenseurs de championnat. Dès lors, tout normalement, un transfert vers l'étranger est inéluctable. Sa carrière prend une certaine dimension en 2001, lorsqu'il rejoint l'Olympique de Marseille pour 12 M€. Au sein de ce club, il reprend le rôle de « défenseur-buteur » qu'avait l'international français Laurent Blanc (parti du club en 1999). Possédant un véritable flair d'attaquant, Daniel Van Buyten marque aussi bien sur les corners (où son jeu de tête est redoutable) mais aussi dans le jeu, grâce à ses montées et à ses tirs précis.

En 2004, il rejoint le club de Hambourg SV après un passage éclair dans le championnat d'Angleterre. Le fait qu'il parlait déjà parfaitement allemand avant même de rejoindre la Bundesliga n'a fait que faciliter son intégration. Les deux saisons qu'il passe à Hambourg, lui permettent de se tailler une solide réputation en Bundesliga. Cette réputation va attirer le Bayern Munich à la recherche de nouveaux joueurs pour consolider son effectif et qui l'engage en 2006. Dès sa première saison et malgré la forte concurrence dans la défense centrale bavaroise (Valérien Ismaël, Martin Demichelis, Lúcio), Van Buyten devient (avec Lucio) le choix privilégié d'Ottmar Hitzfeld. Toujours aussi redoutable comme buteur, il marque deux fameux buts en Ligue des champions le 3 avril 2007 en 1/4 de finale face au Milan AC, sauvant son équipe dans la dernière minute !

Mais cet exploit ne l'empêche pas de regagner le banc des remplaçants lors des deux saisons qui suivent. Bien qu'il ait un temps de jeu relativement important, il est surtout sollicité pour pallier les forfaits de Lúcio ou de Demichelis ou pour entrer en jeu comme buteur providentiel lorsque son équipe est menée. Lors de la saison 2009-2010, il retrouve une place de titulaire indiscutable grâce notamment au départ de Lúcio et à l'arrivée de Louis van Gaal aux commandes du Bayern Munich. Souvent décisif, il devient l'un des meilleurs buteurs du club.

Lors de la phase aller de la Bundesliga 2010-11, Daniel, à l'image de toute la défense de son équipe (Philipp Lahm mis à part), n'est plus que l'ombre de lui-même, et finit même par stigmatiser à lui seul les difficultés défensives du Bayern, qui encaisse beaucoup trop de buts, comparé à la saison précédente. La chaîne de télévision allemande ZDF va même jusqu'à déclarer que « Van Buyten est agile comme un lampadaire »[6] à la suite d'une nouvelle erreur du Belge lors de la 14e journée de Bundesliga. Cependant, il retrouve son niveau lors de la dernière partie de saison, et contribue à aider son club à se hisser sur la troisième marche du podium de la Bundesliga.

Début 2012, il est annoncé à Monaco pour aider le club à revenir au top, cependant il refuse l'offre car, à l'aube de ses 34 ans, il a une place de titulaire indiscutable au Bayern Munich.

Malheureusement, lors de la reprise fin janvier, il est victime d'une facture du métatarse qui le met sur la touche pour deux mois. Après un retour in-extrémis pour la finale de la Ligue des champions (qu'il perd une deuxième fois avec le Bayern, à domicile cette année-là), il signe pour un an supplémentaire en Bavière. Un début de saison 2012-13 difficile l'attend, il est blessé, et doit attendre le mois de novembre pour rejouer en Bundesliga et en sélection.

Entre les Coupes du monde 2002 et 2014, il est régulièrement sélectionné dans l'équipe nationale belge. Il participe d'ailleurs aux deux coupes du monde avec les Diables rouges, en 2002 et 2014. Il est le seul membre de l'équipe qui participe au mondial 2014 à avoir déjà une expérience d'un mondial.

Le , il met officiellement un terme à sa longue et belle carrière professionnelle[7].

Le , l’ex-Diable rouge devient le conseiller sportif au Standard de Liège du Président Bruno Venanzi[8]. Le 13 février 2017, Daniel Van Buyten et la direction du Standard de Liège annoncent qu'ils ont décidé de mettre un terme à leur collaboration[9].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Buts en sélection[modifier | modifier le code]

Dernière mise à jour le

Palmarès[modifier | modifier le code]

Standard de Liège[modifier | modifier le code]

Hambourg SV[modifier | modifier le code]

Bayern Munich[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Avec sa compagne Céline ils ont deux filles, Lou-Ann née le 8 août 2010 et Ly-Lou née le 5 mai 2014, ainsi qu'un garçon, Lee-Roy, né le 31 janvier 2012. Il est le fils du catcheur Franz Van Buyten ayant affronté André le Géant dans les années 1960.

Citation[modifier | modifier le code]

« Ce soir, Van Buyten m'a presque convaincu. Au match retour, je pourrai le faire jouer attaquant. »

— Ottmar Hitzfeld, entraîneur du Bayern de Munich, après le match nul de son équipe contre le Milan AC, 2-2, avec des buts de Van Buyten dans les dernières minutes du match, le 3 avril 2007

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fiche de Daniel Van Buyten », sur national-football-teams.com
  2. « Fiche de Daniel Van Buyten », sur site officiel de l'URBSFA
  3. « Daniel Van Buyten met un terme à sa carrière », sur sportmagazine.levif.be, 14 août 2014. (consulté le 17 août 2014)
  4. « Interview de Renate Van Buyten, maman de Daniel », sur www.sudpresse.be, SudPresse,
  5. « Top 5 des Belges du championnat de France », sur http://www.lequipemag.fr, L'Équipe, (consulté le 25 mai 2010)
  6. « Van Buyten est agile comme un lampadaire »
  7. « Daniel Van Buyten met un terme à sa carrière », sur rtbf.be, le 14 août 2014.
  8. « Daniel Van Buyten devient officiellement le bras droit du président du Standard » le 24 septembre 2015, sur www.lesoir.be. (Consulté le 13/01/2016)
  9. B. Rob, « Daniel Van Buyten et le Standard, c’est fini! », L'Avenir,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Karel Stokkermans, « ESM XI », sur rsssf.com, (consulté le 20 août 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :