Ole Anderson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rogowski et Anderson.
Ole Anderson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Données générales
Nom de naissance
Alan Rogowski
Nom de ring
Black Scorpion
The Rock
Rock Rogowski
Ole Anderson
Nationalité
Naissance
Taille
6 1 (1,85 m)[1]
Poids
256 lb (116 kg)[1]
Catcheur retraité
Entraîneur
Carrière pro.

Alan Rogowski, (né le à Minneapolis) plus connu sous son nom de ring Ole Anderson, est un catcheur (lutteur professionnel) et promoteur de catch américain.

Il commence sa carrière de catcheur sous son véritable nom dans le Minnesota. Il change de nom de ring pour celui de Ole Anderson quand il commence à faire équipe avec Gene Anderson (en). Ils se présente comme étant frère et sont les premiers « membres » de la famille Anderson (en), une famille fictive du monde du catch.

Ils se font connaitre sur la côte est des États-Unis à la Georgia Championship Wrestling (en) et à Jim Crockett Promotions (en). En plus d'être catcheur dans ces fédération, il en devient aussi le booker de ces deux fédérations.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Rogowski obtient une bourse sportive pour faire partie de l'équipe de football américain de l'université du Colorado[3].

Carrière de catcheur[modifier | modifier le code]

Débuts à la American Wrestling Association[modifier | modifier le code]

Rogowski n'est pas un fan de catch[4]. C'est un ami qui lui recommande de devenir catcheur et l'envoie s’entraîner au camp d'entraînement de Verne Gagne[4]. Il commence sa carrière dans le Minnesota sous son véritable nom en 1967[5]. Gagne l'engage en lui garantissant 500 dollars par semaine[4]. Les promoteurs de cet état le surnomme The Rock car il est un dur[5].

National Wrestling Alliance[modifier | modifier le code]

Il s'en allait travailler à la National Wrestling Alliance dans des promotions comme la Jim Crockett Promotions (JCP, en dehors de Charlotte, Caroline du Nord) et Georgia Championship Wrestling (GCW), où il adoptait le nom de ring Ole Anderson, et devenait un membre de l'équipe légendaire Minnesota Wrecking Crew avec son « frère » Gene Anderson après que Lars Anderson quittait l'équipe à la fin des années 1960. L'équipe de Ole & Gene devenait synonyme au catch par équipe à la JCP et GCW pendant plusieurs années.

Les Anderson rivalisaient avec des stars comme Mr. Wrestling & Mr. Wrestling II, Wahoo McDaniel, Jack Brisco, Jerry Brisco, Tommy Rich, Johnny Weaver, Dino Bravo, Paul Jones, Ric Flair, Greg Valentine, Ricky Steamboat, Rufus R. Jones, The Mongols, et Thunderbolt Patterson dans les années 1970 et début 1980.

Dans les coulisses, Anderson était aussi le scripteur numéro un de la GCW et s'occupait aussi de la JCP en 1981-82. Pour un certain temps il s'occupait des deux différentes fédération, pouvant ainsi combiner souvent les deux rosters pour donner le meilleur de ce qu'il se faisait dans le business à l'époque. Il quittait plus tard la JCP pour devenir scripteur et catcheur à temps plein à la GCW.

Quand les propriétaires Jack et Jerry Brisco vendaient leur fédération à Vince McMahon, Anderson résistait au changement, et joignait ses forces aux promoteurs de longue date de la NWA, Fred Ward et Ralph Freed pour lancer une nouvelle fédération intitulée Championship Wrestling from Georgia.

Équipe avec Arn Anderson[modifier | modifier le code]

En avril 1985, la Jim Crockett Promotions et la Championship Wrestling from Georgia s'associaient. Anderson faisait équipe avec Thunderbolt Patterson à la CWG alors que Marty Lunde débutait à la JCP en tant que Arn Anderson. Ceci paraissait naturel d'associer les deux "Anderson" ensemble. Anderson se retournait bientôt contre Thunderbolt et faisait équipe avec Arn dans le Minnesota Wrecking Crew.

Les Four Horsemen[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Four Horsemen.

En 1986, Anderson faisait partie de l'original gang des Four Horsemen,un clan heel, avec Ric Flair, Arn Anderson, Tully Blanchard, et leur manager James J. Dillon. Pendant son passage dans les Horsemen, Anderson rivalisait avec Magnum T.A., Dusty Rhodes, The Rock 'N Roll Express et les Road Warriors. Anderson était plus tard renvoyé du clan pour être remplacé par Lex Luger début 1987.

Anderson se retirait en 1988, quand son fils Brian, commençait sa carrière dans la lutte amateur. Brian luttait plus tard à la WCW en tant que Bryant Anderson.

World Championship Wrestling (1989-1993)[modifier | modifier le code]

Anderson retournait au catch à la WCW en 1989 pour reformer les Four Horsemen avec Flair, Arn et Sting. Ils renvoyaient rapidement Sting du clan, et Anderson se retirait de nouveau pour devenir le manager des Horsemen, qui depuis comptaient dans leur effectif Barry Windham et Sid Vicious.

En 1990, Anderson a été choisi pour prendre la tête du comité de script de la WCW, qui à cette époque commençait peu à peu à se séparer du nom NWA dans ses programmes télévisés. Apparaissant dans les Pay-per-views (PPVs) de la WCW sous son nom réel, Anderson était responsable d'une partie des mauvaises idées essayés par la WCW. L'une de ces créations était The Black Scorpion, qui était un châtiment venant du passé de Sting. Après plusieurs apparitions, l'identité du Scorpion se révélait finalement être Ric Flair, pour confondre Sting et le forcer d'abandonner le WCW World Heavyweight Championship.

Quand Eric Bischoff prenait le contrôle de la WCW en 1993, Anderson et son fils étaient renvoyés par Bischoff.

Retraite[modifier | modifier le code]

Depuis cette époque, Ole est resté en dehors des affaires, mais a écrit un livre intitulé Inside Out. Il s'est attiré les foudres de son ancien ami et partenaire Ric Flair en critiquant le fait que Flair catchait le même match pendant plusieurs années.

Caractéristiques au catch[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Southeastern Championship Wrestling
    • 1 fois champion poids lourd du Sud-Est de la NWA[17]

Récompenses des magazines[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Profil d'Ole Anderson », sur Online World of Wrestling (consulté le 3 octobre 2016).
  2. a et b (en) « Ole Anderson », sur Cagematch (consulté le 12 janvier 2017)
  3. (en-US) http://www.mikemooneyham.com/2004/01/18/ole-anderson-part-2/, « Ole Anderson: Part 2 », sur www.mikemooneyham.com, (consulté le 13 janvier 2018)
  4. a, b et c (en) Adam Nedeff, « The Name on the Marquee: RF Video Shoot Interview with Ole Anderson », sur 411mania, (consulté le 12 janvier 2018)
  5. a et b (en) « OLE ANDERSON: PART 1 », sur The Wrestling Gospel According to Mike Mooneyham, (consulté le 12 janvier 2018)
  6. (en) « AWA Midwest Heavyweight Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 13 janvier 2018)
  7. (en) « AWA Midwest Tag Team Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 13 janvier 2018)
  8. (en) « Florida Tag Team Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 13 janvier 2018)
  9. (en) « NWA Florida Television Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 13 janvier 2018)
  10. (en) « NWA Georgia Tag Team Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 13 janvier 2018)
  11. (en) « NWA National Tag Team Title (Georgia) », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 13 janvier 2018)
  12. (en) « NWA Atlantic Coast Tag Team Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 17 janvier 2018)
  13. (en) « NWA Eastern States Heavyweight Title (Carolinas) », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 17 janvier 2018)
  14. (en) « NWA Mid-Atlantic Tag Team Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 17 janvier 2018)
  15. (en) « NWA World Tag Team Title (Mid-Atlantic/WCW) », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 9 mai 2018)
  16. (en) « National Wrestling Alliance Hall of Fame », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 9 mai 2018)
  17. (en) « NWA Southeastern Heavyweight Title (Alabama & E. Tennessee) », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 9 mai 2018)
  18. a, b, c, d, e et f (en) « Awards Ole Anderson », sur www.cagematch.net (consulté le 9 mai 2018)
  19. (en) « Internet Wrestling Database - Ole Anderson: Pro Wrestling Illustrated Ratings », sur profightdb.com (consulté le 9 mai 2018)