Aller au contenu

Mussig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mussig
Mussig
La mairie de Mussig.
Blason de Mussig
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Intercommunalité Communauté de communes de Sélestat
Maire
Mandat
Philippe Wotling
2020-2026
Code postal 67600
Code commune 67310
Démographie
Gentilé Mussigeois, Mussigeoises
Population
municipale
1 139 hab. (2021 en diminution de 0,96 % par rapport à 2015)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 46″ nord, 7° 31′ 15″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 174 m
Superficie 11,73 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Sélestat
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sélestat
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Mussig
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Mussig
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
Mussig
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Mussig
Liens
Site web http://mussig.fr

Mussig est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée du village de Mussig.

Mussig fait partie du canton de Marckolsheim et de l'arrondissement de Sélestat-Erstein et a une superficie de 1 173 ha.

Annexe[modifier | modifier le code]

  • Breitenheim.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Le Bruchgraben ;
  • le Hampfgraben.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mussig
Baldenheim
Sélestat Mussig
Heidolsheim Hessenheim

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le ruisseau le Hanfgraben, le ruisseau le Schiedgraben et[1],[Carte 1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseau hydrographique de Mussig[Note 1].

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Ill Nappe Rhin ». Ce document de planification concerne la nappe phréatique rhénane, les cours d'eau de la plaine d'Alsace et du piémont oriental du Sundgau, les canaux situés entre l'Ill et le Rhin et les zones humides de la plaine d'Alsace. Le périmètre s’étend sur 3 596 km2. Il a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est la région Grand Est[2].

La qualité des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Risques d'inondation[modifier | modifier le code]

La vallée de l'Ill comme l'ensemble du département a connu plusieurs inondations importantes. On peut citer au 20e siècle, les crues de 1910, 1919, 1947, 1955, 1983 et 1990 notamment qui ont causé de nombreux dégâts (destructions de ponts, inondations de zones industrielles et d’ agglomérations). Les inondations de l'Ill ont lieu essentiellement en période hivernale et printanière à la suite de pluies abondantes parfois associées à la fonte du manteau neigeux. Les crues de 1983 et de 1990 ont présenté une période de retour entre 20 et 50 ans. Afin d'anticiper et de gérer une éventuelle inondation, un Plan de prévention des risques d'inondation de l'lll a été approuvé par arrêté préfectoral le [3].

27 % de la superficie du ban communal sont impactés par le risque inondation. Le nord et l'ouest du territoire communal présentent surtout un caractère naturel et agricole destiné à l’expansion des crues. Les habitations du quartier de Breitenheim sont situées en dehors des zones inondables. Seuls quelques bâtiments agricoles sont en aléas faible ou moyen. Une bande de sécurité arrière-digue a été définie à l’Ouest de Breitenheim. Celle-ci n’impacte aucune zone urbanisé[4].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Alsace, caractérisée par une pluviométrie faible, particulièrement en automne et en hiver, un été chaud et bien ensoleillé, une humidité de l’air basse au printemps et en été, des vents faibles et des brouillards fréquents en automne (25 à 30 jours)[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 546 mm, avec 7,5 jours de précipitations en janvier et 9,1 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Sélestat Sa », sur la commune de Sélestat à 6 km à vol d'oiseau[7], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 621,1 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,3 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17 °C, atteinte le [Note 2],[8],[9].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[10]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Mussig est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[12]. Elle est située hors unité urbaine[13]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sélestat, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[13]. Cette aire, qui regroupe 37 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (74,2 %), zones agricoles hétérogènes (16,4 %), zones urbanisées (6,5 %), forêts (2,9 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La rue principale du village de Mussig.

Les noms successifs connus portés par le village ont été Moussich, Mosich (1370) puis Musich (1453) avant de devenir Mussig. L’origine étymologique est probablement à rechercher dans l’existence de zones humides et marécageuses propices à la formation de mousses. D’ailleurs jusqu’au XIXe siècle se pratiquait couramment la culture du lin et du chanvre, tissés à domicile ou livrés aux tisserands de la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, ceci encore au début du XXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un village remontant à la haute antiquité[modifier | modifier le code]

Situé entre Marckolsheim et Sélestat, il faut remonter à l’époque lointaine où les Celtes ont occupé la contrée pour situer dans le temps les origines du village, un demi-millénaire avant Jésus-Christ : témoins le nombre impressionnant (une trentaine) de tertres funéraires (les tumulus) légués par les ancêtres au nord-ouest du village, sur les prés bordant la forêt de l’Ill. La présence gallo-romaine et romaine est également attestée par le passage du Heidenstressel reliant Bâle à Strasbourg, à l’est du territoire et à la découverte d’un bas-relief, de tuiles romaines et de pièces de monnaie à l’effigie des empereurs romains Antonin et Constantin (IIIe siècle).

Plusieurs propriétaires[modifier | modifier le code]

L’annexe Breitenheim, déjà mentionnée en l’an 881, a existé comme paroisse et village jusqu’au XIVe siècle. Le village a appartenu successivement aux seigneurs de l’Ortenbourg jusqu’en 1257, à la maison des Habsbourg avant d’être cédé de 1381 à 1480 aux Rathsamhausen, puis aux comtes de Morimont et enfin aux seigneurs de Ribeaupierre de 1613 à la Révolution.

Les débuts de l'industrie[modifier | modifier le code]

En 2010, Mussig compte plus de 1 100 habitants. Le cinquième est actif dans l’agriculture, environ le tiers dans les services et près de la moitié dans l’industrie, l’artisanat et le bâtiment. Sur place, seuls quelques commerces et entreprises artisanales ou de bâtiment occupent une faible partie de la population. Le reste se déplace vers Sélestat, la zone industrielle de Biesheim ou vers l’Allemagne.

Mussig est connue pour sa fête du Céleri, qui a lieu tous les deux ans à la fin du mois d'août.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Mussig

Les armes de Mussig se blasonnent ainsi :
« D'argent à l'échelle de trois échelons de gueules posée en pal surmontée de deux étoiles d'azur. »[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Norbert Reppel    
mars 2001 mai 2020 Jean-Claude Hilbert[18]    
mai 2020 En cours Philippe Wotling[19]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Église catholique Saint-Oswald.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2021, la commune comptait 1 139 habitants[Note 4], en diminution de 0,96 % par rapport à 2015 (Bas-Rhin : +3,22 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
445316502605674755756765785
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
795840894918819807831854888
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
934984976883872882876790805
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8328408829371 0141 0841 0881 1491 143
2021 - - - - - - - -
1 139--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église catholique Saint-Oswald[modifier | modifier le code]

L'église catholique de Mussig est citée dès 1371. L'ancienne église est ravagée par un incendie en 1891 puis est remplacé par l'église en grès actuelle.

Tombes de soldats du Commonwealth[modifier | modifier le code]

Tombes de guerre de soldats du Commonwealth tombés en Alsace.

À côté de l'église catholique se trouve une tombe renfermant les restes de soldats du Commonwealth ayant trouvé la mort dans la région du Grand Ried. Ce genre de tombes existe également dans d'autres villages du Ried alsacien.

Monument funéraire de l'abbé Vogelbach[modifier | modifier le code]

Moulin Stoll[modifier | modifier le code]

Les tumuli[modifier | modifier le code]

  • La nécropole de tumulus protohistorique est classée monument historique depuis le [24],[25]. Datant du premier âge du fer, cinq tumulis ont été fouillés sur les 37 recensés. Ils se trouvent de part et d'autre du chemin menant de Mussig au Moulin Stoll, entre la digue de l'Ill et un mince filet d'eau bordé d'aulnes, le Brücklisgraben, à la limite du Ried de Sélestat. Ils ont une forme circulaire dont la hauteur varie entre 0,30m et 1,80m et le diamètre entre 10 et 30m.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louis Le Bastard (Lignol 1906 - l'Illwald 1945), Compagnon de la Libération, lieutenant du Bataillon de Marche n°5, Mort pour la France le 23 janvier 1945[26],[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. « Réseau hydrographique de Mussig » sur Géoportail (consulté le 11 juin 2024).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche communale de Mussig », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  2. « SAGE Ill Nappe Rhin », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  3. « Plan de Prévention des Risques d'Inondation (PPRi) de l'Ill - approuvé le 30 jenvier 2020. », sur bas-rhin.gouv.fr (consulté le )
  4. « Plan de Prévention des Risques d'Inondation (PPRi) de l'Ill - approuvé le 30 jenvier 2020 - Rapport de présentation » [PDF], sur bas-rhin.gouv.fr (consulté le ), p. 56
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  7. « Orthodromie entre Mussig et Sélestat », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Sélestat Sa », sur la commune de Sélestat - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Sélestat Sa », sur la commune de Sélestat - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  12. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  13. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Mussig ».
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sélestat », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur labanquedublason2.com (consulté le ).
  18. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  19. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. « Nécropole de tumulus protohistorique », notice no PA00084811, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Prosper Vatin, « Etude sur les monuments funéraires découverts en novembre 1856 sur l'Oberrieth de Schlestatt », Revue d'Alsace, t. 8,‎ , p. 110-119 (lire en ligne)
  26. Le lieu exact de l'accrochage est identifié comme “l'Illwald” et se trouve actuellement sur les communes de Sélestat, Mussig et Heidolsheim
  27. [1] Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]