Michael Collins (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Michael Collins (film, 1996))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michael Collins.
Michael Collins
Réalisation Neil Jordan
Scénario Neil Jordan
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Irlande Irlande
Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 128 min
Sortie 1996

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Michael Collins est un film américain, britannique, irlandais de Neil Jordan, sorti en 1996.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Épopée de la lutte pour l'indépendance de l'Irlande au début du XXe siècle.

La puissante Angleterre a toujours connu la contestation de la part de sa plus proche colonie, l'Irlande. Pendant 700 ans, les révoltes ont été jugulées. Mais en 1916, une rébellion éclate à Dublin, qui changera le cours de l'histoire. Cette rébellion dite Insurrection de Pâques 1916 échouera dans le sang, mais un jeune homme qui y participa décida qu'elle était le dernier échec des Volontaires Irlandais. L'artisan de cette révolte, un homme de l'ombre voué à son pays, s'appelait Michael Collins.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le personnage de Ned Broy, inspiré de l'agent double Eamon Broy (en) (de son nom) et de "l'espion du château" David Neligan (en) (par son travail au Castle, le château, à Dublin, qui était le siège du pouvoir britannique) est arrêté, torturé et tué par la Dublin Metropolitan Police (DMP), police de Dublin. Ses modèles eurent toutefois plus de chance : le premier devint membre de la Garda Síochána (police irlandaise), puis plus tard, président du comité olympique d'Irlande, le second chef de la DMP après l'indépendance.
  • Harry Boland est présenté comme participant activement à la bataille de Dublin de 1922. En réalité, il fut grièvement blessé lors de son arrestation à son hôtel par des soldats de l'Armée nationale irlandaise. Il mourut à l'hôpital quelques jours après.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Une partie de la presse anglaise critiqua violemment le film[1]. En Irlande, Michael Collins est devenu le film rencontrant le plus gros succès lors de sa sortie n'étant battu que par Titanic[2]. D'une manière générale, le film a reçu des critiques positives, mais a été légèrement critiqué pour quelques inexactitudes historiques[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Une tragédie irlandaise, Pierre Joannon, monde-diplomatique.fr, avril 1997, p. 29
  2. (en) « Between Irish National Cinema and Hollywood: Neil Jordan’s Michael Collins » [PDF] (consulté le 30 septembre 2010)
  3. Flynn, Roderick and Patrick Brereton. "Michael Collins", Historical Dictionary of Irish Cinema, Scarecrow Press, 2007. Page 252. (ISBN 978-0-8108-5557-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]