Bibliothèque Marsh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marsh.
Bibliothèque Marsh
Marsh´s Library.jpg
Informations générales
Type
Dirigeant
Jason McElligott
Site web
Bâtiment
Architecte
William Robinson (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

La Marsh's Library (en français, la bibliothèque Marsh), est une bibliothèque spécialisée de la période de la Renaissance et des débuts de l'époque des Lumières située à côté de la cathédrale Saint-Patrick, à Dublin, en Irlande. Lors de son ouverture au public en 1707, elle est la première bibliothèque publique d'Irlande. Construite à la demande de l'archevêque anglican Narcissus Marsh, elle possède une collection de plus de 25 000 livres et 300 manuscrits.

Histoire[modifier | modifier le code]

La bibliothèque est construite pour Narcissus Marsh, alors archevêque de Dublin puis primat de l'Église d'Irlande et ancien doyen de Trinity College. La cathédrale fournit un terrain pour la bibliothèque en 1701, les travaux de construction quant à eux commencent en 1703. La première galerie et l'ancienne salle de lecture sont sans doute achevées en 1705. La bibliothèque est officiellement créée par un acte du parlement irlandais en 1707, et une deuxième galerie est ajoutée en 1708 ou 1709.

L'architecte, Sir William Robinson (en), est également l'architecte du Royal Hospital Kilmainham (en). La bibliothèque est officiellement incorporée en 1707 par le Parlement, qui a conféré le bâtiment et les livres à un organisme connu sous le nom de gouverneurs et gardiens de la bibliothèque, composé de personnalités[1]. Narcissus Marsh meurt en 1713 et est inhumé dans l'enceinte de la cathédrale[2].

Les fonds de livres[modifier | modifier le code]

Narcissus Marsh donne une partie de sa bibliothèque, environ 2 500 ouvrages[3], ainsi que l'ancienne bibliothèque d'Edward Stillingfleet, de plus de 10 000 volumes, qu'il a achetée pour 2 500 ₤[4]. La collection Marsh comprend des œuvres en langues orientales, notamment en hébreu, arabe, turc et russe, ainsi qu'une importante collection d'ouvrages concernant le judaïsme écrits en latin.

Élie Bouhéreau, réfugié huguenot de La Rochelle qui a fui la France après la révocation de l'édit de Nantes, est le premier bibliothécaire et fait également don de sa bibliothèque personnelle[5]. La collection Bouhéreau concerne essentiellement la France, les controverses religieuses françaises, ainsi que la médecine[1].

Enfin, la quatrième collection est celle qu'offre, en 1745, John Stearne (en), évêque de Clogher, Tyrone. Il légue la moitié de sa collection de livres à la bibliothèque. L'autre moitié de sa collection et ses manuscrits reviennent à Trinity College.

La bibliothèque reçoit également les livres de la bibliothèque de Benjamin Iveagh[6].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

En 1989, Muriel McCarthy est la première femme conservatrice de la bibliothèque. Elle occupe ce poste jusqu'à 2011, elle est remplacée par Jason McElligott.

Le catalogue de la bibliothèque est numérisé. Les collections sont accessibles aux chercheurs sur rendez-vous. La bibliothèque est ouverte au public pour des visites.

La bibliothèque possède plus de 25 000 livres des XVI, XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi que près de 300 manuscrits et environ 80 incunables antérieurs à 1501. Les domaines couverts comprennent la médecine, le droit, les sciences, les voyages, la navigation, les mathématiques, la musique, l'arpentage et la littérature classique, et en particulier la théologie.

Architecture intérieure[modifier | modifier le code]

La bibliothèque présente toujours ses installations d'origine, notamment des sièges et des étagères. Les bibliothèques sont en chêne de la Baltique à plis quart avec des pignons sculptés et portant des lettres. Certaines présentent des impacts de balles remontant à l'Insurrection de Pâques 1916[7]. Trois alcôves en fil de fer ont été mises en place dans les années 1770 en réponse à des vols de livres.

La bibliothèque est l'un des derniers bâtiments irlandais du XVIIIe siècle encore utilisé pour son usage d'origine. La bibliothèque est ouvert du lundi au samedi, les jours de fermeture sont le mardi et le dimanche. Des visites guidées sont proposées.

Les chercheurs sont admis gratuitement, mais doivent réserver une place dans la salle de lecture[8].

La bibliothèque organise des expositions et des conférences occasionnelles.

En tant qu’organisme caritatif, la bibliothèque est habilité à recevoir des dons.

Personnalités en lien avec la bibliothèque[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « History », Marsh's Library - Home
  2. « Narcissus Marsh », Marsh's Library - Home
  3. Rory Brennan, « Review: Browsing », Books Ireland n°316 (Nov. 2009), p.251, [lire en ligne].
  4. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 20 juillet 2009)
  5. Louisa McGrath, « At Marsh's Library, Insight into the Life of a 17th Century Refugee », sur dublininquirer.com, (consulté le 7 mars 2019).
  6. « Archbishop Marsh's Library », Irish Script On Screen, Dublin Institute for Advanced Studies (consulté le 26 mars 2015)
  7. (en) « Marsh's Library », Atlas Obscura (consulté le 2 mars 2017)
  8. « Contact », Marsh's Library - Home

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Mirjam Foot, The Decorated Bindings in Marsh's Library, Dublin, Aldershot, Ashgate, 2004, 130 p. + 8 p. d'illustrations (ISBN 9780754606116)
  • Muriel McCarthy & Ann Simmons :
    • (dir.), The Making of Marsh's Library : learning, politics and religion in Ireland, 1650-1750, Dublin/Portland, Four Courts, 2004, 288 p. (ISBN 1-85182-850-8)
    • Marsh's Library : A mirror on the world : law, learning and libraries, 1650-1750, Dublin, Four Courts Press, , 311 p. (ISBN 978-1-8468-2152-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]