Martine Franck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Martine Franck
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Louis Franck (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Membre de

Martine Franck, née le à Anvers et morte le à Paris 15e, est une photographe belge.

Elle s'est focalisée notamment sur des portraits d'artistes et d'écrivains mais aussi sur des thèmes tels que la vieillesse et la solitude ou encore l’Asie et le bouddhisme. Elle travaille essentiellement en noir et blanc, sauf quand elle photographie le travail de compagnies théâtrales.

Après être passée dans les années 1970 par l'agence VU et avoir été l'une des cofondatrices de l'agence Viva, elle rejoint en 1983 l'agence Magnum Photos.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1938 à Anvers, issue d'une famille de collectionneurs de peinture[1],[2], Martine Franck passe son enfance aux États-Unis et en Angleterre avant d'étudier l'histoire de l'art à Madrid puis à l'École du Louvre[3], avec l'idée de travailler pour des musées[2]. Elle voyage en 1963 en Extrême-Orient avec Ariane Mnouchkine, son amie d'enfance, et y fait ses premiers pas de photographe[2].

Elle montre ces photographies au bureau de Time–Life à Paris[2], puis y travaille comme assistante des photographes Eliot Elisofon et Gjon Mili[2]. En 1964, elle devient la photographe officielle de la compagnie du Théâtre du Soleil de son amie Ariane Mnouchkine. Elle s'intéresse dès ses débuts aux créations de cette compagnie[1].

Elle rencontre Henri Cartier-Bresson en 1966 lors de la couverture pour The New York Times des défilés de mode à Paris. Ils se marient en 1970[1], mais, contrairement à son époux, ne s'intéresse pas aux reportages d'actualité et travaille peu avec la presse[4]. Elle dresse le portrait d'artistes et d'écrivains, mais photographie aussi les paysages, l'hiver, les horizons brumeux ,etc.[5].

Elle rejoint en 1970 l'agence VU[2] avant de devenir l'une des cofondatrices, avec sept autres photographes, de l'agence Viva en 1972[2]. En 1979, elle quitte Viva pour se consacrer à un livre, Le Temps de vieillir[2]. Au début des années 1980, elle devient membre de l'agence Magnum Photos[2]. Cet ouvrage attire l'attention de l'association des Petits Frères des pauvres. Elle va ensuite travailler à plusieurs reprises avec eux sur les thèmes de la solitude, de l'exclusion, de la vieillesse[2].

Durant les années 1980, elle s'investit dans des actions sociales avec la création d'un projet en 1983 pour le ministère délégué aux Droits de la femme[6].

Elle part sur l'île de Toraigh en 1993 pour étudier les anciennes communautés gaëliques puis au Tibet et au Népal avec l'aide de Marilyn Silverstone pour effectuer un reportage sur le système éducatifs des moines Tulku[4]. Défendant la cause tibétaine[7], elle adhère avec son mari au Comité de soutien au peuple tibétain dès sa fondation en 1987[8].

Elle contribue de façon majeure à créer et financer la Fondation Cartier-Bresson, ouverte en 2003. En 2003-2004, elle mémorise (en couleur) le travail du metteur en scène Bob Wilson sur les Fables de La Fontaine à la Comédie-Française[3].

Martine Franck meurt à 74 ans[1],[2] le à Paris. Ses obsèques ont eu lieu le dans le village de Montjustin dans le Luberon où son mari Henri Cartier-Bresson est enterré[9].

Expositions[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Publications[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Agnès Sire, « Martine Franck », dans Luce Lebart et Marie Robert (dir.), Une histoire mondiale des femmes photographes, Éditions Textuel, , p. 315
  2. a b c d e f g h i j et k Claire Guillot, « Martine Franck, lignes brisées », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Martine Franck », sur Encyclopædia Universalis
  4. a et b Claire Guillot, « Exposition : Martine Franck, portrait d’une photographe empathique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Gérard Lefort, « Martine Franck, noir soleil », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. Boris Senff, « Martine Franck, une femme à l'Elysée », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  7. Magali Jauffret, «  La grande photographe Martine Franck n’a pas eu le temps de vieillir  », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  8. Jean-Paul Ribes, « Une amie du Tibet  », Tibet Info du CSPT,‎ (lire en ligne).
  9. Magali Jauffret, «  Photographie. Une nouvelle lecture de l’œuvre de Martine Franck  », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  10. Tirages de Guillaume Geneste, Chambre Claire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]