Musée de l'Élysée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élysée.
Musée de l'Élysée
Informations géographiques
Pays Suisse
Canton Vaud
Ville Lausanne
Adresse 18, av. de l'Élysée
1014 Lausanne
Coordonnées 46° 30′ 35″ N 6° 37′ 58″ E / 46.509856, 6.63276946° 30′ 35″ Nord 6° 37′ 58″ Est / 46.509856, 6.632769
Informations générales
Date d’inauguration octobre 1985
Collections photographie
Protection Bien culturel d'importance nationale
Informations visiteurs
Site web www.elysee.ch

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Musée de l'Élysée

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Musée de l'Élysée

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Musée de l'Élysée

Le musée de l'Élysée est un musée consacré à la photographie et situé dans la ville vaudoise de Lausanne en Suisse.

Fondé en octobre 1985 par Charles-Henri Favrod, le musée possède huit salles d'exposition réparties sur quatre étages, une boutique librairie, un café, une salle de consultation et un espace réservé aux familles.

Historique[modifier | modifier le code]

Campagne de l'Élysée[modifier | modifier le code]

Le Musée de l'Élysée est logé dans la campagne de l'Élysée[1], une élégante maison de maître construite entre 1780 et 1783 par l'architecte lausannois Abraham Fraisse pour le compte d'Henri de Mollins, officier suisse au service de la couronne de Hollande et major du contingent de Lausanne. À l’image des grandes propriétés de campagnes de la fin du XVIIIe siècle, habitées de préférence durant les mois d'été et d'automne, celle de l'Élysée (baptisée ainsi en 1834), est agrémentée d'un vaste parc et jouit d'une situation exceptionnelle dominant le lac Léman.

Parmi les hôtes célèbres de la maison, Mme de Staël y a donné en 1807 des représentations d'Andromaque, avec Benjamin Constant et Mme Récamier. Citons divers propriétaires notables : le banquier William Haldimand (1784-1862), Victor de Constant (1814-1902) - frère du photographe Adrien Constant de Rebecque, dit Constant Delessert (1806-1876), et le comte Henri Chevreau d'Antraigues[2]. Le bâtiment, son jardin et ses dépendances, de même que le musée[3], sont inscrits comme biens culturels suisses d'importance nationale[4].

Le musée[modifier | modifier le code]

En 1971, la maison est achetée par l'État de Vaud, entièrement restaurée et en partie aménagée en musée[5]. Entre 1980 et 1985, elle accueille le Cabinet cantonal des estampes. Celui-ci est transféré à Vevey, au Musée Jenisch, après que Charles-Henri Favrod a fondé le Musée de l'Élysée, un musée pour la photographie, en octobre 1985.

Collection[modifier | modifier le code]

La collection du musée est composée d'ensembles significatifs aussi bien de photographes connus à l'échelle internationale comme Geraldo de Barros, Mario Giacomelli, Gabriel Lippmann, Pieter Hugo ou John Philipps que de photographes suisses tels Paul Vionnet, Constant Delessert, Hans Steiner ou Jean Mohr. Le Musée de l'Élysée s'engage aussi auprès de la jeune photographie contemporaine qu'il soutient en accompagnant certains artistes sur le long terme.

Photographes de la collection[modifier | modifier le code]

La collection du Musée de l’Élysée comprend près de 45 000 tirages positifs de photographies anciennes, modernes et contemporaines[réf. nécessaire]. Elle couvre une grande variété de procédés du XIXe au XXIe siècle, du daguerréotype au tirage numérique[réf. nécessaire].

Fonds et archives[modifier | modifier le code]

Le Musée de l'Élysée conserve et met en valeur des ensembles et des fonds qui lui ont été confiés, comme ceux de Charlie Chaplin, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, Lehnert & Landrock ou René Burri. Les tirages, négatifs, planches contacts ou autre type de document sont étudiés, catalogués, numérisés et restaurés.

Événements[modifier | modifier le code]

La Nuit des images[modifier | modifier le code]

Dans l’esprit des Nuits de la Photo, la Nuit des images[6] a lieu fin juin dans les jardins du Musée de l'Élysée.

L’événement fête l’image fixe et animée[réf. nécessaire] : la photographie, la vidéo et le cinéma. Création contemporaine, regards historiques, musique et découvertes. Une soixantaine d'artistes sont invités à concevoir des projections spécifiques. Au total, ce sont plus de 40 productions inédites[réf. nécessaire] qui sont réalisées avec des artistes locaux et internationaux, des vedettes et ou des artistes de la nouvelle génération.

Plusieurs écrans sont installés dans le parc. Le public est invité à une promenade à travers les jardins, passant d’un « théâtre » à l’autre, de la terrasse du Musée de l’Élysée, jusqu'au bas des jardins et au terrain de sport. Chaque écran présente un projet, une sélection de films, de court-métrages ou des projection d’images selon un thème spécifique. La programmation de certains écrans est confiée à des invités extérieurs – collectifs d’artistes, écoles d’art, associations ou institutions, commissaires invités, etc.

Les projections mêlent, selon les écrans, la photographie, la vidéo et le cinéma. Elles permettent de :

  • Présenter une partie des photographies de la collection du Musée de l’Élysée.
  • Projeter des films et des courts-métrages appartenant à la collection de la Cinémathèque Suisse
  • Mettre en valeur la création contemporaine d’un ou plusieurs pays étrangers, qu’il s’agisse de photographie, de vidéo ou de cinéma.
  • Donner un espace de création à des artistes invités.
  • Permettre à des institutions extérieures et à des collectifs d’artistes de faire découvrir des œuvres et des créations inédites.

En première partie de soirée, un mini-salon du livre - On Print - est organisé en plein air. Il réunit des éditeurs et des galeries de photographies et d’art contemporain, qui viennent présenter leur dernières publications (livres ou magazines). Chaque édition a réuni des acteurs de la scène éditoriale locale, afin de faire découvrir des publications atypiques et parfois méconnues du public.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marcel Grandjean, Monuments d'art et d'histoire du canton de Vaud IV. Lausanne, villages, hameaux et maisons de l'ancienne campagne lausannoise (Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse, 71), Bâle 1981, p. 17-25.
  • Dave Lüthi (dir.), Lausanne - Parcs et jardins publics (coll. Architecture de poche 2), Berne : SHAS Société d'histoire de l'art en Suisse, Berne 2014, p. 184-187.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Campagne de l'Élysée », sur lausanne.ch (consulté le 9 août 2012)
  2. Marcel Grandjean, Monuments d'art et d'histoire du canton de Vaud IV. Lausanne, villages, hameaux et maisons de l'ancienne campagne lausannoise (Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse, 71), Bâle 1981, p. 17-25.
  3. « Historique », sur elysee.ch (consulté le 9 août 2012)
  4. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  5. Marie-Claude Jequier, Trésors des musées vaudois: ouvrage publié par le Crédit foncier vaudois à l'occasion de son 125e anniversaire, 1984
  6. (fr+en) « Nuit des images », sur Nuit des images (consulté le 2 février 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]