Marie-Antoinette conduite à l'échafaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Antoinette conduite à l'échafaud
Marie Antoinette Adult13.jpg
Artiste
Date
1793
Type
Technique
dessin à l'encre brune
Dimensions (H × L)
14.8 × 10.1 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
3599 DR 1 RectoVoir et modifier les données sur Wikidata

Marie-Antoinette conduite à l'échafaud est un dessin à l'encre attribué à Jacques-Louis David. Il a été dessiné sur le vif depuis une fenêtre d'un immeuble lors du passage de la charrette qui conduisait l'ex-reine de France Marie-Antoinette d'Autriche vers l'échafaud où elle fut exécutée le 16 octobre 1793.

Description[modifier | modifier le code]

Le dessin, de petites dimensions (15 cm sur 10 cm), montre Marie-Antoinette assise de profil vers la gauche dans une posture droite. Elle est revêtue d'une robe sommairement dessinée par l'artiste en de rapides traits de plumes, ses mains sont attachées derrière le dos. Elle porte un bonnet à dentelle, sur des cheveux courts qui viennent d'être coupés. La partie du visage dont David s'est attaché à détailler les traits, présente une expression impassible, les yeux baissées. Âgée de 37 ans, le dessin la montre prématurément vieillie. Antonia Fraser dans sa biographie sur Marie-Antoinette, constate qu'il y a deux manières d'interpréter l'attitude de la reine déchue dans le dessin de David. Soit comme l'expression du mépris, ou comme une posture empreinte de dignité et de calme[1].

Sur le coin de la feuille en bas à droite, le propriétaire du dessin Jean-Louis Giraud-Soulavie y a inscrit son monogramme un « S » entouré d'un cercle. Le dessin n'est pas signé. Sous le dessin figure une note séparée rédigée par Soulavie :

« Portrait de Marie Antoinette reine de France conduite au supplice ; dessinée à la plume par David spectateur du convoi, & placé sur la fenêtre avec la citoyenne Jullien épouse du représentant Jullien, de qui je tiens cette pièce. »

Provenance[modifier | modifier le code]

Appartenant à Jean-Louis Soulavie, qui le tenait de l'épouse de l'ancien conventionnel Marc Antoine Jullien dit Jullien de la Drôme[2]. Maurice Tourneux mentionne que le dessin est acquis en 1818 par Eugène de Beauharnais avec l'ensemble de la collection Soulavie, et transporté à Munich[3]. Le dessin est vendu en 1904 à Drouot et devient la propriété d'Edmond de Rothschild. En 1936, il lègue le dessin au musée du Louvre où il est conservé au département des Arts graphiques.

Réalisation[modifier | modifier le code]

Jean-Emmanuel Van den Bussche, Le Peintre David dessinant Marie-Antoinette conduite au supplice, Musée de la Révolution française.

La description rédigée par Soulavie indique que le dessin a été fait à la plume par David qui assiste d'une fenêtre, au passage de la charette qui conduit Marie-Antoinette à la guillotine, en présence de la citoyenne Jullien épouse du conventionnel et représentant en mission Jullien de la Drôme. La tradition historique en a conclu que le dessin avait été exécuté d'un immeuble situé rue Saint-Honoré où habitait Jullien. Annie Duprat, auteur d'une biographie sur Marie-Antoinette, indique qu'à cette époque Jullien était absent de Paris, et qu'il habitait en fait rue Saint-André-des-Arts[4]. D'autres sources ne précisent pas l'immeuble, et parlent seulement d'une fenêtre de la rue Saint-Honoré. Stefan Zweig évoque cet épisode dans sa biographie sur Marie Antoinette, et situe David à un angle de la rue Saint-Honoré à l'emplacement du café de la Régence. La notice David du Dictionnaire de la Révolution mentionne que l'artiste a fait le dessin de la terrasse du café de la Régence, au même endroit d'où il dessine quelque temps après Danton allant vers son exécution[5].

Attribution[modifier | modifier le code]

Considéré comme le plus célèbre dessin de David[6],[7], il est généralement accepté comme autographe par la plupart des biographes modernes du peintre[8],[9],[10],[11],[12],[13]. Le conservateur Xavier Salmon conteste cependant l'attribution, et propose le nom de Vivant Denon comme autre auteur du dessin[14]. Chassé de Venise en juillet 1793 Vivant Denon séjournait en fait à Florence ce 16 octobre et arrive à Paris le 10 ou 11 décembre 1793[15],[16].

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans la chronologie des œuvres de David, le dessin se situe entre la réalisation de la Mort de Marat (juillet 1793), et le tableau inachevé la Mort du jeune Bara (commencé le 28 décembre 1793). Sous la Terreur, David entreprend peu de réalisations artistiques, exerçant plusieurs fonctions politiques et policières au sein des comités de sûreté Générale et d'Instruction publique. En relation avec le sujet du dessin, il fut chargé par le comité de salut public lors du procès de la Reine d'assister à l'interrogatoire du dauphin Louis XVII.

Le dessin fait quelques heures avant la cérémonie de présentation par David de ses tableaux de Marat et Lepelletier à la cour du Louvre, Warren Roberts, suggère que ce 16 octobre il assista au parcours de la reine et en profita pour dessiner la scène en attendant la mise en place de la cérémonie[17].

Fortune critique[modifier | modifier le code]

Première reproduction en fac-similé du dessin, dans l'ouvrage La démagogie en 1793 à Paris publié en 1868

Le dessin est mentionné en 1859 dans l'ouvrage d'Horace de Viel-Castel Marie-Antoinette et la révolution française ; l'auteur y qualifie le croquis, d'esquissé « sans la moindre émotion »[18]. Une première reproduction du dessin en fac-similé, est publié en frontispice de l'ouvrage La démagogie en 1793 à Paris publié en 1868. Pour l'auteur Charles Aimé Dauban: « Le trait dur et ferme, d'une discrétion qui n'a rien oublié, semble tracé avec la pointe d'un poignard, il est digne du grand peintre David. »[19]. Dans leur journal les frères Goncourt évoquent leur découverte du dessin par l'intermédiaire d'Eudore Soulié conservateur du château de Versailles, qu'ils jugent comme : « Quelque chose d'affreux et d'ignoble : dessin d'enfant pour la gravure d'un canard, avec une intention évidente, républicaine et caricaturale de ce peintre, valet de Marat et de Napoléon, qui n'a trouvé qu'une charge hideuse au bout de son crayon pour l'agonie de Marie-Antoinette »[20]. Pour Anatole de Montaiglon, c'est le « souvenir le plus poignant » fait par l'artiste sous la Révolution[21]. Pour Stefan Zweig c'est une « esquisse d'un grandiose effroyable, d'une puissance sinistre »[22]. « Sinistre » est le terme qui revient aussi chez le biographe de David, Léon Rosenthal[23].

Œuvres en rapport[modifier | modifier le code]

Le peintre belge Jean-Emmanuel Van den Bussche représenta la scène dans Le Peintre David dessinant Marie-Antoinette conduite au supplice[24]. François-Auguste Trichon fit aussi un dessin de la même scène vue sous un angle différent[25].

Référence culturelle[modifier | modifier le code]

Hormis Stefan Zweig dans sa biographie Marie-Antoinette qui consacre une page de son chapitre Le Dernier Voyage à l'épisode, Paul Belaiche-Daninos dans son roman Les Soixante-Seize jours de Marie Antoinette à la conciergerie évoque aussi ce moment en situant David à l'angle des rues des Prouvaires et Saint-Honoré[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antonia Fraser 2009, Marie-Antoinette, p. 616
  2. Arlette Sérullaz (1991), Dessins de Jacques-Louis David, p. 157
  3. Maurice Tourneux (1901), Marie Antoinette devant l'histoire, p. XIV
  4. Annie Duprat, Marie-Antoinette une reine brisée, p. 281 note 39.
  5. « David », dans Jean Tulard, Jean-François Fayard et Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de la Révolution française. 1789-1799, éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1987, 1998 [détail de l’édition], p. 748
  6. Régis Michel David l'art et le politique, p. 87
  7. Arlette Sérullaz, David cabinet des dessins, p. 76
  8. Léon Rosenthal (1904), David, p. 111
  9. Louis Hautecœur (1954), Louis David, p. 155
  10. Antoine Schnapper, David témoin de son temps, p. 146
  11. Luc de Nanteuil (1983), David, p. 31
  12. Bernard Noël (1989), David, p. 47
  13. Simon Lee (2003), David, p. 176
  14. Pierre Arizzoli Clementel (commissaire de l'exposition) Marie Antoinette Exposition du Grand-Palais, (2008), Xavier Salmon notice du dessin p. 375
  15. « Repères chronologiques de la vie et de l'époque de Vivant Denon », Fondation Napoléon
  16. Judith Nowinski, Baron Dominique Vivant Denon (1747-1825) hedonist and scholar in a period of transition, p. 65
  17. Warren Roberts, Jacques-Louis David, Revolutionary Artist, p. 228
  18. Horace de Viel Castel, Marie-Antoinette et la révolution française, p. 82
  19. Charles-Aimé Dauban, La démagogie en 1793 à Paris: ou, Histoire, jour par jour, de l'année 1793 p. 467
  20. Edmond de Goncourt, Jules de Goncourt, Journal 1858-1860, p. 110
  21. Anatole de Montaiglon (1863), Histoire de l'art pendant la Révolution, p. 81
  22. Stefan Zweig, Marie Antoinette, p. 487
  23. Léon Rosenthal (1904), David, p. 111
  24. Alain Chevalier, « Vizille, Musée de la Révolution française : Nouvelles acquisitions », dans Annales historiques de la Révolution française, no 346, octobre-décembre 2006, p. 121–132
  25. Gilles Néret, David, la terreur et la vertu, Mangès, 1989, p. 69
  26. Paul Belaiche-Daninos (2007), Les Soixante-Seize jours de Marie Antoinette à la conciergerie, p. 577-578

Bibliographie[modifier | modifier le code]