Les licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les licteurs rapportent à Brutus
les corps de ses fils
DavidBrutusSonsCorps.jpg
Les licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils.
Artiste
Date
Technique
Dimensions (H × L)
323 × 422 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
INV 3693

Les licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils est un tableau peint par Jacques-Louis David en 1789. Il représente le retour des corps des fils de Brutus. C'est leur père lui-même qui décida leur exécution, après qu'ils eurent comploté pour rétablir la monarchie : en cela Brutus représente le dévouement sans faille à la République, au-delà de tout intérêt d'ordre privé.

Historique de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Commandé par les Bâtiments du Roi pour le Salon de 1787, le tableau est réalisé deux ans plus tard. Acheté 6 000 livres par le roi, il est exposé au Salon de 1789 et au salon de 1791. Il appartient aux collections du Louvre depuis 1793 et est exposé aux côtés d'autres œuvres de David comme le Serment des Horaces, ou Le Sacre de Napoléon.

Jacques-Louis David a choisi pour son œuvre d'inventer une scène qui n'apparaît dans aucune source antique.

Description[modifier | modifier le code]

La scène se déroule dans les appartements du consul et les tons sont majoritairement ocres-orangés. L'espace de la scène est délimité dans le tableau par les colonnes doriques et les parois drapées qui empêchent toute profondeur de champ. Le consul Brutus est assis sur une chaise curule en bas à gauche dans l'ombre. Derrière lui, les licteurs défilent portant les corps de ses fils. On aperçoit les pieds de l'un à gauche, et une partie du corps de l'autre peinte en raccourci dans l'ombre du couloir. À droite, la femme et les filles de Brutus pleurent la mort des jeunes hommes tandis qu'une femme plus âgée dissimule son visage dans son vêtement. Au centre, une chaise vide et une table sur laquelle on voit un travail de couture laissé inachevé.

Analyse du tableau[modifier | modifier le code]

La statue en bronze située derrière Brutus représente Rome. Le consul est dans l'ombre et tient dans sa main gauche un papier qu'il froisse. Ses pieds sont crispés et de sa main droite il semble se désigner.

L’œil est attiré par les femmes, car elles sont dans une partie très lumineuse. Le bras d'une d'elles, qui est sûrement la mère, montre un corps qui est celui d'un des fils de Brutus. De l'autre bras elle soutient le corps de sa fille évanouie, tandis que l'autre se réfugie dans les bras de sa mère. Le drapé de la mère est en continuité avec la chaise, indiquant qu'elle vient de se lever brusquement. À l'extrémité droite du cadre, une femme qui semble plus âgée dissimule son visage dans un drapé bleu.

À gauche, Agamemnon se couvre le visage. Au-dessus de lui, une statue de la déesse Hécate. Au centre, Iphigénie est emmenée par deux hommes pour être sacrifiée à la déesse Diane, que l'on voit sur un nuage en haut de la fresque. À droite, le prêtre qui va sacrifier la jeune fille.
Le Sacrifice d'Iphigénie, copie du Ier s d'après un original du peintre grec Timanthe (Ve s. av.J.-C.)[1]

Brutus lui-même est dans une partie sombre, et très écrasé par ce qui l'entoure - d'un côté les femmes qui pleurent la mort de leurs fils ou de leurs frères, et au-dessus de lui, le cadavre de ceux-ci.

Le personnage voilé, les autres affligés, le père infanticide et positionné sous une statue : beaucoup d'éléments de cette toile reprennent la fresque antique Le Sacrifice d'Iphigénie du peintre grec Timanthe.

Une œuvre néoclassique[modifier | modifier le code]

Cette œuvre est emblématique du style de David et plus généralement du néoclassicisme français. Le sujet antique et la composition en frise sont typiques du style de Joseph-Marie Vien, maître de David. La rigidité des lignes de composition, les couleurs et éléments de décor sont eux aussi constitutifs d'un style néoclassique : les formes verticales et horizontales significatives du néoclassique sont présentes à travers les colonnes, les draperies, la civière et les corps des fils décapités. Les thèmes abordés correspondent à ce qui était attendu de la peinture à l'époque, dans une société française influencée par les Lumières. L'engagement politique de Brutus est ici célébré et sa force d'âme sublimée par contraste avec la faiblesse des femmes : il y a une opposition, courante chez David, entre les femmes qui pleurent et expriment leurs sentiments et la figure impassible de l'homme.

La référence à la République romaine n'est cependant pas de la part de David un manifeste révolutionnaire ou républicain, puisque l'œuvre a été commandée par les Bâtiments du Roi et livrée au Roi, et peinte avant la Première République.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]