Portrait de madame Récamier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de madame Récamier
David. Madame Récamier.jpg
Artiste
Date
1800
Type
Technique
Dimensions (H × L)
174 × 224 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
INV 3708

Le Portrait de madame Récamier est une peinture de Jacques-Louis David représentant Juliette Récamier assise sur un sofa. Le tableau commencé en mai 1800 fut laissé volontairement inachevé par David, quand il apprit que François Gérard avait lui aussi été commandité pour faire un portrait du même modèle.

Histoire du tableau[modifier | modifier le code]

David s'était adjoint les services du jeune Ingres pour dessiner les accessoires[1]. Inachevé, la toile demeure la propriété de l'artiste qui l'emmena dans son exil à Bruxelles sans lui trouver acheteur[1]. Il est acquis par l’État en 1826, à la vente posthume du peintre, pour la somme de 6 180 francs qui l'affecte au Louvre[1]. Il est exposé en à l'Exposition universelle de 1889. Il est exposé Salle du Sacre qui réunies les œuvres les plus célèbres de David[1].

Description[modifier | modifier le code]

Peinte à l'âge de 23 ans, Juliette Récamier (née Jeanne Bernard) est la fille d’un conseiller de Louis XVI et a épousé en 1793, à l'âge de 15 ans, le fortuné banquier Jacques-Rosé Récamier. Renommée pour sa beauté et son esprit, elle tient salon dans son hôtel particulier de l'actuelle rue de la Chaussée-d'Antin, fréquenté notamment par Germaine de Staël et Benjamin Constant, jusqu'en 1803 où le gouvernement le ferme car considéré comme foyer de l’opposition au Premier consul[2].

De format allongé, le tableau représente Juliette Récamier semi-allongée sur une méridienne dans une posture sur le côté, le haut du corps tourné vers le spectateur dans un mouvement de torsion. Son regard fixe le peintre. Elle est vêtue d'une robe longue blanche à l'antique, dont le bas retombe en drapé sur le sol. Ses cheveux courts et bouclés sont ceints d'un large ruban, elle est pieds nus. Elle repose sur un sofa, son bras gauche s'appuie sur deux coussins, le droit est posé sur sa jambe. Au pied du sofa un tabouret, à la gauche du tableau un candélabre de style antique comme le reste du mobilier, assez spartiat. Le tableau n'est pas signé. Le mobilier est spartiate et l

Analyse[modifier | modifier le code]

Le haut du candélabre de style pompéien, marque le départ d’une diagonale qui suit la ligne du corps et donne à la composition son équilibre[2]. Le caractère inachevé du tableau permet d’apprécier la technique de David (une pâte travaillée subtilement pour le modèle, un frottis léger et vibrant pour le sol et le fond, des accords harmonieux de bleu et de jaune, d’ocre et de brun)[3]. Madame Récamier est représentée pieds nus, ce qui à son époque caractérise les femmes de mauvaise vie, ce qui aurait incité Madame Récamier à laisser la toile au peintre qui ne l’achèvera pas[4]

Le tableau rompt avec le cadrage traditionnel des portraits, qui sont plus resserrés sur le visage des modèles. David crée ainsi une réelle distance entre le spectateur et la jeune femme à demi étendue, telle une patricienne romaine[3]. La sévérité à l’antique est atténuée par la grâce du modèle[3]. Le peintre Eugène Delacroix salue une la « psychologie subtile et peint un tableau au « singulier mélange de réalisme et d’idéal[2] ». Elle illustre l’ascension sociale ouverte à la bourgeoisie qui cherche à s’imposer en exploitant des valeurs et des représentations issues de l’Antiquité[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

Peint par la femme peintre française Marie-Guillemine Benoist, également en 1800, le tableau Portrait d'une femme noire reprend la pose de Madame Récamier[5].

Le peintre belge René Magritte parodia l’œuvre en 1951 dans le tableau Perspective : Madame Récamier de David, exposé au Musée des beaux-arts du Canada, où il remplace le modèle par des cercueils[6].

Tout comme la toile de Marie-Guillemine Benoist, Portrait de madame Récamier apparaît en 2018 dans le clip vidéo Apeshit de Beyoncé et Jay Z[7].

Autre tableau[modifier | modifier le code]

Portrait de madame Récamier ne doit pas être confondu avec Portrait de Juliette Récamier peint vers 1805 par François Gérard où le modèle poste allongée sur une chaise de style étrusque, dans un décor qui rappelle celui d’une salle de bain antique [8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Madame Récamier », tableauxcelebres.com (consulté le 19 juin 2018)
  2. a, b, c et d Nathalie de La Ferrière-Alfsen, « Madame Récamier », histoire-image.org, (consulté le 19 juin 2018)
  3. a, b et c Karine Huguenaud, « Portrait de Juliette Récamier », leparisien.fr, (consulté le 19 juin 2018)
  4. « L’impatience de Madame Récamier », jl-paris.com (consulté le 19 juin 2018)
  5. Luce-Marie Albigès, « Portrait d'une négresse », histoire-image.org, (consulté le 1er août 2017)
  6. « Perspective: Madame Récamier de David », gallery.ca (consulté le 19 juin 2018)
  7. Maguelone Bonnaud, « Ces œuvres du Louvre mises en scène par Beyoncé et Jay Z dans leur clip », leparisien.fr, (consulté le 18 juin 2018)
  8. « Portrait de Juliette Récamier (1777-1849) », paris.fr (consulté le 19 juin 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]