Portrait d'Alexandre Lenoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'Alexandre Lenoir
Alexandre Lenoir by Jacques Louis David.jpg
Artiste
Date
1810-1811
Type
Technique
peinture à l'huile sur panneau de chêne
Dimensions (H × L)
76 × 62 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
RF 2300

Le portrait d'Alexandre Lenoir est un tableau peint par Jacques-Louis David. Réalisé en 1810-1811 d'après la liste établie par David lui-même[1], repris vraisemblablement en 1817 alors que le peintre est en exil à Bruxelles. L'examen scientifique du tableau laisse penser, d'après Antoine Schnapper, que la décoration que Lenoir porte autour du cou, identifiée comme l'ordre de l'Éperon d'or qui lui fut descernée en 1815, absente de la radiographie, montre qu'elle fut ajoutée ultérieurement[2]. Le tableau fait partie des collections du musée du Louvre (Département des peintures, inventaire R.F. 2300).

Le modèle[modifier | modifier le code]

Intime de David, Alexandre Lenoir est le créateur du Musée des monuments français (1795). Ils s'étaient rencontrés « dans les rangs de la Garde nationale (…). Le peintre, né en 1748, avait treize ans de plus que lui. Cette amitié, contractée dans la tourmente des débuts de la Révolution, fut inébranlable, bien que l’un et l’autre se soient parfois retrouvés opposés sur le plan politique. Au moins pendant un an, David vint donner à domicile (c’est Alexandre qui le dit) des leçons de dessin à Zélia, la fille aînée des Lenoir (pour, ensuite, probablement passer la soirée avec ses amis). Les meilleurs portraits d’Alexandre sont de lui. « David a peint mon portrait sur un panneau de chêne (...) Il est d’une ressemblance parfaite (...). Il ne sacrifiait jamais la vérité ; trois fois, il a effacé mes yeux, avant de s’arrêter à l’expression qu’il apercevait. » (terminé en 1817 à Bruxelles, ce tableau est au Louvre). »[3]. Le Louvre détient également deux dessins de David faits en 1809, au crayon noir pour Alexandre Lenoir et mine de plomb pour son épouse Adélaïde Binart, et qui, selon les contemporains rapportés par Froissart, « seraient les plus ressemblants du couple. ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste B, B.N., Ms, N, acq. fr. 6610, pièce 224; Jacques-Louis David, Édition des musées Nationaux, 1989
  2. Schnapper 1989, p. 525
  3. Froissart, 2012, p.5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Froissart, Alexandre, Albert et Angéline Lenoir : Une dynastie en A majeur (1761-1891), Paris, J.-L. Froissart, , 292 p. (ISBN 978-2-9522836-3-2, présentation en ligne)
  • Antoine Schnapper (dir.) et Arlette Sérullaz, Jacques-Louis David 1748-1825 : catalogue de l'exposition rétrospective Louvre-Versailles 1989-1990, Paris, Réunion des Musées nationaux, (ISBN 2711823261)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]