Marie-Anne d'Autriche (1804-1858)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie-Anne d’Autriche.

Marie-Anne d'Autriche
Illustration.
L'archiduchesse Marie-Anne
Fonctions
Archiduchesse d'Autriche
Biographie
Dynastie Habsbourg-Lorraine
Date de naissance
Lieu de naissance Vienne
Date de décès (à 54 ans)
Lieu de décès Baden
Sépulture Crypte des Capucins
Père François Ier d'Autriche
Mère Marie-Thérèse de Bourbon-Naples
Fratrie Marie-Clémentine de Habsbourg
Jean Népomucène d'Autriche
Joseph Franz d'Autriche
Caroline Ludovika d'Autriche
Amélie-Thérèse d'Autriche
Ferdinand Ier d'Autriche
Marie-Léopoldine d'Autriche
François-Charles d'Autriche
Marie-Louise d'Autriche
Caroline de Habsbourg-Lorraine
Marie-Caroline d'Autriche
Distinctions Ordre de la Croix étoilée

Marie-Anne-Françoise-Thérèse-Josèphe-Médarde d'Autriche, née à Vienne, le et décédée à Baden, près de Vienne le , est une archiduchesse d'Autriche. Elle est la fille de l'empereur François II du Saint-Empire et de sa deuxième épouse Marie-Thérèse de Bourbon-Naples.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Anne est née le 8 juin 1804 au palais impérial de Hofburg à Vienne. En tant que fille de l'empereur des Romains, elle est née avec le titre d'archiduchesse d'Autriche (Ihre Königliche Hoheit Erzherzogin von Österreich).

Elle était la dixième enfant née de ses parents. Sa mère, Marie-Thérèse, est décédée après avoir donné naissance à sa sœur Amalie en 1807.

Il semble qu'elle ait été handicapée mentale, comme son frère aîné Ferdinand, et qu'elle a le visage déformé. Aussi pour lui donner un état, son père l'a nommée abbesse d'un chapitre de dames nobles.

Après avoir vécu au château de Schönbrunn[1], elle fut transférée en 1835, à l'âge de 31 ans, au château de Hetzendorf [2], où elle a passé le reste de sa vie, et où elle est décédée le 28 décembre 1858[2] .

Elle est enterrée dans la crypte des Capucins et plus précisément dans la crypte Ferdinand (Ferdinandsgruft).

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Eva Ottillinger, Kaiserliche Interieurs: die Wohnkultur des Wiener Hofes im 19. Jahrhundert und die Wiener Kunstgewerbereform, Böhlau, (ISBN 3205986806), p. 219
  2. Magdalena Hawlik-Van de Water, Das kaiserliche Lustchloss Hetzendorf : die Modeschule der Stadt Wien, Böhlau, (ISBN 3205986016), p. 61

Bibliographie[modifier | modifier le code]