Marguerite Clémentine de Habsbourg-Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marguerite Clémentine de Habsbourg-Lorraine
Habsburg–Lotaringiai Margit Klementina Mária főhercegnő.jpg
Titres de noblesse
Archiduchesse (d) (Autriche)
Princesse (royaume de Hongrie)
Princesse consort (en) (maison de Tour et Taxis)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
RatisbonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Margarethe Klementine von ÖsterreichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Margarethe Klementine Maria von ÖsterreichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Famille
Père
Mère
Conjoint
Enfants
Elisabeth Helene de Tour et Taxis
Raphaël Rainier de Tour et Taxis (en)
Philippe Ernest de Tour et Taxis (d)
Max Emmanuel de Tour et Taxis (en)
François Joseph de Tour et Taxis (en)
Charles-Auguste de Tour et Taxis (en)
Louis Philippe de Tour et Taxis (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
Titre honorifique
Son Altesse Impériale et Royale
Shield of Thurn and Taxis.svg
Blason

Marguerite Clémentine de Habsbourg-Lorraine, née à Alcsút le et morte à Ratisbonne le , est une archiduchesse d'Autriche, devenue par mariage, en 1890, princesse consort de Tour et Taxis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Marguerite-Clémentine d'Autriche vers 1890.

Troisième fille et troisième des sept enfants de l'archiduc Joseph de Habsbourg-Lorraine et de Clotilde de Saxe-Cobourg-Kohary, l'archiduchesse Clémentine Marguerite est la nièce de la reine des Belges Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine et une cousine de la reine d'Espagne, Marie-Christine d'Autriche-Teschen, et du tsar Boris III de Bulgarie[1].

Par son père, elle est donc l'arrière-petite-fille de l'empereur Leopold II d'Autriche et de son épouse l'infante d'Espagne Marie-Louise de Bourbon. Par sa mère, elle est également l'arrière-petite-fille du roi des Français Louis-Philippe Ier et de son épouse Marie-Amélie de Bourbon-Siciles[2],[3].

Outre ses frères Joseph (1872-1962) et Ladislas (1875-1895), Marguerite Clémentine de Habsbourg a quatre sœurs : 1) Elisabeth Clémentine (1865-1866), 2) Marie-Dorothée (1867-1932), qui épouse en 1896 le prétendant orléaniste français Philippe d'Orléans (1869-1926), 3) Elisabeth Henriette de Habsbourg-Lorraine (1883-1958), célibataire, et 4) Clotilde (1884-1903), célibataire[4].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

L'archiduchesse Marguerite Clémentine se marie à Budapest, le avec le prince Albert Ier de Tour et Taxis, chef de sa maison depuis qu'il a succédé à son frère Maximilien en 1885, fils cadet du prince héritier Maximilien de Tour et Taxis (1831-1867) et de la princesse héritière Hélène en Bavière (1834-1890), sœur de l'impératrice Élisabeth[5].

Le couple a huit enfants[6] :

Mort[modifier | modifier le code]

Veuve depuis 1952, Marguerite Clémentine meurt à l'âge de 84 ans à Ratisbonne, le , où elle est inhumée, tout comme son mari, dans la chapelle de la crypte du Schloss Sankt Emmeram, anciennement abbaye de St. Emmeran[5].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Marguerite Clémentine est[5] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Énache 1999, p. 241-245.
  2. Énache 1999, p. 244.
  3. Tourtchine 1991, p. 124.
  4. Énache 1999, p. 241-244.
  5. a b et c Énache 1999, p. 247.
  6. Énache 1999, p. 247-250.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Énache, La descendance de Marie-Thérèse de Habsburg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 795 p. (ISBN 978-2-908003-04-8).
  • Jean-Fred Tourtchine, Les Manuscrits du CEDRE : L'Empire d'Autriche, vol. III, t. 10, Clamecy, Imprimerie Laballery, , 224 p..

Liens externes[modifier | modifier le code]