Pierre Demers (physicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Demers.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Pierre Demers
Pierre Demers
Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre Demers en 2012.

Naissance
Deal (Kent) (Royaume-Uni)
Décès (à 102 ans)
Domicile Montréal
Nationalité Canadienne
Domaines Chimie, Physique
Institutions Université de Montréal, Faculté des sciences de Paris
Diplôme Doctorat d'État, maîtrise ès sciences, licence ès sciences mathématiques, licence ès sciences physiques
Directeur de thèse

...

  • Léon Lortie (1936, maîtrise, université de Montréal)
  • Pierre-Victor Auger (1950, doctorat d'État, Faculté des sciences de Paris)
Étudiants en thèse

Notamment :

Renommé pour Québécium, Nucléaire, Ionographie corpusculaire, Chromomètre, LISULF, Promotion du français en science

Pierre Demers, né le à Deal dans le Kent et mort le [1], est un physicien et inventeur canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Pierre Demers est né en 1914 pendant un voyage de ses parents en Europe. Sa mère, Blanche Legris (1883), était fille d'un médecin canadien français installé à Arctic, au Rhode Island (États-Unis). Son père, Alfred Demers (1876), était fils d'un homme d'affaires de Montréal (Pierre Demers, 1837) et petit-fils du premier forgeron de Pointe-Claire (Pierre Dunmas dit Demers, 1806).

Bien avant 1914, Alfred Demers avait vendu à ses frères sa part de la quincaillerie familiale P. Demers et fils, rue Notre-Dame à Montréal, pour devenir un florissant investisseur en bourse et en immobilier. Grand admirateur de la culture française, il part s'installer à demeure en France en 1914, mais doit s'arrêter en Angleterre à cause des troubles liés au déclenchement de la Première Guerre mondiale. C'est donc à Deal (Kent, Royaume-Uni) que naît Pierre Demers le 8 novembre 1914.

Pierre Demers fait ses études primaires dans trois écoles françaises :

  • Institut Gavignet, rue Motte-Picquet, Paris ;
  • collège municipal de Cannes, Le Cannet ;
  • collège Bourdaloue, Grasse.

Les Demers reviennent à Montréal à temps pour que Pierre entreprenne son cours classique à Montréal, qu'il débute au collège Sainte-Marie à partir de 1925 et qu'il termine au tout nouveau collège Jean-de-Brébeuf entre 1928 et 1933.

Un esprit scientifique précoce[modifier | modifier le code]

Pierre Demers commence ses activités de nature scientifique bien avant l'université avec quelques articles et conférences (notamment [2] et [3]). Durant les étés de 1932 à 1934, à la suite d'un stage de recherche à la Station de biologie marine de l’Université Laval à Trois-Pistoles sous la direction de Mgr Alexandre Vachon, il étudie notamment la reproduction des crevettes. Il note la petite taille de tous les mâles et la grande taille des femelles, précédant ainsi la découverte de leur changement de sexe à un an. Ces travaux menèrent à ses premières communications aux 2e et 3e congrès de l'ACFAS[4],[5],[6].

Il en profite pour herboriser et rapporte plusieurs spécimens à son maître-à-penser, le Frère Marie-Victorin, notamment un potamot de Robbins qui suscita un ajout à la Flore laurentienne[7] alors en rédaction.

De 1933 à 1938, Pierre Demers fréquente la Faculté des sciences de l'université de Montréal comme étudiant et chercheur. Il obtient plusieurs diplômes, notamment sous la direction de Léon Lortie :

  • 1935 : licence ès sciences physiques ;
  • 1936 : licence ès sciences mathématiques ;
  • 1936 : maîtrise ès sciences (chimie).

Grâce à une bourse d'études du Québec (qu'il partage avec un autre co-boursier), Pierre Demers part pour Paris en 1938 afin d'étudier à l'École normale supérieure où il est admis sur recommandation de Léon Lortie et d'Edmond Buron. Il y deviendra le premier étranger à obtenir le titre d'agrégé de l'université de France (sciences physiques). Il deviendra l'ami de Jean Schiltz[8]. Par la suite, à l'automne 1939, il entre au Laboratoire de synthèse atomique du Collège de France, dirigé par Frédéric Joliot-Curie. Ses travaux sont encadrés par Joliot-Curie et Hans von Halban et il y côtoie des conférenciers tels que Lew Kowarski, Paul Langevin, Francis Perrin et Pierre Süe.

Chercheur, professeur, docteur[modifier | modifier le code]

Forcé de quitter Paris à l'arrivée des Allemands en 1940[9], Pierre Demers revient au Québec via le Portugal et trouve un emploi au laboratoire de recherche et développement de la Canadian Industries Limited à Belœil. Il y utilise et perfectionne des techniques de spectroscopie[10].

Pierre Demers reprend ses travaux sur la physique fondamentale lorsqu'il est engagé comme chercheur à Énergie atomique du Canada à Montréal et à Chalk River où il fait des mesures sur les neutrons lents et rapides. Ses travaux contribuent, à son insu, au projet Manhattan[11]. Son apport consiste notamment dans l'amélioration des techniques d'ionographie corpusculaire (voir § « Ionographie » ci-dessous).

C'est ensuite comme professeur en exercice de l'université de Montréal que Pierre Demers termine ses recherches de 1947 à 1950, année où il obtient son doctorat d'État de la Faculté des sciences de Paris et acquiert le titre de docteur ès sciences physiques avec mention très honorable. Le jury devant lequel il défend sa thèse est constitué de Pierre Victor Auger, Jean Cabannes, Pierre Grivet et Yves Rocard. Il devient alors professeur titulaire, poste qu'il occupe jusqu'à sa mise à la retraite en 1980.

De 1947 à 1980, Pierre Demers enseigne la physique à des milliers d'étudiants au baccalauréat et à des dizaines d'étudiants en maîtrise et en doctorat. Il enseigne notamment à Hubert Reeves, qui lui consacre quelques pages dans son autobiographie[12] et aux doctorants Roger Mathieu et Ishfaq Ahmad.

Pierre Demers est le second Canadien français à obtenir un doctorat en physique après Christian Lapointe, dirigé par Franco Rasetti à l'université Laval.

Outre de multiples cours de langue, Pierre Demers s'est perfectionné à l'université Cornell à Ithaca lors de cours d'été comme boursier de l'Acfas en 1937, au MIT pour un stage d'études en spectroscopie avec, notamment, le Pr George R. Harrisson (en), à l'université Goethe à Francfort pendant une année sabbatique en 1970-1971 sous la direction de Erwin Schopper (de), le Laboratoire d'ionographie du CNRS à Strasbourg-Cronenbourg pendant la même année sous la direction de Pierre Cüer[13] et finalement à l'Institut polytechnique Rensselaer pour un stage d'études sur la couleur notamment avec le Pr Fred W. Billmeyer Jr.[14] en 1978.

Ionographie[modifier | modifier le code]

Même s'il s'intéresse à l'astronomie[15], à la biologie[16],[17] et aux mathématiques[18], c'est l'ionographie corpusculaire qui est au cœur des trente-cinq premières années de la carrière de Pierre Demers. Cette technique, qui utilise des émulsions photographiques pour saisir l'effet de collisions de particules à haute énergie, s'appuie sur la chimie et permet des progrès importants dans l'étude de l'infiniment petit. Pierre Demers apprend et développe déjà cette technique au laboratoire de synthèse atomique du Collège de France en 1939 et 1940.

Lorsqu'il est appelé à participer au Laboratoire nucléaire canadien pendant la Seconde Guerre mondiale, Pierre Demers contribue par ses perfectionnements de cette technique à la caractérisation de la série « 4n + 1 » d'isotope fissile, aussi connue comme le cycle du combustible nucléaire au thorium. Cette caractérisation a ensuite permis la production d'uranium 233 pur, un des premiers carburants nucléaires[19]. Pierre Demers est le seul scientifique canadien français à participer aux recherches nucléaires du projet Manhattan. Cependant, le lien qui existait entre le laboratoire canadien, le projet américain et la première bombe était initialement inconnu de Pierre Demers et de plusieurs autres membres de la même équipe[20].

Après la guerre, Pierre Demers devient professeur de physique à l'université de Montréal. Il y poursuit ses travaux de recherche sur l'ionographie corpusculaire et en particulier sur l'ionographie en couleur qu'il réalise grâce à des émulsions de bromure d'argent[21]. Il travaille notamment à l'étude du rayonnement cosmique et solaire en poursuivant à la fois l'amélioration des techniques expérimentales[22] et l'approfondissement de la connaissance[23]. De 1946 à 1975, Pierre Demers multiplie les publications, les directions de thèses, les collaborations, les stages internationaux et les conférences sur le sujet (voir plus de deux cents entrées bibliographiques sur l'ionographie dans la Bibliographie interactive[24]).

Le développement des capteurs magnétiques et numériques pour les accélérateurs de particules, en particulier les accélérateurs à cible fixe, rend graduellement désuète l'ionographie corpusculaire au cours des années 1970. Pierre Demers se concentre alors sur d'autres méthodes et d'autres sujets de recherche, notamment la perception colorée et le système du québécium.

Littérature et arts plastiques[modifier | modifier le code]

Pierre Demers publie deux recueils de poésie :

  • Nuits et Jours en 1943[25] ;
  • Sonnets pour Noël et le Carnaval en 1962[26].

Il réalise également plusieurs tableaux, sculptures et installations, toutes exposées ou entreposées à sa résidence.

Centre d'études prospectives du Québec (CEPQ)[modifier | modifier le code]

En 1966, Pierre Demers fonde le Centre d'études prospectives du Québec, avec notamment Louis Cournand, Pierre Lefebvre, Clermont Pépin et Gilles Tremblay (musicien), qui se réunissent régulièrement à sa résidence. Plusieurs personnes qui influencent l'évolution du Québec après la révolution tranquille y collaborent, notamment Jacques-Yvan Morin, Rock Demers et André Barbeau. Surtout un foyer d'idées et de discussions, le Centre d'études prospectives du Québec produit néanmoins quelques publications, notamment sur la pollution par le bruit[27].

Centre québécois de la couleur (CQC)[modifier | modifier le code]

Ayant œuvré avec succès à l'introduction de la couleur dans l'ionographie corpusculaire, Pierre Demers met de l'avant au début des années 1970 son intérêt pour la couleur. Après quelques publications théoriques sur le sujet[28], il fonde en 1975 le Centre québécois de la couleur avec neuf personnes :

  • Camile Brouillet, professeur de couleur au Collège Ahuntsic, imprimerie ;
  • André Delorme, professeur en psychologie de la perception visuelle à l'université de Montréal ;
  • Lucie Duranceau, professeur de couleur et communication au Collège Dawson ;
  • Pierre Garneau, directeur artistique à la scénographie de la Société Radio-Canada ;
  • Ben V. Graham, professeur d'optométrie à l'université de Montréal ;
  • Maurice Day, décorateur à la Société Radio-Canada et professeur de couleur à l'université du Québec à Montréal et dans divers cégeps;
  • Alfred Pellan, peintre, muraliste, illustrateur et costumier québécois;
  • Maurice Raymond, professeur de couleur à l'université du Québec à Montréal;
  • Jean-Pierre Saint-Dizier, professeur de sciences physiques à l'université de Montréal;
  • Charles E. Sénécal, industriel dans les matières plastiques.

Le Centre québécois de la couleur a plusieurs collaborateurs au fil des années, notamment :

  • Pierre-Louis Aerts, ancien militaire ;
  • Patrick Callet, chercheur en mathématiques (France) ;
  • Yvon Cozic, artiste visuel ;
  • Guido Molinari, artiste peintre.

Comme en témoignent ces listes de personnes, le Centre québécois de la couleur contribue à rapprocher les milieux scientifiques, artistiques et même industriels autour du thème de la couleur, au moment même où les technologies numériques font leur apparition. Mais il n'est pas qu'un foyer d'idées. Plusieurs activités expérimentales, rencontres et colloques marquent son parcours, notamment les documents cités en référence ci-dessous[29],[30],[31]. Comme en témoignent Paulette Tourangeau[32] et Maurice Day[33], le Centre québécois de la couleur aura participé entre 1975 et 1985 au renouveau de l'enseignement de la couleur au Québec.

En parallèle avec les activités du Centre québécois de la couleur, Pierre Demers réalise l'invention du Colorimètre, un appareil permettant de mesurer une couleur en la reproduisant par déplacement d'une plaque colorée devant une source lumineuse. Il obtient pour cette invention le brevet canadien #1053929[34].

LISULF[modifier | modifier le code]

En 1980, Pierre Demers crée la Ligue internationale des scientifiques pour l'usage de la langue française (LISULF)[35] avec neuf personnes : Florian Gosselin, Jean-Claude Pechère, Rémy Chauvin, Michel Amyot, Guy Bouthillier, Arnold-Jean Drapeau, Gilbert Lannoy, Jean-Claude Richer, Jean-Pierre Saint-Dizier et Armand Vaillancourt. Cette ligue vise à promouvoir l'utilisation du français en science. Elle agit surtout par des propositions de politiques publiques, des manifestations et la publication d'une revue, Science et Francophonie.

La LISULF compte certaines années plusieurs centaines de membres, surtout issus des pays francophones. Encore active en 2014, elle aura pu compter sur des dizaines de collaborateurs pour participer à des colloques[36], des discussions[37] et pour produire des rapports[38].

Le programme de la LISULF comporte, notamment :

  • le projet « Droit des auteurs » (DDA) par lequel la LISULF demande au législateur d'intervenir afin que les auteurs scientifiques conservent le droit de publier un article dans une autre langue, dans une autre revue, après une publication originale ;
  • la manifestation annuelle « Pasteur parlait français » (PPF) par laquelle elle dénonce la décision de l'Institut Pasteur en 1989 que sa revue ne publie plus qu'en anglais. La manifestation a lieu tous les ans au carré Pasteur, rue Saint-Denis à Montréal.

Ses interventions ont conduit, par exemple, à la publication en français du livre sur la Quasiturbine[39] du Dr Gilles Saint-Hilaire et sa famille.

Québécium[modifier | modifier le code]

En 1995, Pierre Demers découvre un nouvel arrangement des éléments, différent du tableau périodique de Dmitri Mendeleiev, basé sur des symétries qu'il met au jour dans la répartition de leurs propriétés quantiques et physiques. L'arrangement auquel il conclut l'amène à estimer que les éléments possibles seraient au nombre de 120. Une version préliminaire (et par la suite jugée erronée par Pierre Demers) de ce système ayant conclu à 118 éléments possibles, il postule l'existence de l'élément hypothétique 118 et le baptise « québécium » (Qb) en l'honneur de sa patrie, le Québec. En 2016, les éléments 113, 115, 117 et 118 du tableau périodique de Dmitri Mendeleiev sont découverts par des scientifiques japonais, russes et américains[40]. Les autres éléments hypothétiques mentionnés dans le système sont désignés par l’abréviation latine de leur numéro atomique (ex. : Uuu pour l'élément 111).

Le système du québécium[41],[42],[43],[44] organise les éléments en tenant compte des correspondances entre les états excités de l'hydrogène et les états électroniques des atomes[45]. Il en arrive à un arrangement qui présente de façon symétrique les propriétés suivantes :

Cet arrangement a l'avantage, en outre, d'intégrer dans une géométrie régulière la totalité des éléments 1 à 120.

Pierre Demers est convaincu que cette découverte est beaucoup plus importante que ses précédentes. Il y voit une explication élégante et satisfaisante de ce que la science a longtemps considéré comme irrégulier ou inexplicable et la considère comme un pas vers une théorie unitaire, thème qui l'intéresse déjà depuis plusieurs décennies[46]. Il y voit donc l'expression de lois de la nature sous-jacentes encore à découvrir et examine les régularités similaires dans plusieurs domaines, notamment en biochimie[47], en génétique[48] et en anatomie[49],[50].

À quelques jours de son 101e anniversaire, Pierre Demers travaille encore activement à élaborer et améliorer ses textes sur le système du québécium. En particulier, il produit en octobre 2014 une explication simplifiée de la présentation elliptique des éléments et montre comment elle s'harmonise avec celle de Dmitri Mendeleiev, tout en l'améliorant[51]. Une vidéo explicative du tableau elliptique des éléments est disponible en ligne.

Droits et batailles juridiques[modifier | modifier le code]

Pierre Demers s'intéresse à la place faite au français depuis le début de sa carrière[52],[53] mais c'est surtout dans les années 1970, avec la pression grandissante pour la publication en anglais, que son attachement au principe de publier en français suscite des différends avec ses collègues de l'université de Montréal. C'est sur cette toile de fond que Pierre Demers conteste sa mise à la retraite obligatoire, pratique habituelle en 1980. Pierre Demers est convaincu de l'injustice de cette pratique et utilise son cas personnel pour tenter de l'abolir. Il perd sa cause[54] mais des causes similaires intentées après l'institutionnalisation du droit au travail par la Charte canadienne des droits et libertés de 1982 et la Charte des droits et libertés du Québec en 1975 auront gain de cause, résultant en des modifications aux normes du travail du Québec qui interdisent la mise à la retraite obligatoire[55].

Plus tard, Pierre Demers conteste l'obligation de gazonner dans sa municipalité, Ville Saint-Laurent (fusionnée avec Montréal en 2002). Il utilise son terrain urbain pour collectionner des espèces végétales recueillies dans la nature et transforme ainsi sa pelouse en sous-bois, en contravention avec les règlements en vigueur, qu'il juge abusifs. Son combat juridique dure huit ans et se solde par une victoire partielle (2 des 3 points) de Pierre Demers[56],[57] en cour d'appel. Il aura quand même subi le réaménagement forcé de son terrain. Après la fusion de Ville Saint-Laurent dans Montréal, les autorités municipales cessent d'intervenir à ce sujet et Pierre Demers retrouve de facto la liberté d'aménager son terrain à sa guise. Selon son avocat, la cause de Pierre Demers c. Ville Saint-Laurent serait à l'origine de la refonte de pans entiers de règlements, sur les nuisances entre autres.

Autres activités publiques[modifier | modifier le code]

Enfant et adolescent, Pierre Demers voisine à Outremont, où il réside, des personnages déjà importants dans l'histoire du Québec ou destinés à la devenir: Henri Bourassa et sa famille, Omer Héroux et son fils Jean, André Laurendeau, Claude Labrecque qui fut missionnaire au Japon, Gaston Lavoisier, etc. Tout en poursuivant ses études et sa carrière scientifique, Pierre Demers participe de façon soutenue aux associations de scientifiques et aux mouvements sociaux. En plus du Centre d'études prospectives du Québec, du Centre québécois de la couleur et de la LISULF, il est impliqué dans un grand nombre d'organisations[58] :

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Le 17 novembre 2015, l'Assemblée nationale du Québec rend un hommage à Pierre Demers par cette motion, présentée par Maka Kotto du Parti Québécois :

«Que l'Assemblée nationale rende hommage à M. Pierre Demers, l'un des plus éminents scientifiques du Québec, pour sa contribution remarquable à la promotion des sciences physiques et des sciences mathématiques;

«Qu'elle reconnaisse en la personne de ce physicien et chercheur de renommée internationale le combat légitime de toute une vie pour la promotion de l'usage de la langue française dans la communication scientifique, notamment par la création, en 1980, de la Ligue internationale des scientifiques pour l'usage de la langue française;

«Qu'elle salue, en ce mois marquant son 101e anniversaire de naissance, cet ardent défenseur de la culture québécoise et de la langue française qui demain, le 18 novembre 2015, se verra remettre le prix Marie-Victorin, dans le cadre des prestigieux prix du Québec, une distinction qui vient souligner l'extraordinaire carrière de ce pionnier de la recherche scientifique québécoise.»[60],[61]

En janvier 2016, Radio-Canada consacrait un reportage de 7 minutes à Pierre Demers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le scientifique Pierre Demers n'est plus », sur ici.radio-canada.ca, 30 janvier 2017
  2. Pierre Demers, « Essai sur l’astronomie », Revue scientifique et littéraire, no 23,‎ , p. 12-14
  3. Conférence sur l’air, CKAC, 21 janvier 1931
  4. Note préliminaire sur les crevettes de l’estuaire du Saint-Laurent, 3e congrès de l’ACFAS, Univ. de Montréal, 20 au 22 octobre 1935
  5. Note sur la tourbière de Trois-Pistoles, 2e congrès de l’ACFAS, Univ. Laval, Québec, 7 au 9 octobre 1934
  6. « Photo des participants du deuxième congrès de l’ACFAS, 1934 », sur http://archives.uqam.ca/, (consulté le 3 octobre 2015)
  7. « PourÉliane.Marie-Victorin », sur lisulf.quebec (consulté le 3 octobre 2015)
  8. Pierre Demers, La naissance de l'énergie atomique, Congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques à Québec du 2 au 6 juin 2008, sur le site de Pierre Demers, page 3.
  9. Pierre Demers, La naissance de l'énergie atomique, Congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques à Québec du 2 au 6 juin 2008, sur le site de Pierre Demers.
  10. (en) Détermination quantitative du plomb et du fer dans le cupro-nickel par une méthode spectroscopique ; un calculateur nouveau pour la spectroscopie quantitative, Quantitative determination of lead and of iron in cupro-nickel by a spectroscopic method and a new calculator for quantitative spectroscopy, conférence au Laboratoire de R-D CIL à Beloeil, 26 p., décembre 1942
  11. « Un physicien montréalais de 101 ans témoin du siècle nucléaire », sur ici.radio-canada.ca, 7 janvier 2017
  12. Hubert Reeves, Je n'aurai pas le temps, Paris, Éditions du Seuil, avril 2008, 348 p. (ISBN 2-02-097494-0), présentation en ligne)
  13. « Pierre Cüer », sur le site de l'IPHC
  14. « Fred W. Billmeyer Jr. », sur osa-opn.org
  15. Pierre Demers, Essai sur l’astronomie, Revue scientifique et littéraire, réf. Claude Hurtubise, no 23, 12-14, février 1930
  16. Pierre Demers, Note sur la tourbière de Trois-Pistoles, Annales de l'Acfas 1, 147, 1935
  17. Pierre Demers, Note préliminaire sur les crevettes de l’estuaire du Saint- Laurent, Annales de l'Acfas, 2, 73, 1936
  18. Pierre Demers, (Les Génies de Poincaré et le principe de Carnot), Poincaré’s génies and Carnot’s principle, Physical Review, 63, 221, 1943
  19. (en) George C. Lawrence, « Early Years of Nuclear Energy Research in Canada », sur ieee.ca, p. 11.
  20. Mélanie Loisel, « Pierre Demers, vétéran de la bombe A malgré lui », Le Devoir, (consulté le 13 novembre 2014).
  21. Pierre Demers et Ivan Batthyany, Dimensions des grains de bromure d'argent dans les émulsions ionographiques, Journal of canadian physics, 39, 608-9, 1961
  22. (Notamment) Pierre Demers, Ishfaq Ahmad et Joseph Demers, Émulsions ionographiques chargées avec de la poudre de diamant, Acfas, 32e congrès, université d'Ottawa, Ontario, 6–8 novembre 1964.
  23. (Notamment) Pierre Demers, Wladimir Paskievici et Ivan Batthyany, Nouveau mode d'analyse des traces ionographiques basé sur l'application des intégrales de Fourier et du modèle optique, PC III, PUM, 387-390, 1964.
  24. Bibliographie interactive
  25. Pierre Demers, Nuits et Jours, poèmes en prose, pseudonyme Pierre d'Oïl, Bernard Valiquette, Montréal, 208 p., 1943, Image de la couverture et extraits sur le site de Pierre Demers
  26. Sonnets pour Noël et le Carnaval, Beauchemin et PUM, 108 p., 1962
  27. Le bruit, 4e pollution du monde moderne, Pierre Demers (directeur de la publication), avec Antoine Aumont, Michel Le Blanc, Raymond Le Bourdais, Jacques Simard et Gilles Tremblay, président du CEPQ : Clermont Pépin, participants aux discussions : Jean Alaurent, André Barbeau, Normand Cazelais, André Cournand, Rock Demers, Danièle Fugère, Mildred Goodman, Viviane Julien-Demers, Gaston Laurion, Aline Legrand, Pierre Lefebvre, Monique Leroux-Demers, Guido Molinari, Élizabeth Morin, Jacques-Yvan Morin, Clermont Pépin, Monique Plamondon, Fernande Saint-Martin, Laure Toulouse et Émile Toulouse, 170 p., 25 fig., couverture Guido Molinari, CEPQ et PUM, Éditions du Jour, 1970
  28. (Notamment) Pierre Demers, Fondements communs de la géométrie relativiste et de la géométrie des couleurs, Ann. Acfas, 42, 1, 173, 1975
  29. Pierre Demers, Expériences sur les taches d'huile, conf. de physique, CQC, 1200 Latour, 16 novembre 1978.
  30. Rencontre des arts et des sciences de la couleur, directeur de la publication : Pierre Demers, t. I et II, Compte-rendu d'un colloque tenu les 16, 17 et 18 mars par le CQC à l'université de Montréal. Forment les Annales de l'Acfas, 45, no 3 et 4, PUM, 1978
  31. Documentation sur la couleur et sur divers projets susceptibles d’en diffuser la connaissance, avec Pierre-Louis Aerts, Camille Brouillet, Maurice Day, Maurice Raymond, 923, 64 p., CQC, 1978
  32. Paulette Tourangeau, Lettre d'appui à Pierre Demers pour le prix Marie-Victorin 2007.
  33. Maurice Day, Lettre d'appui à Pierre Demers pour le prix Marie-Victorin 2007.
  34. Brevet #1053929, sur le site d'Industrie Canada.
  35. LISULF, sur lisulf.quebec
  36. (Notamment) Le projet DDA, colloque atelier à l'UQAM en novembre 1985, extraits et textes, avec Guy Arbour, A. T. Balaban, André Barbeau, Jean-Denis Duquette, Jacques Flamand, Béla Joos, Guy Lacroix et Jeffrey Watson, Science et Francophonie, 14, 6-9, 1986, p. 6, sur le site de la LISULF
  37. Discussion (Saint-Laurent), à la suite du Colloque de Québec. Avec Henri Bergeron, Claude Brouillet, Frederik Dobritz, Jean Durup, Gilbert Lannoy, Paul Millet, Guy Morency, Alice Ying Shen P'an, Jean-Pierre van Deth, Science et Francophonie, 8, 65-76, 1984, sur le site de la LISULF
  38. (Notamment) Gilbert Lannoy et Pierre Demers (rédacteurs), « Le français scientifique au Québec », Colloque de Trois-Rivières, 27 mai 1983, 51e congrès annuel de l'Acfas, Science et Francophonie no 4A, Acfas, LISULF et PUM, 1983, sur le site de la LISULF
  39. Livre sur la Quasiturbine, sur quasiturbine.com
  40. Zone Science - ICI.Radio-Canada.ca, « Le tableau périodique est enfin complet », sur Radio-Canada.ca (consulté le 10 février 2017)
  41. Pierre Demers, Nouveau système périodique des éléments. Le système du Québécium, 31e congrès de l'APSQ, Hull, 19 octobre 1996. Dans la collection des bibliothèques et archives nationales du Québec: http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/bs2239966
  42. « Histoire du tableau périodique », sur www.lerepairedessciences.fr (consulté le 31 janvier 2017)
  43. « Québecium 5 sep 2001 », sur www.lix.polytechnique.fr (consulté le 31 janvier 2017)
  44. Normand Cazelet, Chronique d’une vie sur deux millénaires, Montréal, Fides,
  45. Pierre Demers, Système du Québécium : le tableau elliptique des éléments, communication au XIXe colloque de biomathématique, Versailles, 9 et 10 septembre 2004, sur le site de Pierre Demers
  46. (Notamment) Pierre Demers, Modèle bio-mathématique unitaire, descriptif de toutes les perceptions humaines, Revue de bio-mathématique, 81, 13-58, 1983.
  47. chap. 7 du livre cité ci-dessus sur le site de Pierre Demers
  48. Pierre Demers, 36 filles d'Ève, 36 fils d'Adam ? Une conjecture fondée sur le système du québécium, Québécium International, 21 juillet 2002, Communication proposée au XVIIIe colloque de biomathématique, Versailles, 19-20 septembre 2002, [Sbiom200236fEveA.html sur le site de Pierre Demers]
  49. Pierre Demers, Système du Québécium. Pourquoi avons-nous 56 phalanges et 4 membres ? Regard d'un physicien platonicien sur l'évolution biologique, trad. interdite, Projet de communication 2878 ACP, 2008, Québec, université Laval 8, 11 juin 2008, [ACP2008QbPlaEvobisXI2007.htm sur le site de Pierre Demers]
  50. Pierre Demers, Système du Québécium. Modèle Québécium et anatomie comparée des vertébrés. 1. Pentadactylisme des primates, 2008, sur le site web de Pierre Demers.
  51. Pierre Demers, Système du Québécium. Un tableau des éléments tout en rectangles, basé sur les symétries géométriques de l'écriture, 9 octobre 2014, sur le site de Pierre Demers
  52. Pierre Demers, La physique et les Canadiens-Français, Action Universitaire, 14e année, 54-61, octobre 1947
  53. Pierre Demers, Notes sur la réunion d’affaires de la section III de la Société Royale du Canada, La science en français et la Société Royale du Canada, 6 p., 7 juin 1961
  54. Jugement Cour d’appel, Claire L’Heureux-Dubé, Michel Beauregard, William S. Tyndale, JJCa, 9 p.. Opinion Tyndale en anglais, Cour d’appel 500-09-000752-824, 500-05-011 014-808 donnant tort à l’appelant et raison à l’université de Montréal, Me Robert Beauséjour et Me Alban Janin, 500-00-024942-871, C.A., 30 avril 1987
  55. Loi sur les normes du travail, article 84.1, sur le site du gouvernement du Québec.
  56. Pierre Demers défend toujours son aménagement. L'affaire ressemble à ce dessin de Mordillo où, dans un quartier de maisons grisâtres, la police vient embarquer un propriétaire qui a osé peindre sa demeure de couleurs vives. Depuis trois ans, Pierre Demers, 79 ans, résiste aux pressions de la municipalité qui veut lui faire enlever l’aménagement particulier qu’il a élaboré dans sa cour, Michel Marsolais, Journal de Montréal, 7, 17 janvier 1994
  57. Pierre Demers, représenté par Me Luc Trempe. Pierre Demers c Ville Saint-Laurent en appel des causes Ville Saint-Laurent c. Pierre Demers. CM SLaurent 00-00280-6, 00-00283-3, 00-00284-5 devant la Cour supérieure 500-36 - 002261-009, 500-36 -002262-007, 500-36 -002263-005. Me Pierre-Yves Leduc pour Ville Saint-Laurent. 5 décembre 2000. Juge Benny CS. Appel rejeté.
  58. Pierre Demers, Notes auto-biographiques.
  59. « Les Prix du Québec - le lauréat Pierre Demers », sur www.prixduquebec.gouv.qc.ca (consulté le 18 novembre 2015)
  60. « Journal des débats de l'Assemblée nationale - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 18 novembre 2015)
  61. « Vidéo – Séance de l'Assemblée (voir à 2h21m20s) », sur Assemblée nationale du Québec (consulté le 18 novembre 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liste des ouvrages :

Notes bibliographiques : Détails

Liens externes[modifier | modifier le code]