Pierre Angers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angers (homonymie).

Pierre Angers, né à Montréal (Canada), le [1], et mort dans cette même ville le , est un prêtre jésuite, enseignant et philosophe de l'éducation canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Angers naît à Montréal (Québec, Canada), en 1912. Après des études au Collège Sainte-Marie, ancêtre de l'Université du Québec à Montréal, il y devient professeur de lettres en 1937. Il enseigne à l'Université de Montréal, à partir de 1945. À partir des années 1960, il se consacre presque exclusivement à la pédagogie. En 1964, il participe à la fondation du Conseil supérieur de l'Education du Québec. De 1968 à 1971, il est membre de l'équipe de l'Opération Départ (Montréal)[2].

Entre 1971 et 1975, il met en œuvre, à l'école Saint-Paul, à Trois-Rivières, le projet Education permanente à l'élémentaire (Epel). En janvier 1977, le gouvernement de la province du Québec le nomme président de la Commission d'étude sur les universités[2]. Il meurt le , à Montréal vers l'âge de 93 ans.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Pierre Angers est un pionnier du travail interdisciplinaire dans le domaine de la recherche et un artisan du développement et de la promotion des études supérieures au Québec. Il a joué un rôle capital dans les organismes les plus importants du domaine de l'éducation. Sa philosophie est basée sur la pédagogie, l'épistémologie,la didactique, l'éthique et la psychologie[2].

Ses principaux domaines d'étude sont les relations maître-élèves, l'autonomie dans l'apprentissage, les opérations de l'esprit et la conception du curriculum. Il place au centre de l'action éducative le désir de connaître[2].

« C'est dans l'univers intérieur des motivations, des attitudes, des processus de croissance que se déploie l'action de s'éduquer. Celle-ci est faite d'expériences qui se passent au niveau de la personnalité profonde, de l'éveil des ressources intérieures, de développements personnels, progressifs et surtout d'une lente croissance intérieure dont la poussée discrète n'est pas toujours sensible à l'administrateur soucieux d'organisation et d'efficacité »[3].

Pierre Angers

Pierre Angers réfute les théories béhavioristes. Sa pensée s'apparente à celle des cognitivistes (Piaget et son école), mais il ne se reconnaît de filiation explicite qu'avec Bernard Lonergan. Sa théorie de la connaissance est définie à partir de quatre catégories : l'expérience (composante empirique), la compréhension (composante intellectuelle), la réflexion critique (composante rationnelle) et l'action responsable (composante valorisante)[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'analogie de la durée (essai), Montréal, L'Immaculée-Conception, 1937, 17p.
  • Montréal, ville inconnue (essai), Montréal, Action paroissiale, 1941, 13p.
  • Commentaire à l'Art poétique de Paul Claudel avec le texte de l'Art poétique (essai), Parus, Mercure de France, 1949, 383p.
  • Foi et littérature (essai), Montréal, Beauchemain, 1959, 105p.
  • Problèmes de la culture au Canada français, Montréal, Beauchemin, 1960, 117p.
  • L'Enseignement et la Société d'aujourd'hui (essai), Montréal, Ed. Sainte-Marie, 1961, 46p.
  • L'Explosion scolaire. Étude sur quelques-unes de ses causes et de ses conséquences sociales (essai), Montréal, Centre pédagogique des Jésuites, 1963, 117p.
  • L'Enseignement du français au niveau secondaire et à l'université (essai), mémoire de la Compagnie de Jésus à la Commission Parent, Montréal, Éditions du Centre pédagogique des jésuites canadiens, 1963, 117 p.
  • Réflexions sur l'enseignement, Montréal, Bellarmin, 1963
  • La Structure du premier cycle universitaire, Montréal, Centre de psychologie et de pédagogie, 1964, 68p.
  • L'Activité éducative, une théorie, une pratique, quatrième rapport du Conseil supérieur de l'Education du Québec, avec Colette Bouchard.Éditions Bellarmin, 1970. réed. 1985.
  • Opération Départ (Montréal), tome II, 1971.
  • Les Modèles de l'institution scolaire : contribution à l'analyse institutionnelle, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, 1976, 97 p.
  • École et Innovation, avec Colette Bouchard, éd. NHP, 1978.
  • L'appropriation de soi, avec Colette Bouchard, Bellarmin, 1986.
  • L'activité éducative : La mise en œuvre du projet d'intégration, avec Colette Bouchard, Bellarmin, 1993.

Références[modifier | modifier le code]

Hamel, Réginald. et Wyczynski, Paul, 1921-2008, Dictionnaire pratique des auteurs québécois, Fides, 1976 [4]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Révérend père Pierre Angers - Université de Sherbrooke (Québec, Canada) », sur www.usherbrooke.ca (consulté le 5 mai 2016)
  2. a, b, c, d et e Aline Desrochers-Brazeau et Monique Lebrun, « Pierre Angers : un maître à penser de la pédagogie québécoise », Québec français, no 76,‎ , p. 21—23 (lire en ligne).
  3. Pierre Angers, L'Activité éducative, une théorie, une pratique, , p. 24.
  4. Hamel, Réginald. et Wyczynski, Paul, 1921-2008,, Dictionnaire pratique des auteurs québécois, Fides, (ISBN 0775505978, OCLC 2865042, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]