Manfred Lahnstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manfred Lahnstein
Manfred Lahnstein en 1983
Manfred Lahnstein en 1983
Fonctions
Ministre fédéral de l'Économie d'Allemagne
7e ministre fédéral de l'Économie depuis 1949
17 septembre4 octobre 1982
Chancelier Helmut Schmidt
Prédécesseur Otto Graf Lambsdorff
Successeur Otto Graf Lambsdorff
Ministre fédéral des Finances
12e ministre fédéral des Finances depuis 1949
28 avril4 octobre 1982
Chancelier Helmut Schmidt
Prédécesseur Hans Matthöfer
Successeur Gerhard Stoltenberg
Directeur de la chancellerie fédérale
1er décembre 198028 avril 1982
Chancelier Helmut Schmidt
Prédécesseur Manfred Schüler
Successeur Gerhard Konow
Biographie
Date de naissance 20 décembre 1937 (76 ans)
Lieu de naissance Erkrath, Allemagne
Parti politique SPD
Diplômé de Université de Cologne
Profession Homme d'affaires
Consultant

Manfred Lahnstein
Ministres fédéraux de l'Économie d'Allemagne
Ministres fédéraux des Finances d'Allemagne
Directeurs de la chancellerie fédérale d'Allemagne

Manfred Lahnstein, né le 20 décembre 1937 à Erkrath, est un homme d'affaires et homme politique allemand membre du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Il a dirigé la chancellerie fédérale sous Helmut Schmidt de 1980 à 1982, puis est devenu ministre fédéral des Finances jusqu'au renversement de la coalition sociale-libérale alors au pouvoir en octobre 1982. Il a également été ministre fédéral de l'Économie par intérim pendant deux semaines en septembre 1982.

Éléments professionnels[modifier | modifier le code]

Formation et carrière syndicale[modifier | modifier le code]

Orphelin de père à huit ans, il passe avec succès son Abitur en 1957 à Düsseldorf, accomplit des études supérieures de sciences économiques et sociales à l'Université de Cologne et obtient un diplôme d'économiste en 1961. Cette même année, il devient secrétaire au travail et à l'apprentissage des jeunes de la Confédération allemande des syndicats (DGB) de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, pour une durée trois ans, et secrétaire de la Confédération européenne des syndicats à Düsseldorf jusqu'en 1965.

Il rejoint alors le siège de la confédération à Bruxelles, et y représente la DGB jusqu'en 1967, année où il entre au service du vice-président de la Commission européenne Wilhelm Haferkamp. En 1971, il obtient le poste de chef de cabinet, qu'il conserve jusqu'en 1973.

Dans la haute fonction publique fédérale[modifier | modifier le code]

Il fait ensuite son retour à Bonn comme directeur du département économique de la chancellerie fédérale, alors occupée par Willy Brandt. Ce dernier démissionne en 1974 et Manfred Lahnstein est choisi comme directeur du département des affaires politiques du ministère fédéral des Finances par son titulaire, Hans Apel. Il reste en poste jusqu'en 1977.

Homme d'affaires[modifier | modifier le code]

Six ans plus tard, il est recruté par la société Bertelsmann, où dirige la division des nouveaux médias, puis devient professeur de sciences économiques à l'Institut de gestion culturelle et médiatique de l'école supérieure de musique et de théâtre de Hambourg en 1986. Il entre au conseil de surveillance de Bertelsmann en 1994, et fonde Lahnstein & Partners, un cabinet de consultants internationaux basé à Hambourg, la même année.

Il devient membre du conseil d'administration de Bertelsmann en 1998, mais le quitte six ans plus tard. Depuis février 2009, il siège au conseil de surveillance de la société d'investissements Lahnstein Middelhoff Berger & Partners LLP, installée à Londres.

Par ailleurs, il préside le conseil d'administration de la fondation ZEIT-Stiftung Ebelin und Gerd Bucerius depuis 1995, et est consultant auprès de la banque Rotschild.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Manfred Lahnstein adhère au Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) en 1959.

En 1977, il devient secrétaire d'État administratif, chargé des affaires monétaires, du crédit, de la finance internationale et des affaires européennes du ministère fédéral des Finances. Suite aux élections de 1980, il est nommé directeur de la chancellerie fédérale, alors occupée par Helmut Schmidt. Il occupe ce poste jusqu'au 28 avril 1982, lorsqu'il devient ministre fédéral des Finances. Quand le FDP quitte la coalition sociale-libérale le 17 septembre, il est choisi comme ministre fédéral de l'Économie par intérim, tout en conservant le portefeuille des Finances. Il est contraint à la démission le 4 octobre, suite à la formation d'une coalition noire-jaune. Aux élections fédérales anticipées de 1983, il est élu député de Rhénanie-du-Nord-Westphalie au Bundestag, mais démissionne dès le 31 août et se retire de la vie politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]