Otto Graf Lambsdorff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Otto Graf Lambsdorff
Otto Graf Lambsdorff en 1975 à Mayence.
Otto Graf Lambsdorff en à Mayence.
Fonctions
Président fédéral du
Parti libéral-démocrate allemand

(4 ans, 8 mois et 2 jours)
Prédécesseur Martin Bangemann
Successeur Klaus Kinkel
Ministre fédéral allemand de l'Économie

(1 an, 8 mois et 23 jours)
Chancelier Helmut Kohl
Gouvernement Kohl I et II
Prédécesseur Manfred Lahnstein
Successeur Martin Bangemann

(4 ans, 11 mois et 10 jours)
Chancelier Helmut Schmidt
Gouvernement Schmidt II et III
Prédécesseur Hans Friderichs
Successeur Manfred Lahnstein
Député fédéral

(25 ans, 10 mois et 3 jours)
Élection
Réélection




Législature 7e, 8e, 9e, 10e,
11e, 12e, 13e
Groupe politique FDP
Biographie
Nom de naissance Otto Friedrich Wilhelm
Freiherr von der Wenge
Graf Lambsdorff
Date de naissance
Lieu de naissance Aix-la-Chapelle (Allemagne)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Bonn (Allemagne)
Nationalité Allemande
Parti politique FDP
Diplômé de Université de Cologne
Profession Avocat
Homme d'affaires

Otto Graf Lambsdorff
Ministres fédéraux de l'Économie d'Allemagne

Otto Friedrich Wilhelm Freiherr von der Wenge Graf Lambsdorff, dit Otto Graf Lambsdorff ou Otto Lambsdorff, né le à Aix-la-Chapelle et mort le à Bonn, est un avocat, homme d'affaires et homme politique allemand membre du Parti libéral-démocrate (FDP).

Issu d'une famille noble, il est grièvement blessé pendant la Seconde Guerre mondiale et étudie le droit en Allemagne de l'Ouest après le conflit. Il rejoint le FDP en , intègre le secteur privé en et devient avocat trois ans plus tard.

En , il est élu député fédéral au Bundestag et prend les fonctions de porte-parole pour l'économie du FDP. Nommé ministre fédéral de l'Économie en , il se fait le défenseur de l'ordolibéralisme et de la réduction du déficit public. Le rejet de ses propositions en la matière entraîne en la rupture de la coalition sociale-libérale au pouvoir.

Il est confirmé juste après dans ses fonctions ministérielles dans la nouvelle coalition noire-jaune mais doit démissionner en après sa mise en cause dans l'affaire Flick. En il prend la présidence fédérale du Parti libéral-démocrate et de la société Iveco Magirus. Il abandonne la direction du FDP en et devient président de la fondation Friedrich-Naumann deux ans plus tard.

Il quitte le Bundestag en et la présidence de la fondation en . Retiré du monde des affaires en , il meurt l'année suivante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Aîné des trois enfants de Herbert Graf Lambsdorff et de Eva von Schmid, il est issu de la noblesse allemande, comme l'indiquent dans son patronyme les titres de « Freiherr » (baron) et « Graf » (comte).

Il effectue ses études primaires et secondaires à Berlin puis Brandebourg-sur-la-Havel entre et . À l'âge de 18 ans, il intègre la Wehrmacht pour accomplir son service militaire obligatoire. Il est grièvement blessé au cours de combats et se fait amputer d'une jambe.

Formation[modifier | modifier le code]

Il obtient son baccalauréat à Unna en . L'année suivante, il s'inscrit à l'université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn et suit un cursus en droit. Il le termine en , lorsqu'il obtient son premier diplôme juridique d'État.

Ayant adhéré en au Parti libéral-démocrate (FDP), il passe avec succès son doctorat de droit en et son second diplôme juridique d'État en .

Vie professionnelle et ascension en politique[modifier | modifier le code]

Sa vie professionnelle débute en dans le secteur du crédit au sein de la banque privée Trinkaus. Parvenu aux fonctions de directeur exécutif de l'établissement, il est admis en au barreau de Düsseldorf.

En , il est désigné trésorier du FDP de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, présidé par le vice-ministre-président et ministre de l'Intérieur du Land Willi Weyer. Il rejoint trois ans plus tard le conseil d'administration de la compagnie d'assurances Victoria-Rückversicherung AG.

Il est investi candidat du FDP en Rhénanie-du-Nord-Westphalie dans la perspective des élections fédérales anticipées du . Élu député fédéral au Bundestag, il est aussitôt choisi comme le porte-parole pour l'économie du groupe parlementaire du Parti libéral-démocrate, présidé par Wolfgang Mischnick. En parallèle, il intègre le comité directeur fédéral du FDP.

L'année suivante, il fait partie des fondateurs de la Commission Trilatérale.

Ministre fédéral de l'Économie[modifier | modifier le code]

Otto Graf Lambsdorff en meeting à Cologne pour les élections fédérales anticipées de .

Après l'assassinat de Jürgen Ponto, Hans Friderichs décide de quitter le gouvernement fédéral et rejoindre le secteur privé. Otto Graf Lambsdorff est alors nommé à 50 ans ministre fédéral de l'Économie dans le deuxième cabinet de coalition sociale-libérale du chancelier fédéral social-démocrate Helmut Schmidt. Il se présente comme un défenseur de l'ordolibéralisme et de l'économie de marché, se faisant critique des dépenses qui creusent le déficit budgétaire fédéral.

Le , il propose une nouvelle stratégie économique, avec le document « Concept pour une politique pour dépasser la faible croissance et combattre du chômage », qui suggère de revenir sur les acquis sociaux des dernières années. Schmidt se prononce vigoureusement contre lors d'un meeting électoral en Hesse et lors d'une réunion du groupe SPD au Bundestag[1]. Les libéraux en tirent les conséquences et démissionnent du gouvernement quatre jours plus tard, mettant fin à 13 ans d'alliance avec les sociaux-démocrates[2].

Après que le Bundestag a adopté le une motion de censure constructive au profit de Helmut Kohl, Lambsdorff est renommé dans ses responsabilités ministérielles trois jours plus tard. Il en démissionne le en conséquence de sa mise en cause dans l'immense scandale causé par l'affaire Flick. En , il est condamné à 180 000 DM d'amende pour « fraude fiscale ».

Président fédéral du FDP[modifier | modifier le code]

Rencontre entre Lambsdorff et le président du DFP Jürgen Schmieder en à Berlin.

En , Martin Bangemann est nommé membre de la Commission européenne par le gouvernement fédéral. En conséquence, le 39e congrès fédéral ordinaire du FDP, convoqué en à Wiesbaden, doit pourvoir à la présidence fédérale du parti. Postulant face à la trésorière fédérale Irmgard Adam-Schwaetzer, Otto Graf Lambsdorff est élu par 211 voix contre 187 à sa concurrente, désignée vice-présidente fédérale. Cette même année, il devient président du conseil de surveillance d'Iveco Magirus.

Pour les élections législatives de l'Allemagne réunifiée du , il laisse à Hans-Dietrich Genscher les fonctions de chef de file libéral-démocrate. Il est choisi en pour présider l'Internationale libérale (IL) pour un mandat de trois ans. Au cours du 44e congrès fédéral ordinaire du FDP à Münster en , il cède la présidence fédérale du parti à Klaus Kinkel. Il reçoit alors le titre honorifique de « président d'honneur » qu'il partage avec Walter Scheel.

Après la politique[modifier | modifier le code]

Il est désigné en président de la fondation Friedrich-Naumann, le think-tank du FDP. Ayant renoncé à postuler à un septième mandat aux élections fédérales de , il se retire du Bundestag après 25 ans de mandat parlementaire. Il renonce à présider la fondation en , au profit de Wolfgang Gerhardt, et Iveco deux ans après.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il se marie deux fois. Ayant épousé en secondes noces Alexandra von Quistorp, il est père de trois enfants issus de son premier mariage. Il a principalement vécu à Bad Münstereifel, dans le quartier d'Eschweiler, ainsi qu'à Bonn, où il meurt le à l'âge de 82 ans.

Son neveu Alexander est actuellement député européen.

Récompenses internationales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) El País, « El canciller alemán se pronuncia contra su ministro de Economía », sur elpais.com, (consulté le 7 décembre 2016).
  2. (es) El País, « Ruptura de la coalición social-liberal en la RFA tras casi trece años en el poder », sur elpais.com, (consulté le 7 décembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]