Rudolf Schwander

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rudolf Schwander
Rudolf Schwander.jpg
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
TaunusVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Strasbourg
Université de Strasbourg (1538-1970) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Rudolf Schwander (né le 23 décembre 1868 à Colmar, Haut-Rhin, mort le (à 82 ans) à Oberursel, Taunus) était un homme politique allemand (né citoyen français d'origine alsacienne) et un réformateur social. Il fut entre autres maire de Strasbourg, Reichsstatthalter du Reichsland Elsaß-Lothringen, puis Oberpräsident de Hesse-Nassau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rudolf Schwander était le fils naturel d'Anne Barbe Schwander et une rumeur publique faisait du maire de Colmar, Camille Schlumberger, son père. Il fréquenta d’abord l'école primaire supérieure, qui comportait une année de plus et l’enseignement du français. A quinze ans, il entra au service de la municipalité de Colmar et, à vingt-quatre ans, devint secrétaire du service de l’assistance publique. En 1897, il obtint un congé sans solde pour lui permettre d’entrer à l’université de Strasbourg, avec dispense de l’Abitur en raison des travaux réalisés, pour y étudier le droit et les sciences politiques et, au printemps 1900, il fut reçu docteur en sciences politiques avec un travail sur l'assistance publique en France à l’époque de la Révolution. En 1917, il est secrétaire d'État à l'Économie.

Le conseil municipal de Colmar refusa sa nomination comme secrétaire de la Division des Affaires sociales, mais le maire de Strasbourg, Otto Back, le fit entrer dans son administration comme secrétaire général du service d'assistance publique ; outre cette fonction il devint deux ans plus tard adjoint au maire de Strasbourg. Il procéda alors à des réformes sociales novatrices et établit en 1905 le système de Strasbourg : Les administrations communales - dites administrations des pauvres - étaient chargées d'étudier le cas des indigents et de décider s'ils avaient droit à l'aide sociale. C'était des bénévoles qui s'occupaient de l'enquête sur place, mais la décision relevait de fonctionnaires titulaires.

Rudolf Schwander fut un moment commissaire d'État pour l'université de Francfort. En 1903 il adhéra à l'« Association allemande pour l'aide aux pauvres et la bienfaisance », le syndicat national des organisations publiques et privées de bienfaisance, qui fit de lui en 1930 un membre honoraire. Un an plus tard, Rudolf Schwander fut nommé maire de Strasbourg et le resta jusqu'en octobre 1918, avec un court intervalle où il fut par intérim secrétaire d'État à l'administration économique de l'Empire. En octobre 1918, c'est-à-dire peu avant l'Armistice, il fut nommé Statthalter du Reichsland Elsaß-Lothringen.

De 1919 jusqu'à 1930 il dirigea comme président supérieur les destins de la province de Hesse-Nassau, mais refusa les postes de ministre, qui lui furent proposés pendant la République de Weimar et après 1945. Dans les années trente, il fut administrateur de l'Institut Städelschen et du Freien Deutschen Hochstift à Francfort-sur-le-Main. En 1948 le gouvernement du land de Hesse eut recours à lui comme expert dans une commission ministérielle chargée d'élaborer une réforme de l'administration.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Igersheim, « Rudolf Schwander », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 34, p. 3558
  • (de) Max Rehm, Rudolf Schwander und Kurt Blaum: Wegbahner neuzeitlicher Kommunalpolitik aus dem Elsaß, Kohlhammer, 1974 (ISBN 3-17-001965-1)
  • Adi Schwander, Annuaire 1993-1994 de la Société des Amis du Vieux Strasbourg