Mandeville (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mandeville.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (décembre 2015).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

image illustrant Lanaudière
Cet article est une ébauche concernant Lanaudière.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mandeville
La petite rivière Mandeville du pont du Chemin de la Rivière.
La petite rivière Mandeville du pont du Chemin de la Rivière.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Lanaudière
Subdivision régionale D'Autray
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Francine Bergeron
2009 - 2013
Constitution
Démographie
Gentilé Mandevillois, oise
Population 2 104 hab. (2015)
Densité 6,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 00″ Nord 73° 21′ 00″ Ouest / 46.366672, -73.350005
Superficie 31 646 ha = 316,46 km2
Divers
Fuseau horaire UTC−05:00
Indicatif +1 450, +1 579
Code géographique 52095
Localisation
Localisation de Mandeville dans D'Autray
Localisation de Mandeville dans D'Autray

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Mandeville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Mandeville
Liens
Site web http://www.mandeville.ca/

Mandeville est une municipalité du Québec (Canada), située dans la MRC D'Autray, dans la région administrative de Lanaudière[1].

Ancien village forestier situé sur les contreforts des Laurentides, à la jonction des hautes terres de la plaine de Montréal. De ce fait, il chevauche le territoire de la zone seigneuriale, délimitée au XVIIIe siècle surtout et celui des cantons, délimité et concédé surtout à partir du XIXe siècle.

Sommaire

Toponyme[modifier | modifier le code]

-Mandeville

-Saint-Charles-de-Mandeville (Paroisse et Municipalité)

-Saint-Charles-de-Mastigoche (Paroisse)

-Mastigouche, Mastigoche, Massigosse

-Paroisse de Saint-David - Communauté Saint-Charles (Affiliation paroissiale actuelle)

« L'appellation, attribuée au bureau de poste en 1905, évoque Maximillien Mandeville, né en 1811, plus communément prénommé Maxime, l'un des premiers colons à s'établir sur les bords du lac Maskinongé vers 1824, non loin du site municipal présent[2]. »

Géographie[modifier | modifier le code]

-Vallées de la rivière Mastigouche et de la rivière Maskinongé.

-Lacs Mandeville et Deligny.

-Réseau de lacs, se déversant vers la Mastigouche et vers la Maskinongé.

-Relief et altitude.

-Le territoire de la municipalité recouvre les parties de la seigneurie de Lanaudière (concédée en 1750), de l'arrière-fief Hope (créé en 1806), des cantons de Perterborough (nommé en 1792, proclamé en 1868), de Gauthier (1920) et d'Angoulême (1901).

-Dates de création: Ouverture des registres paroissiaux (1897), Érection de la Paroisse (1903), Municipalité (1904) et annexions de territoire (1910) (?).

-Le territoire a appartenu en partie au comté de Maskinongé jusqu'en 1907, puis exclusivement à celui de Berthier par la suite. Sur le plan religieux, il appartient au diocèse de Trois-Rivières et depuis 1966, à celui de Joliette.

Histoire[modifier | modifier le code]

a) Dernière glaciation et mer de Champlain[modifier | modifier le code]

b) Première occupation humaine par des chasseurs et pêcheurs (autochtones)[modifier | modifier le code]

c) Marche de la population blanche à partir des années 1820 (Phénomène de débordement des seigneuries riveraines du Saint-Laurent)[modifier | modifier le code]

-Deux provenances: depuis la basse vallée de la Maskinongé et depuis Saint-Gabriel (par le Cordon)[modifier | modifier le code]

-Le mouvement démographique[modifier | modifier le code]

-Croissance rapide entre 1850-1900[modifier | modifier le code]
-Émigration autour de 1890-1920, vers les États-Unis, les villes et les zones de colonisation (Abitibi après 1910)[modifier | modifier le code]
-Ralentissement de la croissance au XXe siècle[modifier | modifier le code]
-Exode rural après 1950[modifier | modifier le code]
-Les années 1950-2000[modifier | modifier le code]

Chronologie

  • 1806 : Le seigneur Charles de Lanaudière aurait concédé 20 000 arpents du territoire connu sous le nom de fief Hope à Angélique Blondeau.
  • 1819 : Les frères Beaudoin, Pierre et Jean-Baptiste, accompagnés par des amérindiens s'installent sur la rive nord de la rivière Maskinongé.
  • 1824 : Maximilien Mandeville s'installe sur la rive du lac qui porte son nom. La région commence à se peupler 3 ans plus tard.
  • 1836 : L'exploitation forestière et l'agriculture se développent.
  • 1858 : La chapelle de St-Charles-de-Mastigoche est construite sur le terrain de Pierre Didace Hénault (rang 3, Peterborough). Plus tard, un effondrement de terrain forcera le déménagement de la maison de prière agrandie qui sert aussi d’école de rang.
  • 1894 : Fondation de la mission de St-Charles-de-Mastigoche.
  • 1897 : Nouveau déménagement de la chapelle de St-Charles-de-Mastigoche, mais cette fois, on l'apporte au village. Elle servira d'abord de presbytère pour le desservant de St-Didace.
  • Début du XXe siècle : Deux fromageries s'installent dans la région ce qui permet la fragmentation de St-Didace et par conséquent la fondation de St-Charles-de-Mandeville.
  • 1904 : Le 20 avril, la paroisse religieuse de St-Charles-de-Mandeville voit jour.
  • 1909 : Bénidiction du clocher de 3 cloches de l'église. La plus grosse cloche qui pèse 2000 livres est baptisée Pie-Marie en l'honneur de Pie X. La seconde pesant 800 livres portera le prénom de l'évêque de Trois-Rivières, François-Xavier. La troisième, Gaudios-Pierre, en l'honneur du dévoué curé de St-Charles-de-Mandeville, Gaudios Lacquerre. Télésphore Ferland sera le premier chantre de l'église.
  • 1910 : Le 15 mars, la permission d'annexer les rangs St-Pierre, St-Augustin, 1er, 2e, 3e, 4e et 5e du Canton de Peterborough est accordée par Sa Sainteté le Pape Pie X.
  • 1910 : Au lac Déligny, le moulin à scie de William Charbonneau entre en opération. Ce sera le premier des 18 moulins à opérer dans la région.
  • 1971 : La chapelle de St-Charles-de-Mastigoche est encore une fois déménagée pour devenir une maison privée sur la rue Joly.
  • 1971 : Création de la Réserve faunique Mastigouche (autrefois un club privé très sélect: The Mastigouche Fish and Game Club).
  • 2005 : Démolition du presbytère.
Liste des maires successifs de Mandeville
Période Identité Étiquette Qualité
2007 en cours Francine Bergeron    
1999 2007 François Benjamin    
1995 1999 Roland Rocheleau    
1983 1995 Jacques Prescott    
1981 1983 Donat Savoie    
1979 1980 Réal Bilodeau    
1972 1978 Donat Savoie    
1971 1971 Roger Dupuis   intérimaire
1963 1970 Alcide Desjardins    
1961 1962 Alfred Prescott    
1948 1960 Alcide Desjardins    
1935 1947 Albert Charbonneau    
1933 1934 Henri Pontbriand    
1926 1932 Joseph Prescott    
1925 1926 Joseph Charpentier    
1916 1924 Joseph Prescott    
1914 1915 Amédée Sylvestre    
1908 1913 Joseph Prescott    
1907 1908 Joseph Dulac    
1905 1906 Séraphin Baril    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 725 1 824 1 878 2 221 2 043 -
(Sources : Recensement du Canada)

Économie[modifier | modifier le code]

-Agriculture de subsistance au départ[modifier | modifier le code]

-Limites au développement agricole: capacité des sols et contraintes climatiques[modifier | modifier le code]

-Appel de la forêt comme secteur plus rentable[modifier | modifier le code]

-Exploitation des pinèdes (bois équarri et madriers - 1850-1890)[modifier | modifier le code]

-Le «bois de pulpe» (tournant du XXe siècle et après)[modifier | modifier le code]

-Le bois d'œuvre pour le marché de Montréal[modifier | modifier le code]

-Création du club de chasse et pêche[modifier | modifier le code]

-Déplacement du pôle économique des lacs (Mandeville et Deligny) vers la Mastigouche[modifier | modifier le code]

-Bûchage, drave, scieries et trappage[modifier | modifier le code]

-Retombées sur le village[modifier | modifier le code]

-Les premiers moulins[modifier | modifier le code]

-La Birchwood[modifier | modifier le code]

-Les autres ateliers[modifier | modifier le code]

-Recul de l'agriculture[modifier | modifier le code]

-Montée du phénomène de villégiature (chalets) après 1945, impact sur le territoire[modifier | modifier le code]

-Après les années 1960: fin d'un mode de vie[modifier | modifier le code]

-Récréotourisme[modifier | modifier le code]

-Phénomène de désindustrialisation et de tertiarisation de l'économie[modifier | modifier le code]

-Fin des clubs de pêche et impact des réserves fauniques (1971 et 1979)[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Zénon Baie-de-la-Bouteille Rose des vents
Saint-Damien N Saint-Alexis-des-Monts
O    Mandeville (Québec)    E
S
Saint-Gabriel,
Saint-Gabriel-de-Brandon
Saint-Didace

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Roy, La petite histoire de Mandeville : Saint-Charles-de-Massigosse, , 365 p. (ISBN 978-2-9810084-0-4)
  • BROUILLETTE, Normand, LANTHIER, Pierre et Jocelyn MORNEAU. Histoire de Lanaudière, Québec, Presses de l'Université Laval, 2009, 828 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Mandeville », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Commission de toponymie du Québec