Brice Couturier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Brice Teinturier.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couturier.
Brice Couturier
Description de cette image, également commentée ci-après
Brice Couturier en mars 2010 lors du Salon Livre Paris pour son émission Du grain à moudre.
Nationalité Drapeau de la France française
Profession

Brice Couturier est un journaliste, producteur de radio et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Brice Couturier passe une partie de son adolescence au Liban[1].

Dans les années 1980, il est membre de la rédaction des revues Autrement et anime plusieurs émissions sur Radio Nova[réf. nécessaire]. En particulier, il y présente une émission quotidienne de 1982 à 1984, « Salon-bar des premières ». 

Il entre à France Culture en 1985, y présentant deux émissions par semaine, « Modernités » et « Cosmopolites », en alternance avec Laure Adler. Il quitte une première fois cette station en 1990. 

Cofondateur du magazine Globe, il en a été brièvement rédacteur en chef. Dans les années 1990, il est rédacteur en chef du magazine Lui de 1990 à 1992.

Il devient "mid-career fellow" du Saint Antony's College de l'université d'Oxford en 1992-93 et "Senior associate fellow" du même "college" en 1996-98.

Il est parallèlement Boursier Lavoisier du ministère des Affaires étrangères en 1997-98.

Brice Couturier vit quelque temps en Pologne (pays auquel il est lié par sa famille), où il est enseignant à l'ENA polonaise (KSAP)[2],[3].

Il est ensuite chef du service « Idées » de L'Événement du jeudi de 1998 à 2000.

Au début des années 2000, il est rédacteur en chef adjoint du mensuel Le Monde des débats (en 2001) et critique musical de Marianne.

Il a été professeur associé au centre Hannah Arendt de géopolitique européenne à l'université de Marne-la-Vallée de 2002 à 2008.

Sur France Culture en 2002 et 2003, il anime une émission de débats, Contre-Expertise[4].

À partir de janvier 2002, il anime sur France Culture, une émission hebdomadaire consacrée à l'Europe, Cause Commune, puis de décembre 2006 à juillet 2011, il est le producteur de l'émission de France Culture Du grain à moudre, avec Julie Clarini jusqu'en 2010, puis aux côtés de Louise Tourret de janvier à juillet 2011. De septembre 2011 à juin 2016, il a été éditorialiste et co-animateur dans Les Matins de France Culture[1].

Brice Couturier appartient au comité de rédaction de la revue Le Meilleur des mondes depuis sa création.

Il a été l'auteur d'articles dans les revues Communisme et Esprit.

Il contribue aujourd'hui régulièrement aux magazines Le Point et Causeur.

Depuis , il présente du lundi au vendredi, sur France Culture, Le Tour du monde des idées : « À l’affût des nouvelles parutions sur les 5 continents, livres, revues, articles, imprimés ou numériques, Brice Couturier lit pour vous, avec l’appétit qui le caractérise, tout ce qui lui passe par la main et vous en propose la synthèse. »[réf. souhaitée]

Prises de position[modifier | modifier le code]

Il a appartenu au mouvement maoïste dans sa jeunesse[5].

Il adhère ensuite au Parti socialiste. De 1981 à 1986, il est assistant parlementaire du Groupe socialiste du Sénat pour la commission des Affaires étrangères et de la Défense[6]. Longtemps militant rocardien et permanent au Parti socialiste, il crée en 1985 Le Rouleau de printemps, qui se présente comme « le club des jeunes libéraux de gauche ». Il a fait partie de La Gauche moderne à l'époque de sa fondation par Jean-Marie Bockel[réf. nécessaire].

Brice Couturier se réclame d'un libéralisme de gauche et a dénoncé à de nombreuses reprises l'« islamo-gauchisme ». Il s'est opposé ces dernières années au « parti des médias », qu'il accuse d'être trop marqué par les idées de la gauche radicale[7].

Brice Couturier décrit à quel point les attentats du 13 novembre 2015 et celui contre Charlie Hebdo, symbole de l'esprit de sa génération, ont été un choc pour lui, ayant paradoxalement eu pour conséquence de lui avoir « rendu la France », selon le mot de Louis Aragon devenu patriote lors de l'occupation[7]. Sa « Lettre ouverte aux djihadistes qui nous ont déclaré la guerre », lue au micro des Matins de France Culture du 13 novembre 2015, a été reprise intégralement par un manuel scolaire[Lequel ?][réf. souhaitée]

En janvier 2016, à l'occasion du colloque du comité Orwell, il déplore notamment que les « commentateurs autorisés » passent leur temps à « noyer le poisson », par exemple avec « le coup du loup solitaire qui est destiné à masquer le fait que nous avons dans notre pays une cinquième colonne islamiste »[8]. Martin Coutellier, sur le site de critique des médias Acrimed, observe que Brice Couturier parle de l'existence en France d'une « cinquième colonne islamiste » comme un fait « sans aucun exemple à l’appui, et dénonce le parti pris des "commentateurs autorisés" au mépris des innombrables contre-exemples de dénonciation d’une « cinquième colonne islamiste » dans les médias »[9].

Il déclare que face à l'islamisme et d'une manière globale « les journalistes ne savent rien, ce sont des idéologues fous, ils sont piteux, ils sont miséreux »[10]. Il critique également les universitaires qu'il qualifie de « bien pensants » : « ces idéologues de petit calibre, cooptés par leurs camarades de l'Université » et qui, selon lui sont « arrogants », « incultes » et « méprisent les faits, les chiffres, la réalité »[11]. Lors de l'émission sur France Culture du 21 décembre 2015, Bernard Lahire, professeur de sociologie à l’École normale supérieure de Lyon, considère que sa vision des sciences sociales est fondée sur une « méconnaissance totales des travaux sociologiques qu'il refuse de connaître »[12].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Comme unique auteur[modifier | modifier le code]

Contributions[modifier | modifier le code]

Principaux articles et chroniques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Brice Couturier : le Parti des médias et l'intelligentsia méprisent la réalité », Le Figaro, 19 août 2016.
  2. Voir sur nouvelle-europe.eu.
  3. Entretien avec jssnews.com.
  4. Biographie sur le site de France Culture.
  5. Lu, vu, entendu : « Identités éditoriales », acrimed.org, 21 décembre 2009.
  6. Voir sur laregledujeu.org.
  7. a et b « Brice Couturier : le Parti des médias et l'intelligentsia méprisent la réalité », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  8. « Colloque du Comité Orwell : les moments forts », Les Orwelliens,‎ (lire en ligne)
  9. Martin Coutellier, « Brice Couturier, gardien de la « diversité intellectuelle » à France Culture », Acrimed | Action Critique Médias,‎ (lire en ligne)
  10. « Colloque du Comité Orwell : les moments forts », Les Orwelliens,‎ (lire en ligne)
  11. « Brice Couturier : le Parti des médias et l'intelligentsia méprisent la réalité », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  12. Bernard Lahire, « Cinq réflexions sur l'avenir (1/5) : Comprendre est-ce excuser? », France Culture,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]