Frédéric Pagès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pagès.
Frédéric Pagès
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Nationalité
Activité

Frédéric Pagès est un journaliste, écrivain, ancien professeur agrégé de philosophie[1] français né en 1950 à Suresnes. Il a quitté l'enseignement pour rejoindre en 1985 Le Canard enchaîné.

Trajet[modifier | modifier le code]

Il a enseigné la philosophie en lycée à Hénin-Beaumont (1973-1975), à Arras (1976-1978) et à Melun (1979-1981). Sous le pseudonyme de « Fredo Manon Troppo », il fut le chanteur du groupe de rock « Les Jalons » (ex- « Dead Pompidou's »). Il a fondé l'hebdomadaire satirique La Grosse Bertha en janvier 1991 avec Cabu, Gébé, Jean-Cyrille Godefroy et Philippe Val. En 1986, il entre au Canard enchaîné comme journaliste permanent. En 1996, il crée « Le Banquet du bac philo » à la Sorbonne, devenu « Le Grand Oral du Bac philo » à Sciences Po (Paris). Il s'agit d'une joute oratoire où des candidats « disputent » des vrais sujets de philosophie du baccalauréat.

Il a longtemps participé aux Papous dans la tête, émission de radio de France Culture.

Il est intervenu pendant plusieurs années à la consultation d'ethnopsychiatrie du centre Georges-Devereux, sous la direction de Tobie Nathan.

Il est le fondateur et président de l'« Association des Amis de Jean-Baptiste Botul », créée en 1996, par l'intermédiaire de laquelle il fait la promotion d'un philosophe fictif « de tradition orale » et de sa pensée, le « botulisme ». Chaque semaine, il anime « le café Botul » à Paris, au bar Le Progrès (Paris 3e).

Journaliste[modifier | modifier le code]

Au Canard enchaîné, il écrit notamment des « interviews imaginaires », l'« actu philo », naguère le « Journal de Xavière T. », le « Journal de Carla B.[2] » et la « Valérie T. si je mens ». Le « Journal de Carla B. » a été l'objet d'une polémique au moment de la sortie du Vrai Canard, le livre de Karl Laske et Laurent Valdiguié. Les auteurs prétendaient en effet que Pierre Charon, conseiller à l'Élysée, inspirait cette rubrique fantaisiste et y faisait passer des messages politiques. La polémique s'est éteinte quand le directeur du Canard, Michel Gaillard, a précisé en page une de l'hebdomadaire que Frédéric Pagès était l'auteur de la rubrique.

Humoriste[modifier | modifier le code]

De juillet 2009 à janvier 2011, Frédéric Pagès a fait partie de l'équipe d'Anne Roumanoff qui, chaque samedi sur Europe 1, commente l'actualité dans l'émission Samedi Roumanoff.

Botul existe-t-il ?[modifier | modifier le code]

« Frédéric Pagès, qui n'est pas à une facétie près, pourrait bien ici en sortir une, lui qui est président de l'« Association des Amis de Jean-Baptiste Botul », philosophe dont aucune œuvre écrite n'a pu être conservée (et pour cause, il semblerait qu'il n'ait jamais existé !). »

— Chantal Robillard[3], en mai 2000

Bernard-Henri Lévy, dans son ouvrage De la guerre en philosophie, paru en 2010, cite sérieusement à l'appui de son argumentation Jean-Baptiste Botul, La Vie sexuelle d'Emmanuel Kant, éd. Mille et une nuits, 1999. Cette citation a soulevé une polémique et des rires dans le milieu littéraire, le nom du « philosophe » Jean-Baptiste Botul, n'étant autre que le pseudonyme — à fin de canular — de Frédéric Pagès. Celui-ci raille un « BHL victime d'un auto-entartage[4] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Au vrai chic anatomique, éd. du Seuil, collection « Points virgule », 1983
  • Le Philosophe sort à cinq heures, éd. François Bourin, 1993 (ISBN 2-87686-168-2)
  • Descartes et le cannabis - Pourquoi partir en Hollande ? Les Petits Libres nr. 8, Éditions Mille et une Nuits, 1996.
  • La Dispute de Sélestat, Le Verger éditeur, collection « Écrivains en résidence », Illkirch, 2000 (ISBN 2-908367-96-3)
  • Philosopher ou l'art de clouer le bec aux femmes. Éditions Mille et une nuits, 2006.
  • L'Idiot de la Sorbonne. Éditions Libela-Maren Sell, 2007.
  • Du pur amour et du saut à l'élastique. Éditions Libela-Maren Sell, 2011.

En collaboration :

  • Claude Duneton, avec la collection de Frédéric Pagès, À hurler le soir au fond des collèges, éd. du Seuil, 1985 (ISBN 2-02-006766-8)
  • avec la collection d'Oreste Saint-Drôme, Comment choisir son philosophe ?, éd. La Découverte, Paris, 2000
  • avec la collection de Cabu, Tout Cabu, éd. Les Arènes, Paris, 2010

Jean-Baptiste Botul : « repères bibliographiques[5] »[modifier | modifier le code]

« Œuvres publiées de Jean-Baptiste Botul[5] »[modifier | modifier le code]

« Sur Jean-Baptiste Botul, sa vie, son œuvre, sa pensée[5] »[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « (et de psychopédagogie) », in Claude Duneton, avec la collection de Frédéric Pagès, À hurler le soir au fond des collèges, éd. du Seuil, 1985 (ISBN 2-02-006766-8), 4e de couv.
  2. Carla Bruni-Sarkozy.
  3. La Dispute de Sélestat, Le Verger éditeur, collection « Écrivains en résidence », Illkirch, 2000 (ISBN 2-908367-96-3), 4e de couv.
  4. « Un brevet de “ bon philosophe ” décerné par BHL est un cadeau empoisonné », sur le site Charlie enchaîné, 9 février 2010, d'après Le Canard enchaîné du 10 février 2010.
  5. a, b et c In Jean-Baptiste Botul, La Métaphysique du mou, p. 109.

Lien externe[modifier | modifier le code]