Léo Major

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Leo Major)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Major (homonymie).
Léo Major
Léo Major, Libérateur .jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
LongueuilVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Grade militaire
Conflits
Distinctions
Liste détaillée
Distinguished Conduct Medal
Médaille canadienne de service volontaire pour la Corée (en)
France and Germany Star
War Medal 1939-1945
Médaille canadienne du volontaire (en)
1939-45 Star
Médaille de Corée
Médaille du service des Nations Unies (Corée) (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Verso de la medaille de citoyen honorable de Leo Major.jpg

plaque commémorative

Pierre tombale de Léo Major.jpg

Vue de la sépulture.

Léo Major DCM avec agrafe (né le à New Bedford[1], Massachusetts, et mort le [2],[3] à Longueuil, Québec) est un militaire canadien ayant servi dans Le Régiment de la Chaudière et le Royal 22e Régiment des Forces canadiennes. Il s'est distingué par ses actes de bravoure lors de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée.

Enfance[modifier | modifier le code]

Léo Major est le fils aîné d'Achille Major et d'Amanda Sévigny, une famille canadienne-française. Son père, ouvrier des chemins de fer Canadien National, bénéficie d'une affectation temporaire de travail pour un programme d'échange avec l'American Railroad Company. C'est pendant cette période, le 23 janvier 1921, que naît le premier des enfants de la famille d'Achille : Léo. Après l'achèvement de ses travaux, en septembre 1921, la famille retourne à Montréal — d'où les Major étaient originaires. Sa famille habite successivement au 1351 des Érables en 1924, au 4389 Chambord en 1935, puis finalement sur la rue Frontenac à partir de 1938.

Maison d'enfance de Léo Major sur la rue Frontenac

Au cours des 14 années suivantes, les parents de Léo ont 12 autres enfants. Son père étant souvent parti pendant de longues semaines, œuvrant sur un chantier de construction des chemins de fer, sa mère Amanda élève seule les 13 enfants. Léo subit à cette époque l'expérience traumatisante de son père qui, lorsqu'il revient d'un long séjour à l'extérieur, le bat avec sa ceinture à la suite des récits de sa mauvaise conduite que fait sa mère. Pour une raison qui demeure obscure, Léo est l'unique cible des crises de rage de son père. En plus des sévices, Léo est également soumis à de la violence psychologique, alors que son père le réprimande souvent en lui disant qu'il n'est « qu'un paresseux, une mauviette et un peureux qui ne pourra jamais réussir dans le monde compétitif d'aujourd'hui »[4]. Dans les années 1920, son père Achille devient protestant. Léo va étudier à l'école anglaise jusqu'à l'âge de 14 ans.

À 14 ans, au cœur de la Grande Dépression, Léo quitte le domicile familial après une altercation avec son père pour aller vivre avec sa tante Annie et son oncle Émile Major, également résidents de Montréal (et parents du chanteur Aimé Major). Après un certain temps, il va habiter dans une ferme avec un couple sans enfant qui le traite comme leur fils. Il travaille comme agriculteur dans cette famille.

En 1938, Léo se trouve un emploi comme travailleur de construction à la gare centrale de Montréal, alors en chantier sur le site de l'ancienne gare, près du centre-ville. Il y travaille physiquement et effectue des quarts de 9 à 10 heures par jour, six jours par semaine. Ne ménageant pas ses efforts, Léo force l'admiration de son contremaître, qui remarque vite le penchant du jeune homme pour les missions difficiles et dangereuses ; Léo hérite ainsi du dynamitage de trous dans la roche, afin de consolider les pieux qui doivent soutenir les murs et les planchers du bâtiment.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Enrôlement[modifier | modifier le code]

Léo Major s'enrôle en 1940 à l'âge de 19 ans[5]. Il est affecté dans un premier temps au Royal 22e Régiment et reçoit son entraînement à la base des Forces canadiennes Valcartier près de la ville de Québec. Lorsqu'il apprend que Le Régiment de la Chaudière est le prochain à être envoyé en Europe, il obtient son transfert dans cette unité.

Le 22 septembre, il quitte Valcartier pour Sussex au Nouveau-Brunswick, et y poursuit son entraînement jusqu’au 19 juillet 1941 alors qu’il s’embarque avec Le Régiment de la Chaudière à bord du SS Strathmore en route pour l’Angleterre. La traversée dure huit jours et, le 28 juillet, le convoi arrive au port de Gouroch, au nord de l’Écosse. Le Régiment prend ses quartiers à Aldershot le 31 juillet.

Entraînement[modifier | modifier le code]

Une fois Le Régiment de la Chaudière en Écosse, l'entraînement débute et dure trois ans et demi : de l'aube jusqu'au coucher du soleil, 6 jours par semaine, 50 semaines par année. Léo est l'un des rares à maîtriser la langue anglaise, la majorité des recrues du régiment pouvant difficilement parler cette langue. Il progresse rapidement dans les unités d'entraînement de la base militaire. Léo se spécialise dans le tir de précision, la reconnaissance et les opérations de commando. Il se révèle avoir des excellentes capacités visuelles, auditives, d'infiltration et d'endurance. Durant son temps libre, il s'entraîne à la boxe.

C'est durant cette période qu'il se lie d'amitié avec Willy Arsenault, un soldat canadien-français de Montréal.

Débarquement en Normandie[modifier | modifier le code]

Quatre pièces de mine Bangalore : deux pièces individuelles et deux pièces attachées ensembles

Léo Major participe au débarquement en Normandie le sur la Juno Beach avec Le Régiment de la Chaudière, alors que les troupes canadiennes-anglaises du Queen's Own Rifles of Canada sont clouées au sol. Avec cinq autres soldats du Régiment de la Chaudière, Léo détruit une partie du mur d'un bunker abritant un nid de mitrailleuses allemand en posant une mine Bangalore. Le bulldozer accompagnant son régiment fait une brèche dans le mur et les soldats canadiens surprennent une douzaine de soldats allemands et les font prisonniers.

Capture d'un Hanomag[modifier | modifier le code]

Plus tard dans l'après-midi, Léo et un soldat sont assignés à une mission de reconnaissance pour explorer le terrain derrière les collines boisées marquant les lignes ennemies. L'objectif de leur mission est de collecter la position des unités allemandes, leurs forces ainsi que leurs armements et de rapporter ces informations au commandant.

Lors de cette mission, ils aperçoivent un Hanomag SdKfz 251, un véhicule blindé allemand semi-chenillé muni d'un canon antichar de 75 mm, occupé par trois soldats allemands. Les deux éclaireurs quittent la route et se cachent derrière une haie alors que le véhicule arrive sur la route. Ne voyant aucune autre troupe ennemie, ils décident de capturer le véhicule et ses occupants afin de pouvoir les interroger. Au moment où le véhicule passe à leur hauteur, Léo vise et blesse le chauffeur à l'épaule, de sorte qu'il puisse encore conduire le Hanomag pour rejoindre les troupes canadiennes. Au même moment, l'autre éclaireur tire sur le mitrailleur et le tue sur le coup. Le chauffeur blessé et l'autre soldat se rendent alors.

Les soldats canadiens indiquent par la suite au chauffeur de prendre la direction du quartier général des forces canadiennes, à quelque cinq kilomètres de leur position. Sur le chemin, ils repèrent une section de commandos d'un bataillon anglo-canadien se préparant à traverser un pré. L'un des soldats de cette section porte un transmetteur sans fil. Léo et l'autre soldat font alors des signes en criant, afin que les soldats canadiens comprennent que le véhicule allemand est capturé et mené par des troupes amies.

Pendant que les deux soldats racontent la capture du Hanomag, le sergent de la section contacte son bataillon afin de faire préparer des soins médicaux pour le conducteur allemand blessé qui souffre et saigne abondamment. Lorsque Léo arrive au bataillon anglo-canadien avec le Hanomag, les deux soldats sont reçus avec chaleur et exaltation par la troupe, en raison de la témérité de cette capture.

Le commandant en chef du bataillon demande alors à Léo de leur céder le véhicule capturé. Léo refuse en disant « Non monsieur, nous refusons de faire cela car nous avons capturé ce véhicule, de même que tous ceux et ce qui s'y trouve ; nous allons le remettre au commandant de notre régiment, le major Gustave Tascherau »[6]. Léo apprend quelques jours plus tard que le véhicule contenait des transmetteurs sans fil et plusieurs livres-codes servant aux communications.

Perte de l'œil gauche[modifier | modifier le code]

Le , Léo et quatre soldats sont affectés à une mission de reconnaissance des lignes ennemis lors de la bataille de Caen. Ils arrivent face à face avec une patrouille de la 1re Panzerdivision SS Leibstandarte-SS-Adolf Hitler composée de cinq soldats allemands.

Les soldats canadiens tirent sur la patrouille et tuent quatre soldats allemands sur le coup. Le cinquième soldat, mortellement blessé, réussit à lancer une grenade au phosphore. Dans l'explosion, Major est blessé à l'œil gauche. Il est par la suite transporté dans un hôpital de campagne afin d'être examiné. Le médecin qui le soigne lui déclare : « Mon ami la guerre est finie pour vous. Vous allez retourner en Angleterre. », ce à quoi Major répond : « C'est impossible monsieur, je suis un tireur d'élite dans ma section, ils ne peuvent fonctionner sans moi ; mon œil droit est parfait et c'est l'œil que j'utilise pour le tir de précision ». Il refuse d'être évacué. Le médecin le renvoie à son unité après lui avoir fait un bandage avec un élégant cache-œil. Selon lui, « il ressemblait à un pirate »[5]. Léo continue son service comme éclaireur et tireur d'élite[7],

Pendant la bataille de Normandie, il détruit un char d'assaut Panzer dans le village de Rots et élimine les SS qui tendent une embuscade à une escouade du Régiment de la Chaudière.

Bataille de l'Escaut[modifier | modifier le code]

Capture de 93 soldats[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 30 au 31 octobre, lors de la bataille de l'Escaut[8] dans le sud des Pays-Bas, Léo Major capture 93 soldats allemands à lui seul.

Sherman M4A1 76 VVSS

Afin de retrouver 50 soldats anglais envoyés en patrouille dans l'après-midi et qui ne sont pas revenus le soir, Léo est envoyé seul en reconnaissance la nuit venue pour les retrouver. Il repère deux soldats allemands marchant le long d'une digue. Comme le temps est froid et pluvieux, Léo déclare : « je suis gelé et mouillé à cause de vous, vous paierez ». Il capture l'un et tue l'autre, qui a tenté d'utiliser son arme. Il utilise son prisonnier comme appât pour se saisir du reste de l'unité.

Major continue sa mission avec comme objectif de capturer le commandant de l'unité et forcer celle-ci à se rendre. La garnison allemande se rend après que trois autres soldats soient abattus par Major. Il ramène les prisonniers et croisent une batterie d'artillerie allemande alertée par les tirs de Major. L'artillerie fait feu sur la colonne de prisonniers, en blessant ou en tuant certains. Major, méprisant le feu ennemi, escorte ses prisonniers jusqu'à la première ligne canadienne. Croisant un char M4 Sherman sur le chemin, Léo demande à l'équipage du char de tirer sur la batterie afin de faire cesser leur tir.

Il revient au camp avec près d'une centaine de prisonniers. C'est pour cette action qu'il est nommé pour la Distinguished Conduct Medal, médaille qu'il refuse car il revient au général Montgomery de lui remettre la décoration, que Major juge militairement incompétent[8],[4],[9].

Dos brisé[modifier | modifier le code]

Chenillette Bren Carrier

Le près de Keppeln en Allemagne, Léo Major aide l'aumônier du régiment, le Padré Delcourt, à récupérer les corps de soldats d'un char Tigre pour les mettre dans un véhicule de transport : un Bren Carrier. Après avoir fini de charger les corps, l'aumônier s'assoit près du conducteur, Major prend place à l'arrière. Le véhicule roule sur une mine antichar et l'aumônier Delcourt et le conducteur sont tués sur le coup[10], alors que Léo Major est projeté en l'air, avant d'atterrir durement sur le bas du dos. Sans connaissance, il est placé derrière un camion par des médecins pour le transporter vers un hôpital de campagne situé à 50 km. Le camion s'arrête toutes les 15 minutes pour qu'on puisse lui injecter de la morphine et qu'il supporte la douleur. De nouveau on lui dit que la guerre est finie pour lui et qu'il sera rapatrié vers l'Angleterre en raison de ses fractures au dos en 3 endroits, en plus d'entorses aux deux chevilles et quatre côtes cassées. Une semaine s'écoule et Major a l'occasion de fuir. Il réussit à obtenir d'une jeep passante qu'on le conduise à Nimègue, une ville où il a précédemment rencontré une famille hollandaise, les Slepenbeck. Il séjourne chez la famille près d'un mois avant de rejoindre son unité le 29 mars 1945.

Libération de Zwolle[modifier | modifier le code]

Le 13 avril 1945, Le Régiment de la Chaudière approche de la ville de Zwolle aux Pays-Bas, qui a alors une population d'environ 50 000 habitants[11]. Cette ville fait l'objet d'une forte résistance des troupes allemandes, durant les mois de mars et avril, 50 soldats canadiens perdent la vie chaque jour. Afin de connaître la force et la position de l'ennemi, le commandant du régiment demande deux volontaires avant de donner l'ordre à l'artillerie de pilonner la ville. Léo Major et son meilleur ami, Wilfrid Arseneault, se portent volontaires[12].

Ferme des Van Gerner, circa 1942

Ils partent à la tombée de la nuit et arrivent à la ferme Van Gerner[8] où ils ont des difficultés à communiquer avec le fermier et sa famille qui tentent de leur dire, sans parler néerlandais, qu'il y a beaucoup d'Allemands dans la forêt près de la ferme. Ils quittent la ferme vers 23 heures. Peu de temps après, Arseneault est tué par des tirs allemands après avoir accidentellement donné la position de l'équipe. Furieux, Léo Major répond en tuant deux Allemands, mais le reste du peloton fuit dans un véhicule[8]. Il décide de poursuivre sa mission seul.

Il entre dans la ville de Zwolle durant la nuit et il se met à attaquer les patrouilles allemandes et à courir dans les rues de la ville en mitraillant et lançant des grenades dans les maisons vides afin de faire croire à l'invasion de la ville par les troupes canadiennes. Une dizaine de fois, il surprend des groupes de 8 à 10 soldats allemands : une fois capturés, il les dirige hors de la ville près des positions du régiment et les remet aux soldats canadiens français, puis retourne vers la ville pour continuer sa mission. Quatre fois dans la nuit, il doit forcer quelques portes de maison pour pouvoir se reposer et faire le point. Il tombe aussi sur le quartier-général des SS, et livre un combat rapide avec 8 officiers supérieurs, mortel pour 4 d'entre eux, les autres prenant la fuite[1]. Il met le feu au QG de la Gestapo[1],[13].

Avenue de la ville de Zwolle nommée en l'honneur de Léo Major : « Avenue Léo Major - Premier libérateur canadien de Zwolle (1921-2008) »[14]

Au petit matin, il se rend compte que les dernières troupes allemandes ont quitté la ville et que Zwolle est libérée[15]. Il se met à frapper à plusieurs portes, mais les habitants sont trop effrayés pour sortir. Finalement, il rencontre des membres de la résistance qui lui présentent une enseignante d'anglais. Léo Major lui demande d'annoncer à la radio que la ville est libérée des Allemands[12]. C'est alors que les habitants commencent à sortir. Il repart récupérer le corps de Willie Arseneault et le remet au fermier qui le garde jusqu'à ce que Le régiment de la Chaudière le récupère pour l'enterrer. Il est de retour au camp à 9 heures. La population accueille le régiment canadien qui entre dans la ville libérée.

Pour ces actions, Léo Major reçoit sa première décoration Distinguished Conduct Medal, l'une des principales décorations britanniques pour acte de bravoure. Wilfrid Arseneault reçoit le Lion de bronze à titre posthume en 1970 par la reine Juliana.

Guerre de Corée et seconde DCM[modifier | modifier le code]

En 1945, quelques semaines après son retour au pays, il doit se faire opérer dans le dos. Il passe trois mois dans un hôpital de vétérans. Au lieu d’obtenir une libération des Forces armées, on lui offre un poste de magasinier dans un centre de ravitaillement militaire pour le reste de l’année. Il n’aime pas beaucoup ce genre de travail et il décide d’aller travailler pour la raffinerie Shell comme tuyauteur.

La guerre de Corée est déclarée le , quand la Corée du Nord envahit sa voisine, la Corée du Sud, après des années de tensions grandissantes. Cette agression donne lieu à une guerre qui durera plus de trois ans et qui amènera vite l’intervention des États-Unis, du Canada et d’autres pays membres de l'Organisation des Nations Unies (ONU) à l’appui de la Corée capitaliste, le Sud, et l’entrée en guerre de la Chine du côté de la Corée communiste, le Nord.

Durant l’été 1950, Léo, qui vient d’avoir une offre pour un travail en Afrique du Nord, reçoit l'appel du colonel Taschereau. Il veut aussi qu'il rencontre quelques officiers au Centre de recrutement. Le commandant est le major général Derome mais celui qui désire faire sa connaissance est le lieutenant-colonel Jacques Dextraze.

Ils veulent créer un groupe d’éclaireurs. Léo deviendrait responsable de cette équipe sans aucun officier pour lui dire quoi faire. Il décide de l’enrôler même s’il n’a l’usage que d’un seul œil et qu’il reçoit une pension d’invalidité de 20 %. Il est enrôlé le , et devient le 1000e soldat du contingent canadien. L'armée canadienne espère ainsi inciter d'autres Canadiens à s'enrôler car un héros de la Seconde Guerre mondiale donne l'exemple. Il est intégré au 2e Bataillon du Royal 22e Régiment qui s’entraîne à Fort Lewis aux États-Unis. Le Bataillon va y rester jusqu’au 15 avril 1951.

Léo doit recruter 80 hommes dans un court laps de temps et les préparer en quelques mois. Le lieutenant-colonel Dextraze lui assigne le capitaine Plouffe qui avait fait la guerre en Afrique du Nord avec l’armée britannique et le sergent-major Juteau qui a été capturé à Dieppe mais avait réussi à s’évader et à retourner en Grande-Bretagne.

En novembre 1951, une unité de la 3e Division d’infanterie américaine a perdu, aux mains des Chinois, la colline 355, en laissant une importante quantité de matériel derrière elle. Avec ses 355 mètres de hauteur, c'est la plus haute montagne de la région. Baptisée « Kowang San » par les Coréens, elle a été surnommée « petit Gibraltar » par les troupes de l’ONU en raison de sa taille imposante et de ses nombreuses positions défensives. La colline est située à une quarantaine de kilomètres au nord de Séoul.

Le lieutenant-colonel Jacques Dextraze demande à Léo Major s'il peut faire quelque chose[16]. Major désire qu'on lui laisse carte blanche, qu'on lui laisse choisir ses hommes et que chaque homme après cette mission reçoive une bouteille de rhum et une permission de huit jours. Le colonel accepte et Léo Major part à la tombée de la nuit avec un peloton de 18 hommes qu'il a entraînés.

Au matin, la colline tombe aux mains de Léo Major et de son équipe[5]. Les Chinois lancent deux de leurs divisions (les 190e et 191e), environ 14 000 hommes, en contre-attaque sans succès. Léo Major fait preuve de courage et de détermination en donnant l'exemple et permet à son peloton de résister et de repousser 7 attaques des troupes chinoises venant de 4 directions pendant 3 jours[5] avant d'être remplacés par d'autres troupes canadiennes. Un soldat a été blessé et Léo Major l'a descendu de la colline sur ses épaules (malgré son dos blessé en Hollande). En retournant au camp, un journaliste canadien-français demande à Léo de lui expliquer l'opération qui vient de se produire. Comme Léo est complètement exténué, il dit au journaliste, René Lévesque, de consulter son officier supérieur.

Une vingtaine de Canadiens-Français a tenu tête à deux divisions d'infanterie de l’Armée populaire de libération. Sept d'entre eux recevront une médaille militaire. Ce que la 3e Division américaine, forte d'environ 10 000 hommes, n'a pu faire, Léo Major et 18 de ses hommes y sont arrivés. Pour cette action Léo Major reçoit sa deuxième DCM.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Réplique des médailles de Léo Major

Léo Major est un des 38 Canadiens à avoir reçu deux Distinguished Conduct Medals[8],[2] mais le seul soldat à les avoir reçues dans deux guerres différentes. Dans tout le Commonwealth britannique, il n'y a que trois soldats qui partagent cet honneur. Il est aussi le seul soldat connu pour avoir libéré une ville à lui seul[17]. Ses médailles ont été vendues à l'encan pour une somme de 14 000 livres sterling en 2006[18].

Le Régiment de la Chaudière a créé un trophée en l'honneur de Léo Major et le décerne annuellement à la compagnie la plus efficace[19].

La Médaille de l’Assemblée nationale a été remise à Léo Major le , à titre posthume, lors de la Commémoration québécoise du jour du Souvenir de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal[20].

Le , le Comité de toponymie de Montréal a accepté d'ajouter le nom de Léo Major dans la banque prévisionnelle de toponymie. Cependant, cela ne garantit pas son emploi pour la dénomination d'un lieu de la Ville de Montréal[21].

Il est inhumé au Champ d'honneur national du Fonds du Souvenir à Pointe-Claire, Québec, Canada.

Zwolle[modifier | modifier le code]

Mémorial de guerre de Zwolle.

Il est reçu le par la reine Juliana des Pays-Bas. Il reçoit le titre de citoyen d'honneur de Zwolle le 14 avril 2005 à l'âge de 84 ans.

Le 14 avril de chaque année, des poèmes sont lus et des chansons chantées par des enfants de trois écoles primaires de Zwolle. Les enfants vont également porter des fleurs au pied du mémorial de guerre, érigé en mémoire de tous ceux tombés pour la libération de Zwolle. Le drapeau du Canada est hissé pour commémorer les libérateurs canadiens, en particulier le « premier libérateur canadien Léo Major »[22].

Médailles[modifier | modifier le code]

UK DCM w Bar ribbon.svg 39-45 Star BAR.svg France and Germany Star BAR.svg

Defence Medal BAR.svg Canadian Volunteer Service Medal BAR.svg War Medal 39-45 BAR.svg

Korea Medal.svg CVSMK ribbon.png United Nations Korea Medal ribbon.svg

1re ligne Distinguished Conduct Medal avec agrafe 1939-45 Star France and Germany Star
2e ligne Médaille de la Défense 39-45 Médaille canadienne du volontaire (en) Médaille de la guerre 1939-1945
3e ligne Médaille de Corée Médaille canadienne de Service volontaire en Corée (en) Médaille des Nations Unies de Corée

Photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) Jocelyn Major, « N'oublions jamais », Histomag'44, numéro 57, décembre 2008
  2. a et b (en) Only Canadian twice awarded Distinguished medal dies, The Canadian Press
  3. (fr) Biographie militaire du soldat Léo Major, T. Robert Fowler
  4. a et b (en) The legendary liberator of Zwolle, The Windmill Herald
  5. a, b, c et d (en) T.R. Fowler, Léo Major, DCM and bar, Canadian Military History, Volume 5, Number 1, Spring 1996, p. 79-84, disponible sur le site de la Wilfrid Laurier University (pdf). Aussi reproduit à : (en) Léo Major, DCM and bar, site de l'Association canadienne des vétérans de la Corée. Une traduction française en a été faite dans (fr) Biographie militaire : Soldat Léo Major, DCM avec agrafe, Le Journal de l'Armée du Canada, vol. 11.3, automne 2008.
  6. No Sir, we refuse to do that because we captured this vehicule as well as everybody and everything in it; we will take it to our regimental commander Colonel Gustaf Tascherau.
  7. (en) Léo Major, The Hero Workshop
  8. a, b, c, d et e (en) Tony Atherton, Canadian heroes relive their battles: One-eyed private single-handedly rid Dutch town of Nazi occupiers, The Ottawa Citizen, May 07, 2005. Aussi reproduit à : (en) Divergent Portraits of War: Léo Major, sur le site de l'Association canadienne des vétérans de la Corée.
  9. (nl) Leo Major 1921-2008, Trouw.nl
  10. (fr) Pierre Lagacé, Les 17 soldats du régiment de La Chaudière tués le 26 février 1945
  11. The Canadian Man Who Single-Handedly Liberated the City of Zwolle in the Netherlands from German Occupation
  12. a et b (en) Private Léo Major, DCM
  13. Jacques Castonguay, Armand Ross et Michel Litalien, Le Régiment de la Chaudière 1869-2004, Forces armées canadiennes, , 729 p. (ISBN 0-660-96937-8), p. 358
  14. (nl) Leo Majorlaan in gebruik genomen, RTV Oost, 14 avril 2009
  15. Bob Rae, « D-Day Chaud Scout, Subborn Man, Captures ZwolleOn His Own Hook », The Maple Leaf,‎ (lire en ligne)
  16. (fr) Section historique, État-major général, QG de l'armée, Ottawa, L'armée canadienne en Corée, Les opérations des Nations Unies (1950-1953) et leurs répercussions, p. 31, 1996
  17. La chaîne History Television a consacrée une émission à Léo Major : (en) The Canadian Liberator
  18. (en) Lot 84, Orders, Decorations and Medals (22 September 2006), Dix Noonan Webb Ltd
  19. (fr) Le Régiment de la Chaudière, Couleurs et traditions, site de l'armée canadienne
  20. « Récipiendaires de la Médaille de l'Assemblée nationale », sur Assemblée nationale du Québec, (consulté le 28 mars 2016)
  21. (fr) Une rue « Léo Major » à Montréal?, Hors des lieux communs, blogue de Miguel Tremblay sur ptaff.ca
  22. (nl) Célébrations et commémorations 14 avril à Zwolle, Site web de la ville de Zwolle