Anjou (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anjou (homonymie).
Anjou
La place de l'Église sur une carte postale ancienne.
La place de l'Église sur une carte postale ancienne.
Blason de Anjou
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Canton Roussillon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Roussillonnais
Maire
Mandat
Denis Rozier
2014-2020
Code postal 38150
Code commune 38009
Démographie
Population
municipale
1 016 hab. (2014)
Densité 202 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 52″ nord, 4° 52′ 56″ est
Altitude Min. 218 m
Max. 383 m
Superficie 5,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Anjou

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Anjou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anjou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anjou
Liens
Site web www.commune-anjou.fr

Anjou est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Anjoulois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Anjou est un village du Viennois (en Bas-Dauphiné), à quelques kilomètres du Rhône, situé entre Vienne et Valence. Adossé à un coteau plein sud, en partie protégé des perturbations pluvieuses par le massif du Pilat, il bénéficie d'un climat doux et ensoleillé.

Le Lambre traverse la commune.

Hameau : La Roche[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sonnay; Bougé-Chambalud, Agnin et Ville-sous-Anjou

Toponymie[modifier | modifier le code]

En latin Andecavus, d'après le nom d'un peuple gaulois, les Andecavi ou Andegavi

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune est liée à l'histoire de la famille d'Anjou, branche de la famille Roussillon[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2001 M. Marc Morestin-Cadet    
2001 2008 M. Michel Morel    
2008 en cours M. Denis Rozier SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 016 habitants, en augmentation de 4,42 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 541 900 1 196 825 908 927 872 856 860
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
900 851 835 801 753 720 691 676 636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
614 591 558 522 524 522 503 454 605
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
535 565 505 585 744 809 931 1 011 1 016
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • travaux de charpente et de maçonnerie

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de la Sablière.
Le château de M. Chenu.
La chapelle Notre-Dame.
  • L'église a été construite entre 1839 et 1842. Son clocher a été achevé avec la pose de deux cloches fondues à Lyon en 1849 et en 1861. Ce clocher possède en outre la plus ancienne cloche de la région[réf. nécessaire]. Elle provient du couvent des Célestins de Lyon détruit sous la Révolution française, et fut apportée à Anjou par les Bectoz de Vaubonnais, propriétaire de l'un des châteaux.
Une collection de vitraux, œuvre du maître-verrier Pierre Miciol, unique par l'homogénéité du dessin et la qualité exceptionnelle des couleurs fait la renommée de l'édifice. - ouvert à la visite du public.
  • plaque commémorative du XIIIe siècle
  • Le château d'Anjou et son parc de 10 hectares sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 13 mars 2009[6] Ouverts à la visite public.[7] Le château d'Anjou se trouve en face du château d'Albon, en traversant la Valloire[8].
  • Le château de Fondru a été construit au XIXe siècle et appartenait à la famille de Bectoz de Vaubonnais. Il possède un très joli pigeonnier, en cours de restauration - non ouvert à la visite du public.[9]
  • Le château de la Sablière - non ouvert à la visite du public.
  • Tour d’Anjou
  • vestiges des remparts
La tour est le dernier vestige de l'ancien château daté du XIIe ou du XIIIe siècle, siège d'un mandement, qui s'élevait à cet emplacement. Elle surplombe le vieux-village et le château d’Anjou. La tour est, aujourd'hui, un site panoramique qui offre un point de vue unique sur plusieurs départements : des panneaux explicatifs, une table d’orientation, des tables de pique-nique et des sanitaires sont librement mis à la disposition de chacun[10].
  • Le vieux village d'Anjou, dont la vieille enseigne de maréchal-ferrant datée de 1666[11].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Musée animalier[1]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Le chêne de "Font Girard" : arbre colossal, vieux de près de trois siècles.

Personnalités liées à Anjou[modifier | modifier le code]

  • Raimon d’Anjou, troubadour de langue provençale du XIIe siècle, un des premiers seigneurs d'Anjou.
  • Le roi de France, Charles IX (1550-1574) dîne au château d'Anjou, le 15 août 1564.
  • Claude Brosse, fameux syndic des communautés villageoises du Dauphiné est châtelain d'Anjou. Il obtient en 1639 de Louis XIII un décret rendant les tailles (impôts) plus juste pour le peuple ou Tiers état. Sa petite fille épousa Joseph de Bectoz de Vaubonnais et lui apporta, en dote, les terres d'Anjou.
  • Melchior Mitte de Chevrières, comte d'Anjou, reçoit en son château d'Anjou Louis de Bourbon, cousin de Louis XIII, gouverneur du Dauphiné lors des fêtes de Noël 1623.
  • Le roi de France, Louis XIII, loge au château d'Anjou, avec toute sa cour, le 20 juillet 1629 en revenant du Midi.
  • Humbert Guillot de Golat, sieur de la Garenne, poète Dauphinois, se retire à Anjou où il écrit de nombreux poèmes.
  • Louis Lavauden (1881-1935), zoologiste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Daniel Delattre et al., L'Isère - les 533 communes. Grandvilliers : Éditions Delattre, 2008. (ISBN 2-915907-40-4) EAN 9782915907407.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Notice no PA38000029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. Site officiel du Château d'Anjou
  8. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 667
  9. Site officiel du château de Fondru
  10. Tour féodale d’Anjou, site www.ot-pays-roussillonnais.fr
  11. Le vieux village d'Anjou, site www.ot-pays-roussillonnais.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Anjou d'un siècle à l'autre, Livre rédigé par l'asociation Anjou à une histoire

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :