Auberives-sur-Varèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auberives.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varèze (homonymie).
image illustrant une commune de l’Isère
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Isère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Auberives-sur-Varèze
La Route du Péage en 1910.
La Route du Péage en 1910.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Canton Vienne-2
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Roussillonnais
Maire
Mandat
Nicole Bernard
2014-2020
Code postal 38550
Code commune 38019
Démographie
Gentilé Auberivois
Population
municipale
1 472 hab. (2014)
Densité 209 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 31″ nord, 4° 49′ 08″ est
Altitude Min. 169 m – Max. 256 m
Superficie 7,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Auberives-sur-Varèze

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Auberives-sur-Varèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auberives-sur-Varèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auberives-sur-Varèze

Auberives-sur-Varèze est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Auberives-sur-Varèze est située à 12 km de Vienne et sur la rivière Varèze un affluent gauche du Rhône.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom provient du latin Alba Ripa signifiant « Blanche Rive », en raison de la présence dans le sol de kaolin, exploité autrefois par les potiers.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Auberives est très ancienne, comme celle des communes voisines du nord du canton.

Vestige le plus ancien la Grande Borne, caillou roulé par les glaciers, à la croisée des communes de Roussillon à Assieu, et d'Auberives à Ville-sur-Anjou. Il fut, parait-il, utilisée par les druides…

Au XIe siècle, le territoire était couvert d'une immense forêt, peuplée surtout de cerfs et de sangliers. Au XIIe siècle, on chassait aussi les loups, dont le souvenir aurait donné son nom à la forêt de Louze. À la fin du XIe siècle, le seigneur d'Auberives était un chevalier vassal de Roussillon, nommé Angérius. Au début du XVe siècle, le seigneur d'Auberives est Louis II de Chalon-Arlay, prince d'Orange, allié du duc de Bourgogne. Au moment de la bataille d'Anthon du , le château est assiégé et démantelé par Raoul de Gaucourt, gouverneur du Dauphiné. Depuis cette date, le château n'est plus qu'une ruine. Un pan de mur subsistant sert en partie d'enceinte au cimetière actuel.

Auberives porta plusieurs noms : Auberives de Vienne, Auberives de Roussillon, et enfin Auberives-sur-Varèze, du nom de sa rivière.

Louis Mandrin, le contrebandier, est passé par là en rayonnant dans la région. Il avait un repaire à Reventin (4 km).

Sur une surface de 704 hectares, malgré la très forte diminution du nombre d'agriculteurs, Auberives est toujours une commune essentiellement agricole exploitant, avec les prairies et les bois de la Varèze, des espaces importants d'arbres fruitiers, avec quelques champs conservant les cultures traditionnelles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Nicole Bernard PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 472 habitants, en augmentation de 0,89 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 512 357 499 610 694 753 712 750 776
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
670 650 664 616 619 557 569 535 532
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
530 514 482 466 432 450 460 493 506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
498 548 651 710 896 1 159 1 350 1 459 1 472
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIXe siècle.
  • Château fort d'Auberives, du XIIe siècle[5]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 667

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :