Le Bouchet-Saint-Nicolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Bouchet-Saint-Nicolas
Chemin de Stevenson traversant le Bouchet-Saint-Nicolas.
Chemin de Stevenson traversant le Bouchet-Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Canton Velay volcanique
Intercommunalité Communauté de communes des Pays de Cayres et de Pradelles
Maire
Mandat
Josette Arnaud
2014-2020
Code postal 43510
Code commune 43037
Démographie
Gentilé Bouchitois
Population
municipale
271 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 28″ nord, 3° 47′ 24″ est
Altitude Min. 1 118 m – Max. 1 301 m
Superficie 19,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de Haute-Loire
City locator 14.svg
Le Bouchet-Saint-Nicolas

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de Haute-Loire
City locator 14.svg
Le Bouchet-Saint-Nicolas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bouchet-Saint-Nicolas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bouchet-Saint-Nicolas

Le Bouchet-Saint-Nicolas est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Bouchet-Saint-Nicolas à 1 228 mètres d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jadis groupée et ramassée autour de son castel, la paroisse dépendait de la Chaise-Dieu, dont les abbés, à leur avènement, offraient des présents à l'église du Bouchet. Témoin, le cardinal Mazarin qui donna en 1653 un calice en argent, ciboire, chasuble, tableau pour le maître-autel et surtout un magnifique ostensoir.

Cette église fut construite en 1240, suivant acte passé devant le four du Bouchet en présence d'Audebert de Chabanas, du cellerié de l'église et des moines du prieuré. Il y eut bientôt une forteresse prieurale. Le seigneur de Rochefort-près-d'Alleyras, le sieur Rencon, donna des bois au prieur abbé pour réparer cette forteresse en 1291.

Le marché du Bouchet fut institué le vendredi par lettres patentes du roi Philippe V de Valois (8 novembre 1318).

Durant les guerres de religion, le Cadet de Séneujols, Pierre de La Rodde, sire de Châteauneuf-près-le-Monastier, occupa et pilla le château et le fort du Bouchet en l'an 1595. Il s'y retrancha jusqu'au 11 décembre 1602 date à laquelle le vicomte de Polignac l'en chassa. Le château repris fut rasé. C'est ce célèbre condottiere (La Rodde) qui, marié le 19 janvier 1586 à Jeanne Arnaud, fit bâtir, cette même année, une église en bordure de la place du village. Propriété privée depuis les années 1950, elle existe toujours sans son clocher.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Bouchet-le-Lac[1].

Tonneau de Garou au Bouchet-Saint-Nicolas.

En 1900, le conseil municipal a décidé de construire une nouvelle église, en lieu et place du château rasé, car la petite église ne pouvait plus contenir tous les fidèles, la commune s'étant énormément développé. C'est aujourd'hui celle que les fidèles fréquentent.

Une phrase connue des Bouchitois : « Bouchiteil pic ateil ventre negre » (Les Bouchitois grattent la terre et ont le ventre noir), la cuisson des pommes de terre dans la braise n'est pas étrangère à ce dicton, car après la récolte de pomme de terre, une cuisson dans la braise de celles-ci était la bienvenue et les enfants essuyaient leurs mains noires de charbon, sur leur ventre.

Dans la forêt qui entoure le lac se trouve le sentier du Garou, dit encore de Diogène. Ce garou était un dénommée Pierre Brin qui passa 10 ans de sa vie dans un tonneau dont il avait fait tout sa résidence secondaire. Il péchait au lac des anguilles. Son volume de 5 000 litres lui a permis d'en faire sa résidence estivale en dépit de son confort primaire. Abandonné, il est devenu un lieu d'histoire qui continue à conserver sa part de magie[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 26 août 2014)
Mme Josette Arnaud[3] DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 271 habitants, en augmentation de 16,31 % par rapport à 2009 (Haute-Loire : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
815 623 759 764 786 660 725 821 549
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
544 561 544 553 582 657 652 656 668
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
640 661 683 640 615 555 517 465 463
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
449 427 369 301 246 236 239 258 271
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le tonneau du Garou sur le bord du lac.
  • Le lac du Bouchet.
  • La croix de la Chèvre en montant au lac.
  • Le pas du Diable.
  • La statue en bois sculpté de Robert Louis Stevenson et son ânesse Modestine.
  • L'Auberge Barriol ou dormit Stevenson (privé)
  • L'ancienne église (1596) (privé)
  • Les nombreuses croix en pierres dans et autour du village.
  • Le vieux village et ses nombreuses maisons en pierres volcaniques typiques du Velay.
  • La maison dite "du chasseur" avec ses pierres sculptées.

Tourisme autour du lac[modifier | modifier le code]

Le lac est le site naturel le plus fréquenté de la Haute-Loire. Il est alimenté par les eaux de pluie, le ruissellement du bassin versant et quelques sources sous-lacustres de faible importance. Le niveau d’eau varie peu (plus ou moins 10 cm en moyenne sur l’année). C'est un lieu privilégié pour les familles, avec une aire de jeux et des espaces de pique-nique[8].

Sentiers

Deux sentiers permettent de découvrir les particularités géologiques, environnementales et sociales du lac, avec en particulier le personnage de « Garou » qui vécut ici dans un grand tonneau au cours des années 1960[8].

Pêche
Bâteaux de pêche.

Elle se subdivise en pêche grand public du 1er janvier et le 31 août, et pêche sportive qui se pratique entre le 1er septembre et le 31 décembre. Ces deux activités sont gérées par convention avec la Fédération départementale pour la pêche et la Protection des milieux aquatiques[8].

Plongée subaquatique

Elle se pratique sous le contrôle du Club vellave de plongée qui a passé une convention avec le conseil général de la Haute-Loire[8].

Baignade

Elle est surveillée tous les jours à partir de la seconde semaine de juillet jusqu'à la fin août[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Daniel Auteuil, dont les parents possédaient une maison secondaire au Bouchet-Saint-Nicolas et venaient y passer des vacances régulièrement.
  • Robert Louis Stevenson, passé par Le Bouchet-Saint-Nicolas dans son périple à travers les Cévennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Bouchet-Saint-Nicolas sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 17 juillet 2012.
  2. Le lac du Bouchet : une oasis de fraîcheur
  3. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 26 août 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. a, b, c, d et e Le lac du Bouchet sur le site cg43


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :