La Rochette-du-Buis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochette et Buis (homonymie).

La Rochette-du-Buis
La Rochette-du-Buis
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Nyons et Baronnies
Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Jean-Marc Pelacuer
2014-2020
Code postal 26170
Code commune 26279
Démographie
Gentilé Rochettais, Rochettaises
Population
municipale
78 hab. (2015 en augmentation de 20 % par rapport à 2010)
Densité 7,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 16′ 12″ nord, 5° 25′ 16″ est
Altitude Min. 640 m
Max. 1 302 m
Superficie 11,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
La Rochette-du-Buis

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
La Rochette-du-Buis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Rochette-du-Buis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Rochette-du-Buis

La Rochette-du-Buis est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vercoiran Saint-Auban-sur-l'Ouvèze Rioms Rose des vents
La Roche-sur-le-Buis N Mévouillon
O    La Rochette-du-Buis    E
S
Le Poët-en-Percip Aulan

La Rochette-du-Buis est située à 20 km à l'est de Buis-les-Baronnies. Les communes les plus proches sont Saint-Auban-sur-l'Ouvèze, Aulan et Mévouillon.

Jusqu'en mars 2015, la commune faisait partie du canton de Buis-les-Baronnies. À la suite du redécoupage des cantons du département, elle est rattachée au canton de Nyons et Baronnies[1].

Le village est au creux de la vallée du Charuis, un affluent de l'Ouvèze. Le nord-est de celui-ci est surplombé par la montagne de Lirette (941 mètres), et le nord-ouest par le serre des Moles (866 mètres). Le sud de la commune est bordée par la montagne des Tunes, culminant à 1 255 mètres.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village actuel de « La Rochette » tire probablement son nom de sa construction sur une roche dominant l'entrée du val de Gresse qui offrait aux Mévouillon une position stratégique importante. Ils y construisirent un fort autour duquel s'implanta le village. Au fil du temps , ce nom a subi plusieurs modifications qui se rapportent toujours à une « petite roche » : Rupeta, Rupeccula, puis Castrum de Rocheta en 1293. En 1799, La Rochette est devenue une commune du canton de Buis.

Source:Toponymie de La Rochette du buis par Jean-Claude RUEGG et Mireille BOURNY.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque de Bruno Razzoli

Bruno Razzoli, dit Raymond, lieutenant, était le chef de la 1re section du Maquis d’Izon. Le Maquis Ventoux, originellement de Sault (84) s’était replié à Izon la Bruisse (26) en novembre 1943. Razzoli était né le 25 mars 1909 à Lamporeccio (Toscane) en Italie. Avant guerre, il avait été militant syndicaliste, responsable de la fédération CGT-Chimie des Bouches-du-Rhône et responsable actif du PCF. Il avait participé aux Brigades Internationales en Espagne. Le 22 février 1944, quand une section de la Division Brandenburg envahit le Maquis d’Izon, il est à Séderon. En voulant aller donner l’alerte, il est intercepté par une patrouille allemande à Villefranche-le-Château. Emmené à Orange, il y est affreusement torturé jusqu’au 28 février. Il est amené à La Rochette du Buis, à un des anciens PC du Maquis, vide depuis longtemps, et ensuite à Izon la Bruisse. Là, ses tortionnaires l’abattent d’une rafale de mitraillette à la Bergerie La Geneste, sur le chemin conduisant à la ferme de La Forestière. Il est ensuite enterré avec les 34 autres victimes du Maquis d’Izon, dans l’actuel Mémorial National. Il en a été exhumé à l’automne 1945 pour être inhumé à Salon-de-Provence. À Marseille il y a une « Traverse Bruno RAZZOLI » dans le 16e arrondissement. (Source : album « La tragédie du Maquis d’Izon »).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 2003 2005 René Jouve SE Retraité
2005 mars 2008 Alain Auberic    
mars 2008 2014 Gérard Argaud SE Médecin
2014 en cours
(au 14 novembre 2014)
Jean-Marc Pelacuer[2] SE Salarié agricole

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2015, la commune comptait 78 habitants[Note 1], en augmentation de 20 % par rapport à 2010 (Drôme : +4,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
258248240242286275288311287
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
304293299311283297277282296
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
276260239170160146129123123
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
10710563615965666874
2015 - - - - - - - -
78--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Commerce et artisanat[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Croix sculptée à la Rochette-du-Buis
  • La croix monolithique à l'entrée du village
  • La statue de sainte Anne,
  • l'église paroissiale Saint-Anne, dans le village,
  • la Vierge qui surplombe les gorges.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bruno Razzoli, lieutenant des FFI, torturé et exécuté à la Rochette-du-Buis

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-191 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Drôme
  2. La Rochette-du-Buis sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 14 novembre 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.